Agadir: la pollution dégrade encore le littoral    Fati Jamali confirme sa contamination par le nouveau coronavirus    Explosions au Liban: Moulay Hicham et Cheikh El Kettani blessent les Libanais    Oujda: 12 lingots d'or et plus de 2 millions d'euros saisis par la BNPJ    Marché des changes: le dirham quasi-stable face à l'euro    OCP fête son siècle d'existence    Vaccin anti-Covid-19: un institut indien compte produire plus de 100 millions de doses    Ligue des champions : les résultats et le programme des quarts    Relance: Gouvernement, CGEM et GPBM s'engagent    Nouveau modèle de développement: le monde carcéral invité à s'exprimer    Arrivée à Beyrouth de l'aide marocaine médicale et humanitaire    Le tourisme: Une affaire de santé aussi    Rabat constitue son parc à sculpture    Un concours pour révéler les talents arabes du court-métrage    Le classement général de la Botola (mise à jour)    Champions League: le Real s'effondre face à City, Lyon sort la Juve (VIDEOS)    Education Nationale : 2.587 inspecteurs affectés au titre de 2020    Aguerd vers Rennes et En-Neysiri en quart de l'Europa League    Examen de passage pour Gattuso    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Le chômage poursuit son envolée au deuxième trimestre sous l'effet du Covid-19    Macron réclame une enquête internationale    La finance participative, un écosystème en perpétuelle évolution    Rachid Yazami : Je n'en reviens toujours pas qu'une telle quantité de nitrate d'ammonium ait été stockée pas loin du centre de Beyrouth    Rentrée scolaire 2020-2021 : Démarrage des cours le 7 septembre    La hausse des cas touchés par le coronavirus perçue différemment    Réunion du Conseil de gouvernement    Dans une lettre adressée au secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres    Berkane s'offre le WAC    Des fresques murales égaient la kasbah de Bni Ammar    Casey Affleck, en père protecteur dans un monde sans femmes dans "Light of My Life"    "Même pas mort", nouveau roman de Youssef Amine El Alamy    Tourisme national : un secteur d'avenir    Une mosquée incendiée dans le sud-ouest de la France (VIDEO)    La MAP lance la version arabe de son magazine mensuel «BAB»    Hit Radio : «Momo Morning Show» reprendra en septembre    Ligue des champions : Huit chocs pour quatre billets pour Lisbonne    Le président Ouattara a reçu un message du roi Mohammed VI    Accord de sponsoring : Le Raja et OLA Energy renforcent leur partenariat    Macron à Beyrouth : la colère des Libanais contre leurs dirigeants (vidéos)    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    La terre a tremblé en Algérie    Trump interdit TikTok et WeChat et la Chine crie à la « répression politique »    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    Liban: Envoi d'une aide médicale et humanitaire d'urgence sur hautes instructions Royales    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen    Hit Radio: Momo Morning Show reprendra en septembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Chinois BYD tarde à s'implanter au Maroc
Publié dans Albayane le 25 - 02 - 2019

BYD, spécialiste chinois des véhicules électriques de tourisme, bus et camions électriques, devait être le troisième constructeur automobile à s'installer au Maroc après Renault et PSA. Le protocole d'accord signé à cet effet entre BYD et l'Etat marocain concernait la construction de plusieurs usines, devant produire 100 000 véhicules par an, 400 bus et camions, 15 kilomètres de poutre de monorail et 100 wagons de monorails. Depuis lors, ces usines tardent à voir le jour.
Et pour cause, le Maroc n'a toujours pas mis en place le cadre général nécessaire pour l'installation de l'acteur automobile chinois. Celui-ci attend que le pays s'équipe de bornes de recharge, que le prix de l'énergie soit connu ou encore que ce type de véhicules soit autorisé à circuler etc… On en est encore loin. De plus, le marché marocain à lui seul est insuffisant pour justifier une usine au Maroc. Il en est de même du marché africain qui manque d'équipements et d'énergie, et de l'Europe, dont le programme de passage du transport public aux 100% électrique, est fixé à 2040. Dans le même ordre d'idées, 30% du parc automobile de l'Etat marocain devrait être constitué de véhicules électriques d'ici 2021.
En outre, avant de s'installer officiellement au Maroc, BYD voudrait que toute la filière soit «écologique». Autrement dit, les véhicules ne devraient pas être rechargés avec de l'électricité à base d'énergie fossile.
En revanche, en Chine, la situation est très favorable pour BYD. D'ici 2020, plus de trente villes auront 100% de transport public électrique. D'ailleurs, BYD se concentre sur sa croissance pour être en 2021, le troisième producteur en termes de batteries électriques. Il est donc compréhensible que les tergiversations du Maroc n'encouragent pas BYD à accélérer son implantation.
Afin de faire avancer les choses, le management de Rageci, partenaire exclusif pour la distribution des produits BYD au Maroc, multiplie les rencontres avec les acteurs concernés (ministères, administrations, agences du secteur privé,…) pour défendre les intérêts de BYD.
Ceci dit, une première usine de bus de BYD pourrait peut-être voir le jour au Maroc, dans le cas où ce dernier remporterait l'appel d'offres pour renouveler le parc des bus de Casablanca. Mais sera-ce suffisant ? Juste à titre de rappel, le Maroc s'est engagé dans la transition écologique avec pour objectif de porter la part des énergies renouvelables à 42% de son mix énergétique en 2020 et à 52% en 2030.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.