L'Iran dit avoir abattu un drone américain et parle de « ligne rouge »    TE Connectivity inaugure sa deuxième usine de production au Maroc    Organisé par AOB Group et l'AMEE : La performance énergétique dans l'hôtellerie en débat    Une nouvelle stratégie de financement de la santé s'impose    Accueil en fanfare pour le président chinois en Corée du Nord    Objectif Downing Street : Place aux deux finalistes    CAN 2019 : La CAF prévoit 2 pauses fraîcheur par match    Jeux Africains de Plage : le Maroc bat l'Algérie au beach-soccer    Arts martiaux : Marrakech abritera le Championnat du monde professionnel de muay thai    Saut d'obstacles : Concours officiel de la Garde royale du 28 au 30 juin à Rabat    Kenzi Tower Hôtel: Restaurant Sens, une carte joliment revisitée    L'OPM célèbre la fête de la musique aux rythmes de compositions dansantes    Jazzablanca : 80% des festivaliers ont un accès gratuit    L'exposition «Mains de lumière» éblouit des étudiants et chercheurs    Le coût social aggrave le déficit budgétaire en 2019    Rabat. EBM lance ses programmes préparatoires pour les tests d'admissions    Sahara marocain à l'ONU: L'initiative marocaine fortement soutenue    Le temps est ainsi fait    Sécurité et développement en Afrique. Comment le continent peut se prendre en main    Marquage fiscal .L'ADII lance un appel d'offres    Inscriptions au doctorat. L'UM5R annonce une baisse des frais pour les fonctionnaires    Journée mondiale des réfugiés    Les Lions de l'Atlas en Egypte pour un deuxième exploit    Déconcentration administrative : La Commission interministérielle fait le point    Le Centre international Hassan II de formation à l'environnement voit le jour à Salé    Le peuple marocain célèbre ce jeudi le 49ème anniversaire de SAR le Prince Moulay Rachid    Les stocks de sardinelles et de chinchards surexploités    Benslimane : 4 personnes périssent dans un accident de la route    Médecine : Drôles de carabins !    L'escalade des tensions dans le Golfe inquiète    Musiques sacrées du monde: Concert «engagé» de Marcel Khalifa    Tourisme: Le Marrakech du Rire fait grimper le baromètre    Habib El Malki en visite à Dublin    Le marché mondial du luxe poursuit sa progression, tiré par la Chine    L'agriculture peut aussi rafraîchir la planète    Dormir devant la télévision fait grossir    Divers    L'équipe ghanéenne espère renouer avec le sacre africain    Bulletin de la CAN    Hausse attendue de la production dans l'industrie au deuxième trimestre    Bouillon de culture    Le bureau de la Chambre des représentants tient sa réunion hebdomadaire    Moussem de Tan-Tan Les tentes marocaines et mauritaniennes reflètent la richesse du patrimoine culturel commun    Saïdia accueille le 11ème Salon régional du livre    Canticum Novum transporte le public fassi aux confins des musiques anciennes    Meurtre de Khashoggi. Le chef de l'ONU lance une enquête internationale    Amazon détrône Google comme marque la plus puissante    Démantèlement à Tétouan d'une cellule terroriste    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le SG du PPS rencontre des représentants de syndicats des artistes
Publié dans Albayane le 23 - 05 - 2019

Le Secrétaire Général du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS), Mohamed Nabil Benabdellah, a reçu mardi 21 mai au Siège national du parti à Rabat, des représentants de syndicats des artistes. Il s'agit du Syndicat des Auteurs et Compositeurs Indépendants Marocains (SACIM) et le Syndicat Artistique des Producteurs et Auto Producteurs (SAPA) pour débattre autour des «problématiques de la gestion collective des droits d'auteur et droits voisins». En effet, la rencontre était une occasion idoine pour mettre la lumière sur les défis et les enjeux auxquels fait face ce secteur.
Dans ce cadre, le SG du PPS a affirmé que le parti est prêt à organiser des sessions de travail avec les artistes et les représentations syndicales afin de trouver une formule transparente permettant une gestion efficace et efficiente du Bureau marocain du droit d'auteur (BMDA) pour répondre aux attentes et aspirations de tous.
« Nous espérons parvenir à une gestion démocratique de la chose. Et le projet de loi est une dynamique, voire une feuille de route, qui mènera à la réforme de ce secteur. Pour ce faire, nous sommes prêts à travailler avec tous les acteurs et les institutions concernés.», a-t-il indiqué lors de la rencontre.
Pour Issam Kamal, président du SACIM, cette rencontre entre plusieurs syndicats qui sont acteurs dans le champ artistique et le PPS s'inscrit dans la dynamique de sensibilisation que les artistes mènent depuis un certain moment pour sensibiliser les différents acteurs politiques à la question des droits d'auteur, plus précisément le BMDA, a-t-il déclaré à Al Bayane à l'issue de cette rencontre.
«Il y a un grand flou dans les informations relayées parce que des gens pensent que l'argent de ce bureau est un argent public alors qu'il s'agit de l'argent privé. En outre, il y a un projet de texte de loi en cours de rédaction. C'est pour cette raison qu'on est entrain de sensibiliser les partis politiques afin qu'ils puissent avoir un droit de regard sur ce dossier et pouvoir en discuter, au sein du parlement, d'une manière bien fondée et efficace», a-t-il ajouté.
La finalité : avoir une loi qui répond aux attentes et espérances de l'artiste marocain, a-t-il dit. D'après lui, la sensibilisation est un travail énorme à faire parce que nombreux sont les acteurs politiques et même les artistes qui ne connaissent pas et ne maîtrisent pas ce dossier. C'est une problématique en soi, a-t-il fait savoir. Et de rappeler que ces syndicats avaient des revendications bien avant que ce projet n'ait vu le jour.
«On voudrait que ce projet de loi soit discuté et validé par le Secrétariat Général du Gouvernement (SGG) et adopté par le parlement le plutôt possible. A cela s'ajoute aussi une facilité d'accès des auteurs au BMDA, précise-t-il. Selon le président du SACIM, ce bureau n'a pas d'instance de gouvernance c'est-à-dire il n'y a pas, selon ses dires, ni un conseil d'administration, ni une assemblée générale, ni une représentativité réelle des artistes à l'intérieur du BMDA.
«Pour l'instant, on demande d'avoir une représentativité symbolique au sein de ce bureau pour avoir un droit de regard sur son travail», conclut-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.