Driss Lachguar se réunit avec la Commission provinciale des élections à El Jadida    Prévisions météorologiques pour le lundi 1er mars 2021    El Othmani rend visite à Ramid après une opération chirurgicale réussie    Covid 19: Décès de l'acteur égyptien Youssef Chaabane    Ligue des Champions / WAC-Kaizer (4-0) : Le Wydad... un match de référence !    IRT-MCO (1-2) : Une victoire pour se relancer !    Démission de Azami Idrissi des instances dirigeantes du PJD : le parti dit niet    Vaccination anti-Covid : Le Maroc toujours dans le top 10 mondial    Ligue des champions : le Wydad écrase les Sud-africains de Kaizer Chiefs (4-0)    Coronavirus au Maroc : 244 nouveaux cas en 24 heures, 8 décès    Cannabis : La Tunisie emboîte le pas au Maroc    Russie : l'opposant Navalny transféré dans un camp à 200 km de Moscou    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    Participation du Maroc au Championnat d'Afrique de cyclisme en Egypte    CAN U20. L'EN éliminée par la Tunisie    Signature d' une convention de partenariat entre le ministère de la Justice et la CNDP    Séisme d'Agadir : les vérités sur un drame qui transcende le temps (I)    Syrie : Biden entre en guerre    Habib El Malki se félicite de la coopération avec le FOPREL    Dakhla : L'ASMEX se dote d'une délégation régionale    Credit Bureau: «les solutions apportées par les différents intervenants ont permis de limiter l'envolée des impayés»    "Biggie " , le géant éphémère du rap    Portrait: ElGrande Toto, un as de trèfle qui pique le cœur    Alerte météo : fortes averses orageuses et chutes de neige jusqu'au 2 mars dans plusieurs provinces    La Bourse de Casablanca dans le rouge du 22 au 26 février    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    Victoire in extremis du HUSA, les FAR et le Chabab se neutralisent    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    Transavia annonce le lancement d'une nouvelle ligne aérienne entre le Corse et le Maroc    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    La 316 ème fortune de France s'implante à Marrakech    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    La France doit être «plus claire» et reconnaitre la souveraineté du Maroc sur le Sahara    Appel à Biden pour appuyer la décision américaine reconnaissant la souveraineté du Maroc sur son Sahara    HPS: des revenus en hausse en dépit de la crise    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Manuels et cahiers scolaires : les imprimeurs gagnent leur bataille pour la préférence nationale    Anniversaire : SAR la Princesse Lalla Khadija souffle sa 14ème bougie    Marrakech se dote du premier radiotélescope au niveau national    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mexique : AMLO prête serment…
Publié dans Albayane le 04 - 12 - 2018

«Cela peut paraître prétentieux mais aujourd'hui commence non seulement un nouveau gouvernement mais un nouveau régime politique (…). A partir de maintenant, une transformation pacifique et ordonnée mais profonde et radicale va être réalisée car nous allons en finir avec la corruption et l'impunité qui empêchent la renaissance du Mexique».
C'est en ces termes qu'en prêtant serment devant le Parlement et en prenant officiellement ses fonctions de nouveau président du Mexique, Andres Manuel Lopez Obrador, s'est adressé, ce samedi 1er Décembre 2018, aux membres du Congrès mexicain en présence d'un parterre de chefs d'Etat et de gouvernements étrangers et de représentants du corps diplomatique accrédité à Mexico.
A l'issue de sa prestation de serment, l'ancien maire de Mexico et nouveau président du Mexique s'est dirigé vers le Palais national à bord de sa voiture personnelle, une Volkswagen Jetta blanche, suivi par une poignée d'agents de sécurité. Intronisé par un représentant des peuples indigènes mexicains, le nouveau chef de l'Etat, que l'on désigne par ses initiales «AMLO», s'est prêté – pour la première fois pour un président mexicain – à une cérémonie de purification à l'aide d'encens et de plantes traditionnelles. Arborant le «bâton de commandement» qui symbolise le pouvoir qui lui a été conféré par les communautés indigènes, celui-ci a tenu à réaffirmer, devant plusieurs milliers de personnes réunis sur la place centrale du Zocalo, son «engagement à ne pas mentir, ne pas voler ni trahir le peuple mexicain».
Considérant que l'économie néolibérale suivie par ses prédécesseurs a été «un désastre», le nouvel homme fort du pays que l'histoire retiendra comme ayant été le premier président de gauche du Mexique moderne prône une gestion rigoureuse des finances publiques, une augmentation du salaire minimum, la gratuité de l'éducation et de la santé et, enfin, en faisant «des peuples indigènes» sa priorité, la lutte contre la pauvreté qui frappe de plein fouet quelques 15 millions d'indiens.
Prévoyant de lancer de grands projets qui feront appel à des investissements publics et privés comme le fameux «train maya» – une ligne qui traversera cinq Etats et reliera les principales zones touristiques de la région «maya» située à l'est du pays – AMLO entend vendre l'avion présidentiel, limiter sa sécurité rapprochée au motif que «le peuple le protège», réduire son salaire de plus de la moitié et doubler les retraites.
Pour pacifier le Mexique et enrayer l'insécurité après des années marquées par le «crime organisé» dans un pays où la violence «répond à des logiques complexes», AMLO prévoit d'instaurer une amnistie partielle dont seraient exclus les grands criminels et de faire de la lutte contre la corruption et de l'éradication de la pauvreté son cheval de bataille.
Mais comment le nouveau président mexicain va-t-il gérer le flux migratoire en direction des Etats-Unis, cet exode né de la violence et de la pauvreté alors même que «ces personnes sont au Mexique» et qu'il n'y a aucun moyen d'obliger les Etats-Unis à leur accorder l'asile ? La seule alternative qui reste est de négocier avec les Etats-Unis mais, là aussi, rien n'est acquis alors que les autorités américaines ont ralenti le rythme d'accueil des demandeurs d'asile et rallongé d'autant la durée de leur séjour sur le territoire mexicain.
Enfin, dans une Amérique latine qui penche plutôt «à droite» quelle sera la marge de manœuvre du président mexicain qui a érigé, en priorité, la lutte contre la pauvreté et les inégalités sociales ? Attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.