Coronavirus : 61 nouveaux cas, 8.132 au total, samedi 6 juin à 10h    La CNDP publie son bulletin sur la confiance numérique    Rabat prépare son plan de relance post Covid-19    Le Maroc au sommet mondial sur la vaccination    Distribution de kits sanitaires dans les centres de protection de l'enfance    Tribunaux numériques et cabinets d'avocats virtuels se pressent au portillon    Les entreprises ne jurent que par le marketing digital    Projet ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Le premier cabinet d'avocat virtuel voit le jour à Casablanca    Belhanda troquerait Istanbul contre Riyad    Hamada El Baihi : L'Algérie est coupable de la persistance de la souffrance des populations séquestrées à Tindouf    Le capitalisme américain est-il raciste depuis toujours ?    Distribution de kits sanitaires à 4.300 enfants en situation de précarité    Saad Dine El Otmani : Le dépistage massif des salariés permettra d'accélérer la reprise de l'activité économique    Volonté de Marrakech et d'El Kelâa des Sraghna de booster l'enseignement préscolaire    Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Le Maroc plaide pour une mobilisation accrue contre les actes de violence de Daech en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Raul Gonzalez futur entraîneur d'Amine Harit?    Benfica: Taarabt élu homme du match contre Tondela    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    TDN: le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres dans l'après Covid    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    La vérité derrière le mensonge    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amnesty appelle à la libération des journalistes et des détenus des mouvements de protestation
Publié dans Albayane le 28 - 02 - 2019

Un sombre tableau dressé par Amnesty international quant à la situation des droits de l'Homme dans la région de l'Afrique du Nord et Moyen-Orient. Le rapport annuel de l'organisation portant sur 19 Etats met l'accent sur le fait que les droits de l'homme ont connu une régression sans précédent dans la région en raison de plusieurs facteurs et que les gouvernements, tout en continuant à faire la sourde oreille aux revendications des populations, ont recouru, et ce avec mauvaise foi, à l'utilisation de la force de manière excessive et disproportionnée, bafouant ainsi les droits de l'association et de la liberté d'expression.
Il faut dire, selon Amnesty international, que la situation des droits de l'Homme demeure critique dans tous les Etats de la région MENA, notamment en Palestine où les manifestations sont violemment réprimées par les forces d'occupation israéliennes. Idem pour l'Arabie saoudite, l'Iran ou encore l'Egypte, ajoute le rapport, en indiquant que la restriction de la liberté d'expression (Affaire Jamal Khashoggi) et l'incarcération des journalistes et l'étouffement de la société civiles sont devenues une monnaie courante, comme l'a relevé Mohamed Sektaoui, Directeur général d'Amnesty-Maroc, mardi 26 février, à Rabat, lors de la conférence de la présentation du rapport annuel.
Pour lui, cette situation est due certainement au silence assourdissant et la complicité des puissances occidentales, nommément cités que sont les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne, «en quête de vente d'armes», a-t-il ajouté. D'ailleurs, c'est écrit noir sur blanc dans le rapport de son organisation : «Des alliés de gouvernements de la région ont à maintes reprises privilégié de lucratifs accords commerciaux… ou encore de grosses ventes d'armement au détriment des droits humains».
Ainsi Amnesty – International a lancé un appel solennel à la communauté internationale pour cesser de vendre les armes à Israël et à toutes les parties belligérantes au Yémen.
Même son de cloche, chez Fatima-Zohra Yassine, présidente d'Amnesty International-Section Maroc, qui s'est penchée aussi dans son intervention sur le Maroc en faisant allusion aux mouvements de protestations que le pays a connus durant l'année 2018 que soit dans le Rif ou à Jerada, entre autres.
La conférencière, citant le rapport, a évoqué le cas des militants et journalistes, «qui ont été condamnés à des peines de prison pour avoir exprimé leur opinions en ligne, de façon pacifique…pourtant, le ministère public a utilisé des chefs d'accusation disproportionnées et inappropriées en s'appuyant sur des articles de la législation antiterroriste et du Code pénal».
De son côté, Salah Abdallaoui, Directeur exécutif d'Amnesty-International, a indiqué que la plupart des détenus ont été condamnés sous prétexte d'atteinte à la sécurité intérieur de l'Etat ou sous motif d'incitation à manifester. Il a souligné dans ce sens que beaucoup de vices de forme ont été enregistrés dans ces procès, comme ce fut le cas pour le journaliste Taoufik Bouachrine.
Abondant dans le même ordre d'idées, l'intervenant a invité le gouvernement marocain à lever les restrictions imposées à la liberté d'expression et la libération de tous les citoyens et des journalistes emprisonnés.
Au terme de la conférence, Mohamed Sektaoui, prenant encore une fois la parole, a appelé le gouvernement marocain à l'abrogation de des articles incriminant la liberté d'expression, d'association et de réunion, et de cesser de juger les journalistes sur la base du Code pénal, réitérant les positions usuelles de son organisation, selon lesquelles la démocratie est la seule voie pour le développement et la stabilité.
L'intervenant a également évoqué les restrictions imposées à la liberté d'association par les autorités publiques, en faisant allusion aux enquêteurs de son organisation, interdits, selon lui, de réaliser des enquêtes sur les droits de l'Homme, alors que le Maroc s'est doté d'une nouvelle Constitution et a mis en place plusieurs institutions dédiées aux droits de l'Homme, a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.