Il fait l'actu : Nayib Bukele, président du Salvador    Horaire d'été : le changement rejeté par 68% des citoyens    Finance participative : Bank Al Yousr met en exergue l'expérience marocaine    Egypte : décès de l'ancien président Mohamed Morsi    Salon du Bourget : coup de projecteur sur l'avion de combat européen du futur    Au chevet de la culture dans le Souss    Le président du Comité interarmées des Chefs d'Etat-Major du Pakistan accueilli au Maroc    Le PPS et le PCV conviennent de développer davantage leurs relations    Le Maroc et le Portugal souhaitent consolider davantage la coopération énergétique bilatérale    Rapport final de la XXVIIème Assemblée régionale Afrique de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie    L'IPIEM en progression au premier trimestre 2019    Les MRE invités à s'impliquer davantage dans la relance du secteur de l'immobilier    Journée de sensibilisation à Marrakech sur les avantages du pompage solaire dans l'agriculture    Maroc Telecom : La CMR et le RCAR, socles de la privatisation des 8% du capital    Signature d'un Accord de partenariat stratégique entre la CGEM et la BAD    Les importations des plantes sous haute surveillance    Driss Lachguar s'entretient avec Vo Van Thuong, membre dirigeant du Parti communiste vietnamien    e-services. Ce qui va changer    Insolite : Taper sur Trump ?    Présidentielle en Mauritanie : De joyeuses soirées sous la tente rythment la campagne    News    Carole Ghosn demande à Donald Trump d'intercéder en faveur de son mari    Hong Kong, une rare défaite pour Xi Jinping    Importantes manifestations à Hong Kong…    Deux meilleurs chronos de l'année au Meeting International Mohammed VI d'athlétisme    "Sarriverderci" Chelsea, Sarri à la Juventus    Préparation de l'équipe nationale pour la CAN 2019    CAN-2019 : Ce que prévoit la RAM pour les supporters du Maroc    3ème édition du Trophée International Mohammed VI de Polo    Lions de l'Atlas. L'hilarant appel au retour de Hamed-Allah    Le Trophée de la CAN fait escale au siège d'Attijariwafa bank    Coupe d'Afrique des nations: L'essentiel à savoir sur la compétition    Les lipides laitiers contribueraient à réduire le risque cardiovasculaire    Au menu, 5 grammes de plastique par semaine    Formation à Laâyoune sur l'intégration de la dimension handicap dans les programmes régionaux de développement    Mouvement des étudiants grévistes en médecine et en pharmacie    Casablanca : Une balle de sommation tirée pour neutraliser un récidiviste à Al Fida-Mers Sultan    Double jackpot pour la London Academy Casablanca    Financement de la santé. Les annonces d'El Othmani    Live. Que veulent les étudiants en médecine ?    La culture marocaine célébrée à Liège    Réforme de l'administration publique : Le droit et le "new public management"    Ces tournages qui ont tourné au drame    La richesse du patrimoine culturel sahraoui au cœur du carnaval de Tan Tan    Musiques sacrées: Voilà pourquoi la 25e édition sera «exceptionnelle»    Festival de World Music de Gibraltar. Sortir du chaos en musique !    Eldon & Choukri digitalise la vente d'œuvres d'art    Marrakech du rire 2019. Quand la 9e édition rit « de toi, de moi, de tout » !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un regard certain sur le monde
Publié dans Albayane le 22 - 05 - 2019

Peut-on expliquer le monde, encore moins le comprendre à travers la poésie et la force du verbe? Dans son dernier recueil de poésies intitulé «Simples pistes pour comprendre le monde» paru en Egypte chez General Egyption Book Organization, le poète marocain Ali Azhaf se livre aux mots, aux vers, aux paroles libres qui s'en volent dans les cieux à la fois calmes, tourmentés et instables du poème, de l'écriture.
Le monde est-il si facile à le comprendre? Dans son poème inaugural du recueil « parcours », Ali entame une quête de soi dans le monde. Partir ou rester ? Rester ou partir ? La question revient à l'esprit à chaque fois en fouillant dans les mots et en allant au-delà des mots. L'idée du voyage et d'explorer d'autres territoires et espaces géographiques domine le texte.
Les batailles menées dans le monde sont nombreuses avec des défaites, des amours, les hauts, les bas…et puis, seule la langue poétique est capable de panser tous les maux et illuminer les zones sombres de l'être. «J'ai une seule ombre» est le titre d'un autre poème où le poète révèle ce rapport de l'Homme avec son monde, l'amour, le corps, son double, sa terre et ses angoisses.
La langue suffit-elle alors pour comprendre le monde? Dans «Simples pistes pour comprendre le monde», le poète interroge de destin de l'homme des temps modernes face à une fatalité certaine et compliquée : la mort, mais aussi face à son essence réduite à un chiffre manipulé.
L'image poétique relève d'une ontologie directe, celle du poète. A vrai dire, chaque image poétique nous plonge dans les états d'âme du poète qui se nourrit dans la solitude, l'écriture, l'ombre et la lumière.
Le recours du poète aux éléments de la nature, à savoir la terre, l'air, le ciel, l'eau, les nuages, le soleil… est là non seulement pour poétiser ses textes, mais aussi pour extérioriser son ressenti et apporter des réponses aux questions ontologiques qui l'habitent. Dans l'étrangeté comme dans la solitude, l'humain se résume à une parole, à la langue. Cette langue qui n'est autre chose que sa première et dernière demeure.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.