Un Monde Fou    Développement durable: «L'Etat doit donner l'exemple»    Marrakech: Les bénévoles Jood dans la rue avec les sans-abri    Théâtre: Quand le couple se remet en question    Migration : L'Espagne demande à l'UE de débloquer les 140 millions d'euros promis au Maroc    Terminal 1 : 7 millions de passagers de plus pour l'aéroport Mohammed V    Le Roi félicite Nordine Oubaali pour avoir remporter le championnat du monde WBC    La Chambre des représentants annule les dettes des collectivités locales contractées avant 2000    Insolite : Pires que des cochons    Le Forum de Davos s'ouvre sous le signe du risque politique et économique    Theresa May compte retourner discuter du Brexit à Bruxelles    Le Royaume met en avant ses nombreux atouts touristiques à Madrid    Kalou : La réattribution de la CAN 2023 à la Côte d'Ivoire n'est pas une si mauvaise nouvelle    Liverpool : Klopp cherche des solutions en défense    Raja-ASFAR, un classique sous le signe de l'équilibre    Benslimane enregistre un total de 93 mille ha emblavés en céréales d'automne    L'ONMT présente son plan d'action digital pour 2019    Facebook annonce investir 300 millions de dollars dans le journalisme    Divers    WhatsApp limite le partage de messages pour lutter contre « l'infox »    Le dirham se déprécie par rapport à l'euro et vis-à-vis du dollar    Les péripéties d'une histoire sans issue    A Cuba, les tubes de Michael Jackson version salsa    "L'Afrique du rire" fait escale à Rabat et Casablanca    Oscars 2019 : les nominations dévoilées    L'International Crisis Group s'intéresse à l'Afrique    RC Lens : Achraf Bencharki, l'homme du match face à Nancy (sondage)    Times Higher Education 2019 : 3 universités marocaines dans le TOP 1000    C.Ronaldo condamné à une peine de prison ferme    Art et musique inaugurent 2019 à l'Institut Cervantès de Casablanca    Le 2ème Festival «Afrique du Rire» fait escale à Rabat et Casablanca    «Le stade de football, nouvelle arène politique…»    Nespresso inaugure son premier concept de boutique en Afrique    L'accord avec le fisc divise les commerçants    Peine de mort : La mobilisation continue    L'Europe ambitionne une mission lunaire avant 2025    Le Conseil de gouvernement discutera de la modalité d'application du service militaire    Le chaud et le froid pour le foot national    Le «Mono-dame» théâtral sur les planches de la ville ocre    Oxfam: Entre riches et pauvres, les inégalités s'emballent    Décès du prétendant au trône de France Henri d'Orléans    Macron et Merkel tentent de braver l'euroscepticisme ambiant    ONU: De nombreux risques pèsent sur l'économie mondiale    El Khalfi: 1.20 MMDH pour lutter contre les disparités territoriales    Rencontres africaines d'intelligence économique à Dakhla en juin prochain    Les dirigeants historiques de l'USFP et les causes nationales    Les défis du féminisme africain    L'ouverture de l'école sur son environnement en débat à Khouribga    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Où en sont les pourparlers de paix inter-yéménites?
Publié dans Albayane le 12 - 12 - 2018

Les négociations de paix inter-yéménites qui ont débuté ce jeudi, sous l'égide de l'ONU, se poursuivent dans le centre de conférences du château de Johannesberg, à une soixantaine de kilomètres de la capitale suédoise.
A l'étude figurent la situation économique désastreuse dans laquelle est plongée le pays, la mise en œuvre de l'accord sur l'échange des prisonniers, le contrôle de la ville portuaire de Hodeida qui est le point d'entrée de l'aide humanitaire et, enfin, la réouverture de l'aéroport international de la capitale Sanaa fermé depuis son occupation par les rebelles houtis lors du déclenchement du conflit en 2014 et son bombardement par l'aviation de la coalition menée par l'Arabie Saoudite.
Mais même si, ce samedi, le ton entre les deux camps semblait être encore tendu ceux-ci s'accusant mutuellement de «manque de sérieux», des responsables onusiens se sont quand même félicités de «l'esprit positif» qui a prévalu lors des discussions tout en soulignant qu'«il faut faire la part des choses entre les déclarations publiques et le discours en coulisses». Et si, dans un communiqué, le médiateur onusien, Martin Griffiths, a souligné la bonne volonté des protagonistes, il a quand même appelé ces derniers à «la retenue» car la situation reste encore «très fragile» sur le terrain.
Khaled Al-Yémani, le ministre des Affaires étrangères du gouvernement en exil à Aden a fait part, ce samedi, de l'entière disposition de la délégation qui l'accompagne, à «ouvrir l'aéroport de Sanaa car cela aidera beaucoup les Yéménites». Il ajoutera, également, qu'«il y a des milliers de Yéménites qui veulent voyager et retourner dans leur pays sans avoir à supporter de longs trajets dans d'autres aéroports. Nous proposons que l'aéroport d'Aden soit le principal aéroport souverain de la République et que les autres aéroports du pays soient réservés aux vols intérieurs».
Mais même si cette proposition a été rejetée par les houtis au motif que des villes comme Aden, contrôlées par le gouvernement, ne doivent pas être des points de transit, Abdelmalik Al Hijri, le chef de la délégation des rebelles, a reconnu qu'«il y a eu un dialogue utile concernant l'ouverture de l'aéroport de Sanaa».
L'ONU propose, par ailleurs, que la coalition militaire progouvernementale placée sous commandement saoudien arrête ses tirs sur la ville portuaire de Hodeida en contrepartie de son évacuation par les rebelles houtis pour que celle-ci puisse être mise sous la double-tutelle des deux belligérants et sous la supervision des Nations-Unies.
Cette solution de démilitarisation de Hodeida convient aux Houtis qui, d'après Mohammed Abdoussalam, le chef de leur délégation, voudraient faire de cette ville « un centre économique pour tous les yéménites.
Dans un rapport publié ce samedi par l'ONU, 20 millions de yéménites sont actuellement en situation d'insécurité alimentaire selon la FAO, le PAM et l'UNICEF. Aussi, s'avère-t-il urgent de se pencher, avec toute la bienveillance requise, sur l'ouverture de corridors humanitaires.
Cette fois-ci, la paix serait-elle au bout du chemin ? Osons l'espérer et attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.