Najlae Benmbarek: directrice de la diplomatie publique    Le Maroc plaide pour «un système multilatéral renouvelé et plus équitable»    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Un 5ème Sela Park pour Aradei Capital    La semaine mondiale de l'entrepreneuriat en sa 2è édition    CFG Bank : La masse bénéficiaire ajustée des principales sociétés devrait baisser de 18,3% en 2020.    AWB. Issam Maghnouj : « La relation banque-client a changé »    Chili: La troisième mort de Pinochet    Hier, l'avenir était meilleur !    Coronavirus : plus de 624.000 arrestations pour non-port du masque au Maroc    Khalid Ait Taleb : « Le taux d'occupation des lits dans les services de réanimation est passé de 5% au début de la pandémie à 31,3% aujourd'hui »    Coronavirus : la pollution de l'air pourrait augmenter la mortalité de 15%    Une haute délégation visite les laboratoires de recherche de la Fondation MAScIR    Après des semaines d'assouplissement, Tanger de nouveau en alerte    Taroudant/Covid-19 : Nouvelles mesures préventives contre la pandémie    La vie est belle dans les yeux d'un homme qui aime le cinéma    "La démondialisation", thème de la 9e édition des Dialogues Stratégiques    Caricatures du prophète : Le « Conseil des sages musulmans » veut poursuivre Charlie Hebdo en justice    Conférence : L'Afrique dans la pensée de Feu SM Hassan II sous le feu des projecteurs    Affaire des caricatures : Le Conseil Supérieur des Oulémas donne sa position    Maroc Telecom, «Top Performer RSE» pour la 7e fois consécutive    Aquaculture Coopération maroco-espagnole pour lancer des projets au niveau du littoral nord    Ce qu'était le tourisme avant la crise Covid    Kifal auto : La startup qui roule pour les voitures d'occasion (vidéo)    Casablanca : Deux balles de sommation tirées pour neutraliser deux récidivistes    Le Royaume d'Eswatini ouvre son consulat général à Laâyoune    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    Arménie et Azerbaïdjan s'engagent à nouveau sur une trêve à Washington    Lee Kun-hee, l'ermite de l'empire Samsung    Orpheline de Ronaldo, la Juve concède un nouveau nul    Le Festival Nipponia 'Ki, un pont culturel entre le Maroc et le Japon    Compteur coronavirus : 2.264 nouveaux cas et 46 décès en 24H    Coupe de la CAF: Le Souverain félicite la Renaissance de Berkane    Cinéma. Le Festival Al Gouna rend hommage à said Tahgmaoui    Mehdi Qotbi : « De nouveaux musées ouvriront prochainement »    Les folies d'Erdogan    Maroc-Egypte: le suspense continue    La CAF et l'ICSS signent un accord de coopération    Stigmatisation de l'Islam en France : La riposte s'organise    Marrakech accueille l'emblématique peinture, la Joconde    Réédition du roman «Le dernier combat du captain Ni'mat» de Mohamed Leftah    Imane Robelin couronnée par «Les Lorientales 2020»    Pas de processus politique avec les provocateurs, les gangs ou les bandits    Testé positif au Covid-19, Ronaldinho donne de ses nouvelles    Transfert : Hicham Al Aroui débarque à l'OCS    Volleyball : Bouchra Hajij élue présidente de la Confédération africaine    La RSB renaît de ses cendres    Caricatures du Prophète : le Maroc réagit « vigoureusement »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Il faut encourager les entreprises solidaires»
Publié dans Albayane le 27 - 11 - 2017

Khalid Benjelloun, président de la Commission ESS et artisanat du GIE Maroc Sénégal à la CGEM
Le challenge aujourd'hui est de parvenir à booster le secteur de l'économie sociale et solidaire, estime Khalid Benjelloun, président de la Commission ESS et artisanat du GIE Maroc Sénégal à la CGEM. Pour lui, la structuration de cette économie et son ouverture sur de nouveaux marchés permettrait d'améliorer la contribution de ce secteur, qui emploi des millions de personnes au Maroc, au PIB national et à la création de valeur ajoutée. Le président du groupement d'impulsion économique Maroc- Sénégal appelle à la révision des lois qui régissent ce secteur pour les adapter aux exigences du 21éme siècle.
Al Bayane: Dans quelle mesure le secteur privé marocain contribue aujourd'hui dans le développement de l'économie sociale et solidaire?
Khalid Benjelloun: parmi les priorités du secteur privé aujourd'hui et de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc en particulier est de faire connaitre cette économie sociale et solidaire. D'ailleurs, jusqu'à maintenant même à la CGEM on s'est toujours préoccupé de la moyenne et la grande entreprise. Aujourd'hui on essaie de s'occuper aussi et surtout de booster les entreprises de l'économie sociale et solidaire parce qu'on est conscient que la grande majorité de l'emploi vient de ces secteurs de l'économie sociale et solidaire. Cette économie permet réduire le chômage et de faire sortir les gens de la pauvreté avec notamment la création des AGR (activités génératrices de revenu aujourd'hui).
D'autre part, cette économie sociale et solidaire a aussi besoin d'être soutenue et encouragée. C'est dans ce cadre que nous avons sensibilisé nos responsables pour donner plus de moyens pour accompagner davantage nos entreprises et coopératives tant au niveau national qu'international. Mais aussi dans le cadre d'une coopération Sud/Sud. D'ailleurs, c'est pour cela que le groupe d'impulsion économique est là pour booster ce système et pour que nous ne restons pas cloisonner uniquement au niveau national mais pour aider ces entreprises à chercher des débouchés sur d'autres marchés notamment africain.
Si cette première édition du Salon de l'économie Sociale et Solidaire se déroule à Casablanca, la prochaine sera organisée à Abidjan ou à Dakar. Donc c'est une occasion pour nos entreprises d'aller là bas pour nouer de nouveaux partenariats et de nouvelles relations commerciales, exposer leurs produits et développer d'autres produits ou services. C'est l'occasion aussi de créer des joint-ventures et d'innover et de mettre en valeur tout ce qui est produit innovant et aussi de s'adapter et de pouvoir améliorer la qualité de l'emballage pour donner plus de valeur ajoutée aux entrepreneurs qui travaillent dans ce domaine.
Comment peut-on évaluer les retombées positives de l'ouverture sur de nouveaux marchés sur cette économie sociale et solidaire? Et quelle est aujourd'hui la contribution de cette économie dans le PIB National?
Certainement cette ouverture aura des retombées positives sur cette économie. Nous nous voulons plus que, cette économie qui emploi des millions de personnes au Maroc continue de participer uniquement à hauteur de 2% du PIB comme c'est le cas au Sénégal ou au Côte d'Ivoire.
Le challenge aujourd'hui est de dépasser ce pourcentage pour atteindre les 10% du PIB comme cela se fait dans d'autres pays dans le monde dans les pays développés, USA, Amérique latine et l'Asie du Sud-est comme la Malaisie.
Quel rôle que peut jouer la CGEM dans cette dynamique de développement des entreprises de l'économie sociale et solidaire et quelles sont selon vous les principales priorités à mettre en place notamment au niveau du groupe d'impulsion économique (GIE) ?
A la CGEM nous agissons activement pour booster cette économie sociale et solidaire. Cette économie est entrain de se structurer…elle ne l'est pas encore à la date d'aujourd'hui. Au niveau de la Confédération, nous estimons que beaucoup de lois doivent changer, s'améliorer et s'adapter aux besoins du 21éme siècle. Il ne faut plus que les lois qui régissent ce secteur d'activité restent celles du siècle dernier. Il faut les adapter aux besoins du moment.
Dans le cadre du GIE, nous sommes conscients de l'enjeu du développement de l'économie sociale et solidaire. Nous nous attelons à détecter les failles de ce secteur. Aujourd'hui le secteur privé participe à cette dynamique et c'est une première au Maroc et en Afrique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.