LDC: ce qu'a dit l'entraîneur du WAC sur le but refusé d'El Karti    Compteur coronavirus :112 nouveaux cas, 6.171.437 personnes vaccinées    Le beau message de Saad Lamjarred à Khadija Assad (VIDEO)    Frappe aérienne à Gaza: 10 membres d'une famille tués    Le sport est un vecteur de rapprochement des peuples, affirme l'ambassadeur du Maroc en Afrique du Sud    Israël détruit l'immeuble des médias à Gaza    Deux tornades frappent la Chine : le bilan passe à 12 morts    Une sûreté sur tous les fronts: La DGSN fête son 65 anniversaire    Les célébrités marocaines rendent hommage à Hammadi Ammor (PHOTOS)    Soutien à la Palestine: le chanteur Ahmed Chaouki devient la risée de la Toile (PHOTOS)    Marrakech : « Kwayria », la plateforme de promotion des jeunes talents du ballon rond (Reportage)    DGSN : 65 ans d'existence et d'abnégation    L'ECONOMIE, OTAGE D'UN VIRUS    Le roi Mohammed VI écrit au président du Paraguay    Décès de Hammadi Ammor: les confessions touchantes de son fils (VIDEO)    Condamnation unanime de l'accueil par l'Espagne du chef du Polisario    Ingérence Iranienne au Sahara: Téhéran se voile la face    Exploration de l'espace : la Chine réussit à poser un robot sur la planète Mars    Maroc-Rwanda: Vers un retrait de la reconnaissance de la RASD par Kigali?    L'Egypte ouvre sa frontière avec Gaza pour évacuer des blessés    Le Gunner déchu, Matteo Guendouzi, annoncé de retour en France    Mesures restrictives: Les Marocains sont à bout    Covid-19 : L'OMS prédit un bilan plus élevé en 2021    Inde: Les exportations agricoles en hausse de 17,5% en 2020-2021    Le mouvement "Neturei Karta" appelle à présenter les criminels de l'entité sioniste devant la CPI (WAFA)    Documentaire: Ne manquez pas "Homo Sapiens: les nouvelles origines" sur 2M, ce dimanche à 21h50    Heure GMT+1 au Maroc: n'oubliez pas de régler vos montres    Le Roi Mohammed VI ordonne l'envoi d'une aide humanitaire d'urgence à la Palestine    Innovations financières: BAM engagé pour le développement des fintechs    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Programme foot: les matchs à suivre ce week-end    E-commerce : Les nouvelles attentes des clients (étude internationale)    Une association bulgare dénonce l'accueil par l'Espagne de Brahim Ghali    Coronavirus : le Royaume-Uni accélère l'administration de la deuxième dose    Bassin hydraulique de Sebou : Un taux de remplissage des barrages de 74%    VIDEO. Casablanca: le parc de la Ligue arabe comme vous ne l'avez jamais vu    Maroc/Météo: Temps passagèrement nuageux ce samedi 15 mai    Josep Borell : L'UE suit de près la situation des droits de l'homme en Algérie    Fiorentina : Sofyan Amrabat n'est pas satisfait    Les confidences de Munir El Haddadi sur son choix pour le Maroc    Palestiniens censurés, nouvelles conditions d'utilisation de Whatsapp... dans la "Chronique Geek" de la semaine    65e anniversaire des Forces armées royales : message de fidélité et de loyalisme de la famille des FAR au Roi    Un politologue espagnol porte plainte contre Brahim Ghali    Podcast: Punk, en toute transparence    Usurpation de l'identité visuelle du parlement européen : Les eurodéputés s'attaquent aux manoeuvres du Polisario    Rabat : Goethe-Institut organise une exposition autour de la migration du 17 mai au 04 juin    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Flexibilité : Les banques épargnées, les importateurs exposés
Publié dans Albayane le 21 - 06 - 2017

Fitch Rating rassure à nouveau sur les effets du passage à un régime de change flexible. Dans une note publiée lundi, l'agence de notation financière affirme que la libéralisation partielle du régime de change du Maroc aura un «impact limité sur le secteur bancaire du pays».
Selon elle, les banques sont peu susceptibles de faire face à des risques significativement plus élevés, liés à une plus grande volatilité du régime de change. Car, explique-t-on, ces institutions restent peu exposées à la monnaie étrangère dans leur activité domestique. De plus, «les prêts en monnaie étrangère sont presque entièrement liés au commerce et les dépôts en monnaie étrangère sont rares».
Pour Fitch, bien que le gouvernement et Bank Al Maghrib aient avancé la date de juin 2017 pour démarrer la réforme, ce scénario semble maintenant peu probable.
L'agence de notation s'attend plutôt à ce que le déploiement démarre au deuxième semestre de l'année, avec une longue période de mise en place, qui pourrait atteindre jusqu'à 15 ans. En attendant, ses experts assurent que la libéralisation du dirham aura vraisemblablement un impact limité sur la stabilité macroéconomique à court et à moyen terme. Pour eux, le choix de passer graduellement et progressivement à ce nouveau régime de change entrainera une légère augmentation de la volatilité du dirham par rapport au panier de monnaie. Par conséquent, «les risques d'un ajustement net du dirham sont faibles».
Par ailleurs, Fitch ne craint aucun impact négatif sur les finances publiques et l'accès au marché dans la mesure où la dette publie est principalement libellé en dirham. En cas de stress externe, «les réserves du pays et la ligne de précaution et de liquidité du FMI fourniront un tampon important».
Par contre, la flexibilité du dirham ne sera pas sans impact sur les importateurs qui ont déjà émis la crainte que ce nouveau régime soit accompagné d'une corrélation à la baisse de la valeur de la monnaie nationale. Fitch reconnaît que les importateurs marocains de petite et moyenne taille seraient les plus touchés en cas d'affaiblissement du dirham, compte tenu de leur accès limité aux outils de couverture de change. Toutefois, «les bons de commande à terme de ces sociétés ont tendance à être à court terme, afin qu'ils puissent répercuter les coûts d'importation croissants à leurs clients».
De leur côté, les grandes entreprises ne devraient pas avoir de problèmes pour gérer leurs prêts une fois que le régime de change évoluera puisqu'elles utilisent déjà activement des dérivés de change. Les banques actives dans le trading de devises ou capables d'offrir des instruments de couverture à leurs clients peuvent bénéficier des opportunités résultant d'une volatilité accrue des taux de change.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.