Fès se penche sur les finances publiques    Dans le Haut Atlas, la population piégée par une sécheresse inquiétante    Compétitivité fiscale: Le Maroc gagne encore des places    Trois Casques bleus et un soldat tués au Mali    Agadir/Congrès international de l'arganier: Cap sur la recherche scientifique    Programme des principaux matchs de ce samedi 25 novembre    Maroc remporte la CAN 2017 Handi-Basket    Attentat dans le Sinaï: le bilan s'alourdit    Al Akhawayn a obtenu l'accréditation américaine NEASC pour 5 ans    Le Forum d'Ifrane plaide pour la création d'outils de financement innovants    La Dominique réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    L'ancien président brésilien Fernando Collor de Mello : « La mondialisation, un chemin vers la paix ».    Londres vise les premières voitures sans chauffeur    Insolite : L'amour sans frontières    Emmerson Mnangagwa devient le nouveau président du Zimbabwe    Driss El Yazami : La deuxième opération de régularisation vise le traitement d'au moins 82% des dossiers    Dimitris Avramopoulos : Le Maroc, un pays à même de contribuer à une gestion efficace de la migration    Europa League : Les grosses écuries s'en tirent à bon compte    Robinho condamné à neuf ans de prison pour viol en réunion    Oscar Pistorius, de l'Olympe sportive à la prison    Hausse des levées brutes du Trésor à fin octobre    Le Maroc réalise des progrès notables en matière de gouvernance économique    Divers    Pour une meilleure préservation de l'arganier    L'insoutenable calvaire de la femme marocaine    Les meilleurs films de tous les temps    Casablanca accueille la première édition de la "China Trade Week Morocco"    Ibrahim Maalouf dépoussière les morceaux de Dalida    Agadir accueille le 2ème Forum des avocats MRE    Botola Maroc Telecom : Le fauteuil de leader en jeu    2ème phase de la régularisation des migrants : Plus de 25.000 demandes recensées    Pistorius écope de 13 ans ferme    Visa For music : Des hommages à des figures nationales et africaines    « Visa for Music »: Le théâtre national Mohammed V vibre aux rythmes africains du groupe « Jouvay Fest »    Tanger Med: Saisie de plus de 15 kg de cocaïne et de 10 kg d'héroïne à bord d'un autocar venant de Belgique    L'OCP met en service sa nouvelle usine d'engrais    Air Arabia : changement sur les vols Fès-Marrakech    Un sit-in devant l'ambassade de la Libye à Rabat pour dénoncer la traite des êtres humains    AGRESSIONS DES ENSEIGNANTS: QUAND LA SALLE DE COURS DEVIENT UN RING!    Munir El Haddadi: «Je rêve de jouer le Mondial avec le Maroc, dont j'ai toujours chanté l'hymne national»    NEUF CLANDESTINS MAROCAINS SAUVES AU LARGE DE LA TUNISIE    Theresa May à Bruxelles, le coût financier du Brexit en vedette    Bombardier au taquet avec l'ONCF    Allemagne: Tout, sauf des élections !!!    Mondial 2018 : Le Maroc est-il un tirage "facile" ?    Des mini-concerts pour de grands futurs musiciens    L'Uzine rend hommage à son quartier    Rabat, « capitale africaine par excellence » pour Visa for Music    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La dette pénalise la capacité bénéficiaire de l'ONCF
Publié dans Albayane le 22 - 10 - 2017

Si son résultat d'exploitation consolidé est passé dans le vert au premier semestre 2017, l'ONCF souffre toujours d'une dette colossale et d'une perte nette importante.
L'Office national des chemins de fer (ONCF) a fait passer son résultat d'exploitation de -38,2 millions de DH à fin décembre 2016 à 87,4 millions de DH à fin juin 2017. Cette performance s'explique par une hausse des revenus consolidés de 1,8% à 2,25 milliards de DH. Aussi, le ratio achats et charges externes sur les produits d'exploitation s'est amélioré de 450 points de base à 43,2%. De même, les charges de personnel et les dotations d'exploitation ont reculé de respectivement de 1,8% et de 2,2%.
Toutefois, les bénéfices de l'ONCF se sont maintenus dans le rouge à -461 millions de DH à fin juin 2017 contre -452 millions de DH à fin décembre 2016. En effet, la question de retour des résultats de l'ONCF dans le vert passe impérativement par un désendettement significatif. Il est à souligner, à ce titre, que la dette nette du premier semestre a atteint 34,1 milliards de DH, en hausse de 5,6% sur un semestre. Ce niveau représente 128% des fonds propres. Aussi, l'ONCF détient dans son actif un crédit de TVA de 3,8 milliards de DH difficilement récupérable. Une telle dette est plutôt insoutenable, l'ONCF devant être certainement recapitalisée ou recourir au partenariat public-privé (PPP) en vue de refinancer certains investissements plutôt que multiplier les prêts.
Pour rappel, l'Agence française de développement (AFD) vient d'accorder à l'ONCF un nouveau prêt de 80 millions d'euros pour financer la dernière tranche du projet de la Ligne à grande vitesse (LGV) Tanger-Casablanca. Ce n'est pas la première fois que l'AFD accorde un prêt de ce genre. En 2011, elle avait accordé un premier financement d'un montant de 220 millions d'euros à l'ONCF pour la réalisation du projet de la LGV. De même, la Banque africaine de développement (BAD) avait approuvé, en 2016, un prêt de 112,3 millions de dollars en faveur du Maroc afin de renforcer les infrastructures ferroviaires sur l'axe Tanger–Casablanca–Marrakech. Aussi, en 2010, un prêt de 396 millions de dollars avaient était accordé par la BAD pour moderniser d'autres tronçons de l'axe TangerCasablancaMarrakech, un projet actuellement en cours d'achèvement.
Il est à signaler que l'ONCF doit investir près de 24 milliards de DH sur la période 2015-2017, dont 11,2 milliards de DH pour le TGV. Outre le TGV, l'ONCF compte entre autres poursuivre les travaux de réalisation des projets d'augmentation de la capacité de la ligne ferroviaire CasablancaKénitra (Triplement de la voie) et la poursuite de la deuxième phase du projet de doublement complet de ligne ferroviaire SettatMarrakech dont la première phase est achevée. De même, les projets de grandes gares devraient mobiliser 1,5 milliard de DH avec des projets touristiques pour 500 millions de DH.
Evidemment, ce volume d'investissement répond à l'augmentation rapide de la demande de transport au cours des dernières années. Toutefois, au niveau financier, un risque de surinvestissement paraît significatif surtout que l'endettement est appelé à croître en aggravant la charge financière. D'ailleurs, la charge financière nette absorbe 74% de l'EBITDA, sachant qu'en plus des charges d'intérêts, l'ONCF a supporté en comptes sociaux, des dotations financières de 151 millions de DH, probablement en raison de la dette libellée en devises.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.