Vidéo – Achraf Bencharki signe un magnifique doublé et délivre Lens    LdC : Le Wydad laisse des plumes en Afrique du sud    La DGSN se dote d'un système informatisé pour les amendes    Buzz – Bill Gates, le milliardaire qui fait la queue    Tunisie : Une deuxième grève générale prévue pour février    Pargneaux : La Maroc, exemple africain dans la lutte contre le chômage des jeunes    LdC : Le Wydad ne pourra pas aligné son meilleur joueur de l'année    Diapo – Un fourgon transportant 17 millions de dirhams se renverse    Ghazali : La stratégie énergétique du Maroc est fondée sur les énergies renouvelables    Création d'un registre national pour organiser les médias numériques    Organisation du programme jeunes Marocains ambassadeurs des Nations-Unies à Casablanca    Bourita appelle à la création d'un "G10 Méditerranée"    Benchamach œuvre à renforcer les relations maroco-saoudienne    Le Forum international de l'étudiant fait escale à Dakhla    "Gilets jaunes" : A nouveau dans les rues malgré le "Grand débat" lancé par le gouvernement    Fortes pluies dans plusieurs provinces du Royaume    "Afrique du Rire" : Deuxième édition ouverte ce vendredi à Abidjan    VIDEO - Corniche Aïn Diab : Le cri de colère d'une femme à mobilité réduite    2,4 MMDH consacrés à la gestion des déchets ménagers en 10 ans    Casablanca : 5 ans de prison pour chacun des membres d'une bande de malfrats    Deux jeunes hommes se suicident à Nador et Chtouka Aït Baha    El Othmani : Le Maroc « parie sur la transformation digitale »    Fespaco 2019 : «Indigo» de Selma Bargach en lice pour l'Etalon d'or de Yennenga    Musée Saint Laurent: Les 4 expos de cette nouvelle année    Marrakech : Localisation d'une ressortissante danoise portée disparue    Triple candidature pour l'organisation du Mondial-2030 : Le verdict dans quatre ans    Divers sportifs    Le scénario à 48 équipes toujours en gestation    Federica Moghrerini reçue en audience par S.M le Roi Mohammed VI    Habib El Malki : Le Royaume est attaché à sa stratégie de partenariat avec l'UE    Réunion du Bureau de la Chambre des représentants    Donald Trump, le show et le chaos    Andy Murray aura bientôt droit à sa statue à Wimbledon    Trump et Pelosi à couteaux tirés autour du "shutdown"    L'IS représente 15,3% des recettes fiscales en Afrique    Le prix du cannabis au Canada en hausse après la légalisation    Le Kluster CFCIM labellisé par la CCG    Des investisseurs italiens saluent les performances économiques réalisées au Maroc    Ligue des champions : Le WAC en force à Pretoria    Brad Pitt moqué sur la Toile    Selena Gomez fière de la personne qu'elle devient    Kim Kardashian bientôt maman pour la quatrième fois    « Chantons Notre Patrimoine Commun », le spectacle placé sous le signe du vivre ensemble    Algérie : la date de l'élection présidentielle fixée le 18 avril    Le Zamalek ne lâchera pas Hamid Ahaddad    SM le roi Mohammed VI reçoit Federica Mogherini au Palais Royal    Nouvel an Amazigh : À quand Yennayer au Maroc?    Brexit : Les discussions entre May et l'opposition dans l'impasse    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Migrations
Publié dans Albayane le 13 - 12 - 2018

Les oiseaux migrent. Des mammifères migrent. Les poussières et la pollution migrent. L'espèce humaine, depuis son berceau au Maroc et ailleurs, n'a cessé de migrer. Pour ne rappeler que cela, les voyages de Marco Polo, d'Ibn Batouta, de Zheng He, de Vasco de Gama, de Magellan et les aventures maritimes des navigateurs espagnols et portugais au XVème siècle sont des préludes aux migrations. L'Amérique du Nord est peuplée essentiellement de migrants.
Il y a un siècle, le colonialisme et ses empires se sont nourris des migrations dont les populations autochtones assujetties s'en ressentent encore. Zèle missionnaire pour évangéliser, activités économiques et commerciales dans l'intérêt des métropoles colonisatrices, traite et utilisation de la personne humaine comme chair à canon ; tout cela enveloppé sous le manteau d'une «mission civilisatrice» où l'esclavagisme et l'aliénation asservirent les peuples colonisés et occultèrent leurs identités.
L'ordre international établi après la fin de la seconde guerre mondiale s'est inscrit beaucoup plus «dans une logique offensive de développement commercial» que dans celle pouvant aboutir à l'amélioration des conditions de vie de la personne humaine, là où elle se trouve. Depuis ; les inégalités économiques se sont aggravées et la nouvelle mondialisation va imposer une «économie mondiale intégrée dont la structuration est de plus en plus dissociée de la cartographie des Etats».
Ainsi, le développement des multinationales, le commerce des armes et la détérioration des facteurs climatiques sont devenus les caractéristiques du monde au début de ce siècle. La multiplication des conflits et des guerres locales, l'appauvrissement économique, la persécution, l'étouffement des libertés individuelles et collectives et l'attrait du «miroir aux alouettes» des pays développés vont susciter la migration des humains vers ce qu'ils croient être l'Eldorado.
Les migrations sont devenues un fait de comm., une donnée géopolitique, un drame pour l'humanité que «les instruments internationaux fondamentaux relatifs aux droits de l'homme» n'ont pu réglementer. Des milliers de personnes ont perdu la vie dans les conditions périlleuses de la traversée des mers et des routes. La Méditerranée est devenue un cimetière où les migrants y meurent en masse. Les opinions publiques repues ne s'inquiètent pas outre mesure du sort de ces hommes, femmes et enfants. Les pouvoirs publics gèrent cette fatalité par une approche sécuritaire avec ses camps et ses procédures.
C'est dans ce contexte que le Royaume du Maroc a eu l'honneur d'accueillir à Marrakech la Conférence intergouvernementale des Nations unies chargée d'adopter officiellement le «Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières». Par son ancrage africain, sa proximité européenne, sa position géostratégique au Sud de la Méditerranée et de la mer d'Alboran, pays d'origine, de transit et de destination, le Maroc ne cesse d'améliorer sa politique envers les migrants. Malgré de nombreux défis, l'approche de la problématique migratoire est équilibrée et mérite d'être encouragée dans le cadre d'une coopération régionale intégrée. Quelles retombées du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières sur la situation migratoire en Afrique du Nord ? Quelles suites immédiates lui seront données après sa ratification formelle en assemblée générale de l'ONU?
En gestation depuis des années on peut s'interroger si le «Pacte de Marrakech sur les migrations» changera quelque chose à la situation? Il a toutefois le mérite d'exister et suscitera certainement les actions idoines pour surmonter les difficultés qu'affrontent les migrants en réduisant leurs vulnérabilités par un statut dans le droit international.
Non contraignant, visant la régulation des flux de migrants pour les rendre bénéfiques à tous, il permettra aux migrants de revendiquer autant leurs droits que d'avoir des obligations dans le cadre des possibilités offertes par «des migrations sûres, ordonnées et régulières» et prendre connaissance des risques de la migration irrégulière.
Il reste certainement beaucoup à faire pour créer les conditions favorables à un «développement durable aux niveaux local, national, régional et mondial» et permettre des migrations «de manière éclairée, planifiée et consensuelle». La lecture des 23 objectifs et engagements précisés dans le Pacte, déclinés en 187 propositions d'action montre la bonne volonté des Etats signataires et leur prise de conscience envers la situation des migrants. Les mécanismes de la mise en œuvre du Pacte, le suivi et l'examen des actions menées sont prévus. L'espoir est que tout cela ne soit pas un feu de bois pour se donner bonne conscience mais bien une approche effective, efficiente, globale et humanitaire.
Enfin, en marge de l'événement, Madame Angela Merkel s'est offerte une pause à Jamaa Lafna et a fait provision de verveine bio dans les rues de Marrakech. C'est recommandé au moment où le gilet jaune suscite des interpellations sur la justice sociale, la répartition des richesses et la démocratie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.