Carrefour diplomatique: à Rabat, rencontre sur l'investissement    IPC et inflation sous-jacente : progression de 1,4% et de 1,7% en 2021    Covid-19: Gestion des cas contact et pic épidémique.. Le point avec un spécialiste    Le Datacenter du ministère de l'Economie et des Finances certifié "Tier III" d'Uptime Institute    Le Pérou interdit au navire à l'origine de la marée noire d'appareiller    Léger recul des homicides au Mexique, toujours miné par la violence    Bourita s'entretient avec son homologue malien    Russes et Américains se parlent à Genève pour tenter de désamorcer la crise ukrainienne    Sekkouri: Le programme "Awrach" reflète l'engagement du gouvernement à soutenir les piliers de l'Etat social    CAN 2021: Programme des 8ès de finale    Covid-19: chute du nombre de cas en Afrique, la 4e vague reflue (OMS)    Terrorisme : Le parquet fédéral belge enquête sur l'agression de la ressortissante à Agadir    Les Pharaons s'imposent sur le fil    France: Plus d'1 million d'animaux supplémentaires à abattre pour freiner la grippe aviaire    La Bourse de Casablanca clôture en territoire positif    Affaire de bitcoin et d'enlèvement: la DGSN annonce une nouvelle saisie    Hachem Bastaoui a-t-il réellement mis fin à sa carrière ? Son frère Oussama brise le silence    CAN 2021 : Les Fennecs éliminés par les Eléphants    M. Bourita s'entretient avec son homologue malien    La Russie s'emporte contre les menaces américaines    NourAyadi, la pianiste qui évolue dans la cour des grands    Adonis le spirituel dissident !    Audience des chaînes nationales : que regardent les marocains ?    Covid-19 : 9 061 nouveaux cas, plus de quatre millions de personnes ont reçu les trois doses    Service militaire : L'annonce du ministre de l'Intérieur    Le Conseil de gouvernement prend connaissance d'un accord portant création du siège de l'Union Panafricaine de la Jeunesse à Rabat    La FIFA annonce une nouvelle réglementation pour les prêts    Maroc: 206 nouveaux GAB en 2021 (CMI)    Accord pour faciliter l'accès à la pilule anti-Covid de Merck dans 105 pays    Un récif corallien très rare découvert près de Tahiti par une mission de l'UNESCO    Renault Group Maroc clôt 2021 avec une hausse de 10% véhicules produits    Ouverture des frontières : Ryanair jette l'éponge, Akhannouch reste évasif    Automobile: carton plein pour les marques de luxe    Après une année à la Maison Blanche, Biden évoque de nombreux « défis » et « d'importants progrès »    Covid-19 : hausse de 20% des nouveaux cas dans le monde la semaine dernière (OMS)    Largement touchée par le Covid : Mission difficile pour la Tunisie face à la Gambie    Barça à Dembélé : '' On ne veut plus de vous M. Dembélé. Partez dès cet hiver SVP !''    Barrages africains du Mondial2022 : ''Arriyadia'' diffusera la cérémonie samedi prochain à partir de 16h    Les efforts de SM le Roi en faveur de la question palestinienne mis en avant devant le Conseil de sécurité    Espagne : Plus de 285.000 Marocains inscrits à la sécurité sociale    Patrimoine : Rabat et Washington unis pour préserver les mosaïques historiques de Volubilis    Le poète El Houcine El Qomri est décédé    Akhannouch , Inshallah pour un gouvernement de résultats    Equité vaccinale: le programme Covax en quête de 5 milliards de dollars    José Manuel Albares : parvenir à un accord définitif sur le Sahara est un «impératif moral»    CAN 2021 / Programme de ce jeudi : La Tunisie se présente avec seulement 16 joueurs !    L'ONMT déploie une nouvelle task force au salon FITUR de Madrid    L'Oriental Fashion Show retrouve la scène de la mode parisienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Entre souveraineté et ingérence
Publié dans Medias24 le 03 - 12 - 2021

Chaque Etat est souverainement libre de choisir et pratiquer la politique extérieure qui sied à son histoire et à ses valeurs. Chaque Etat est également sensé ne pas intervenir chez autrui pour critiquer ses choix ou les dénoncer, tant qu'ils ne remettent pas en cause sa propre sécurité, ou le bien-être de sa population. L'équilibre entre souveraineté et non-ingérence est la condition sine qua non pour la paix entre nations.
Ce propos m'est venu à l'esprit après le rétablissement des relations du Maroc avec Israël et les réactions démesurées d'Alger pour cet acte somme toute souverain. Si la politique extérieure d'un pays est un libre exercice de souveraineté qui donne le droit à un tiers de la dénoncer et de la critiquer ?
La souveraineté est le pouvoir suprême qu'un Etat s'octroie et qui lui est reconnue par la communauté internationale. Elle implique l'exclusivité de ses compétences sur son propre territoire et sa totale indépendance face aux autres nations. Chaque gouvernement détermine, souverainement et discrétionnairement, sa politique étrangère en fonction de ses propres intérêts.
La souveraineté désigne par conséquent le caractère et le comportement d'un pays qui n'est soumis à aucune autre autorité supérieure pour gérer ses affaires. C'est parce qu'il est souverain qu'il exerce pleinement et exclusivement ses compétences à l'interne et ses responsabilités à l'international. Autrement dit c'est parce qu'il est souverain, qu'il n'a pas d'égal sur le plan intérieur, ni de supérieur à l'échelle international.
La souveraineté est donc l'un des aspects et manifestations de l'indépendance. C'est la propension pour un Etat de ne se soumettre à aucun autre qui pourrait mettre à risque ses intérêts nationaux. Elle est l'expression de sa capacité de ne pas se voir imposer la volonté des autres aussi bien dans son organisation interne qu'au niveau de sa politique internationale.
C'est en imposant sa souveraineté aux autres nations, qu'un pays l'exerce pleinement. La souveraineté repose donc sur le principe d'égalité entre Etats quelle que soit leur puissance ou leur degré de développement, et indépendamment aussi de leurs inégalités de fait. En théorie au moins, et comme le stipule la charte des Nations-Unies dans son paragraphe 2, l'égalité souveraine est reconnue pour tous les pays.
L'égalité souveraine des nations signifie que les Etats ne sont soumis à aucune instance supérieur. Ils sont soumis aux seules normes qu'ils ont eux-mêmes définis et auxquelles ils ont consenti. C'est dans ce cadre que les pays délèguent volontairement une partie de leur souveraineté, dans le cadre d'accords internationaux, au profit de certains organisations onusiennes.
Altérer un rapport de force
La réalité est moins heureuse. Quand un pays s'émancipe en exerçant sa pleine souveraineté, la tentation est grande chez l'adversaire pour l'en dissuader ou l'en empêcher. L'ingérence dans ses affaires devient dans ce cas la seule approche possible susceptible d'altérer un rapport de force. Cela le dispense d'engager des négociations dont il est certain qu'il n'en sortira pas vainqueur.
L'exercice de sa pleine souveraineté permet au pays de modifier des rapports de force en sa faveur. En renouant avec les Etats qui comptent, il est en droit d'escompter des retombées politiques. Il peut aussi espérer en tirer bénéfice pour moderniser ses infrastructures, attirer des investissements et renforcer la dynamique de son secteur privé pour mieux se positionner sur l'échiquier mondial.
Le voisin, lui, voit dans cette métamorphose autre chose. Elle est tout d'abord le reflet de ses propres échecs et de son déclassement dont il est le seul responsable. Incapable de se justifier face à son public, il ne lui reste donc que l'ingérence comme option. Alors il accentue la propagande, distille les mensonges et fomente des troubles. Toutes ces gesticulations ne sont en fait que la traduction de l'incohérence de sa stratégie.
Son ingérence peut aussi prendre d'autres formes en incitant la population du pays voisin à la sédition, à la subversion, ou, au pire, au terrorisme. Toutes ces réactions n'ont qu'un seul but : tenter vainement de soumettre l'adversaire à son bon vouloir et le ralentir dans son développement et son élan.
L'Etat ingérant peut aller encore plus loin dans ses actions irréfléchies et parfois contraires à ses propres intérêts. Il peut procéder à la rupture des relations diplomatiques et couper tout lien économique. Ces gesticulations ne doivent pas tromper. Elles remplacent son incapacité à utiliser la force armée pour inverser le rapport des forces en sa faveur. Un pays dont les responsables agissent de la sorte ne peuvent mener une guerre, et encore moins la gagner. Leur armée est souvent cantonnée à garantir la sécurité intérieure.
Tous les actes menés par l'Algérie contre le Maroc depuis maintenant un demi-siècle ne sont que l'expression d'une volonté hégémonique et de tentatives vaines de modifier un rapport de force en sa faveur. Le soutien apporté au polisario, la déclaration unilatérale d'une soi-disant république sahraouie, son admission forcée au sein de la famille africaine, et l'exigence d'un référendum surmesure pour instaurer une entité fantoche au sud du Maroc procèdent de la même logique de domination.
Les militaires algériens, véritables détenteurs du pouvoir politique, croient que l'Algérie ne peut être forte qu'en affaiblissant le Maroc, et que, pour y arriver, tous les moyens sont bons. C'est leur crédo et on n'y peut rien. Ils y ont investi des fonds colossaux avec le résultat qu'on connait. Le principe du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes qu'ils défendent est à géométrie variable. Ils ne veulent l'appliquer qu'au Maroc et nulle part ailleurs.
Tous leurs actes procèdent alors de la même logique de surenchère qui n'est animée par aucune stratégie intelligente. Comment expliquer dès lors l'arrêt du gazoduc qui passe par le Maroc en privant leur propre pays d'entrée de devises tout en punissant un Etat tiers, l'Espagne ? Tous ces comportements antinatures ne cherchent qu'à peser sur les réflexes des pays voisins pour produire des réactions similaires de passion d'orgueil et pourquoi pas de panique.
Le silence assourdissant à toutes les provocations des responsables politiques algériens est en soi une réponse réfléchie. A quoi bon alimenter leurs actes irréfléchis par d'autres surenchères qui produiront des ripostes et qui, au fond, ne régleront rien. Le Maroc est maintenant habitué à leur mécanique répétitive qu'il devient vain d'y répondre. Quand Alger lève la voix cela nous donne la vraie température de la cuisine intérieure de ce pays et nous révèle, à moindre frais, leurs réelles intentions belliqueuses. C'est déjà ça de gagné.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.