Vidéo. Voici la déclaration de Mezouar qui lui a attiré les foudres du gouvernement    La Journée sans voiture laisse un écho favorable chez les casablancais    Tunisie : Kais Saed vainqueur de la Présidentielle    Averses orageuses fortes avec chute de grêle et rafales dans plusieurs provinces du royaume    World Policy Conference 2019 : Ce qu'a dit Mezouar sur l'Algérie…    Salaheddine Mezouar annonce son départ de la CGEM    CGEM : Mezouar annonce sa démission    Le chapitre Mezouar fermé, que se passera-t-il à la CGEM ?    Zagora : clôture du 7ème Festival international du conte et des arts populaires    Emouvantes obsèques à Seddina «Tétouan» d'Abderrahmane Karkich    Agir pour un tourisme créatif!    Transport de marchandises : les professionnels suspendent leur sit-in    Sahara: des pétitionnaires latino-américains mettent en avant l'initiative marocaine    Le roi félicite le Premier ministre éthiopien lauréat du Prix Nobel de la paix    Le groupe Renault se sépare de son Directeur général    Le PDG de Laprophan n'est plus !    Le thyphon Hagibis atteint les côtes du Japon    Les chants désespérés et pathétiques des supporters    Gouvernement : A la recherche de l'efficacité    Arrivée au Maroc du président rwandais Paul Kagame    Fès : Saisie de plus de 2t de chira    Eradication du mariage des mineurs    Epidémiologie cancer du col de l'utérus au Maroc    Marrakech : Trois morts et 22 citoyens écrasés par un conducteur en état d'ébriété    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    WPC 2019: Mezouar voit positivement les mutations que connaît le Maghreb    «La culture est le meilleur moyen d'échange»    Fatima Attif: «Il n'y a pas beaucoup d'écriture pour la femme dans le cinéma marocain»    Faouzi Skali présente la culture soufie devant le Sénat français    L'édition 2020 du Symposium business et santé en Afrique (AHBS) aura lieu au Maroc !    Maroc – Libye : « Beaucoup de travail reste à faire », dixit Halilhodzic    Casablanca ne sera pas privé d'électricité le 20 octobre (ONEE)    Le secrétaire général des Nations unies épingle le Polisario    Les distributeurs africains des produits pharmaceutiques fédèrent leurs énergies    La Belgique première qualifiée à l'Euro 2020 : Les Pays-Bas se font peur    Le Sud-Africain Giniel De Villiers remporte le Rallye du Maroc 2019    Divers    Divers sportifs    La Banque mondiale prévoit une accélération de la croissance de l'économie marocaine    Le jour où Elton John a vu la reine Elizabeth II perdre son sang-froid    Les Tunisiens élisent leur président après un mois riche en rebondissements    Angelina Jolie : Je ne me suis jamais cantonnée dans un confort physique ou émotionnel    Beyoncé de nouveau enceinte    Bentalha victime d'une escroquerie    Institut français du Maroc. Que la saison commence !    Maroc-Lybie : Tout ce qu'il faut savoir sur cette rencontre    Wydad et Raja dans des groupes plus ou moins difficiles    Vahid Halilhodžić n'a pas encore trouvé l'équipe type    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.






Publié dans Albayane le 27 - 12 - 2017

Depuis fort longtemps, la capitale du Souss est le berceau de la prolifération explosive des bidonvilles à travers les divers recoins de la cité, notamment Anza dont les fabriques industrielles étaient maculées d'unités d'habitations insalubres : Jiouar Krara, Day Day, Jamaïca, Bloc B... Suite à l'opération nationale «ville sans bidonvilles», la machine de démolition avait tendu ses tentacules partout en ville pour mettre un terme à ces constructions fantoches.
Hormis quelques bidonvilles qui continuent à vivoter par-ci par-là, cette opération de destruction s'était quasiment acquittée de la tâche qui lui était assignée, sans pitié. En dépit de la résistance farouche des bidonvillois qui se sont indignés devant ces mesures drastiques, les forces de l'ordre exécutaient leur besogne sans demander leur reste.
En fait, si cette démarche plutôt «salutaire» tendait à assainir le tissu urbain de ces promiscuités qui affectaient toute une ville vouée à un essor multiforme à plein régime, en revanche,se trouvant du jour au lendemain sans abri ni refuge, les bidonvillois cherchaient à la hâte d'autres coins reculés pour contenir leurs familles frappées de plein fouet par le désarroi et la privation.
En effet, pour la plupart, on ne faisait que déplacer les bidonvilles anéantis à coups de massue vers d'autres lieux passibles aux illicéités. Aujourd'hui, le phénomène prend des tournures de plus en plus inquiétantes, dans les banlieues. Les baraques qui sillonnaient les quartiers de la ville sont sitôt remplacées, cette fois-ci par le dur. Mais quel dur ? Celui qui pousse tel un champignon, sans normes, ni études ni autorisations.
En si peu de temps, ces irrégularités s'éparpillent dans les environs et prennent forme, avec la complicité des agents de l'Autorité. Ces grossièretés urbanistiques se sont accentuées de plus belle, lors des émeutes du printemps arabe dont les effets contaminaient la vie quotidienne du «petit peuple». C'est ainsi que les «ferrachas» en profitaient pour quadriller tous les points sensibles du trafic humain, d'autres citoyens, chassés par la flambée spéculative du foncier et de l'habitat au centre-ville, se ruaient dans les environs pour s'emparer du terrain nu et y monter des domiciles en dur.
C'est le cas d'Ighil Ouderdour, Ait Taoukt, Ait Mouden... aux piémonts ainsi que Aghroud à Bensergao, les communes rurales de Drarga, Aourir, Tamri... On retiendra les bras de fer qui ont constamment émaillé les rapports Citoyens/Forces d'ordre, au point de déclencher des accrocs déconcertants. Les camions qui ravitaillaient les constructions illicites en matériaux de construction étaient désormais bloqués à tous les accès possibles. Ces réactions énergiques n'ont fait qu'enrager encore davantage les populations avides de poursuivre leurs «forfaits» urbanistiques et générer de vives ripostes protestataires.
Cette situation qui suscite, en fait, désolation traduit bien l'échec de la politique de recasement et la dépravation qui prévaut au sein des organismes immobiliers, des spéculateurs, des élus et des multiples intervenants. Une reconsidération de la chose urbanistique en termes de relogement, sur des bases saines, est à mettre à contribution afin de mettre fin à tous ces dysfonctionnements.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.