Kénitra: des motards utilisent leurs armes de service pour arrêter un récidiviste    Création d'un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Installation des agents d'autorité nouvellement nommés    Tanger : Un centre d'accueil pour la diaspora marocaine    Remaniement: Divisions de la majorité et compétences rares    Le Japon affiche de nouvelles ambitions africaines    Fête de la Jeunesse: Fini les cérémonies officielles…    Un Conseil de gouvernement jeudi prochain    Insolite : Mystérieux bienfaiteur    La Bourse de Casablanca clôture juillet en bonne mine    Le taux moyen de remplissage des barrages avoisine les 57% au niveau de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Création d'entreprises : 50.135 nouvelles entités au premier semestre    Grève de 48 heures des médecins du secteur public    Equipements télécoms : Le processus d'agrément dématérialisé    Télédéclarations: la CNSS s'associe aux banques participatives    Exploration pétrolière: Jeu de chaises musicales sur le permis Anoual    En Libye, la peur de finir à la rue après avoir fui les combats    Réfugiés: Le ras-le-bol des pays voisins de la Syrie, après 8 ans de guerre    Le commerce mondial des marchandises pique du nez au troisième trimestre    Commerce: Trump vante la perspective d'un accord « fantastique » avec Londres après le Brexit    Gibraltar autorise le pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage    Hong Kong, passerelle entre Pékin et le monde, malgré l'essor économique chinois    Les utilisateurs d'Instagram pourront bientôt signaler les « Fake News »    Taux négatifs    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT décidé à franchir le tour préliminaire    Fouzi Lekjaa Objectif : Qualifier l'EN au Mondial et au dernier carré de la CAN    Coupe du Trône : Tirage au sort fatal pour au moins sept clubs de la D1    Championnat de Portugal : Adel Taarabt renoue avec Benfica jusqu'en 2022    Kitesurf : Dakhla à l'heure de la 5ème édition de «Dakhla Downwind Challenge»    Athlétisme : Des records du monde en danger    Neymar convoqué pour les prochains matches amicaux du Brésil    Vahid Halilhodzic prend officiellement les commandes de la sélection nationale    De nouveaux ambassadeurs du Qatar et de la Finlande à Rabat    Myrtilles : Cet aliment miracle réduit le risque d'Alzheimer et d'infarctus    Augmentation du nombre de bénéficiaires de l'Entraide nationale    Divers    Fès: L'UEMF s'allie à l'Ecole polytechnique    La Marine Royale saisit 4 tonnes de chira au large d'Assilah    Vol de médicaments de l'hôpital multidisciplinaire d'Azrou : Un récidiviste interpellé    Tanger : Deux arrestations dans une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort d'une personne    Réhabilitation du cimetière juif d'El Jadida    Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version    Depuis sa cellule, MHD rend un hommage déchirant à Dj Arafat    Une MasterClass pour former les musiciens en herbe    Casablanca: Où sont les autorités et la Cour des comptes?    «Le festival Bab Souss» du 23 au 25 août    Pour présenter ses vœux de l'Aïd Al Adha : Karima Skalli lance «Alhawa rachiki»    Fast and furious : Hobbs et Shaw assurent l'intérim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Préscolaire
Publié dans Albayane le 21 - 03 - 2019

Il fut un temps où le premier examen auquel était soumis un enfant était le certificat d'études primaires. Cela date; car, au jour d'aujourd'hui, la progéniture est soumise à un test pour qu'elle soit acceptée dans telle école maternelle ou telle autre.Dés deux ans, la préparation commence, allant crescendo avec le temps et nécessitant un investissement de plus en plus important. On pourra rétorquer qu'il s'agit là d'enfants de bourges qui sont privilégiés par rapport au grand nombre de mioches que compte le royaume.
Ce n'est pas une raison pour laisser ces «kiliminis» á la merci des différents investisseurs dans le domaine de l'enseignement privé. C'est mauvais pour les «kiliminis» eux-mêmes qui sentent la pesanteur du fardeau et constatent avec amertume qu'ils ont le couteau sur la gorge pour assurer aux petit(e)s chéri(e)s une place leur assurant une motricité, un éveil et une personnalité en devenir dignes du 21ème siècle. Il semble que le cerveau humain se relâche à partir de l'adolescence d'où la grande importance de cet enseignement précoce pour le développement des éléments de la société future. Le secteur public étant dans l'indigence, voire dans l'absence de toute offre, pour le préscolaire, il ne reste qu'à subir le parcours du combattant pour trouver une place à ses rejetons.
Après la garderie, la maternelle n'est pas une mince affaire. Les curricula n'étant pas homogènes alors que l'encadrement dépend du renom de l'école; c'est de portes ouvertes à portes ouvertes et de bouche à oreilles que les parents se fassent une idée sur les établissements du préscolaire. Inscriptions au préalable, tests et attente des résultats pour abouler immédiatement des frais afin de préserver la place. Certains établissements obligent les parents à se fixer sur eux ; faute de quoi, l'enfant ne pourra jamais être repris en leur sein après. La maternelle n'est pas une mince affaire ! Elle prépare le primaire qui lui aboutit au secondaire. C'est un package que personne ne veut rater! L'intégration de ces trois niveaux se fait de plus en plus par les investisseurs. Cela fidélise; et, pécuniairement ça rapporte d'autant plus que la contribution fiscale se discute.
Il faut dire que pour les parents, les frais pour l'occasion ne sont pas légers. Pour les enfants, la discrimination se creuse d'ores et déjà et il faudrait attendre le service militaire nouvellement rétabli pour assurer probablement la mixité sociale nécessaire.
C'est vrai que «notre avenir n'attend pas». Il peut même reculer quand il ne titube pas ou ramper au ras des pâquerettes du plancher des vaches. L'amère réalité est inflexible, il faut disposer de quelques dizaines de milliers de dirhams pour assurer l'inscription de son enfant dans une école qui tient le coup. Et d'autres dizaines de milliers de dirhams pour assurer les frais scolaires de l'année… Tout cela n'étant pas déductible de l'assiette fiscale que représente le (la) kilimini. Privilégiés qu'ils sont ! Pour le reste de la population, la réforme est en cours. Sa vision stratégique est en cours … C'est une question de temps ! Patience.
Nés de parents instruits, ils sont aussi instruits, productifs et consommateurs de biens et de services. Ils n'ont connu ni la marche verte, ni le plan d'ajustement structurel ni les années de plomb et encore moins le manifeste du 11 janvier ou le dahir berbère. A quelques années près, ils constituent les femmes et les hommes bercés par la consolidation du processus démocratique initiée par l'alternance consensuelle. Ambitieux pour eux-mêmes dans l'attente de l'être pour leur pays, d'origine ou d'adoption. Cerveaux en fuite alors que le corps est envahi de mille et un projets, ils constituent l'assise de l'abstention envers un système dont ils ne comprennent pas tous les tenants et les aboutissants. Pour l'instant ils s'interrogent sur eux et sur l'aboutissement du préscolaire de leurs enfants. C'est l'avènement du printemps qui prépare les moissons de l'été … Des interrogations conjoncturelles qui nécessitent des réponses structurelles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.