Coronavirus : 61 nouveaux cas, 8.132 au total, samedi 6 juin à 10h    La CNDP publie son bulletin sur la confiance numérique    Rabat prépare son plan de relance post Covid-19    Le Maroc au sommet mondial sur la vaccination    Distribution de kits sanitaires dans les centres de protection de l'enfance    Tribunaux numériques et cabinets d'avocats virtuels se pressent au portillon    Les entreprises ne jurent que par le marketing digital    Projet ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Le premier cabinet d'avocat virtuel voit le jour à Casablanca    Belhanda troquerait Istanbul contre Riyad    Hamada El Baihi : L'Algérie est coupable de la persistance de la souffrance des populations séquestrées à Tindouf    Le capitalisme américain est-il raciste depuis toujours ?    Distribution de kits sanitaires à 4.300 enfants en situation de précarité    Saad Dine El Otmani : Le dépistage massif des salariés permettra d'accélérer la reprise de l'activité économique    Volonté de Marrakech et d'El Kelâa des Sraghna de booster l'enseignement préscolaire    Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Le Maroc plaide pour une mobilisation accrue contre les actes de violence de Daech en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Raul Gonzalez futur entraîneur d'Amine Harit?    Benfica: Taarabt élu homme du match contre Tondela    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    TDN: le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres dans l'après Covid    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    La vérité derrière le mensonge    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entretie avec le Docteur Adib Choukaili, ophtalmologue
Maladies oculaires et roubles de la vue
Publié dans Albayane le 08 - 02 - 2013


Maladies oculaires et roubles de la vue
Rares sont ceux et celles parmi nos concitoyens qui, à un moment ou un autre de leur existence, n'auront pas à faire face à une agression ou maladie oculaire. Les affections oculaires sont nombreuses et variées. Elles recouvrent la sécheresse oculaire, les allergies, les infections, la fatigue oculaire, les traumatismes de l'œil, les effets néfastes du soleil, les différentes maladies de l'œil, les troubles de la vision, la cataracte, le glaucome...
La liste des maux de l'œil est très longue, car toutes les structures de l'œil peuvent être concernées et donc susceptibles d'être atteintes.
Pour mieux comprendre les affections de l'œil les plus courantes, telles que les allergies, les infections, les traumatismes, la sécheresse oculaire ou encore le port des lentilles, nous avons rencontré pour nos lecteur le Docteur Adib Choukaili, un spécialiste en ophtalmologie.
A travers cet entretien, il apporte toutes les réponses susceptibles d'éclairer nos lecteurs en ce qui concerne les maladies de l'œil, les troubles de la vue et les traitements existants.
Al Bayane : Quelles sont les infections oculaires les plus courantes?
Docteur Adib Choukaili : Tout d'abord il faut préciser que le terme d'infection oculaire regroupe l'ensemble des maladies dues à un micro-organisme qui envahit l'œil et ses annexes, c'est-à-dire les paupières et les voies lacrymales. Ces infections peuvent être de nature bactériennes, virales mycosiques c'est-à-dire dues à un champignon, ou, dans certains cas, parasitaires.
Ces infections peuvent être superficielles ou profondes, aiguës ou chroniques.
Elles sont susceptibles de toucher les paupières, c'est la blépharite, la conjonctive et entrainer une conjonctivite, concerner la cornée. C'est ce que l'on désigne sous le terme de kératite et les voies lacrymales qui permettent l'évacuation des larmes peuvent aussi être infectées.
Quelles sont les causes de toutes ces infections ?
Les causes sont multiples et variées. Dans l'exercice de nos fonctions, nous procédons tout d'abord à l'identification de la nature de cette infection, c'est-à-dire est ce qu'il s'agit d'une conjonctivite, d'une kératite, ou d'une blépharite...
Pour ce faire, nous procédons à un interrogatoire et puis nous recherchons s'il y a une baisse de la vision, des douleurs au niveau de l'œil, ou des photophobies, nous réalisons un examen très approfondi de l'œil. L'ophtalmologue peut effectuer aussi des prélèvements afin d'identifier les germes en cause dans cette infection.
On peut aussi mettre en évidence des raisons associées à ces infections de l'œil, c'est notamment le cas du port de lentilles de contact, ou d'un traumatisme ou d'une allergie des paupières, ou encore une rhinopharyngite
Les causes comme je vous le dis sont nombreuses et j'ajouterais pour votre information et celle de vos lecteurs que parmi les infections à l'origine des conjonctivites ou des kératites (inflammations de la cornée), on retrouve les infections sexuellement transmissibles (IST) telles la syphilis, gonorrhée, chlamydia, herpès, hépatite B. De même, nous relevons que la tuberculose ou encore des maladies comme les oreillons, la rougeole, la grippe, le zona ainsi que certaines mycoses sont toutes susceptibles de générer une infection oculaire.
Existe-t-il des complications infectieuses liées au port de lentilles ?
Le port de lentilles de contact quand il est décidé de manière aléatoire, sans avis de l'ophtalmologue, peut induire des complications infectieuses graves surtout en l'absence d'un diagnostic rapide et l'instauration d'un traitement adapté.
Des signes comme des secrétions anormales, des douleurs et la rougeur de l'œil doivent alerter et une consultation chez l'ophtalmologue en urgence s'impose.
Quels sont les signes qui doivent attirer l'attention ?
Difficile de dire qu'il y a tel ou tel signe qui prédomine, surtout que les causes de ces infections sont si nombreuses, dans ces conditions on comprend que les signes ou les symptômes de l'infection oculaire soient évidemment très variés. Mais ce qu'il convient ici de rappeler, c'est que généralement, les symptômes dépendent du siège et de l'étiologie de l'infection.
Pour faire plus court, je dirais que parmi les symptômes courants de la conjonctivite, on retrouve de la rougeur, des démangeaisons et un écoulement.
Pour plus de précisions sur la nature de cet écoulement au niveau de l'œil, il faut savoir qu'en cas de conjonctivite virale, l'écoulement est surtout aqueux ou muqueux
Mais en cas de conjonctivite bactérienne, cet écoulement est épais, blanc, jaune ou vert, le malade ressent comme si son œil contient du sable et il y a la formation de croûtes sur la paupière.
En ce qui concerne les symptômes communs de kératite et d'autres infections de la partie avant de l'œil, ils sont les suivants : on retrouve des douleurs, des démangeaisons ou la sensation de corps étranger dans l'œil, une photosensibilité pour la lumière vive, une rougeur ou de petites lignes rouges dans le blanc de l'œil, un écoulement de pus jaune, qui peut être croûteux au réveil (signe possible d'infection bactérienne). Il y a aussi des larmoiements, un œdème ou enflure des paupières et on relève aussi un clignement involontaire constant, ce que les ophtalmologues désignent sous le terme de blépharospasme.
Quels sont les facteurs de risque des maladies de l'œil ? On cite souvent le tabagisme, le diabète, l'hypertension artérielle, le vieillissement ou l'exposition à la lumière...
Le premier facteur d'atteinte de l'œil, c'est le vieillissement du tissu. Le vieillissement du cristallin entraîne une grosse pathologie, la cataracte. Le deuxième gros vieillissement du tissu touche la rétine dans sa partie centrale, la macula. C'est la dégénérescence maculaire liée à l'âge. Il y a en plus des facteurs de risque, c'est vrai. Le cristallin vieillit et jaunit tout au long de la vie, c'est sûrement dû à l'action des ultraviolets. Les ultraviolets font aussi partie, comme d'autres gammes de lumière d'ailleurs, des rayonnements toxiques pour la rétine. Le tabagisme n'a une action connue que sur la dégénérescence maculaire, à ma connaissance. Le glaucome a beaucoup à voir avec les problèmes cardio-vasculaires.
Quant au diabète, ce n'est pas un facteur de risque mais de maladie. À un stade avancé, il abîme directement l'œil, et notamment la rétine. On dit toujours une chose très vraie, l'œil et le rein fonctionnent toujours ensemble pour le diabète, donc quand il y en a un qui est touché, l'autre ne tarde pas à suivre. C'est un facteur de risque, oui, mais c'est aussi une maladie de l'œil en soi.
Quelles sont les problèmes de yeux les plus fréquents quand on vieillit ? Et comment les éviter ?
Les problèmes les plus courants sont la presbytie et cataracte, et la fréquence de certaines maladies augmente avec l'âge : DMLA (Dégénérescence maculaire liée à l'âge), glaucome, sécheresse oculaire. Il y a peu de moyens de prévention à l'efficacité réellement prouvée, mais on peut conseiller de protéger ses yeux du soleil, ne pas fumer et avoir une alimentation riche en antioxydants (fruits et légumes variés). Par ailleurs, il est conseillé de consulter régulièrement un ophtalmologiste après 50 ans.
La cataracte est une cause de cécité au Maroc. Quelles sont les principales caractéristiques de cette maladie ?
D'abord il faut dire que la cataracte est la première cause de cécité dans le monde et que cette maladie est curable. La lutte contre les maladies oculaires est une préoccupation majeure du ministère de la Santé au Maroc. Dans ce cadre, la Direction de l'épidémiologie et de lutte contre les maladies a réalisé une Enquête nationale sur les causes de la prévalence des déficiences visuelles (ENCPDV) au Royaume en 1992. Cette étude avait permis d'estimer l'ampleur de certains problèmes de morbidité oculaire. La prévalence de la cécité était de 0,76%. Celle de la baisse de vision bilatérale de 2,27%. Celle de la perte unilatérale de vision de 2,8%.
La cataracte représentait la principale cause de cécité et de la baisse de vision bilatérale (50%) suivi du glaucome (14%) et des opacités cornéennes (10%).
La cataracte se caractérise par une opacification du cristallin (lentille de l'œil), entraînant une baisse de vue. Dans la plupart des cas, la cataracte est liée à l'âge, elle est d'évolution progressive. Au début, le sujet est gêné par une sensibilité anormale à la lumière (photophobie), surtout marquée sous forte lumière (éblouissement au soleil ou lors de la conduite de nuit) pouvant s'accompagner de larmoiement réflexe. D'autres causes sont possibles essentiellement le diabète, la myopie forte ou les traumatismes. La cataracte est responsable d'une baisse progressive de la vision, une modification de la perception des couleurs. Au Maroc 50. 000 nouveaux cas de cataracte sont recensés chaque année. Le seul traitement est chirurgical
C'est de loin la chirurgie la plus pratiquée. C'est une chirurgie très couramment pratiquée. Donc la cataracte, c'est le vieillissement de la seule lentille qui est dans l'œil, le cristallin. Comme son nom l'indique, il est normalement transparent jeune mais il va jaunir, durcir et finir par s'opacifier en vieillissant.
Comment traite-t-on la cataracte ?
C'est simple, on remplace la lentille opaque par une lentille artificielle transparente.
L'opération se déroule sous anesthésie locale, sous un microscope opératoire. La phaco-émulsification permet d'éviter les larges incisions dans la cornée, grâce à l'utilisation des ultrasons. Une incision de seulement 3 mm est réalisée pour introduire une sonde qui émet des ultrasons. La sonde vibre à une fréquence de 60.000 mouvements par minute, ce qui conduit à pulvériser le noyau du cristallin. Les fragments sont aspirés, puis le sac capsulaire est nettoyé. Un nouveau cristallin (implant) est déposé dans la capsule. L'intervention ne dure que de 10 à 20 min et le patient peut rentrer chez lui quelques heures après l'opération.
Cette chirurgie moderne est pratiquée aussi bien dans le secteur public que dans le privé. Quant aux coûts de prise en charge, le prix d'une chirurgie pour traiter une cataracte varie entre 6000 à 9000 DH. Il est important de signaler que le ministère de la Santé a fait des efforts considérables, durant les 4 ou 5 dernières années, en équipant des établissements de soins publics d'ophtalmologie d'une trentaine de machines.
C'est une chirurgie qui a permis de développer des optiques extrêmement sophistiquées et précises pour restaurer au mieux la vision la plus naturelle possible et sans lunettes.
Quelle est la différence entre les maladies de l'œil et les troubles de la vue ?
Il est vrai que pour le citoyen lambda, un œil qui fait mal, qui coule, qui gratte est un œil malade et que c'est aussi un trouble de la vision. Une erreur qui parfois peut couter chère surtout quand on s'amuse à porter des lunettes qui se vendent comme des petits pains pour voir mieux.
On parle de maladie de l'œil quand la vision baisse de telle sorte que même avec sa correction adaptée, cette vision n'est plus optimale. Autrement dit, on ne peut pas parler de maladie de l'œil et de son retentissement si on n'examine pas auparavant les troubles de la vue. Les troubles de la vue, ou troubles de la réfraction, sont les erreurs optiques de l'œil.
On connaît les principales. D'abord celles qui surviennent chez le sujet jeune, enfant ou adolescent, les plus connus étant la myopie et l'hypermétropie qui est l'inverse.
La myopie c'est l'œil qui est trop long alors que l'hypermétropie, c'est l'œil qui est trop court. Pour l'astigmate, qui peut être soit myope soit hypermétrope, ce n'est pas une histoire de longueur mais de déformation de la cornée. Enfin, il y a un quatrième trouble, la presbytie, qui n'est plus une histoire d'anomalie de l'œil mais de diminution de l'accommodation, c'est-à dire la capacité de notre œil à faire la mise au point de près. Et ça, ça survient chez tout le monde vers 40-45 ans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.