Amical : Les Aigles de Carthage s'inclinent face aux Lionnes de l'Atlas    Festival international des nomades : la 17ème édition aura lieu du 19 au 21 mars à M'hamid El Ghizlane    Protection de l'enfance : Le DTIPE est là pour « renforcer » les programmes existants, dixit El Othmani    Casablanca : Arrestation d'un individu impliqué dans une agression à l'arme blanche    CAN Futsal 2020: A quelle Heure et quelle chaîne Maroc- Libye    Marathon international de Marrakech : Les athlètes marocains survolent la compétition    Tan-Tan : Enquête à l'encontre de deux individus pour faux et usage de faux    Coronavirus : Le ministère de la santé appelle à la vigilance    Hausse significative du trafic aérien à l'aéroport de Dakhla    Dans sa galerie à Rabat : La Banque populaire expose les «Parcours croisés» de Moa et Kim Bennani    Le PPS au parlement    La Mauritanie à l'honneur    Angola: Le scandale Isabel dos Santos…    Samir Belfkih brigue la présidence du PAM    Tesla: de 0 à 100 milliards en moins de 17 ans    Algérie : le crash d'un avion militaire fait deux morts    Liga: Le Real prend les rênes devant le Barça    Procès en destitution: La défense de Trump tente de parer les révélations de Bolton    Le RNI à l'écoute des Marocains de l'Afrique subsaharienne    Le Roi Mohammed VI ordonne le rapatriement des Marocains dans la région de Wuhan    Benchamach recadre sévèrement Ouahbi pour son parallèle douteux entre le référentiel du PJD et la Commanderie des croyants    Taroudant : 6 mois de prison ferme pour l'instituteur qui a violenté son élève de 8 ans    Bruno Le Maire attendu au Maroc le 31 janvier    Le Mexique refoule 2.300 Honduriens entrés avec une caravane humaine    Brexit: Ce qui va changer au 1er février    Enfin des explications sur la faiblesse de la croissance économique    Othman Benjelloun réitère l'engagement du secteur bancaire à soutenir les PME    Relance du crédit aux entreprises : les nouvelles mesures de BAM    Voici le temps qu'il fera ce mardi 28 janvier    LDC Afrique-Coupe de la CAF: Le programme de la dernière journée    Brexit: Le divorce bientôt consommé    Sauvez le KACM : Le Kawkab a cessé de briller    Bachir Dkhil : La marocanité du Sahara est irréversible    Les bergers afghans menacés par la sécheresse due au changement climatique    Larache à l'heure du soixantenaire de l'Union Socialiste des Forces Populaires    Présentation du livre "La Déclaration universelle des droits de l'Homme: lectures et éclairages"    Les prix des produits de consommation ne cessent d'augmenter depuis une décennie    Forte hausse des exportations des produits agroalimentaires entre 2010 et 2018    La Mongolie ferme sa frontière terrestre avec la Chine    Partenariat entre l''éducation nationale et Math&Maroc    L'ONEE et Taqa Morocco signent les contrats relatifs à la rénovation des unités 1 à 4 de la Centrale thermique de Jorf Lasfar    Le hacker portugais Rui Pinto révèle avoir été derrière les "Luanda Leaks"    Kobe Bryant étoile filante de la NBA    L'exposition "Mains de lumière" rend hommage à l'artiste peintre Malika Agueznay    Grand chelem pour la jeune Billie Eilish aux Grammy Awards    Bouillon de culture    Scène culturelle: la guerre des communiqués…    Edito : Triste déballage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La FMEJ rejette les régressions contenues dans le projet du Code de la presse
Le Code a été introduit dans la procédure législative
Publié dans Albayane le 25 - 11 - 2015


avant même un consensus avec les professionnels
La Fédération marocaine des éditeurs de journaux (FMEJ) a exprimé son «rejet catégorique» des régressions contenues dans le projet du Code de la presse.
Dans un communiqué final, publié à l'issue de sa 7ème Assemblée générale, qui s'est déroulée vendredi dernier à Casablanca, la FMEJ a précisé que ces régressions portent sur l'instauration de nouvelles sanctions qu'elle a qualifiées de «dangereuses», tel le retrait définitif de la carte de presse, la possibilité d'interdiction d'exercice de la profession pendant une période pouvant aller jusqu'à dix ans et l'interdiction de jouir des droits civiques et politiques, voire familiaux.
Il s'agit également d'une éventuelle interdiction de journaux avant même le début de leur procès, de la tentative de transformer le Conseil national de la presse en une instance de durcissement des peines judiciaires et l'insertion de la presse avec ses deux supports écrit et numérique «avec identifiant» dans le Code pénal pour la première fois dans l'histoire du Maroc, en qualifiant certains délits de presse de crimes de droit commun, outre l'omission d'une définition de la diffamation qui ne prend pas en compte le principe de bonne foi.
Selon le communiqué, d'autres régressions sont relevées dans le projet du Code de la presse, entre autres, l'atteinte à l'autonomie du Conseil national de la presse, en prévoyant la présence d'un représentant du gouvernement à ses réunions.
Ainsi, les membres de la FMEJ ont décidé de s'opposer au projet du Code de la presse par tous les moyens possibles, surtout qu'il a été procédé à l'introduction dudit Code dans la procédure législative avant même un consensus avec les professionnels, conformément au discours Royal de 2002, affirme la même source et ce, en totale contradiction avec les slogans de l'approche participative.
La Fédération marocaine des éditeurs de journaux (FMEJ) a exprimé son «rejet catégorique» des régressions contenues dans le projet du Code de la presse.
Une telle situation remet en question la volonté d'opérer une véritable réforme en harmonie avec l'esprit de la Constitution de 2011, les standards internationaux en matière de liberté de la presse, l'autorégulation de la profession et les exigences de l'époque.
D'autre part, l'Assemblée générale de la FMEJ a exprimé son inquiétude vis-à-vis des difficultés grandissantes auxquelles fait face la presse (support écrit) au Maroc, dont la diminution de 23 à 17 pc de la part des deux supports écrit et numérique de la publicité et celle des ventes de journaux à cause de la lecture gratuite et de la crise mondiale.
En outre, la FMEJ s'est félicitée des efforts déployés en matière de subvention publique des journaux, tout en estimant que l'édification d'une presse forte, responsable et indépendante demeure tributaire de la viabilité d'une entreprise économique autonome.
Par ailleurs, la FMEJ a pris note des résultats de l'étude réalisée par le ministère de la Communication concernant la grille des salaires des journalistes, a rappelé le communiqué, estimant qu'ils sont «les plus élevés au niveau de notre région et des pays similaires».
L'Assemblée générale a appelé ses organes à poursuivre les négociations relatives à une nouvelle Convention collective et à toutes les formes de renforcement des capacités des journalistes et de l'ensemble des employés des entreprises de presse écrite et électronique. Elle a également exhorté tous ses partenaires, dont les pouvoirs publics, les annonceurs, les sociétés de publicité, les distributeurs et les partenaires sociaux à prendre en compte les conditions difficiles du secteur de la presse au Maroc et à coopérer avec les éditeurs de journaux, au service de ce secteur vital pour la démocratie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.