Le CSCA avertit Radio Méditerranée Internationale pour « publicité clandestine »    Le Groupe Barid Al-Maghrib lance le e-paiement des impôts pour les auto-entrepreneurs    Plus de 7 milliards de DH de financements Mourabaha à fin juillet 2019    Jack Lang : «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar témoigne de l'histoire du Maroc»    «Pour Sama» : Le témoignage bouleversant d'une jeune mère à Alep    Journées musicales de Carthage. Vive la Tunisie libre !    Eric Zemmour saisit la Cour européenne des droits de l'Homme    Maroc-Afrique du Sud : Dégel des relations    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie à guichets fermés    El Bouzidi: les étudiants (es) de Taounate sans bourse et sans cité universitaires?    Lancement du programme au titre de l'année scolaire 2019-2020 : «Etudes et sport» forme les champions en herbe    Nabil Benabdallah: «il faut être présent au sein des institutions qui font la loi»    SM le Roi Mohammed VI accorde Sa grâce à Hajar Raissouni et ses codétenus    Christine Lagarde formellement nommée à la tête de la BCE    Les dossiers du futur président tunisien    À Marrakech, Elalamy évoque les progrès du textile marocain    ITF juniors au Maroc: Le RUC passe le relais au Riad    Filière équine. L'écosystème se développe à grande vitesse    Coupe du Trône de tennis: L'ACSA pour la 9e fois    Les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf mise à nu    Tanger-Tétouan-Al Hoceima : Qui pour remplacer Ilyas El Omari ?    Feu vert à la création de la zone d'accélération industrielle Fès-Meknès    AMMC. 3ème participation consécutive à la «World Investor Week»    Syrie: Washington arrache une trêve à Erdogan, en vue de la création d'une « zone de sécurité »    Et la vie continue…dans un autre corps    Les lauréats du Prix de la culture amazighe dévoilés    Brexit: Après l'accord trouvé à Bruxelles, Johnson s'attelle à convaincre Westminster    Casablanca : Le groupe Akdital ouvre deux nouveaux établissements de santé    Réforme de l'enseignement. La Commission de suivi prépare sa réunion inaugurale    Attijariwafa bank, Top Performer RSE de l'année    Loi de Finances 2020 : Benchaâboun passe l'oral devant les parlementaires    Raja. Le trésorier du club détaille le rapport financier    Gouvernement. Faut-il un nouveau programme ?    Météo: Le temps qu'il fera ce vendredi    Tanger : Un nouvel espace d'insertion pour les jeunes handicapés mentaux    Rencontre commémorative à Marrakech    Victoire des socialistes portugais aux législatives    Biles, à toute épreuve    Découverte au Maroc de la plus ancienne organisation collective et sociale datant de 480 millions d'années    Divers    La situation actuelle du KACM au centre d'une réunion à Marrakech    Sixième Soulier d'or pour Lionel Messi    Une progression de 93% des ordres de paiement entre 2006 et 2018    Activités de la Chabiba ittihadia à Bouznika    Annulation de l'élection d'Iman Sabir    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    André Chénier : Le poète de la liberté    Yassine Belattar s'attire les foudres des Rifains    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Afrique mise sur le secteur privé pour réussir son intégration économique
Publié dans Albayane le 20 - 03 - 2018

Comment tirer parti de la « force des entreprises » pour favoriser l'intégration de l'Afrique ? Telle est la problématique centrale à laquelle tentera de répondre le « Forum d'affaires » qui se tiendra, mardi à Kigali, en marge du Sommet extraordinaire de l'Union africaine (UA), dédié à la zone de libre-échange continentale (ZLECA).
Ce forum, qui rassemblera chefs d'Etat, hauts responsables gouvernementaux et représentants du secteur privé et de la société civile africains ainsi que plusieurs organisations régionales et internationales, offre l'opportunité de débattre et d'échanger les vues sur la transformation économique du continent par le biais de l'investissement et du commerce.
La mise en place d'une zone de libre-échange continentale et les opportunités uniques d'expansion et de croissance qu'elle offre aux économies et aux industries africaines sera ainsi le sujet fédérateur qui focalisera les débats et les différentes interventions.
L'accent sera mis aussi sur la question de la libéralisation progressive des échanges commerciaux en Afrique dans les années à venir et les possibilités qu'elle offre aux opérateurs économiques du continent en termes de coopération.
Les travaux de ce forum s'articuleront autour de cinq panels de discussion de style Davos axés sur les moyens de développer les différents segments productifs de l'économie africaine pour stimuler les échanges et encourager l'investissement au sein de la future zone de libre-échange, la plus grande jamais créée depuis la mis en place de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).
La session plénière du Forum, qui verra la participation du président rwandais et de l'UA, Paule Kagame, débattra principalement, en présence notamment du président de la Commission de l'UA, Moussa Faki Mahamat, des opportunités qu'offre la création d'un marché unique pour l'Afrique.
Cette session inaugurale du « Forum d'affaires » cédera, par la suite, la place à un premier panel qui examinera la façon dont la zone de libre-échange continentale peut aider les pays africains à relever leurs défis et à mettre à contribution leurs potentialités économiques pour asseoir une véritable politique d'industrialisation et de développement du continent.
L'industrialisation de l'Afrique et la capacité des pays du continent à développer leurs avantages concurrentiels et à favoriser la création de débouchés pour les produits fabriqués en Afrique seront également au menu de ce panel.
Les participants aborderont aussi la question de la diversification économique et sa capacité à favoriser l'émergence de solutions sur mesure pour l'industrialisation et le développement du continent.
De même, l'accent sera mis sur l'aptitude de la zone de libre-échange continentale à susciter des changements positifs et à accélérer le mouvement vers une marque « made in Africa » pour le continent africain.
Le Forum planchera en outre sur les moyens de tirer parti du secteur privé pour favoriser l'intégration de l'Afrique. Ce panel verra la participation des patrons des entreprises les plus performantes d'Afrique qui vont explorer avec les ministres et les chefs d'Etat et d'organisations internationales les moyens de travailler tous ensemble pour développer la zone de libre-échange continentale africaine.
L'association du secteur privé au débat n'est nullement fortuite. Sa contribution est fondamentale voire décisive car le succès de la future zone de libre-échange africaine dépend d'une collaboration étroite entre décideurs politiques et acteurs économiques.
Les participants devront en outre traiter des retombées de la mise en place d'une zone de libre échange continentale sur l'emploi et sur le développement économique et social avant d'engager une réflexion profonde sur les moyens de promouvoir la technologie, l'innovation et le commerce intra-africain.
Le dernier panel de ce Forum sera centré sur la problématique du financement du commerce intra-africain.
La zone de libre échange continentale africaine est un projet phare de l'Agenda 2063, la vision à long terme de l'UA pour une Afrique intégrée, prospère et pacifique. Son aboutissement permettra de transformer l'avenir de millions d'Africains en renforçant les relations économiques et commerciales entre les pays du continent.
Avec un marché africain de plus de 1,2 milliard d'habitants et un produit intérieur brut (PIB) de 2.500 milliards de dollars, la ZLECA signifie, pour nombre d'experts, la prospérité et la fin de la pauvreté. Elle est aussi synonyme de création d'emplois pour les jeunes et de paix et de sécurité pour l'ensemble des populations du contient.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.