PLF 2021 : voici le détail des amendements proposés par la CGEM    Décès d'Abarhoun: la FRMF prend en charge les frais de rapatriement de sa dépouille    Campagne de vaccination: forte mobilisation à Chichaoua    Provinces du Sud : 236 projets du programme de développement restent à réaliser    Abdelillah El Jawhari déplore la maigre production du cinéma arabe traitant de la cause palestinienne    Pour l'OSFI, la lutte contre la violence à l'égard des femmes est la bataille de tous les acteurs en vue d'instaurer une culture de l'égalité    Le ministère de l'Industrie prévoit un budget d'investissement de 1,2 MMDH en 2021    CFG Bank enregistre un PNB en hausse à fin septembre    Où va le Liban ?    Nasser Bourita : Le Maroc ne ménage aucun effort pour contribuer à la mise en œuvre des objectifs du Pacte de Marrakech    Marzouki appelle les séparatistes du polisario à regagner la mère-patrie    Malades du Covid-19 traités à domicile...ces laissés-pour-compte    L'UE souhaite améliorer le mécanisme des retours au Maroc des migrants irréguliers    "Le Miracle du Saint Inconnu " de Alaa Eddine Aljem représente le Maroc dans la présélection des Oscars    Philip Green, la chute du sulfureux roi de la mode britannique    Evolution du coronavirus au Maroc : 4346 nouveaux cas, 364.190 au total, mercredi 2 décembre à 18 heures    RNI : Le Comité de suivi de la cause du Sahara en visite à Guergarate    Jeux Olympiques de Tokyo 2021 : A la rencontre des quatre cavaliers du Royaume    Bruxelles: une manif du polisario fait pschitt    Le Maroc, sous la conduite de S.M le Roi, considère la cause palestinienne comme une question centrale    F1 : Russell remplace Hamilton chez Mercedes au GP de Sakhir ce week-end    Non à la suspicion meurtrière    Unesco: le Maroc soutient la candidature d'Audrey Azoulay pour un second mandat    Rachid Yazami, ce marocain qui entend révolutionner la recharge des batteries pour véhicules électriques    Décès de l'épouse du camarade Lemniddem    «La Covid-19 a grandement perturbé notre action»    Le président Tebboune va rentrer «dans les prochains jours»    Bill Barr n'a pas «vu de fraude» pouvant changer le résultat de l'élection    Vers un remaniement ministériel avant les élections ?    Une proposition de loi pour le transfert des actifs de la Samir à l'Etat    Loulichki: Le Maroc demeure un partenaire crédible pour les Etats-Unis    L'ONMT entame une tournée régionale pour amorcer le plan de relance    Ouverture des candidatures    Edition de livres: annonce de la prolongation des délais de soumission des candidatures    «Echo…Notations Cosmiques», nouvelle exposition de Azdine Hachimi Idrissi    Amical/U20: Match nul entre le Maroc et le Togo    DR Moncef Slaoui : « Une grande majorité de la population américaine pourrait être immunisée contre le Covid-19 d'ici juin 2021 »    Algérie: François Ciccolini suspendu 2 ans!    Zidane en danger, Liverpool qualifié, le Bayern stoppé    Régularisation fiscale : les textiliens aboutissent à un compromis    La RAM offre une couverture pour les dépenses liées au covid-19    Le vaccin anti-covid sera-t-il obligatoire ? Khalid Ait Taleb tranche (VIDEO)    Merendina parle le langage de l'amour    Dounia Batma et Mohamed Al Turk endeuillés (PHOTO)    Gad El Maleh est en deuil, il annonce le décès d'un être cher    L'international marocain Mohamed Abarhoun n'est plus    Officiel : L'Assemblée Générale du Raja est fixée au 21 décembre 2020    Driss Lachguar : Pour les Marocains, la cause palestinienne compte tout autant que la cause nationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maxime Karoutchi : promoteur de la chanson arabo-judéo-andalouse
Publié dans Albayane le 07 - 04 - 2016

Le patrimoine musical marocain ne cesse d'étonner et de forcer le respect de ceux qui le découvrent, en particulier, les mélomanes qui visitent le Maroc pour la première fois. Il captive toujours par sa diversité, sa richesse, son originalité et le talent de ses créateurs. Car, la diversité est le reflet de l'authenticité marocaine et le témoin d'une civilisation millénaire dont les racines plongent au cœur de l'histoire. C'est ce qui a fait de cette terre un véritable carrefour de civilisation humaine, niché entre l'orient et l'occident et qui résume, à sa manière, l'évolution de la culture marocaine à travers les siècles.
14 siècles d'histoire qui ont donné à cette nation marocaine une personnalité propre à l'échelle mondiale comme en témoigne la diversité des styles musicaux en vogue sur cette terre multidimensionnelle : musique Andalouse, Tarab Gharnati, Melhoune, Marsaoui, Amargue amazighe, Reggada, Akellal, Rai, Taktouka Jabaliya, musique Hassani du Sahara, Aita, musique G'naoua, Ahouache, Ahidous, chants religieux du Madih et Samaâ, et bien sûr le style Chgouri, le chant juif marocain qui constitue jusqu'aujourd'hui une composante essentielle du très généreux répertoire musical marocain. Ce chant juif qui a activement participé à la rénovation continue de la chanson marocaine moderne et qui s'inspire tout à la fois de la musique arabe orientale et de la musique andalouse, fruit de l'ère des lumières et de la présence arabo- judéo- islamique en Andalousie.
Un style qui s'est illustré hier avec feus Salim Lahlali, Zahra El Fassia, Sami et Félix Al Maghribi, les pionniers du début du siècle dernier qui avaient jeté les bases d'un style musical particulier, façonné par la communauté juive marocaine et qui s'appuie aujourd'hui encore, sur l'apport précieux d'une nouvelle génération de chanteurs, avec à leur tête, le maestro Maxime Karoutchi .
Maxime, est depuis de longues années, le digne héritier du patrimoine musical juif du Maroc. Il s'efforce encore de perpétuer cette belle tradition promue dans les années soixante par un certain Abitbol, et ne cesse d'y apporter sa touche personnelle, fruit d'une éducation musicale exemplaire et d'un talent qu'il a hérité de son vénéré père et à laquelle il a ajouté une nouvelle touche grâce notamment à l'introduction d'un instrument moderne, à savoir l'orgue.
Dans ce créneau, Maxime Karoutchi occupe sans doute une position centrale, celle d'un artiste issu d'une famille juive marocaine de créateurs et de compositeurs inspirés et qui a toujours su s'adapter à l'évolution constante de la société marocaine.
Un musicien talentueux et un militant authentique pour la préservation du patrimoine
Karoutchi est incontestablement aujourd'hui le vrai dépositaire de ce chant chgouri marocain qui constitue une belle synthèse des musiques andalouse, gharnati, melhoune et de la chanson arabe orientale. C'est ce qui fait de lui un vrai synthétiseur qui n'a cessé de fédérer autour de ses œuvres tous les mélomanes et tous les fans d'une musique marocaine authentique.
De père en fils, Karaoutchi a donc réussi le pari de répéter et de transmettre cet héritage qu'il entend défendre non seulement par de nouvelles œuvres, mais aussi en militant inlassablement pour propager ce style et le vulgariser partout à travers le monde. Un vrai Karoutchi Al Maghribi, à l'image des pionniers des décennies révolues, dont il est le digne héritier, le «protecteur du temple» comme on ne cesse de le surnommer.
Une action exemplaire au sein de l'Association «Diapason»
Il ne se limite pas à composer et à chanter à la grande satisfaction des jeunes générations marocaines, mais s'efforce aussi de toucher aussi bien les jeunes que la communauté juive originaire du Maroc là où elle se trouve à travers le monde, aux Etats-Unis, au Canada et en Europe. Car Maxime Karoutchi ne se limite pas à un rôle typiquement artistique, mais travaille parallèlement depuis quelques années, à créer un cadre approprié pour promouvoir ce style musical, grâce à la nouvelle association «Diapason» où il est membre d'une très active commission musicale et artistique.
Aux côtés d'autres noms représentatifs de cette diversité musicale, culturelle et confessionnelle qui fait la particularité de la nation marocaine ouverte et tolérante, Maxime Karoutchi collabore avec des noms comme Daniel Afriat, Coco Tordjman, Khadija Sabik, Omar Chraibi, Houda Guelzim et aussi avec des artistes de notoriété nationale incontestable, à l'image de Nezha Chaabaoui, Sanaa Merahati, Jamal Hamras, Abderrahim Briouel et tant d'autres.
Maxime Karoutchi milite avec des artistes et des créateurs issus de religions différentes pour perpétuer l'amour de ce style que les Marocains apprécient au plus haut degré, abstraction faite de leur origine culturelle et de leurs croyances. Un hommage par-ci pour Hajja Hamadaouia ou Najat Atabou, une action par-là, pour la promotion du Kaftan et de la Djellaba, un geste ailleurs pour revaloriser et revisiter la cuisine marocaine et des plats savoureux comme la pastilla.
Bref, l'objectif de maxime Karoutchi est profondément noble. Son souci majeur est d'être toujours au diapason, au service de la culture marocaine pour sensibiliser toujours plus de fans, plus de jeunes et promouvoir le dialogue des cultures et des religions et pour en faire une passerelle dynamique entre les différentes générations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.