Parlement: Les conseillers peinent sur leur propre règlement    Startups: L'OCP met le turbo    Les européens appelés aux urnes    La tension militaire mobilise le CCG et l'Opep    Violence dans les stades: Le débat encore (re)lancé    L'aide à l'éducation, un modérateur    Service militaire obligatoire. Le roi Mohammed VI ordonne le recrutement de plus de candidats pour cette année    Le roi Mohammed VI adresse un message de condoléances à la famille de Tayeb Bencheikh    L'offensive de Trump met en péril la survie de Huawei, selon des experts    Huawei : Nouvelle salve de Washington contre Pékin    L'Espagne reste premier partenaire commercial du Maroc, selon Eurostat    Le Maroc réélu au bureau exécutif du Conseil des ministres arabes de la Santé    Maradona appelle à boycotter un film sur lui    Etude. Maîtriser l'anglais améliore-t-il nos conditions au travail?    Rabat. Un centre de santé lancé à Diour Jamaâ    Le Musée national d'histoire naturelle de Rabat célèbre la journée internationale des musées    La RSB fait l'essentiel à Berkane face au Zamalek, en attendant la confirmation au Caire    Aéroport Fès-Saiss : Hausse du trafic des passagers à fin avril 2019    1998: retour des Lions pour une place au quart…    Seedorf : Le Maroc favori de la CAN    Stress hydrique. La Chine et le Maroc allient leurs forces    Artcom'Sup intègre la World Design Organization    Lahoucine Bardaouz, un talent pluriel    L'autre dans le cinéma    Bouskoura : Trois ouvriers meurent par asphyxie dans un canal des eaux usées    Numérisation du système judiciaire : Signature d'une convention entre le barreau de Casablanca et la CDG    Côte d'Ivoire : Atlantique Assurances, filiale de la BCP, lance une offre dédiée aux agriculteurs de coton    Fiscalité. Les libéraux veulent reconstituer un front uni    PAM. Crise autour du 4e congrès national    Etats-Unis : Quand un milliardaire diplômé rembourse les dettes étudiantes de toute sa promotion    Chronique Humour et Ramadan : Qu'Imam me suive…    L'enseignement supérieur passe au mode grève    Le Maroc à Genève pour la 72ème Assemblée mondiale de la santé    Les inégalités augmentent dans l'UE, mais moins qu'ailleurs    M'hamed Loqmani : Les intellectuels qui ne créent pas le buzz ne sont pas toujours les bienvenus dans les médias    Attention aux jeans trop serrés et à l'épilation intégrale !    Pendant le Ramadan, Essaouira retrouve toutes ses sensations    Phoques, caviar et pétrole: la mer Caspienne menacée par la pollution    Agentis construira et équipera des hôpitaux publics en Côte d'Ivoire    Divers Economie    Les Marocains d'Italie dénoncent la situation tragique dans les camps de Tindouf    Insolite : Soyez "gentils" avec la police nigériane    Ces tournages qui ont tourné au drame : Troie    Cinquantenaire du FNAP de Marrakech    En larmes, le monstre sacré du 7ème art Alain Delon honoré à Cannes    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bille Auguste séduit et Tala Hadid invite à penser le monde
Du beau cinéma à Marrakech
Publié dans Albayane le 10 - 12 - 2014

Du beau cinéma à Marrakech
Au-delà des polémiques stériles, sur les pseudos salaires des stars et de fausses révélations aux finalités manipulatrices et occultes, le festival de Marrakech continue son bonhomme de chemin avec en vedette les films de la compétition officielle qui, au fur et à mesure, bousculent les pronostics rapides et les classements hâtifs. Jusqu'à lundi soir ce sont deux films qui sont plébiscités d'une manière informelle par les cinéphiles, Nabat (Azerbaïdjan) et Mirage (Hongrie-Slovaquie).
Seulement, les cinéphiles assidus ne se focalisent pas sur la seule compétition officielle, soucieux de ne pas rater une pépite que ne manque pas de charrier les sections parallèles du festival. Ce fut le cas avec la (re)découverte du film Street of Shame de Mizoguchi, présenté dans le cadre du spécial Japon. Un film de 1956 et qui est certainement l'un des meilleurs du maître japonais, un formidable hymne à la femme et une démonstration de la maîtrise du langage cinématographique. Un chef d'œuvre vu à Marrakech.
Autre événement phare de la journée de lundi, l'entrée en lice du premier film marocain, Itarallayl de Tala Hadid. Un premier long métrage attendu de cette jeune cinéaste au parcours professionnel et biographique atypique. Elle est l'incarnation même d'un monde globalisé et sans frontière. Ses origines multiculturelles influencent son cinéma. Elle est arrivée un jour au festival du court métrage de Tanger comme un OVNI avec un film qui a fait forte impression, Tes cheveux noirs Ihssane. Un film sur le déracinement, la recherche des origines et le questionnement identitaire, sur un fond de conflits et d'antagonismes internationaux ; le tout porté par des choix esthétiques de mise en scène qui confinent à l'expérimentation. Je suis heureux de constater que son premier long métrage approfondit ces choix d'écriture en les radicalisant. C'est un récit fragmenté à l'image d'un monde complexe. Au premier degré, c'est le premier film marocain qui aborde frontalement le départ de jeunes Marocains qui ont fait le choix d'aller se battre au Moyen-Orient, en l'occurrence l'Irak. C'est le premier fil dramatique qui se tisse autour de l'histoire de Zacaria qui part à la recherche de son frère disparu dans le tourbillon irakien. Mais le film propose une narration complexe qui relève d'un film choral où plusieurs destins s'entremêlent ; le récit de Zaccaria croise une autre histoire celle de Aïcha, cette jeune fille de l'Atlas enlevée par un couple de truands pour la livrer à un trafic occulte. Tala Hadid reste fidèle à sa démarche en mobilisant au cinéma les moyens du cinéma pour dire la complexité du monde. L'usage récurrent de certaines figures cinématographiques développe une approche originale : le recours à la plongée ; le hors champ sonore via la radio notamment offre une autre dimension à l'espace reclus des protagonistes. On bouge beaucoup dans le cinéma de Tala Hadid ; l'usage récurrent de la voiture, le taxi notamment lui donne l'occasion de revenir à un plan qu'elle affectionne beaucoup, celui de filmer le visage du personnage accolé à la vitre de la voiture dans une posture méditative avec le reflet sur le verre qui ouvre le champ doublée par la voix off, soit celle du personnage soit celle de la radio. Un beau film. Tala Hadid tient ses promesses.
Opération séduction réussie par la section hors compétition quia gratifié le nombreux public de la grande salle du Palais des congrès avec le nouveau film de Bille August, Silentheart. Un film qui a obtenu le plus fort applaudimètre de ces premiers jours de festival.
Bille August arrive à Marrakech auréolé d'une double récompense à Cannes, avec la consécration suprême, la Palme d'or. D'abord en 1987, pour le très beau et émouvant Pelle le conquérant, également Oscar du meilleur film étranger et en 1992 pour Les meilleures intentions. Ce film est justement représentatif de cette dimension scandinave du cinéma de Bille August. Un cinéaste palmé et récompensé à travers le monde mais aussi, un auteur qui se situe dans la grande tradition du cinéma nordique qui va de Karl Dreyer à Bergman. Symboliquement d'ailleurs, il allait présider la délégation du cinéma scandinave à qui le festival de Marrakech a rendu hommage lors de la précédente édition (2013). Cette filiation qui est loin de réduire à la géographie relève plutôt de l'héritage culturel et esthétique. La meilleure illustration en est d'une manière explicite sa collaboration avec Ingmar Bergman pour le film Les meilleures intentions. C'est, en effet, Ingmar Bergman qui en a proposé le scénario, quasiment autobiographique : «J'ai minutieusement étudié Pelle le conquérant et je ne vois personne que j'aurais pu préférer à Bille. J'ai vu sa chaleur, son professionnalisme, sa précision et tous les non-dits qui sous-entendent son travail», dit le maître suédois à propos de Bille August. Il a retrouvé dans ce cinéma cette «atmosphère» qui fait que la complexité des relations humaines est rendue à travers la captation des signes extérieurs qui disent l'intérieur selon le credo bergmanien «le monde est visage et le visage est monde» ou ce que le philosophe Gilles Deleuze appelle «l'abstraction lyrique». Une approche artistique qui fait confiance aux outils du cinéma pour rendre visible l'invisible. Une esthétique qui remonte loin car Bergman, quelque part prolonge le travail d'un autre maître danois du langage cinématographique, Carl T. Dreyer chez qui Bergman et Bill August ont appris rigueur et intransigeance esthétique. L'année dernière au Colisée les cinéphiles marrakchis ont vibré d'émotion face aux gros plans inoubliables de La passion de Jeanne d'Arc, chef d'œuvre de C.T. Dreyer. Silentheart est construit justement à l'image d'un huis clos bergmanien mettant en scène une famille qui se réunit le temps d'un week-end pour accompagner la mère malade qui a consciemment pris la décision de se donner la mort pour mettre fin à ses souffrances et à la déchéance du corps. Un suspense extraordinaire nourri de la complexité des rapports au sein des couples et des générations. Le scénario offre une progression où les rebondissements sont chaque fois d'une grande charge émotive et humaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.