Ouverture la 20e réunion du MCR-Afrique à Marrakech    Ali Bongo quitte le Maroc au terme d'un séjour médical    Le Maroc envoie une aide humanitaire d'urgence aux victimes du cyclone Idai    Tunis: 2è édition du Festival International d'Improvisation Théâtrale    Ingérence présumée de la Russie dans la présidentielle US de 2016 : Bientôt la fin du suspense    La région de Casablanca-Settat prend 20% du capital de CFC    C'est parti pour la 18e édition du FICAM    Maroc-Argentine. Messi finalement absent    Sahara marocain – Bourita : « Le Maroc ne veut pas un processus où les réunions deviennent une fin en soi »    Casablanca: Grand meeting des élus du Maroc et de France sur les bonnes pratiques territoriales    Le nouveau service de «Dotation touristique supplémentaire» en quelques clics    Mobile, ADSL, FTTH … Le parc Internet continue sa progression    700 millions de dollars de la Banque mondiale pour la transformation numérique au Maroc    Special Olympics 2019 : belle moisson pour le Maroc    500 Kg de chira saisis au large de Tanger    Inertie    Modèle de développement: L'université de Casablanca présente son mémorandum    Modèle de développement: L'université de Casablanca pointe du doigt le partage inégal des richesses    Un Monde Fou    Venezuela: L'ONU durcit le ton face aux sanctions américaines    Expo: L'Afrique entre mélancolie et espoir    Tourisme culturel: Dubaï veut confirmer sa nouvelle réputation    La gastronomie marocaine à l'honneur en Ukraine    Clap de fin pour la 2e table ronde sur la question du Sahara marocain    Mohamed Benabdelkader : La Charte de la déconcentration administrative, une étape décisive dans la consécration de la régionalisation avancée    Euro 2020: La Croatie s'en tire à bon compte    "Football Leaks": Le hacker Rui Pinto extradé au Portugal    En attendant le verdict de la CAF, les U23 jouent leur va-tout devant la RDC    Eliminatoires CAN-2019 : Déjà qualifiés, les Lions font match nul au Malawi    Driss Lachguar : Ce qui importe pour nous, c'est que le futur Premier secrétaire serve au mieux le projet sociétal moderniste du parti    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec l'ambassadeur du Liban à Rabat    Divers Economie    Beckham admet avoir utilisé son téléphone en conduisant    La césarienne cinquante fois plus mortelle pour les femmes africaines    Ces célébrités ont touché le fond : Britney Spears    Nota Bene    Aujjar : Le mariage des mineures demeure une réalité qui interpelle tout le monde    Michel Temer, le survivant rattrapé par le scandale Lavage Express    L'hommage de Céline Dion aux victimes de Christchurch    Winston Peters : Les musulmans de Nouvelle-Zélande seront en sécurité    Combien gagne Nagui    La ZLECA, une avancée en matière de commerce et d'investissement transfrontalier    Janet Jackson grillée par ses fans en pleine crise d'ego    La décision radicale des enfants de Michael Jackson    Björk réédite tous ses albums en cassettes colorées    Naufrage à Mossoul: Le bilan s'élève à 100 morts    Le WAC retrouve le Horoya Conakry en quarts    Sahara marocain-Genève II : Kohler garde espoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Où en sont les pourparlers de paix inter-yéménites?
Publié dans Albayane le 12 - 12 - 2018

Les négociations de paix inter-yéménites qui ont débuté ce jeudi, sous l'égide de l'ONU, se poursuivent dans le centre de conférences du château de Johannesberg, à une soixantaine de kilomètres de la capitale suédoise.
A l'étude figurent la situation économique désastreuse dans laquelle est plongée le pays, la mise en œuvre de l'accord sur l'échange des prisonniers, le contrôle de la ville portuaire de Hodeida qui est le point d'entrée de l'aide humanitaire et, enfin, la réouverture de l'aéroport international de la capitale Sanaa fermé depuis son occupation par les rebelles houtis lors du déclenchement du conflit en 2014 et son bombardement par l'aviation de la coalition menée par l'Arabie Saoudite.
Mais même si, ce samedi, le ton entre les deux camps semblait être encore tendu ceux-ci s'accusant mutuellement de «manque de sérieux», des responsables onusiens se sont quand même félicités de «l'esprit positif» qui a prévalu lors des discussions tout en soulignant qu'«il faut faire la part des choses entre les déclarations publiques et le discours en coulisses». Et si, dans un communiqué, le médiateur onusien, Martin Griffiths, a souligné la bonne volonté des protagonistes, il a quand même appelé ces derniers à «la retenue» car la situation reste encore «très fragile» sur le terrain.
Khaled Al-Yémani, le ministre des Affaires étrangères du gouvernement en exil à Aden a fait part, ce samedi, de l'entière disposition de la délégation qui l'accompagne, à «ouvrir l'aéroport de Sanaa car cela aidera beaucoup les Yéménites». Il ajoutera, également, qu'«il y a des milliers de Yéménites qui veulent voyager et retourner dans leur pays sans avoir à supporter de longs trajets dans d'autres aéroports. Nous proposons que l'aéroport d'Aden soit le principal aéroport souverain de la République et que les autres aéroports du pays soient réservés aux vols intérieurs».
Mais même si cette proposition a été rejetée par les houtis au motif que des villes comme Aden, contrôlées par le gouvernement, ne doivent pas être des points de transit, Abdelmalik Al Hijri, le chef de la délégation des rebelles, a reconnu qu'«il y a eu un dialogue utile concernant l'ouverture de l'aéroport de Sanaa».
L'ONU propose, par ailleurs, que la coalition militaire progouvernementale placée sous commandement saoudien arrête ses tirs sur la ville portuaire de Hodeida en contrepartie de son évacuation par les rebelles houtis pour que celle-ci puisse être mise sous la double-tutelle des deux belligérants et sous la supervision des Nations-Unies.
Cette solution de démilitarisation de Hodeida convient aux Houtis qui, d'après Mohammed Abdoussalam, le chef de leur délégation, voudraient faire de cette ville « un centre économique pour tous les yéménites.
Dans un rapport publié ce samedi par l'ONU, 20 millions de yéménites sont actuellement en situation d'insécurité alimentaire selon la FAO, le PAM et l'UNICEF. Aussi, s'avère-t-il urgent de se pencher, avec toute la bienveillance requise, sur l'ouverture de corridors humanitaires.
Cette fois-ci, la paix serait-elle au bout du chemin ? Osons l'espérer et attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.