Mohamed Aujjar s'informe du fonctionnement de la Cour de cassation hongroise    Sahara marocain : La Barbade décide de retirer sa reconnaissance de la pseudo «rasd»    OPV Maroc Telecom. "Bon timing"    Administration. Où en est le chantier de la déconcentration ?    CAN 2019 : « Le meilleur reste à venir », promet Boussoufa    Le Sénégal et l'Algérie prennent les rênes du Groupe C    Casa-Settat : Le taux de réussite au bac en très forte augmentation    Edito : Excédent au Bac    Vif succès du tournoi de football organisé par Act4Community Jorf Lasfar    Les marchands non financiers confiants pour le deuxième trimestre    Mohamed Cheikh El-Ghazouani se déclare vainqueur de la présidentielle mauritanienne dès le premier tour    Washington a lancé des cyberattaques contre l'Iran    Enfin un prix pour l'enseignant inspirant    La politique migratoire de l'Espagne entre façade et réalité    Répression tous azimuts dans les camps de la honte    Une victoire d'entrée pour les maîtres de céans    Marc Lamti, le plus jeune joueur de la compétition    Amine Harit : Au fond de moi, ça n'allait pas et je me mentais    Divers    "Futuristic Vision" remporte le prix de la meilleure Junior entreprise    Divers    Hamid El Kasri et Susheela Raman enflamment la scène Moulay Hassan    Mawazine 2019: Concerts explosifs de Lartiste et David Guetta à la scène OLM Souissi    Levée du drapeau du "polisario" sur scène. Soolking boycotté par les Marocains    Palestine. Une marche de soutien à Rabat    CAN 2019 : une victoire difficile du Maroc face la Namibie    SNPM. El Bakkali reste aux commandes    RAM lance la desserte non-stop Casablanca-Boston    Délinquance en baisse à Fès: la DGSN donne des preuves    Baccalauréat 2019 : un taux de réussite de 65,55%    Casablanca : Enquête judiciaire sur la chute d'une Philippine du 3ème étage    Affaire Khashoggi: la responsabilité du prince héritier est engagée…    Ethiopie: le chef d'état-major de l'armée et le président de la région d'Amhara tués    Les Chikhates, une histoire impressionnante    La BAD finance la construction d'une nouvelle cimenterie à El Jadida    Hervé Renard: "Ziyech peut créer la différence"    El Othmani remercie Barbade pour sa décision d'arrêter de reconnaître la « rasd »    Mawazine 2019 : Avec KOKOKO, un vent de créativité souffle sur Bouregreg    Festival de Gnaoua: Fusion explosive entre Tinariwen et Mâalem Baqbou    Mawazine-2019: Lartiste et David Guetta dynamitent la scène OLM Souissi    Montréal: La RAM lance la promotion Business Class    Les Marocains seraient parmi les plus malhonnêtes au monde    MAURITANIE-PRESIDENTIELLE : MOHAMED ABDELAZIZ/GENERAL GHAZOUANI À L'INSTAR DE POUTINE/MEDVEDEV ?    LA COLOMBIE REITÈRE SON PLEIN SOUTIEN À L'INTEGRITE TERRITORIALE DU MAROC    Votre profil sur les réseaux sociaux en dit long sur votre santé    Améliorer les infrastructures de transit et mobiliser les ressources humaines pour réussir "Marhaba 2019"    L'Iran reste en alerte, Trump aurait renoncé à des représailles    Le Festival gnaoua et musiques du monde s'ouvre en grande pompe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La FMEJ rejette les régressions contenues dans le projet du Code de la presse
Le Code a été introduit dans la procédure législative
Publié dans Albayane le 25 - 11 - 2015


avant même un consensus avec les professionnels
La Fédération marocaine des éditeurs de journaux (FMEJ) a exprimé son «rejet catégorique» des régressions contenues dans le projet du Code de la presse.
Dans un communiqué final, publié à l'issue de sa 7ème Assemblée générale, qui s'est déroulée vendredi dernier à Casablanca, la FMEJ a précisé que ces régressions portent sur l'instauration de nouvelles sanctions qu'elle a qualifiées de «dangereuses», tel le retrait définitif de la carte de presse, la possibilité d'interdiction d'exercice de la profession pendant une période pouvant aller jusqu'à dix ans et l'interdiction de jouir des droits civiques et politiques, voire familiaux.
Il s'agit également d'une éventuelle interdiction de journaux avant même le début de leur procès, de la tentative de transformer le Conseil national de la presse en une instance de durcissement des peines judiciaires et l'insertion de la presse avec ses deux supports écrit et numérique «avec identifiant» dans le Code pénal pour la première fois dans l'histoire du Maroc, en qualifiant certains délits de presse de crimes de droit commun, outre l'omission d'une définition de la diffamation qui ne prend pas en compte le principe de bonne foi.
Selon le communiqué, d'autres régressions sont relevées dans le projet du Code de la presse, entre autres, l'atteinte à l'autonomie du Conseil national de la presse, en prévoyant la présence d'un représentant du gouvernement à ses réunions.
Ainsi, les membres de la FMEJ ont décidé de s'opposer au projet du Code de la presse par tous les moyens possibles, surtout qu'il a été procédé à l'introduction dudit Code dans la procédure législative avant même un consensus avec les professionnels, conformément au discours Royal de 2002, affirme la même source et ce, en totale contradiction avec les slogans de l'approche participative.
La Fédération marocaine des éditeurs de journaux (FMEJ) a exprimé son «rejet catégorique» des régressions contenues dans le projet du Code de la presse.
Une telle situation remet en question la volonté d'opérer une véritable réforme en harmonie avec l'esprit de la Constitution de 2011, les standards internationaux en matière de liberté de la presse, l'autorégulation de la profession et les exigences de l'époque.
D'autre part, l'Assemblée générale de la FMEJ a exprimé son inquiétude vis-à-vis des difficultés grandissantes auxquelles fait face la presse (support écrit) au Maroc, dont la diminution de 23 à 17 pc de la part des deux supports écrit et numérique de la publicité et celle des ventes de journaux à cause de la lecture gratuite et de la crise mondiale.
En outre, la FMEJ s'est félicitée des efforts déployés en matière de subvention publique des journaux, tout en estimant que l'édification d'une presse forte, responsable et indépendante demeure tributaire de la viabilité d'une entreprise économique autonome.
Par ailleurs, la FMEJ a pris note des résultats de l'étude réalisée par le ministère de la Communication concernant la grille des salaires des journalistes, a rappelé le communiqué, estimant qu'ils sont «les plus élevés au niveau de notre région et des pays similaires».
L'Assemblée générale a appelé ses organes à poursuivre les négociations relatives à une nouvelle Convention collective et à toutes les formes de renforcement des capacités des journalistes et de l'ensemble des employés des entreprises de presse écrite et électronique. Elle a également exhorté tous ses partenaires, dont les pouvoirs publics, les annonceurs, les sociétés de publicité, les distributeurs et les partenaires sociaux à prendre en compte les conditions difficiles du secteur de la presse au Maroc et à coopérer avec les éditeurs de journaux, au service de ce secteur vital pour la démocratie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.