Attentat Strasbourg : Le roi adresse un message de condoléances à Macron    CAN 2019 : le Maroc se met volontairement hors-course    COP24 : Une coopération environnementale entre le Maroc et le Sénégal    Saisie par la Marine royale de plus de 300 Kg de Chira à bord d'un Go-fast en Méditerranée    Maroc-France : Signature d'un accord pour le renforcement des compétences en langue française des jeunes    Glamour, stars et paillettes sont au rendez-vous    Tanger : Deux malfrats condamnés à 10 ans de prison    Juan Carlos Garrido, le maître d'œuvre    En vertu d'une convention entre la FNM et Renault : Un véhicule Renault Master pour transporter les toiles en toute sécurité    Real Madrid.. 63 millions de livres sterling sur la table pour Hazard    Casablanca : Remise des prix aux lauréats de l'African Entrepreneurship Award 2018    Accord agricole : Les eurodéputés disent oui    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste composée de trois «Daechiens» à Kénitra    Projet de loi de Finances 2019 : Les amendements des conseillers bien accueillis    Lutte contre la spoliation immobilière : Aujjar s'attaque à la mafia du foncier    Les droits sociaux et juridiques de l'artiste à l'ordre du jour    Malgré l'adoption formel, le combat se poursuit    Espagne : Pedro Sanchez annonce une hausse de 22% du SMIC    Fès-Meknès. Dardouri communique autour de l'INDH    Le groupe Attijariwafa bank remporte deux prix à Londres    Où en sont les pourparlers de paix inter-yéménites?    PLF 2019 en phase finale chez les conseillers    «Réhabiliter la politique et le politique»    «L'autisme est un prétexte pour parler de nos différences»    Ligue des Champions : Messi, Salah, Kane et Hakimi disputeront les huitièmes    Le gel des biens de Hosni Moubarak maintenu par l'UE    L'ES Tunis souhaite rencontrer River Plate au Carré d'AS    Apple. Voici les meilleures applications de 2018    Royal Air Maroc réceptionne à Seattle un nouveau Boeing 787-9 Dreamliner    Entreprises : De nouveaux textes législatifs approuvés par la Chambre des représentants    Le transfert des compétences toujours en stand-by    Noël endeuillé pour Strasbourg    E-commerce : Le Maroc classé 5ème pays africain    Le taux de mortalité infantile a baissé à 2,9% en 2018 au Maroc    Madrid menace d'assumer le maintien de l'ordre en Catalogne    Carlos Ghosn, l'empereur déchu de l'automobile    L'Iran déterminé à poursuivre ses essais de missiles    Le secret de la longévité des tortues géantes des Galapagos    Rencontres de concertation au sujet des colonies de vacances    Lancement à Kénitra d'un modèle de classes d'enseignement préscolaire    Marcelo Gallardo Stratège et idole de River Plate    Valverde : Nous voulons aider Dembélé    Ronaldo : J'aimerais que Messi vienne en Italie    Abdelali Hamieddine de nouveau rattrapé par l'affaire Aït Ljid    La Cour béninoise de répression des infractions économiques et du terrorisme menacerait-elle l'Etat de droit ?    Insolite : Bague perdue    L'OCP Policy Center devient le "Policy Center For The New South"    Azoulay appelle les Souiris à s'enquérir des intérêts de leur cité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maroc-France: Sécurité et coopération économique mobilisent les parlementaires
Publié dans Albayane le 25 - 06 - 2018

Parlementaires marocains et français se sont retrouvés, vendredi dernier à Rabat, pour la 3eme édition du Forum parlementaire Maroc-France. La coopération sud-sud et nord-sud dans les domaines sécuritaires et économiques a particulièrement dominé les échanges. Gérard Larcher, président du sénat français, souligne d'emblée la qualité exceptionnelle des relations Maroc-France.
«La France n'est pas un partenaire économique présent dans les moments d'embellie et qui abandonne dès la première difficulté», dit-il, critiquant indirectement les pays qui ont failli dernièrement à leur obligation de coopération avec le Maroc. Le président de la Chambre haute du parlement français, affirme que la France est prête à accompagner davantage les projets de développement du Maroc. Sur le plan économique, la coopération entre les deux pays s'inscrit dans une double trajectoire : l'Afrique, partenaire traditionnel de la France et où le Maroc est de plus en plus présent économiquement, et l'Europe, notamment l'Union Européenne dont la France constitue l'un des piliers essentiels, et auprès de laquelle le Maroc jouit d'un statut avancé.
Au-delà de la coopération économique, le débat a également porté sur la coopération bilatérale dans le domaine sécuritaire. Du côté marocain, Hakim Benchemach, président de la Chambre des conseillers, a attiré l'attention sur l'instabilité politique dans la région, appelant les deux pays à renforcer leur collaboration pour instaurer la stabilité politique dans les zones en crise. Les parlementaires sont appelés à jouer un rôle essentiel dans ce sens. Leur mobilisation devrait se solder sur le développement d'un partenariat multilatéral orienté vers l'Afrique. Pour Habib El Malki, président de la Chambre des représentants, cette politique devrait être fondée sur la solidarité.
«Une exploitation optimale des perspectives offertes par la collaboration marocaine en Afrique, fondées sur de nouvelles approches favorisant la solidarité et s'inscrivant dans la durabilité donnera un nouveau souffle à la coopération internationale», a-t-il dit. El Malki considère que la coopération nord-sud n'atteindra les objectifs escomptés que si elle fondée sur le développement et le renforcement de la coopération sud-sud. Le président de la première Chambre a également plaidé pour une coopération approfondie en matière d'immigration sur la solidarité et le partage des responsabilités. «En tant que démocrates, nous avons l'obligation de nous élever contre le discours de haine et d'introversion, nous devons nous opposer à l'instrumentalisation de la question de la migration à des fins politiques, à son utilisation comme épouvantail dans des enjeux politiques, ou pour remporter des batailles électorales ou faire le lit du populisme», a-t-il insisté.
En Afrique, la question migratoire est d'abord une question intra-africaine puisque 4 migrants sur 5 restent en Afrique. D'où le plaidoyer lancé par la partie marocaine pour adopter une politique migratoire à l'échelle du continent, avec l'appui de l'Union européenne. Il s'agira de prendre les mesures nécessaires afin de réduire les flux de migration clandestine en renforçant le contrôle au niveau des frontières et en luttant contre les réseaux de trafic.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.