Jeux mondiaux 2019 de Special Olympics : Le Maroc déccroche 34 médailles dont 12 en or.    Centrale Danone. Lancement d'une nouvelle gamme de lait    Vidéo – Attijariwafa Bank présente ses résultats pour 2018    Fusillade à Utrecht : Le suspect poursuivi pour homicide à caractère « terroriste »    Jamaat Shaïm : Un boucher égorge sa femme et lui coupe la tête    Marrakech : Trois hommes arrêtés pour avoir séquestré et violé collectivement 3 filles    Colloque international de Rabat : Réflexions sur la pensée de Khatibi    Nicaragua : Le gouvernement va libérer tous les opposants pour relancer le dialogue    Etats-Unis : La Fed met un coup d'arrêt à la remontée des taux    Sahara marocain: Ouverture à Genève de la 2e table ronde    Motor Village et Marokoto, partenaires de la Raquette d'Or de Mohammedia    Tennis : Grand Prix Hassan II du 7 au 14 avril à Marrakech    Migration irrégulière. Les pateras, un business qui rapporte gros    Communiqué du BP du PPS    Brexit: May demande un report à des Européens « fatigués » de la saga    3è Festival «Les Océanes» à Essaouira : Le surf et la protection du littoral à l'honneur    Mujer : Tout un numéro réservé au Maroc !    Centres hospitaliers universitaires. Opération sauvetage en marche?    Italie : 51 enfants pris en otage, échappent au drame de justesse    La cystite: une infection urinaire très féminine    Le cancer colorectal: le dépistage sauve des vies    Vidéo de l'attentat de Christchurch : Facebook s'explique    Le ver dans le fruit !    Le détenteur de Sapress prend le contrôle de Sochepress    La journée mondiale de la poésie célébrée à la Villa des arts de Rabat    AFMA: Résultat net consolidé en baisse de 15% en 2018    Préscolaire    Projection du documentaire "A Thousand girls like me" qui ouvre le débat sur l'inceste    Le PSG obtient gain de cause devant le TAS    Les enjeux de la dernière journée des éliminatoires de la CAN 2019    La jeunesse face à la classe politique    La Commission interministérielle spécialisée examine le plan de mise en œuvre de la déconcentration administrative    Radio Medi1 : Guergarate et Nouadhibou sur la fréquence 99.8    Organisation de la Femme Istiqlalienne    Haute commission mixte entre le Maroc et le Rwanda    Etudiants et professionnels de Santé défilent contre Bouteflika à Alger    Brigitte Bardot pète les plombs    Prochaine tenue du Forum national du handicap    Syrie    Baisse considérable de la fécondité au Maroc    Finances publiques. Une guide pour la programmation triennale    Edito : L'eau    Le Onze national à Lilongwe en vue de peaufiner les ultimes réglages    Insolite : Promotion mensongère    Quand la langue de Molière nous rapproche et nous unit    "L'Algérie.. La crise du régime et l'illusion de l'Etat" nouvel ouvrage de Mohammed Benhamou    Les Lions se préparent pour leurs prochaines échéances    Trois clubs marocains au tirage des coupes africaines    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Migrations
Publié dans Albayane le 13 - 12 - 2018

Les oiseaux migrent. Des mammifères migrent. Les poussières et la pollution migrent. L'espèce humaine, depuis son berceau au Maroc et ailleurs, n'a cessé de migrer. Pour ne rappeler que cela, les voyages de Marco Polo, d'Ibn Batouta, de Zheng He, de Vasco de Gama, de Magellan et les aventures maritimes des navigateurs espagnols et portugais au XVème siècle sont des préludes aux migrations. L'Amérique du Nord est peuplée essentiellement de migrants.
Il y a un siècle, le colonialisme et ses empires se sont nourris des migrations dont les populations autochtones assujetties s'en ressentent encore. Zèle missionnaire pour évangéliser, activités économiques et commerciales dans l'intérêt des métropoles colonisatrices, traite et utilisation de la personne humaine comme chair à canon ; tout cela enveloppé sous le manteau d'une «mission civilisatrice» où l'esclavagisme et l'aliénation asservirent les peuples colonisés et occultèrent leurs identités.
L'ordre international établi après la fin de la seconde guerre mondiale s'est inscrit beaucoup plus «dans une logique offensive de développement commercial» que dans celle pouvant aboutir à l'amélioration des conditions de vie de la personne humaine, là où elle se trouve. Depuis ; les inégalités économiques se sont aggravées et la nouvelle mondialisation va imposer une «économie mondiale intégrée dont la structuration est de plus en plus dissociée de la cartographie des Etats».
Ainsi, le développement des multinationales, le commerce des armes et la détérioration des facteurs climatiques sont devenus les caractéristiques du monde au début de ce siècle. La multiplication des conflits et des guerres locales, l'appauvrissement économique, la persécution, l'étouffement des libertés individuelles et collectives et l'attrait du «miroir aux alouettes» des pays développés vont susciter la migration des humains vers ce qu'ils croient être l'Eldorado.
Les migrations sont devenues un fait de comm., une donnée géopolitique, un drame pour l'humanité que «les instruments internationaux fondamentaux relatifs aux droits de l'homme» n'ont pu réglementer. Des milliers de personnes ont perdu la vie dans les conditions périlleuses de la traversée des mers et des routes. La Méditerranée est devenue un cimetière où les migrants y meurent en masse. Les opinions publiques repues ne s'inquiètent pas outre mesure du sort de ces hommes, femmes et enfants. Les pouvoirs publics gèrent cette fatalité par une approche sécuritaire avec ses camps et ses procédures.
C'est dans ce contexte que le Royaume du Maroc a eu l'honneur d'accueillir à Marrakech la Conférence intergouvernementale des Nations unies chargée d'adopter officiellement le «Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières». Par son ancrage africain, sa proximité européenne, sa position géostratégique au Sud de la Méditerranée et de la mer d'Alboran, pays d'origine, de transit et de destination, le Maroc ne cesse d'améliorer sa politique envers les migrants. Malgré de nombreux défis, l'approche de la problématique migratoire est équilibrée et mérite d'être encouragée dans le cadre d'une coopération régionale intégrée. Quelles retombées du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières sur la situation migratoire en Afrique du Nord ? Quelles suites immédiates lui seront données après sa ratification formelle en assemblée générale de l'ONU?
En gestation depuis des années on peut s'interroger si le «Pacte de Marrakech sur les migrations» changera quelque chose à la situation? Il a toutefois le mérite d'exister et suscitera certainement les actions idoines pour surmonter les difficultés qu'affrontent les migrants en réduisant leurs vulnérabilités par un statut dans le droit international.
Non contraignant, visant la régulation des flux de migrants pour les rendre bénéfiques à tous, il permettra aux migrants de revendiquer autant leurs droits que d'avoir des obligations dans le cadre des possibilités offertes par «des migrations sûres, ordonnées et régulières» et prendre connaissance des risques de la migration irrégulière.
Il reste certainement beaucoup à faire pour créer les conditions favorables à un «développement durable aux niveaux local, national, régional et mondial» et permettre des migrations «de manière éclairée, planifiée et consensuelle». La lecture des 23 objectifs et engagements précisés dans le Pacte, déclinés en 187 propositions d'action montre la bonne volonté des Etats signataires et leur prise de conscience envers la situation des migrants. Les mécanismes de la mise en œuvre du Pacte, le suivi et l'examen des actions menées sont prévus. L'espoir est que tout cela ne soit pas un feu de bois pour se donner bonne conscience mais bien une approche effective, efficiente, globale et humanitaire.
Enfin, en marge de l'événement, Madame Angela Merkel s'est offerte une pause à Jamaa Lafna et a fait provision de verveine bio dans les rues de Marrakech. C'est recommandé au moment où le gilet jaune suscite des interpellations sur la justice sociale, la répartition des richesses et la démocratie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.