Botola: Le programme de la14 e journée    Turquie : un séisme fait au moins 21 morts dans l'est du pays    Syrie : plus de 38.000 déplacés en cinq jours dans le nord-ouest    La ministre espagnole des Affaires étrangères : le Maroc a le droit de délimiter son espace maritime    Le Maroc instaure le contrôle sanitaire aux ports et aéroports internationaux    Jamal Sellami: Nous sommes venus ici pour décrocher au moins un point    Hausse des exportations agro-alimentaires en 2019    La DGI à la rencontre des membres de la CGEM    Ajax : Tadic relativise l'importance du forfait de Ziyech    4ème Congrès du PAM : des pamistes toujours en quête d'un candidat rassembleur, proposent Mekki Zizi    Les enseignants contractuels reviennent à la charge    CGEM: Passation des pouvoirs entre Mohamed Bachiri et Chakib Alj    Ligue des Champions de la CAF : Le Wydad décroche son ticket pour les quarts    ONEE-TAQA : Prorogation du Contrat d'achat et de fourniture d'électricité de la centrale de Jorf Lasfar    Maroc-Espagne : Le « dialogue » pour résoudre le chevauchement des droits maritimes    L'ambassade du Maroc en Chine met en place une cellule de crise    Le nouvel Ambassadeur du Maroc au Liberia remet ses lettres de créance au Président Weah    Voici le temps qu'il fera ce samedi    Habib El Malki reçoit l'ambassadeur d'Autriche à Rabat    Thomas Reilly : Les progrès réalisés par le Maroc le placent en pole position en Afrique    La SIE change de positionnement    L'IFC octroie une enveloppe de 100 millions de dollars à la région de Casablanca-Settat    Le surfeur Boukhiam fier de représenter le Maroc, le monde arabe et l'Afrique aux JO 2020    La Bundesliga veut abaisser à 16 ans l'âge minimum pour jouer en pro    Rajoy, d'ex-chef du gouvernement à président de la fédération espagnole de football ?    La Chambre des représentants adopte une proposition et cinq projets de loi    En marge de l'ouverture à Laâyoune des consulats généraux de la RCA et de Sao Tomé    En recevant Merkel, Erdogan met en garde contre une propagation du chaos libyen    Paris au défi de convaincre le Pentagone de rester au Sahel    Arrêter de fumer 4 semaines avant une opération réduit le risque de complications    Insolite : Brève cavale    Des failles de sécurité constatées sur le navigateur web Safari    Piers Faccini, le maître de la complainte    Les vraies raisons de la perte de poids d'Adele    Bientôt, un musée Kylie Jenner    Zalar Agri réussit à lever 24 millions de dollars auprès de l'IFC    Irak : des milliers de manifestants réclament le départ des troupes américaines    Une publication en hommage posthume à Abdelkébir Khatibi    Brexit: Signature de l'accord à Bruxelles avant sa ratification par le Parlement européen    Adam de Maryam Touzani    Coronavirus : L'ambassade du Maroc en Chine suit la situation de près    Le Raja accroché à la veille de son départ en Tunisie    Proche-Orient: Trump promet son plan de paix dans les jours à venir    Indice de perception de la corruption 2019 : Le Maroc perd 7 places    «Sourtna», quand de jeunes photographes prennent d'assaut le Fort Rottenbourg    Le Souverain accorde une audience à l'archevêque de Rabat    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les festivals ont-ils un impacte sur la culture et l'art amazighs?
Publié dans Albayane le 10 - 02 - 2016

Les festivals ont-ils un impacte sur la culture et l'art amazighs ? Comment peuvent-ils contribuer à la préservation du patrimoine artistique et poétique qui fait face à l'oubli et à l'oralité ? Certes au long de l'année, plusieurs festivals consacrés à la culture amazighe s'organisent sur l'ensemble du territoire national sur les différentes thématiques et expériences artistiques, de la musique en passant par la dance, la poésie et le cinéma.
«Les festivals ont un grand impact positif sur la population. Ils y jouent un rôle prépondérant en matière du rayonnement et de communication entre les artistes, les créateurs de toutes les expressions artistiques confondues », nous a confie Driss Kaissi ayant dirigé plusieurs festivals artistiques en Moyen Atlas. Pour nous, poursuit-il, c'est une plate forme et un carrefour artistique pour renouer le lien et faire connaitre la culture amazighe au grand public marocain notamment les jeunes. Avec l'avènement des nouvelles technologies ont facilité les tâches pour ceux qui veulent enregistrer et conserver le patrimoine culturel. «Aujourd'hui les gens sont conscients de la valeur de l'audiovisuel, de l'image et de la vidéo en matière de la conservation de l'héritage culturel et artistique amazighs. D'après mon expérience dans la direction de plusieurs festivals en Moyen Atlas, à Séfrou comme à Imouzzer Kander, à Khemisset, j'ai constaté que les gens attendaient ces événements constituent un moment pour les opportun pour les marocains pour rencontrer leurs culture et identité à travers la musique, la poésie et la danse... », a-t-il dit. «Chaque festival a son thématique. Et il va falloir dans ce registre rendre hommage à la poésie amazighe surtout dans la situation actuelle. Car elle est porteuse de valeurs de paix et de vivre ensemble. », conclut il. Le chercheur amazigh et directeur de plusieurs festivals artistiques amazighs, Abdelmalek Hamzaoui, s'apprête à organiser deux festivals, le premier sera international sur l'art de «Boughanim », un art, d'après lui, qu'il faut sauver et préserver et un autre régional. «Ces événements donnent l'opportunité aux gens qui ne connaissent pas ces arts « ahidouss » de les découvrir. », nous a souligné. Le souci d'assurer une relève est toujours présent. En effet, les manifestations artistiques s'invitent les artistes en herbe à marcher sur les traces des maitres en la matière. «Au delà de l'aspect folklorique de chaque festival, il faut qu'il y ait des conférences scientifiques pour se penser sur les différentes thématiques touchant l'art et la culture amazighes. », a-t-il précisé. Auparavant c'était le «Moussem» qui s'est transformé aujourd'hui à des festivals organisés par des associations qui ont un statut et un cadre qui pourront avoir des partenaires et une programmation artistique. «Les festivals contribuent à la préservation de la langue, les valeurs amazighes et l'attachement à la terre», a avancé Abdelmalek Hamzaoui.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.