Manque du lait sur le marché national: nouvelle annonce du gouvernement    Officiel: les enseignants contractuels obtiennent gain de cause    Covid-19 au Maroc: le bilan de ce jeudi 6 octobre    Marrakech : Ouverture de la 4ème édition de la Conférence Internationale sur la Mobilité Durable et la conférence annuelle de l'IRF    Coopération migratoire : L'UE souligne « l'engagement fort » du Maroc    Casablanca : Halte aux charrettes à traction animale !    Sahara : la réponse cinglante de Samir Addahre au représentant de l'Algérie à l'UNESCO    Standard&Poor's plus optimiste que la Banque Centrale    La chaine CNews mise à nu après l'annulation d'une émission consacrée au leader du MAK, Ferhat Mehenni    Classement FIFA : Le Maroc se hisse au 22ème rang mondial    Futsal : premier entrainement des Lions de l'Atlas avant leur match contre le Brésil    Le Conseil de gouvernement approuve un projet de décret déterminant l'organisation du ministère de la justice    Mohamed Mehdi Bensaid à l'AG de la FAAPA: «Une nouvelle Afrique se dessine»    [Vidéo] Alger: tentative de suicide d'un policier    Maroc : Les contrôleurs aériens convoqués par le gouvernement après leur annonce de grève    À Alger, un policier harcelé par sa hiérarchie tente de se suicider    Botola: découvrez le programme de la 5ème journée    Championnat arabe de cyclisme sur piste (1ère journée) : Le Maroc remporte trois médailles, dont deux en or    La Charte de l'investissement adoptée en commission à la Chambre des représentants    Mondial. Paris Saint-Germain est qatari, Paris boycotte le Qatar    Ciments du Maroc : Le résultat net consolidé en recul de 17,8% au S1-2022    Sahara : l'Algérie invitée à assumer ses positions    Le chanteur « Sy Mehdi » répond à ses détracteurs (VIDEO)    Ligue des champions: PSG, Manchester, Real...tous les résultats de la 3e journée (VIDEO)    Mondial de football pour amputés: le Maroc écrase l'Argentine et file en quarts (VIDEO)    Le capitaine Ibrahim Traoré officiellement nouveau président du Burkina Faso    Transformation et fabrication du cannabis au Maroc : les premières autorisations délivrées    Symposium de l'eau à Casablanca: Focus sur l'efficacité et la sécurité hydriques au Maroc (VIDEO)    Annie Ernaux remporte le prix Nobel de littérature 2022    Quand la numismatique nous raconte l'Histoire !    Décès de 66 d'enfants en Gambie: l'OMS ouvre une enquête concernant 4 sirops contre la toux    Fès : Enquête judiciaire contre un policier accusé d'attentat à la pudeur sur une mineure    Mondial féminin U17 : Le Maroc s'incline face à son homologue chilienne en match amical    L'OPEP+ réduit considérablement la production de pétrole    Sécurité : Une délégation de l'OTAN s'est rendue au Maroc    Mondial Amputées : Maroc – Turquie en 1/4. Pour suivre le match    Exposition « Regard à travers l'art» : Une invitation à l'observation et à la révélation    Une 3ème édition à l'espace Toro et pour tous les goûts    250 cavaliers au 16ème Festival de tbourida à Inezgane    Cacao. La Côte d'Ivoire maintient son leadership    Ghana. Une nouvelle stratégie pour le tourisme    Rabat, Casablanca, Marrakech, Tanger...des températures assez douces ce jeudi    Forum mondial de l'Alliance des civilisations à Fès. Moratinos exprime ses remerciements au Roi Mohammed VI    Khaled Nezzar. Le grand comploteur contre le Maroc serait agonisant    Santé : 1,7 MMDH pour la mise à niveau et l'équipement de CHU    Voici le temps qu'il fera au Maroc, ce jeudi 6 octobre 2022    Mathafi : lancement du programme d'initiation à l'art    Le Maroc et la France appelés à préserver leur relation et à la projeter face aux nouveaux défis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Maroc : L'Aïd el kebir, la fête la plus attendue du monde rural
Publié dans Yabiladi le 25 - 10 - 2011

Aïd Al Adha approche au galop. Une fête religieuse d'abord mais aussi une courroie de transmission de fonds entre la ville et la campagne. Cette année la vente d'animaux destinés au sacrifice générera un chiffre d'affaire de plus de 7,8 milliards de dhs, une aubaine pour les éleveurs et les agriculteurs.
Grande fête célébrée dans la liesse et la joie gastronomique, Aïd al Adha est aussi une fête de solidarité. Cette solidarité dépasse l'aumône, le partage et l'offre de nourriture, et acquiert une dimension économique non-négligeable. Cette année, les transactions commerciales relatives à la fête du Sacrifice généreront un chiffre d'affaire supérieur à 7,8 milliards de dhs. «C'est une façon indirecte et discrète pour la ville de subventionner la campagne» assure Yassine Jamali, agriculteur. En effet, la plus grande partie des bénéfices ira directement aux agriculteurs, et les recettes des ventes de l'Aïd leur permettront de financer d'autres activités agricoles.
Les agriculteurs et éleveurs concernés se divisent en deux catégories : «ceux qui engraissent et vendent le produit de leurs brebis et ceux qui vont dans les souks 6 mois à l'avance, achètent à bas prix les bêtes de bonne qualité, explique Yassine Jamali. Puis, ils les vaccinent, les déparasitent, pour ensuite commencer à les engraisser». Cette année, près de 6 millions de têtes seront destinées à l'abattage, ovins et caprins confondus. La demande ne dépasse cependant pas les 5,1 millions, dont 4,7 millions d'ovins selon les estimations du ministère de l'agriculture et de la pêche maritime.
«Les moutons c'est comme les voitures»
«La vente de 5 millions de têtes, c'est un énorme transfert d'argent de la ville à la campagne. Si ces bêtes restent sur le marché, le prix du mouton s'effondre». Aid Al Adha permet donc de garder un certain équilibre économique. Le prix du mouton, vendu plus cher au gros qu'en détail y participe.
«D'un point de vue économique, ce n'est pas logique. Mais il est vrai que quand on enlève la peau du mouton, le tube digestif et qu'il reste la carcasse, le kilo revient beaucoup plus cher que si on achète cette même viande au kilo, admet Yassine Jamali. Mais il y a le côté subjectif qui joue. On veut un beau mouton, avec des belles cornes, l'aile noire» poursuit-il.
D'après Yassine Jamali, le prix du mouton varie selon les fluctuations du prix du grain. Car l'engraissage du mouton se fait au grain et non à l'herbe, et le grain est importé. «Donc si le grain coûte cher, l'éleveur est obligé de monter le prix pour pouvoir se faire de la marge. Il y a également des moutons qui coûtent cher, parce que ce sont de beaux moutons […] Les moutons c'est comme les voitures, on peut aller de la Twingo à la Chrysler, après chacun choisit selon sa subjectivité», explique Yassine Jamali, mais aussi selon son budget.
Les éleveurs proposent cependant un large choix d'ovins: du «sardi» au simple mouton de montagne, il y en a pour toutes les bourses. Et ce n'est pas pour fâcher ces éleveurs qui font leur beurre en période de Aid, ce qui en fait la fête la plus attendue du monde rural.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.