Mondial 2026 : le dossier du Maroc est fin prêt    Corruption : Une évolution en trompe-l'œil    Sept mille quatre-vingts secondes    Sous-traitance: Des pistes pour un travail décent    Brèves Internationales    Coaching territorial: L'expertise de l'Oriental dupliquée au Sénégal    Maroc-Espagne : Des hélicoptères pour transporter le haschich    Températures min et max prévues - Vendredi 23 Février 2018    Marrakech: Protéger l'histoire contre l'acharnement immobilier    Affaire Bencharki: le MAS va-t-il se tourner vers la FIFA    Brand content, une plus grande proximité entre annonceurs et consommateurs    Mondial 2026: Blatter soutient la candidature du Maroc    Sidi Ifni : Pour 60 DH, il tue son ami avec une clé à mollette    Armer des enseignants? Donald Trump persiste et signe    En kiosque n° 1245 : UN RÊVE MAROCAIN    Mounib: La gauche connait actuellement une crise d'existence    4ème édition du Marathon International de Rabat : 12.000 participants attendus    Dakhla, carrefour mondial de kitesurf    McDonald's Maroc et le Marrakech du Rire lancent «Masterclass du Rire»    La barbarie et les droits de l'homme    Syrie: Plus de 300 morts en trois jours à la Ghouta orientale    Maghreb Oxygène: Bénéfices en hausse de 34,9% à 12,6 millions de DH en 2017    L'OM à la conquête du monde arabe    Italie: Une campagne électorale à relent fasciste    Pacte mondial pour les migrations: le train est lancé    Assurance Maladie : Total Maroc et Saham Assurance s'allient pour les professionnels de la route    13è session plénière solennelle annuelle de l'Académie Hassan II des sciences et techniques    Vidéo : L'arbitre qui distribue les cartons rouges comme des petits pains !    Majorité !    Le français, «langue maternelle» en Afrique...    Le Maroc joue dans la cour des grands    Afrisanté et Officine Expo: la santé à l'honneur à Marrakech    Le secteur du BTP exposé à des entraves :    Coupe de la CAF : La renaissance de Berkane se qualifie au prochain tour    Enfance : Le Souverain appelle les grandes puissances à assumer leur responsabilité    Monténégro: L'ambassade des Etats-Unis à Podgorica attaquée à la grenade    Nouveau coup de filet du BCIJ à Tanger    CGI inaugure un nouveau centre d'excellence    Stabilité de l'indice des prix à la consommation, selon le HCP    CGEM : Comment faire cohabiter des cultures différentes au sein d'une entreprise ?    La princesse Lalla Meryem a présidé la cérémonie de clôture de la rencontre « Femme et enfant en situation de précarité »    Don de sang: un acte de civisme et de citoyenneté    Majorité : Mets de l'huile, Saad Eddine...    Grand-messe de la franchise en avril    Rencontre sur «Les nouvelles routes de la soie» à Fès    Joaquin Phoenix époustouflant en John Callahan !    Festival «Dakar-Gorée Jazz» : La RAM sponsor et transporteur officiel de la 4ème édition    « Mazagan, mémoires partagées », de Mustapha Jmahri    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La dette pénalise la capacité bénéficiaire de l'ONCF
Publié dans Albayane le 22 - 10 - 2017

Si son résultat d'exploitation consolidé est passé dans le vert au premier semestre 2017, l'ONCF souffre toujours d'une dette colossale et d'une perte nette importante.
L'Office national des chemins de fer (ONCF) a fait passer son résultat d'exploitation de -38,2 millions de DH à fin décembre 2016 à 87,4 millions de DH à fin juin 2017. Cette performance s'explique par une hausse des revenus consolidés de 1,8% à 2,25 milliards de DH. Aussi, le ratio achats et charges externes sur les produits d'exploitation s'est amélioré de 450 points de base à 43,2%. De même, les charges de personnel et les dotations d'exploitation ont reculé de respectivement de 1,8% et de 2,2%.
Toutefois, les bénéfices de l'ONCF se sont maintenus dans le rouge à -461 millions de DH à fin juin 2017 contre -452 millions de DH à fin décembre 2016. En effet, la question de retour des résultats de l'ONCF dans le vert passe impérativement par un désendettement significatif. Il est à souligner, à ce titre, que la dette nette du premier semestre a atteint 34,1 milliards de DH, en hausse de 5,6% sur un semestre. Ce niveau représente 128% des fonds propres. Aussi, l'ONCF détient dans son actif un crédit de TVA de 3,8 milliards de DH difficilement récupérable. Une telle dette est plutôt insoutenable, l'ONCF devant être certainement recapitalisée ou recourir au partenariat public-privé (PPP) en vue de refinancer certains investissements plutôt que multiplier les prêts.
Pour rappel, l'Agence française de développement (AFD) vient d'accorder à l'ONCF un nouveau prêt de 80 millions d'euros pour financer la dernière tranche du projet de la Ligne à grande vitesse (LGV) Tanger-Casablanca. Ce n'est pas la première fois que l'AFD accorde un prêt de ce genre. En 2011, elle avait accordé un premier financement d'un montant de 220 millions d'euros à l'ONCF pour la réalisation du projet de la LGV. De même, la Banque africaine de développement (BAD) avait approuvé, en 2016, un prêt de 112,3 millions de dollars en faveur du Maroc afin de renforcer les infrastructures ferroviaires sur l'axe Tanger–Casablanca–Marrakech. Aussi, en 2010, un prêt de 396 millions de dollars avaient était accordé par la BAD pour moderniser d'autres tronçons de l'axe TangerCasablancaMarrakech, un projet actuellement en cours d'achèvement.
Il est à signaler que l'ONCF doit investir près de 24 milliards de DH sur la période 2015-2017, dont 11,2 milliards de DH pour le TGV. Outre le TGV, l'ONCF compte entre autres poursuivre les travaux de réalisation des projets d'augmentation de la capacité de la ligne ferroviaire CasablancaKénitra (Triplement de la voie) et la poursuite de la deuxième phase du projet de doublement complet de ligne ferroviaire SettatMarrakech dont la première phase est achevée. De même, les projets de grandes gares devraient mobiliser 1,5 milliard de DH avec des projets touristiques pour 500 millions de DH.
Evidemment, ce volume d'investissement répond à l'augmentation rapide de la demande de transport au cours des dernières années. Toutefois, au niveau financier, un risque de surinvestissement paraît significatif surtout que l'endettement est appelé à croître en aggravant la charge financière. D'ailleurs, la charge financière nette absorbe 74% de l'EBITDA, sachant qu'en plus des charges d'intérêts, l'ONCF a supporté en comptes sociaux, des dotations financières de 151 millions de DH, probablement en raison de la dette libellée en devises.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.