RAM digitalise son fret aérien avec Portnet    La MDJS aux meilleurs standards internationaux en matière de Sécurité et d'intégrité    Casablanca en quête d'un air plus frais    Au G20, duel en vue entre Chine et USA, l'Iran en toile de fond    Sénégal : Salif Sané forfait pour le reste du premier tour    L'hégémonie    Lancement au siège de l'OCDE à Paris du 2e Programme Pays-Maroc    La liste des nouveaux ambassadeurs reçus par le roi    Conférence à Bahreïn: Un plan économique pour les Palestiniens, qui le rejettent    Brésil: la Cour Suprême va réexaminer le dossier «Lula»    Le mal de maire!    CAN 2019 : Le programme des rencontres de ce mercredi    L'Europe étouffe sous la canicule, qui va s'intensifier    Facultés de médecine. Une moyenne de 14,4 exigée pour la présélection    De la parole poétique mêlée avec les rythmées électriques    Maroc-Côte d'Ivoire. Déterminés, les Lions d'Atlas croient à la victoire    Nissan prêt à revoir avec Renault la structure d'une alliance en danger    Renault rénove un établissement scolaire dans la région d'Essaouira    Nucléaire, Golfe : l'Iran semble jouer l'apaisement    BMW transporteur officiel du Festival Mawazine    Déconcentration administrative. El Otmani épinglé par la majorité et l'opposition    Les Comores expriment leur "soutien sans réserve" à l'initiative marocaine d'autonomie    Un policier à Casablanca accusé de chantage, vol et adultère    Tanger-Med : Avortement d'une tentative de trafic de 270 kg de chira    MRE, loin des clichés    Chambre des représentants : Adoption de trois conventions relatives à la ZLECAF et à l'accord de pêche durable Maroc-UE    El Jadida : OCP organise dimanche la finale de son championnat de beach soccer    31ème édition du festival du théâtre universitaire à Casablanca    Le Cameroun réussit son entrée, le Ghana chancelle    Soulaliyates, Laftit veille au grain…    Youssef Amrani, nommé à Prétoria, « ready to work »…    Mawazine 2019 : Elissa embrase Nahda    Royal Air Maroc en représentation au Caire, en marge de la CAN    Régionalisation avancée et mise en œuvre d'une stratégie visant la préservation de l'identité des MRE    S'énerver plus pour vivre plus    YouTube pressé de mieux protéger les enfants    Divers    Sommet des deux rives : Engagements pour une nouvelle ambition en Méditerranée    Deuxième réunion de l'Observatoire des délais de paiement    El Hadji Diouf Jouer la CAN en Egypte est une chance !    Jordan Ayew, la stagnation du prodige    La Côte d'Ivoire réussit son entrée en matière    Très attendu par ses fans, Reda Taliani cartonne à Salé    Chellah à l'heure de la musique tzigane    "Toy Story 4" en tête du box-office    Le Maroc présent à la conférence de Manama    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    Démantèlement d'une cellule liée à Daesh composée de 4 personnes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les festivals ont-ils un impacte sur la culture et l'art amazighs?
Publié dans Albayane le 10 - 02 - 2016

Les festivals ont-ils un impacte sur la culture et l'art amazighs ? Comment peuvent-ils contribuer à la préservation du patrimoine artistique et poétique qui fait face à l'oubli et à l'oralité ? Certes au long de l'année, plusieurs festivals consacrés à la culture amazighe s'organisent sur l'ensemble du territoire national sur les différentes thématiques et expériences artistiques, de la musique en passant par la dance, la poésie et le cinéma.
«Les festivals ont un grand impact positif sur la population. Ils y jouent un rôle prépondérant en matière du rayonnement et de communication entre les artistes, les créateurs de toutes les expressions artistiques confondues », nous a confie Driss Kaissi ayant dirigé plusieurs festivals artistiques en Moyen Atlas. Pour nous, poursuit-il, c'est une plate forme et un carrefour artistique pour renouer le lien et faire connaitre la culture amazighe au grand public marocain notamment les jeunes. Avec l'avènement des nouvelles technologies ont facilité les tâches pour ceux qui veulent enregistrer et conserver le patrimoine culturel. «Aujourd'hui les gens sont conscients de la valeur de l'audiovisuel, de l'image et de la vidéo en matière de la conservation de l'héritage culturel et artistique amazighs. D'après mon expérience dans la direction de plusieurs festivals en Moyen Atlas, à Séfrou comme à Imouzzer Kander, à Khemisset, j'ai constaté que les gens attendaient ces événements constituent un moment pour les opportun pour les marocains pour rencontrer leurs culture et identité à travers la musique, la poésie et la danse... », a-t-il dit. «Chaque festival a son thématique. Et il va falloir dans ce registre rendre hommage à la poésie amazighe surtout dans la situation actuelle. Car elle est porteuse de valeurs de paix et de vivre ensemble. », conclut il. Le chercheur amazigh et directeur de plusieurs festivals artistiques amazighs, Abdelmalek Hamzaoui, s'apprête à organiser deux festivals, le premier sera international sur l'art de «Boughanim », un art, d'après lui, qu'il faut sauver et préserver et un autre régional. «Ces événements donnent l'opportunité aux gens qui ne connaissent pas ces arts « ahidouss » de les découvrir. », nous a souligné. Le souci d'assurer une relève est toujours présent. En effet, les manifestations artistiques s'invitent les artistes en herbe à marcher sur les traces des maitres en la matière. «Au delà de l'aspect folklorique de chaque festival, il faut qu'il y ait des conférences scientifiques pour se penser sur les différentes thématiques touchant l'art et la culture amazighes. », a-t-il précisé. Auparavant c'était le «Moussem» qui s'est transformé aujourd'hui à des festivals organisés par des associations qui ont un statut et un cadre qui pourront avoir des partenaires et une programmation artistique. «Les festivals contribuent à la préservation de la langue, les valeurs amazighes et l'attachement à la terre», a avancé Abdelmalek Hamzaoui.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.