Gouvernance migratoire du Maroc: « une logique humaniste », pervertie par les actions criminelles des réseaux de trafic    MD Talks: la Régionalisation « un dispositif discursif pour innover et réformer »    Cours des devises du mardi 28 juin 2022    Aéronautique : Spirit AeroSystems lance la production de composants pour Airbus    Fès : la commune lance des bornes de recharge pour les voitures électriques    Oran. Bienvenue aux JMM    UA. Macky Sall invité du G7    Afrique du Sud. Le trafic d'êtres humains inquiète    15eme édition du Festival de la culture soufie de Fès, le programme dévoilé et un moment de grâce partagée    Le Président de l'Uruguay reçoit à Montevideo Enaam Mayara    Plus de 2,6 MMDH pour la réhabilitation des établissements scolaires en 2022    La météo pour ce mardi 28 juin 2022    Préservation de la biodiversité: La fondation OCP soutient le Sénégal    Coup d'envoi à Rabat de la 21ème édition du Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels "Tbourida"    Maroc : Saisie de 67 kg de cocaïne au port de Tanger ville    Sahara : L'ONU reste prudente sur une nouvelle tournée de De Mistura    Evénements de Nador-Mellilia : Une délégation du CNDH sur place    Le Maroc dément tout contact avec la « république autoproclamée de Donesk », non reconnue ni par le Royaume ni par les Nations Unies    Etablissements scolaires. Plus de 2,6 milliards de dirhams en 2022 pour leur réhabilitation    Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels "Tbourida" : Coup d'envoi, à Rabat, de la 21ème édition    Collectivités territoriales: les recettes fiscales en hausse à fin mai    Une haute délégation militaire maroco-américaine visite l'hôpital de campagne à Taliouine    Le RCOZ retrouve espoir, le MCO en danger    Le Stade Marocain (hommes) et Chabab Khénifra (dames) remportent le titre    573 individus interpellés pour leur implication présumée dans des actes de fraude et autres affaires    Le Maroc bat la l'Egypte 5-2 et file en finale    Casablanca : 1er Forum africain du théâtre social    Covid-19: 715 nouveaux cas et 03 décès en 24H    Aéronautique : Spirit AeroSystems lance au Maroc la production des composants de fuselage    Melilla : Plus de 60 migrants déférés devant les tribunaux de Nador    « Roh El Mellah », le savoir faire juif transmis aux artisans    Khouribga / 21ème édition du Festival des Abidat Rma : Art vivant et patrimoine éternel    Migration illégale: Sanchez qualifie le Maroc de "partenaire stratégique" qui se bat contre les mafias internationales    Contrôle de l'immigration illégale : Sanchez salue les efforts déployés par le Maroc    Jeux Méditerranéens - Foot / Maroc-France (0-1) : Les Marocains battus sur un penalty en attendant l'Algérie ce mardi    Coupe arabe U20 : Les Lionceaux de l'Atlas hérite du groupe 6    Migration: Des ambassadeurs africains expriment leur disposition à collaborer avec le Maroc    Affaire Brahim Saadoun : Le père appelle le gouvernement à intervenir et se confie sur les croyances religieuses de son fils    Infrastructure: Biden annonce une initiative mondiale de 200 milliards $    Maroc : Six nouveaux monuments historiques d'El Jadida inscrits patrimoine national    Tourisme : Rabat mise sur son attractivité culturelle    Festival Gnaoua : La 24ème édition à partir du 22 juin 2023 à Essaouira    6,17 millions DH accordés à 14 festivals    L'AMIC publie son rapport sur l'impact du capital-investissement au Maroc    Algérie: séisme de magnitude 5,1 près d'Oran, panique générale    La récession serait inévitable pour certains pays, prévient la Banque mondiale    Cannabis médicinal: l'expérience israélienne rayonne à Casablanca    Météo: les prévisions du lundi 27 juin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



PCNS: Les répercussions économiques de la guerre en Ukraine pour l'Afrique et le Maroc
Publié dans PanoraPost le 02 - 03 - 2022

L'invasion de grande ampleur de l'Ukraine par la Russie le 24 février aura des répercussions politiques et économiques majeures sur le reste de la planète qui se feront sentir au cours des mois et des années à venir. La présente note est axée sur les conséquences économiques de la guerre pour les 54 pays africains et leur population d'un milliard d'habitants. Une attention particulière est accordée au Maroc, pays à revenu moyen de la tranche inférieure qui importe plus de 90 % de son énergie et la moitié de ses besoins en céréales et qui figure parmi les nations africaines les plus exposées à la crise.
A travers un Policy bref rédigé par les chercheurs Abdelaaziz Ait Ali Fahd Azaroual Oumayma Bourhriba Uri Dadush, le Policy center a essayé de formuler les principales observations de la crise. Selon les chercheurs, la guerre entre la Russie et l'Ukraine est un événement majeur, peut-être l'incident international le plus dangereux depuis la crise des missiles de Cuba. En plus, son impact est difficile à prévoir, d'autant plus qu'elle intervient à un moment où l'économie mondiale est encore aux prises avec la pandémie et en proie à des pressions inflationnistes, qui risquent de s'intensifier, surtout si le conflit se prolonge.
Concernant les perspectives, les chercheurs estiment que économiques de l'Afrique n'étaient pas favorables bien avant la crise.
Les implications de la guerre pour les pays du continent sont toutefois mitigées : si les exportateurs d'énergie réaliseront des gains importants, les importateurs d'énergie et de denrées alimentaires, comme le Maroc, en subiront les conséquences, accentuant ainsi leurs de la dette publique.
Effets sur l'Afrique et le Maroc
Sur les 54 pays que compte l'Afrique, les chercheurs rappellent que 11 sont de grands exportateurs d'énergie et les autres sont des importateurs nets d'énergie, ou en quasi-autosuffisance. Pour illustrer les effets de la guerre sur l'Afrique, nous nous concentrerons sur six grandes économies.
Trois sont des exportateurs d'énergie : l'Algérie, l'Angola et le Nigeria. Deux sont proches de l'autosuffisance énergétique : l'Egypte et l'Afrique du Sud. Le Maroc, pour sa part, est fortement tributaire des importations d'énergie et de denrées alimentaires. Ces six économies représentent ensemble plus de 60 % du PIB africain, note le PCNS.
Impacts et effets de la guerre
La guerre en Ukraine a véritablement causé des effets sur les importateurs d'énergie africains, qui ont également tendance à être des importateurs de produits alimentaires. D'ailleurs ces aspects sont fortement négatifs, souligne le Policy center. Le Maroc est la plus grande économie africaine la plus susceptible de subir un choc négatif important du fait de la guerre, car ses importations de pétrole, de gaz et de charbon représentaient 6,4 % du PIB en 2019, soit environ le double de celles de l'Egypte et de l'Afrique du Sud, qui réalisent également d'importantes exportations d'énergie. Le Maroc est également un gros importateur de céréales. Le coût des céréales importées en tant que part du PIB s'élevait à 1,4 % en 2019, mais en raison d'une mauvaise récolte attendue en 2022, les importations pourraient être deux fois plus importantes, soit trois fois plus importantes que celles de 2021. Cela signifie que l'effet combiné de la hausse des cours du pétrole et des céréales, s'il se maintient, pourrait coûter au Maroc entre 1 et 2 % du revenu national cette année.
Au-delà de l'impact sur la balance extérieure du Maroc, la flambée des cours du pétrole et des denrées alimentaires aggravera le déficit budgétaire déjà élevé, estimé à 6,5 % du PIB cette année, dans la mesure où le gaz butane est subventionné. La hausse des prix intensifiera également les pressions inflationnistes, comme dans le cas de l'essence et des autres carburants dont les prix sont libéralisés. Avec les syndicats qui font pression sur les autorités pour qu'elles ajustent les salaires afin de compenser la hausse des prix, l'inflation semble destinée à être encore plus élevée.
La suite de l'analyse sur le lien ici.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.