Marché de capitaux : Près de 77 MMDH de levées en 2020    En-Nesyri buteur de la Liga grâce à un nouveau triplé    CHAN : La Guinée rattrapée par la Zambie sur le fil !    CHAN / Namibie-Tanzanie : Une première... les 3 arbitres étaient des femmes !    Berkane : Découverte des plus anciennes gravures rupestres de l'Afrique du Nord    Africa Investment Conference : Le Royaume-Uni post-Brexit cible des marchés clés en Afrique    Précisions sur les conditions de détention de Maâti Mounjib    Orange Maroc se prépare à la 5G    Compteur coronavirus : 925 cas testés positifs et 23 décès en 24 heures    MOROCCO MALL: Les soldes d'hiver de retour    ICESCO : Technologies intelligentes et agriculture en Afrique    Hamid Bouchikhi classé parmi les théoriciens du management les plus influents    C'est parti pour la campagne de vaccination    Allal Amraoui : «L'attitude schizophrène de l'Espagne envers le Maroc interroge à plusieurs égards»    Origine du Covid-19: l'OMS estime qu'il est trop tôt pour tirer des conclusions    COVID-19 : La Grèce prolonge le confinement jusqu'au 1er février    Le Crédit Agricole du Maroc à l'écoute des professionnels de la filière céréalière    Bouznika : De nouveaux résultats concrets font avancer le dialogue inter-libyen    Coronavirus : le Maroc autorise le vaccin de Sinopharm    Vaccins Astrazeneca et SinoPharm au Maroc: ce que l'on sait    CHAN2021 : le Maroc cherche un schéma offensif plus efficace    Message de condoléances et de compassion du Souverain à la famille de feu Moulay M'Hamed Iraki    Jean-Marie Heydt dévoile son livre « Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions »    Vaccin AstraZeneca : les précisions de l'ambassade de l'Inde à Rabat    Des experts internationaux plaident pour une approche coordonnée de la lutte contre la corruption    Quand l'Espagne nourrit l'ambiguïté envers le Maroc !    La contribution du Maroc au désarmement mise en exergue à Genève    L'inexorable décrépitude de "La Comédie " La mémoire théâtrale de Fès compte ses jours !    Pantins et commanditaires obnubilés par une guerre imaginaire    La RDC s ' en tire à bon compte face à la Libye    Les dirigeants algériens isolés de la dynamique de l'histoire    Bouznika abrite un nouveau round du dialogue inter-libyen    Fusion Danse Morocco, un nouveau rendez-vous artistique pluriculturel    Sonia Bennis expose ses récentes œuvres à Marrakech    LF 2021 : voici les principales mesures fiscales [Document]    Vaccins anti-Covid-19 : La fièvre des «vaxxies» va bientôt atteindre le Maroc    Défense aérienne : Le Maroc acquiert le fameux système de défense aérienne "Patriot"    USA: Majoritaires au Congrès, les démocrates pressés de mettre en œuvre l'agenda de Biden    Le Rallye Aïcha des Gazelles reporte sa 30eme édition    L'homme aux chaussettes rouges quitte DFC    Groupe C : Maroc-Rwanda / La qualification au prochain tour en ligne de mire    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    L'Inde donne son feu vert pour l'exportation du vaccin vers le Maroc    «Le secret de la lettre», nouveau roman de Mohammed Ennaji    Le Maroc plaide pour une stratégie africaine de l'éducation    Casablanca: mise en échec d'une tentative d'exportation illicite de pièces géologiques    «Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions»    Mise au point : Les "attaques injustifiées" et les "assertions diffamatoires" de RSF ne passent pas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brésil: Bolsonaro prête serment…
Publié dans Albayane le 04 - 01 - 2019

«Aujourd'hui est un jour où le peuple commence à se libérer du socialisme et du politiquement correct». Ces mots furent prononcés ce 1er Janvier 2019 par Jair Bolsonaro, élu le 28 Octobre dernier pour quatre années à la tête du Brésil grâce à un très fort rejet par ses compatriotes du Parti des travailleurs qui a régné sur le pays durant 13 années.
S'adressant à la foule amassée devant le Palais présidentiel du Planato où son prédécesseur Michel Termer était venu lui remettre l'écharpe présidentiel, le nouveau chef de l'Etat, ancien parachutiste de l'armée et nostalgique de la dictature militaire qui a dirigé le pays de 1964 à 1985, s'est fait élire avec 55% des suffrages parvenant, ainsi, à mettre fin à quatre victoires électorales du Parti des travailleurs de l'ancien président Lula da Silva aujourd‘hui en prison pour corruption.
Après sa prestation de serment, le nouveau président a levé bien haut le drapeau brésilien en s'écriant : «Ceci est notre bannière ; elle ne sera jamais rouge (sauf si) notre sang doit être versé… Je vais travailler sans relâche pour que le Brésil réalise son destin… Mon souhait est de renforcer la démocratie brésilienne».
Premier président d'extrême-droite depuis la fin du régime militaire en 1985, et farouchement anti-système, Bolsonaro entend opérer un changement radical. Pour renforcer la sécurité, le nouveau chef de l'Etat qui proclame «le droit à la légitime défense» a l'intention de libéraliser le port d'armes au motif que «les gens biens méritent d'avoir les moyens de se défendre».
Farouche anticommuniste, Jair Bolsonaro a fait un clin d'œil aux militants de l'ancien président Lula à qui il avait promis «la prison ou l'exil» dès sa prise de pouvoir, en leur rappelant son intention de «rétablir l'ordre dans ce pays».
Soucieux, par ailleurs, de placer l'économie du pays sur une voie ultra-libérale, le nouveau président a réitéré la nécessité de donner «la confiance nécessaire pour ouvrir les marchés au commerce international en stimulant la concurrence, la productivité et l'efficacité».
Résolument conservateur sur les questions de société, Bolsonaro a promis, dans son discours d'investiture, de « respecter les religions et les traditions judéo-chrétiennes » mais de lutter, toutefois, «contre la théorie du genre» donc contre l'homosexualité qui, pour lui, « détruit les familles» tout comme le «marxisme» avant de conclure en déclarant «Brasil acima de tudo, Deus acima de todos !» (le Brésil au-dessus de tout, Dieu au-dessus de nous tous !»).
Ainsi, l'arrivée de Jair Bolsonaro à la tête de la première puissance d'Amérique latine fera faire à cette dernière un virage radical aussi bien sur les questions de société que sur celles ayant trait à l'économie et à la diplomatie. Qu'en sera-t-il alors du devenir des relations du Brésil avec l'étranger ? Attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.