« Darkweb »: Un réseau international de pédophiles tombe    Quelle Europe à nos portes ?    Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    Aéronautique: Le challenge de la valeur ajoutée et de la taille critique    Le Maroc réagit à la démission de Horst Köhler    Elections européennes: Les réformes passées au crible    L'ISIC accueille son nouveau directeur    El Othmani chez les conseillers    La fermeture du centre de proximité de Sidi Moumen démentie    Les touristes marocains boostent la destination Agadir    Habib El Malki se réunit avec les présidents des groupes et groupement parlementaires    Saâd Dine El Otmani : Le gouvernement déterminé à moderniser l'administration    Le Maroc et la Côte d'Ivoire font le point sur leur coopération    La liste officielle de Renard attendue pour bientôt    Florent Ibengue : La CAN se doit d'être grandiose car toute l'Afrique est aux aguets    Divers sportifs    Moussaoui Ajaloui anime une rencontre de l'USFP à Salé    Atlantique Assurances se lance dans le coton    Lancement de l'étude TIMSS 2019 avec la participation du Royaume    Les cas de démence vont tripler d'ici à 2050 selon l'OMS    Divers    L'activité touristique de Marrakech en accroissement depuis 2015    Ces tournages qui ont tourné au drame : Top Gun    Ammi Driss : Je ne me considère pas comme marginalisé car la décision d'arrêter en 1989 fut mienne 1/2    Ahmed Boulane présente son premier livre à Tanger    HCP : La population du Maghreb passera à 131,9 millions en 2050    L'ambassadeur du Maroc en Namibie remet ses lettres de créances au Président Geingob    5è édition du Prix Mohammed VI de l'art décoratif marocain sur papier    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    Vodafone suspend ses achats de téléphones 5G Huawei    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Nouvelle date de l'examen régional de la première année du baccalauréat    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Enseignement préscolaire. 60% des enfants ciblés intégrés    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    BAM: l'immobilier en berne    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Nike accusé de contrefaçon    Meknès. Un inspecteur de police fait usage de son arme pour arrêter un individu    En Libye, la guerre est aussi économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.






Publié dans Albayane le 27 - 12 - 2017

Depuis fort longtemps, la capitale du Souss est le berceau de la prolifération explosive des bidonvilles à travers les divers recoins de la cité, notamment Anza dont les fabriques industrielles étaient maculées d'unités d'habitations insalubres : Jiouar Krara, Day Day, Jamaïca, Bloc B... Suite à l'opération nationale «ville sans bidonvilles», la machine de démolition avait tendu ses tentacules partout en ville pour mettre un terme à ces constructions fantoches.
Hormis quelques bidonvilles qui continuent à vivoter par-ci par-là, cette opération de destruction s'était quasiment acquittée de la tâche qui lui était assignée, sans pitié. En dépit de la résistance farouche des bidonvillois qui se sont indignés devant ces mesures drastiques, les forces de l'ordre exécutaient leur besogne sans demander leur reste.
En fait, si cette démarche plutôt «salutaire» tendait à assainir le tissu urbain de ces promiscuités qui affectaient toute une ville vouée à un essor multiforme à plein régime, en revanche,se trouvant du jour au lendemain sans abri ni refuge, les bidonvillois cherchaient à la hâte d'autres coins reculés pour contenir leurs familles frappées de plein fouet par le désarroi et la privation.
En effet, pour la plupart, on ne faisait que déplacer les bidonvilles anéantis à coups de massue vers d'autres lieux passibles aux illicéités. Aujourd'hui, le phénomène prend des tournures de plus en plus inquiétantes, dans les banlieues. Les baraques qui sillonnaient les quartiers de la ville sont sitôt remplacées, cette fois-ci par le dur. Mais quel dur ? Celui qui pousse tel un champignon, sans normes, ni études ni autorisations.
En si peu de temps, ces irrégularités s'éparpillent dans les environs et prennent forme, avec la complicité des agents de l'Autorité. Ces grossièretés urbanistiques se sont accentuées de plus belle, lors des émeutes du printemps arabe dont les effets contaminaient la vie quotidienne du «petit peuple». C'est ainsi que les «ferrachas» en profitaient pour quadriller tous les points sensibles du trafic humain, d'autres citoyens, chassés par la flambée spéculative du foncier et de l'habitat au centre-ville, se ruaient dans les environs pour s'emparer du terrain nu et y monter des domiciles en dur.
C'est le cas d'Ighil Ouderdour, Ait Taoukt, Ait Mouden... aux piémonts ainsi que Aghroud à Bensergao, les communes rurales de Drarga, Aourir, Tamri... On retiendra les bras de fer qui ont constamment émaillé les rapports Citoyens/Forces d'ordre, au point de déclencher des accrocs déconcertants. Les camions qui ravitaillaient les constructions illicites en matériaux de construction étaient désormais bloqués à tous les accès possibles. Ces réactions énergiques n'ont fait qu'enrager encore davantage les populations avides de poursuivre leurs «forfaits» urbanistiques et générer de vives ripostes protestataires.
Cette situation qui suscite, en fait, désolation traduit bien l'échec de la politique de recasement et la dépravation qui prévaut au sein des organismes immobiliers, des spéculateurs, des élus et des multiples intervenants. Une reconsidération de la chose urbanistique en termes de relogement, sur des bases saines, est à mettre à contribution afin de mettre fin à tous ces dysfonctionnements.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.