Environnement et climat politique : Les mises en garde de Ségolène Royal    Mahmoud Abbas reçu par Emmanuel Macron    Kénitra : Un Incendie dans une usine    Fraude fiscale. Les scandales en hausse en Espagne    Boycott : La baisse du prix du lait de Centrale Danone insuffisante ?    Averses orageuses localement fortes ce vendredi dans plusieurs régions du Royaume    Alger entrave la coopération bilatérale et régionale    Décès de l'ancien Premier ministre Mohamed Karim Lamrani    Fifa : Trois anciens cadres du foot nord-américain suspendus à vie    Attijariwafa bank : Une nouvelle offre publique de vente dans le pipe    Le MP lance les candidatures pour le secrétariat général    18 milliards DH en appui aux catégories vulnérables    Saad Lamjarred continuera à être diffusé sur Chada FM    1ère édition du Festival de la poésie arabe à Marrakech    La société générale lance un hub technologique à Casablanca    Sommet intercoréen: Un nouveau pas vers la paix…    Décès du président vietnamien    Qui dit mieux… DHJ: 145 supporters pour un leader    Attijariwafa bank : Un RNPG en hausse de 6,35% au premier semestre    Le WAC appelé à rebondir face à l'ESS pour une place au dernier carré    Turquie : Le Maroc participe à un Festival de soufies    Arrestation à Casablanca de deux récidivistes pour leur implication présumée dans un homicide    Personnes en situation de handicap mental. La société civile toujours mobilisée    Partenariat : Hyundai porte les couleurs du Wydad    SAR le Prince Moulay Rachid au funérailles de Mohammed Karim Lamrani    Le Conseil de gouvernement adopte un projet de loi réglementant la pratique de la médecine légale    Edito : Le modèle INDH    El Khalfi : Le hrig en baisse chez les Marocains    Ouverture des travaux du 1er Forum de la justice de Laâyoune    Paris SG : La "MCN" pas encore au niveau européen    Boateng avait parlé avec Tuchel de son possible rôle à Paris    S.M le Roi lance la troisième phase de l'INDH    Entretiens maroco-britanniques sur les relations post-Brexit    Christine Blasey Ford, l'universitaire qui pourrait faire tomber le juge de Trump    Les dirigeants européens pour un nouveau référendum sur le Brexit    L'Agence urbaine d'Essaouira tient son conseil d'administration    Managem signe de bonnes performances au premier semestre    C'est le Nord qui les intéresse, mais c'est vers le Sud qu'ils sont repoussés    Calculs rénaux et montagnes russes, singes imitant l'homme au menu des anti-Nobel 2018    Le ministre sierra-léonais des AE loue le sérieux et la crédibilité du Plan d'autonomie au Sahara    Le gouvernement étrangle les médias algériens    City surpris, le Real assure Ronaldo voit rouge    Abdessamad El Azrak et Victoria El Asbat enchantent le public casablancais    Nouvelle édition du Festival Taragalte à M'hamid El Ghizlane    James Gray présidera le jury du 17ème Festival international du film de Marrakech    James Gray présidera la 17ème édition du FIFM    Le film marocain «Razzia» de Nabil Ayouch en salles au Mexique    Bahreïn: un Marocain lauréat du Prix Cheikh Aissa Al Khalifa de bénévolat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Italie: Une campagne électorale à relent fasciste
Publié dans Albayane le 22 - 02 - 2018

A la veille des élections législatives qui auront lieu en Italie le 4 Mars prochain, il semblerait que la population manifesterait un très fort engouement pour l'extrême-droite. D'ailleurs, en se baladant sur la Piazza Venezia au centre de Rome, l'attention du visiteur sera tout de suite attirée par une très grande affiche représentant Benito Mussolini non loin de ce même balcon du palais Babbo d'où il haranguait les foules dans les années quarante du siècle dernier. Elle annonce la sortie, depuis le 1er Février dernier, d'un film ayant pour titre «Sono tornato» et racontant le retour du Duce en Italie. Sur une banderole accrochée au bas de ladite affiche, on peut lire : «Si seulement ! L'Italie aux Italiens !».
Cette frénésie extrémiste qui couvait lentement depuis un bon moment au vu de lab multitude de petites formations extrémistes se serait subitement emparée, avec force, des électeurs italiens après l'attentat de Macerata durant lequel un jeune homme répondant au nom de Luca Traini avait tiré à l'aide d'une arme à feu sur un rassemblement de personnes de couleur et blessé six d'entre elles. Le tireur avait immédiatement reçu le soutien de Forzanuova, parti sous les couleurs duquel il s'était présenté aux élections de l'année dernière et qui s'est engagé à ne pas «le faire se sentir seul et à ne pas l'abandonner». Mais si ce parti a condamné cette attaque, il ne l'a fait que du bout des lèvres en s'attaquant plutôt à pointer du doigt le gouvernement pour sa gestion de la question de la venue de ces hordes d'immigrés '«hors de contrôle» ne pouvant mener qu'au «chaos, à la colère et à l'affrontement social».
Les leaders de la coalition droite/extrême-droite avaient, du reste, rapidement justifié l'incident par le poids de cette vague migratoire qui, depuis 2014, a permis à quelque 630.000 migrants de débarquer sur les côtes italiennes et qui a été assimilé, par le vieux Silvio Berlusconi à une «bombe sociale prête à exploser». Raison pour laquelle le vieux patron des médias a réclamé le rapatriement des 600.000 migrants clandestins car étant «prêts à commettre des délits» et promis qu'une fois qu'il retrouverait son poste de Chef du Gouvernement, il entend s'atteler à assouplir la loi sur la légitime défense.
Et si Matteo Renzi, le patron du Parti Démocrate, de Centre Gauche, au pouvoir, rappelle qu'en 2003 c'est sous le gouvernement de ce même Berlusconi qu'avaient été négociés les accords de Dublin «bloquant les arrivants en Italie», le chef du gouvernement italien en a aussi profité pour fustiger ce dernier et dénoncer «ceux qui veulent gagner un demi-point en exploitant la haine et l'inquiétude». Il promet alors de déployer des milliers de policiers quand Luigi Di Maio, le chef de file du Mouvement 5 étoiles, populiste, aurait, quant à lui, inscrit dans son programme l'accélération de l'examen des demandes d'asiles et le rapatriement des clandestins.
Enfin, cette émulation «anti-étrangers» n'est pas sans rappeler un triste moment de l'Histoire du pays et du vieux continent dès lors qu'elle a également donné lieu à de sérieux dérapages verbaux. Ce fut le cas notamment quand un responsable de la Ligue du Nord en Lombardie a évoqué un «risque de disparition de la race blanche» ramenant du même coup à la surface ce mythe de la «race aryenne» de sinistre mémoire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.