Visite de Pompeo au Maroc: Le bilan    Représentativité politique des femmes: Partis et ONG interpellés    Opep: Membres et partenaires se retrouvent à Vienne    Taxe Gafa: Les hostilités relancées…    L'Otan adopte une déclaration finale    Informations    Enseignement: 2 écoliers sur 3 analphabètes!    Tilda Swinton, l'insaisissable icône du 7e art    Washington et Rabat déterminés à travailler de concert    La lutte contre la sextorsion requiert des mécanismes développés de surveillance et de traçage    Comment protéger vos données personnelles    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    Infantino va entrer au CIO en janvier    Le WAC vise une cinquième victoire face au Mamelodi Sundowns en Ligue des champions    Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21    Une nouvelle antenne de la BERD inaugurée à Agadir    La filière oléicole assure une entrée de devises équivalente à 1,8 milliard de DH par an au Maroc    Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur    Jeremy Thomas : L'inventivité est primordiale même sans budget    Le cinéma australien brille de mille feux à Marrakech    Académie du Royaume du Maroc : Concert mémorable de l'orchestre de l'opéra national du Pays de Galles    Le PLF 2020 passe le cap des Conseillers    L'AMMC présente son guide de lutte contre le blanchiment d'argent    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    Arribat Center en feu !    Australie: Des incendies fusionnent en un « mégafeu » au nord de Sydney    OCP MS devient le 1er centre certificateur Mobius au Maroc    Deuxième plainte de Huawei contre l'administration Trump    Nouvel élan pour les relations entre le Maroc et les Etats-Unis    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    Coupes africaines : Wydad-Mamelodi Sundowns, deux géants qui se connaissent bien    JO 2022 : Les organisateurs cherchent 39.000 bénévoles    Tous à Londres, personne à Madrid!    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    18ème Festival international du film de Marrakech : Mouna Fettou dédie son hommage à son fils    «Jeshop.ma» : Un pop-up store mis en place au FIFM    Pyongyang s'inquiète d'une « rechute du gâtisme » de Trump    Hakimi en lice pour le titre des jeunes, Ziyech chez les grands    Lancement du plan national de lutte contre la mendicité des enfants    Salon de l'emploi : 1.000 postes à pourvoir pour une 1ère édition    Plusieurs partenariats ont été scellés lors du Forum économique Fès-Meknès : Des synergies innovantes se créent    «La mer est un personnage principal dans Lalla Aïcha»    Les Verts sont à Kinshasa. Coulisses d'un voyage    Le Congrès va entamer la rédaction de l'acte d'accusation de Trump    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un regard certain sur le monde
Publié dans Albayane le 22 - 05 - 2019

Peut-on expliquer le monde, encore moins le comprendre à travers la poésie et la force du verbe? Dans son dernier recueil de poésies intitulé «Simples pistes pour comprendre le monde» paru en Egypte chez General Egyption Book Organization, le poète marocain Ali Azhaf se livre aux mots, aux vers, aux paroles libres qui s'en volent dans les cieux à la fois calmes, tourmentés et instables du poème, de l'écriture.
Le monde est-il si facile à le comprendre? Dans son poème inaugural du recueil « parcours », Ali entame une quête de soi dans le monde. Partir ou rester ? Rester ou partir ? La question revient à l'esprit à chaque fois en fouillant dans les mots et en allant au-delà des mots. L'idée du voyage et d'explorer d'autres territoires et espaces géographiques domine le texte.
Les batailles menées dans le monde sont nombreuses avec des défaites, des amours, les hauts, les bas…et puis, seule la langue poétique est capable de panser tous les maux et illuminer les zones sombres de l'être. «J'ai une seule ombre» est le titre d'un autre poème où le poète révèle ce rapport de l'Homme avec son monde, l'amour, le corps, son double, sa terre et ses angoisses.
La langue suffit-elle alors pour comprendre le monde? Dans «Simples pistes pour comprendre le monde», le poète interroge de destin de l'homme des temps modernes face à une fatalité certaine et compliquée : la mort, mais aussi face à son essence réduite à un chiffre manipulé.
L'image poétique relève d'une ontologie directe, celle du poète. A vrai dire, chaque image poétique nous plonge dans les états d'âme du poète qui se nourrit dans la solitude, l'écriture, l'ombre et la lumière.
Le recours du poète aux éléments de la nature, à savoir la terre, l'air, le ciel, l'eau, les nuages, le soleil… est là non seulement pour poétiser ses textes, mais aussi pour extérioriser son ressenti et apporter des réponses aux questions ontologiques qui l'habitent. Dans l'étrangeté comme dans la solitude, l'humain se résume à une parole, à la langue. Cette langue qui n'est autre chose que sa première et dernière demeure.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.