L'ONU organise la deuxième table ronde sur le Sahara marocain à Genève    Lesieur Cristal : Baisse de 34% du résultat net en 2018    Exercice de gestion de crise à l'aéroport Fès-Saiss    Attentat de Christchurch: Inhumation des premières victimes du carnage des mosquées    Elections test aux Pays-Bas après la fusillade d'Utrecht    Malawi-Maroc. Le sélectionneur national convoque 18 joueurs    La droite européenne s'apprête à sanctionner le populiste Orban    Abus de publicité. 1,49 milliard d'euros d'amende pour Google    Dubaï. Expulsion d'un employé qui a célébré l'attentat de Christchurch    Bouteflika, seul au monde ?    Championnat arabe de boxe : Le Maroc prend part à la 3è édition à Khartoum    British Council lance un appel à candidatures pour une formation au Royaume-Uni    Journées de la Francophonie : Les élèves marocains se distinguent à Oslo    Les raisons de la flambée des prix de la viande rouge    Semaine de la Francophonie à Las Palmas : Projection de «Aïda-La Revenante»»    La Kasbah de Tazka à Tafraout inscrite sur la liste du patrimoine culturel national    Tariq Ramadan force une conférence sur les violences faites aux femmes    Motor Village et Marokoto : Partenaires de la Raquette d'Or de Mohammedia 2019    Sukuk. Encore du chemin à faire    Pas de modification du statut du concours d'internat en médecine    Enseignants grévistes: La procédure d'abandon de poste activée    Condition de la femme : Des associations marocaines montent au créneau    Casanearshore SA et Technopolis Rabatshore deviennent Ewane Assets    Le Maroc, hub africain pour l'Inde    Tennis. Le Grand Prix Hassan II revient avec son lot de nouveautés    Sadeem 2. Le youtubeur Abdelmoumen Aomari représente le Maroc    Casablanca : Partenariat pour la promotion des métiers de la vente et du commerce    Les Philippines quittent la C.P.I.    Saisie de plus de 6.900 comprimés psychotropes et de 80 kg de cocaïne à Tanger    Et si Facebook n'avait pas perdu 17 minutes?    Trois clubs marocains au tirage des coupes africaines    Maroc-Rwanda : Douze nouveaux accords pour renforcer la coopération bilatérale    Il appartient à l'organisation criminelle «Comorra» : Un Italien interpellé à Marrakech    Brahim El Mazned intègre la banque d'expertise -Unesco    Migration illégale et trafic de drogue : Quatre individus arrêtés à Nador et Driouch    Edito : Réseaux antisociaux    Sahara marocain : Bourita appelle à «dépolluer» l'UA des «débats stériles, inutiles et en déphasage avec la réalité»    Prime de Neymar au FC Barcelone : Le procès reporté au 27 septembre    Rude épreuve congolaise pour les U23    Participation du Maroc au Forum de scoutisme arabe au Caire    Habib El Malki réitère son engagement à renforcer l'UPCI en tant qu'organisation multipartite, indépendante et efficace au sein de la communauté internationale    La Commission du droit d'accès à l'information fixe son plan d'action    L'activité minière de l'OCP passée au crible    Défection au Polisario    Rodriguez : Je n'ai pas de problème avec Zidane    Plus de la moitié des adolescents confrontés à un "triple fardeau" sanitaire    La Troupe Masrah Annas à la rencontre des Marocains de France    Un spectacle musical haut en couleur à l'ouverture des Journées culturelles algériennes à Oujda    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maroc-France: Sécurité et coopération économique mobilisent les parlementaires
Publié dans Albayane le 25 - 06 - 2018

Parlementaires marocains et français se sont retrouvés, vendredi dernier à Rabat, pour la 3eme édition du Forum parlementaire Maroc-France. La coopération sud-sud et nord-sud dans les domaines sécuritaires et économiques a particulièrement dominé les échanges. Gérard Larcher, président du sénat français, souligne d'emblée la qualité exceptionnelle des relations Maroc-France.
«La France n'est pas un partenaire économique présent dans les moments d'embellie et qui abandonne dès la première difficulté», dit-il, critiquant indirectement les pays qui ont failli dernièrement à leur obligation de coopération avec le Maroc. Le président de la Chambre haute du parlement français, affirme que la France est prête à accompagner davantage les projets de développement du Maroc. Sur le plan économique, la coopération entre les deux pays s'inscrit dans une double trajectoire : l'Afrique, partenaire traditionnel de la France et où le Maroc est de plus en plus présent économiquement, et l'Europe, notamment l'Union Européenne dont la France constitue l'un des piliers essentiels, et auprès de laquelle le Maroc jouit d'un statut avancé.
Au-delà de la coopération économique, le débat a également porté sur la coopération bilatérale dans le domaine sécuritaire. Du côté marocain, Hakim Benchemach, président de la Chambre des conseillers, a attiré l'attention sur l'instabilité politique dans la région, appelant les deux pays à renforcer leur collaboration pour instaurer la stabilité politique dans les zones en crise. Les parlementaires sont appelés à jouer un rôle essentiel dans ce sens. Leur mobilisation devrait se solder sur le développement d'un partenariat multilatéral orienté vers l'Afrique. Pour Habib El Malki, président de la Chambre des représentants, cette politique devrait être fondée sur la solidarité.
«Une exploitation optimale des perspectives offertes par la collaboration marocaine en Afrique, fondées sur de nouvelles approches favorisant la solidarité et s'inscrivant dans la durabilité donnera un nouveau souffle à la coopération internationale», a-t-il dit. El Malki considère que la coopération nord-sud n'atteindra les objectifs escomptés que si elle fondée sur le développement et le renforcement de la coopération sud-sud. Le président de la première Chambre a également plaidé pour une coopération approfondie en matière d'immigration sur la solidarité et le partage des responsabilités. «En tant que démocrates, nous avons l'obligation de nous élever contre le discours de haine et d'introversion, nous devons nous opposer à l'instrumentalisation de la question de la migration à des fins politiques, à son utilisation comme épouvantail dans des enjeux politiques, ou pour remporter des batailles électorales ou faire le lit du populisme», a-t-il insisté.
En Afrique, la question migratoire est d'abord une question intra-africaine puisque 4 migrants sur 5 restent en Afrique. D'où le plaidoyer lancé par la partie marocaine pour adopter une politique migratoire à l'échelle du continent, avec l'appui de l'Union européenne. Il s'agira de prendre les mesures nécessaires afin de réduire les flux de migration clandestine en renforçant le contrôle au niveau des frontières et en luttant contre les réseaux de trafic.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.