Maroc. La SFI engagée pour stimuler la reprise économique    ONEE/BEI : un nouvel accord de financement de 37,5 millions d'euros    La CGEM élue membre du Conseil d'administration de l'Organisation Internationale du Travail    Brésil: le ministre de l'Environnement annonce sa démission    Dossier Hakimi: l'Inter Milan rejette les offres de Chelsea et du PSG    Covid-19: le Chili a vacciné 80% de la population cible    Prévisions météorologiques pour la journée du jeudi 24 juin 2021    Environ 48% des migrants exercent une activité professionnelle    L'Espagne inquiète du développement agricole au Sahara marocain    IFC va appuyer la mise en œuvre du Fonds Mohammed VI    Sahara Marocain: Quand John Bolton s'emmêle les pinceaux    Commémoration du 80ème anniversaire de l'agression de l'Allemagne nazie contre l'URSS.    L'ex-président Mohamed Ould Abdel Aziz écroué    Washington demande le retrait des forces étrangères    Politique. Le nomadisme n'est que la conséquence de la crise    L'Angleterre bat la République tchèque et s'adjuge la 1re place    Hakan Calhanoglu s'engage avec l'Inter Milan    Les Suns s'imposent sur un dunk à la dernière seconde    Sahara marocain : le plan d'autonomie, seule option pour une solution définitive    Bangkok : remise d'une décoration Royale à l'ex-ambassadeur de Thaïlande au Maroc    Maroc/Covid-19: le bilan de ce samedi 29 mai    HCP: La sécurité au Maroc attire les migrants    Ouverture des candidatures pour l'édition 2021    Oujda : première exposition individuelle de l'artiste peintre Fatiha Rabhi    Le 42e moussem d'Asilah, une manifestation pluridisciplinaire d'envergure    Paysage après le Covid...    Netflix : Steven Spielberg signe un contrat réaliser une série de films    LMN'ART : Débarquement immédiat !    Enseignement: la rentrée scolaire 2021/2022 fixée au 3 septembre    Maroc : les listes A et B mises à jour au moins deux fois par mois    Le variant Delta sème la terreur dans le monde    Les baisses des prix des billets coûteront 4,5 MMDH à l'état    Un autre Charles de Foucauld est parmi nous    PND : réunion consultative entre les partis représentés au Parlement et la CSMD    Banques: le besoin de liquidité se creuse à 72,6 milliards de DH en mai    Les Marines chantent la Marocanité du Sahara    Commerce électronique : QNET remporte trois trophées à l'échelle mondiale    À Genève, l'intégrité territoriale du Maroc plus que jamais appuyée    Maroc. Les greniers de Souss-Massa pourraient être les premières banques au monde    Trafic des armes à feu : l'administration Biden instaure des unités spécialisées dans certaines villes    Coupe arabe U20 : Djibouti – Maroc, les Lionceaux pour confirmer    SM Caen : Yacine Bammou se prépare pour son retour    Liverpool, un joyaux britannique sur le point de disparaître du patrimoine de l'Unesco    Le rallye-raid aura son championnat du monde en 2022    Le stage de Saint-Etienne au Maroc annulé    La CGEM élue membre du Conseil d'administration de l'OIT    Ismaïl Haniyeh, le leader du Hamas, chez le PJD    Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à l' »Etat islamique » s'activant dans la région de Marrakech-Safi (BCIJ)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Nostalgie»
L'artiste Houssein Miloudi expose ses œuvres à la galerie d'art L'Atelier 21
Publié dans Albayane le 15 - 12 - 2014

L'artiste peintre Houssein Miloudi expose ses œuvres récentes à la galerie d'art L'Atelier 21, du 16 décembre 2014 au 24 janvier 2015. Dans cette exposition, intitulée «Nostalgie», l'artiste s'est inspiré de ses œuvres anciennes, ses premières recherches et ses archives.
Rare et original à la fois, l'artiste a revisité les différentes périodes qui ont marqué sa carrière de plasticien. Une carrière riche de plus de 45 ans de travail ininterrompu. Depuis sa première exposition personnelle en 1968 à Marrakech, Houssein Miloudi n'a cessé de pointer les arts plastiques au Maroc par un dialecte qui puise sa force d'expression dans des sources traditionnelles : les écritures dans les tablettes au Msid, les graphies dans les amulettes (hjab) pour protéger du mauvais œil et les formes imprimées sur les arts ruraux.
L'originalité de Miloudi, c'est que tout en s'inspirant de formes ancrées dans la culture locale, il a développé un dialecte plastique qui ne renvoie pas de façon directe ou littérale à ses sources d'inspiration. Ce langage a enrichi la création plastique au Maroc et haussé Houssein Miloudi au rang de l'un des artistes peintres les plus influents au Maroc.
Aujourd'hui, Houssein Miloudi a ressenti l'impérieux besoin de jeter un regard rétrospectif sur ses œuvres anciennes. Il s' explique d'ailleurs dans un texte émouvant qui est éponyme du titre de cette exposition. « J'ai retrouvé, avec un grand plaisir, une esquisse datée de 1973 que j'ai décidé de réaliser « texto » en 2014 et que je présente dans cette exposition sous le titre « Nostalgie », écrit Houssein Miloudi.
Mais ce qui échappe à l'artiste lui-même, c'est que la maturité acquise durant près d'un demi-siècle de face-à-face avec la peinture marque les œuvres présentées en 2014. Le résultat, ce sont des œuvres remarquables de vigueur. Miloudi signe là l'une de ses expositions les mieux abouties.
En effet, les œuvres de Miloudi ont intégré des collections prestigieuses au Maroc dont le Palais Royal, l'Office Chérifien des Phosphates, la Fondation ONA, Bank Al Maghrib, la Société Générale, Attijariwafa Bank, la Caisse de Dépôt et de Gestion, ainsi que plusieurs collections en France, en Espagne, en Allemagne, aux Etats-Unis, au Liban...
Après des études à l'Ecole des Beaux Arts de Casablanca, Houssein Miloudi obtient une bourse du gouvernement français pour l'école nationale des Beaux Arts de Paris, puis s'installe dans sa ville natale d'Essaouira.
Après une période de cercles, de carrés et de rectangles à la géométrie stricte, Miloudi s'est acheminé vers la déconstruction de l'univers homogène qu'il a peint pendant des années. Les tableaux de Miloudi ressemblent à une tour de Babel dont seuls quelques éléments traduisent la nostalgie d'un monde homogène qui vole en éclat.
Le souci du détail caractérise la peinture de Miloudi. A l'intérieur de chaque tableau, de minuscules figurines prouvent la maîtrise du graphisme dans l'art du peintre. Ces figurines, qui avaient disparu des travaux récents de Miloudi, réapparaissent dans cette série qui synthétise les différentes périodes de l'artiste, tout en attestant une maturité jamais égalée. Les thèmes chers à l'artiste, comme la déperdition de sa ville natale, la déconstruction, sont toujours présents, mais l'éclatement repose sur une harmonie et un équilibre qui attestent la grande familiarité de l'artiste avec la peinture. A travers cette exposition, Miloudi revisite ses différentes périodes, tout en les traitant avec son œil et sa sensibilité d'aujourd'hui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.