Russie : l'opposant Navalny transféré dans un camp à 200 km de Moscou    Coronavirus au Maroc : 244 nouveaux cas en 24 heures, 8 décès    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    Credit Bureau: «les solutions apportées par les différents intervenants ont permis de limiter l'envolée des impayés»    Le CRI de Marrakech-Safi lance une plateforme de financement en ligne pour les entrepreneurs    Lancement d' une opération d'échange de valeurs du Trésor de 450 MDH    Habib El Malki se félicite de la coopération avec le FOPREL    Syrie : Biden entre en guerre    Séisme d'Agadir : les vérités sur un drame qui transcende le temps (I)    CAN U20. L'EN éliminée par la Tunisie    Botola Pro D1. Victoire à l' arraché du HUSA    L'ovale nationale fait les frais d'" agissements frauduleux "    Session extraordinaire du Parlement le 2 mars prochain    L'Europe s'inquiète Les Etats-Unis s'estiment " en avance "    Présentation de la nouvelle stratégie du CAFRAD    "Biggie " , le géant éphémère du rap    Portrait: ElGrande Toto, un as de trèfle qui pique le cœur    Alerte météo : fortes averses orageuses et chutes de neige jusqu'au 2 mars dans plusieurs provinces    Des arrestations massives lors de manifestations en Birmanie    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    La Bourse de Casablanca dans le rouge du 22 au 26 février    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    La France doit être «plus claire» et reconnaitre la souveraineté du Maroc sur le Sahara    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    La sélection nationale participe au Championnat d'Afrique en Egypte    Signature d'une convention de partenariat entre la CNDP et le ministère de la Justice    Quand l'opposition dénonce la «propagande médiatique» du pouvoir algérien contre le «Hirak»    La 316 ème fortune de France s'implante à Marrakech    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Le patron de l'OMS veut des mesures concrètes    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    Le premier radiotélescope du Royaume installé à Marrakech    Delta Holding: Un CA en baisse de 15% en 2020    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Botola Pro D1 « Inwi » (8è journée): Classement    La CAF autorise la programmation des matchs internationaux en Libye    Sahara : la neutralité passive de l'Europe dessert la stabilité et l'intégration régionales, selon un média italien    Transavia, filiale low-cost d'Air France va ouvrir une nouvelle ligne vers le Maroc    Tunisie: un collectif appelle à la légalisation du cannabis    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    Joaillerie : Hicham Lahlou lance sa collection « Magic Alice »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Présidentielles brésiliennes: L'extrême-droite prend le pouvoir…
Publié dans Albayane le 30 - 10 - 2018

Ce dimanche, 147 millions de brésiliens ont été appelés aux urnes pour le deuxième tour des élections présidentielles opposant Fernando Haddad représentant le Parti des Travailleurs (gauche) de l'ancien président Lula et crédité de 45/46% des intentions de vote à Jair Bolsonaro candidat du Parti Social Libéral (extrême-droite) auquel les derniers sondages publiés samedi attribuaient 54/55 % des intentions de vote.
Et si le candidat de la gauche semblait avoir eu beaucoup de difficultés à attirer un électorat ayant perdu toute confiance dans cette classe politique qui a plongé le pays dans un profond marasme économique, une corruption endémique et une violence extrême, le candidat de l'extrême-droite, renforcé par l'exaspération des brésiliens, n'a pas eu trop de mal à priver le Parti des Travailleurs d'une 5ème victoire d'affilée aux élections présidentielles même si plusieurs cas de violences contre des électeurs de gauche avaient été rapportés par la presse.
L'assassinat, dans un bar de Salvador de Bahia, d'un grand maître de capoeira (art martial afro-brésilien), poignardé de douze coups de couteau pour avoir déclaré qu'il allait voter pour le Parti des Travailleurs, avait suscité une trop grande émotion dans le pays même si le candidat d'extrême-droite s'était empressé de rejeter toute responsabilité concernant ces violences.
Et, en rappelant que c'est lui-même qui, à la veille du 1er tour, avait été victime d'une tentative d'assassinat, Jair Bolsonaro avait déclaré: «Si quelqu'un qui porte un T-shirt à mon nom commet un excès, qu'est-ce que j'ai à voir avec cela. Je demande aux gens d'arrêter mais je n'ai pas le contrôle». Et l'ancien militaire de signaler que «la violence vient de l'autre côté».
Autre incident, et non des moindres qui semblait être venu comme une cerise sur le gâteau pour ternir l'image du candidat d'extrême-droite qui avait fait part, à maintes reprises, de son intention de «nettoyer le Brésil des élites corrompues», son conseiller économique l'ultra-libéral Paulo Guedes est sous le coup d'une enquête judiciaire portant sur des fraudes à des fonds de retraite.
Mais malgré tout cela et nonobstant un discours éminemment populiste à travers lequel il propose des remèdes simples mais radicaux consistant à autoriser les forces de l'ordre à tuer en cas de besoin et la population à s'armer pour que «les gens biens» se défendent, ce catholique, nostalgique de la dictature militaire, ardent défenseur de la famille et homophobe invétéré a reçu le soutien des puissantes églises évangéliques à telle enseigne que six évangéliques sur dix lui auraient donné leurs voix lui permettant ainsi de rafler 55,13% des suffrages qui lui ont été accordés par 57 millions d'électeurs et à prendre, ainsi, les commandes de l'Etat alors que son rival de gauche n'a recueilli 44,87 % des suffrages exprimés.
Nostalgique de cette dictature militaire qui avait gouverné le pays de 1964 à 1985, l'ancien capitaine de l'armée qui, à l'âge de 63 ans, a pris les commandes du plus grand pays d'Amérique latine, a déclaré, dans son premier discours retransmis en direct sur Facebook : «Nous ne pouvons plus continuer à flirter avec le socialisme, le communisme (et) le populisme de gauche… Ensemble, nous allons changer le destin du Brésil».
A noter, toutefois, que, selon certains analystes, la victoire de Bolsonaro réside moins dans l'adhésion à un projet de société que dans l'approbation d'un candidat antisystème qui a su incarner le «rejet de la politique et des politiques» et qui est parvenu «à faire passer l'image d'un homme fort, adepte de la ligne dure qui va combattre la corruption».
Dans une tribune au «Monde», les historiennes Juliette Dumont et Anaïs Flechet ont écrit qu'en s'étant «opposé aux réformes néolibérales dans les années 1990, Bolsonaro a(vait) réussi à s'allier les milieux d'affaires à la veille du scrutin grâce à un programme qui prône le démantèlement des droits sociaux et de l'éducation publique» si bien que cette vague qui a fini par porter Bolsonaro «repose sur une relation complexe entre adhésion populaire, mensonges, violences et connivences des élites».
De quoi donc demain sera-t-il fait au Brésil maintenant que c'est un ancien capitaine des forces armées résolument raciste, homophobe et nostalgique de la dictature militaire qui va prendre les rênes du pays ? Attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.