Privatisation : Les dessous de l'opération Maroc Telecom    Mauritanie : Le candidat du pouvoir remporte la présidentielle    Diabète : Novo Nordisk et le ministère lancent 2 unités de soins    Eaux de baignade: Ces plages à éviter    Construction prochaine d'une nouvelle cimenterie dans la région d'El Jadida    Le dirham s'apprécie de 1,4% par rapport à l'euro et de 0,3% vis-à-vis du dollar    Les opportunités d'investissement au Maroc présentées à Barcelone    Le président de la Chambre des représentants rencontre le corps diplomatique arabe accrédité à Dublin    Mohamed Cheikh El-Ghazouani se proclame vainqueur et l'opposition rejette les résultats de la présidentielle en Mauritanie    Prisme tactique : Une victoire en trompe-l'œil    "Comment est-ce possible ?" Maroc-Namibie disputé sans pause fraîcheur    Le strict minimum Mais c'est déja ça !    Mohamed Benabdelkader : Le Maroc place la restructuration de la haute fonction publique au cœur de la réforme de son administration    Insolite : Mis en examen    Le nombre de bacheliers a augmenté de 8,19%    Divers    Au Liban, des posters vintage exposent les clichés du cinéma occidental    Découverte en Asie centrale des plus vieilles traces d'usage de cannabis    Deux jeunes Marocaines participent à Paris au "LabCitoyen" de l'Institut français    Criminalité à Casablanca. Recul des affaires de vol    Washington s'apprête à sanctionner davantage l'Iran    Délais de paiement : Bencahaaboun mise sur la transparence    Afrique du Sud-Côte d'Ivoire : choc entre deux équipes en quête de gloire perdue    « MOULTAKA AL YOUSR »/LE COLLOQUE SCIENTIFIQUE DE BANK AL YOUSR: UNE 2EME EDITION POUR CONSOLIDER LES AVANCEES DE LA FINANCE PARTICIPATIVE AU MAROC    L'école belge de Rabat met en place des programmes préparatoires aux tests d'admission    Hausse de 1,9% des ventes de ciment à fin mai    Nuit de liesse à Istanbul après la victoire de l'opposition    La cheffe de l'ONU pour les droits humains réclame le rapatriement des familles de Daech    Groupe D Côte d'Ivoire – Afrique du Sud : Prendre une option sur le 2e tour    MAROC/PALESTINE : LAKJAA RAPPELLE LE SOUTIEN ENGAGE DE SM LE ROI MOHAMMED VI POUR LES PALESTINIENS, DIRECTION ET PEUPLE    Clôture de la 22ème édition du Festival Gnaoua et musiques du monde : Le succès toujours au rendez-vous    Mauritanie: Cheikh El-Ghazouani revendique la victoire    De David Guetta à Kery James: retour sur le weekend de Mawazine    Abdellah Bekkali, reconduit pour un nouveau mandat    Une mosquée de Ceuta visée par des tirs    25ème Festival de Fès des musiques sacrées du monde : Du gospel et flamenco pour marquer la fin    Ouverture de la 12è retraite du Conseil de Paix et de Sécurité de l'UA à Sekhirat    L'UIC lance son premier DBA en association avec ESC Clermont    Gouvernance spatiale et développement    Abdelhadi El Mouaziz remporte le 11è Trail international des cèdres    Mawazine-2019: le duo Bigflo et Oli propulse le public vers « la lune »    Immigration illégale : Six individus déférés devant le parquet à Larache    Le Maroc prend part au "Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée"    Festival de Fès, un bilan très satisfaisant pour la 25ème édition    Casa-Settat : Le taux de réussite au bac en très forte augmentation    CAN 2019 : « Le meilleur reste à venir », promet Boussoufa    Sahara marocain : La Barbade décide de retirer sa reconnaissance de la pseudo «rasd»    Vif succès du tournoi de football organisé par Act4Community Jorf Lasfar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une réaction curieusement ingrate!
Publié dans Albayane le 26 - 05 - 2019

On ne comprendra pas l'attitude de certaines sensibilités de la société qui s'en prennent au PPS sous prétexte qu'il se soit disconvenu de la cause amazighe, lors des palabres enclenchés autour de l'insertion de l'alphabet dans la monnaie du royaume.
En dépit du communiqué explicatif rendu public dans ce sens et des réactions de ses députés sous la voûte de l'hémicycle, la vague de lynchage continue à s'abattre sur une entité politique dont l'histoire est étoffée de positions en faveur de la langue et la culture amazighes. Sans avoir nullement l'idée de verser dans la polémique stérile, on a plutôt tendance à déplorer la mémoire courte de ces grincheux qui s'adonnent délibérément à ce jeu triste de dénigrement infondé. On rappellera en revanche, que cette formation politique sujette aujourd'hui à ces torpilles malencontreuses n'a jamais eu de cesse de défendre l'amazighité, avec ferveur et conviction, depuis des lustres.
Elle l'a fait aussi avec grande témérité, au moment où une simple évocation ou encore une quelconque plaidoirie en direction de la langue amazighe pouvait entraîner des foudres à son auteur. En témoignent les actions fermes et surtout son fameux «livre blanc» paru, il y a plus de trois décennies plaçant l'amazighité dans un contexte identitaire indivisible de l'essence de la patrie. Elle l'a fait également sans ambages et sans démagogie aucune, alors que ses pairs traditionnels n'osaient guère piper mot à cet effet. De même, les parachutés dans la scène politique dont la décision est souvent dictée par les hautes sphères, n'existaient pas encore ou ne pouvaient même pas «remuer la poule de ses œufs». Alors, de grâce, cessons de jouer à l'amnésique et insulter une histoire indélébile ! A présent, dès lors que l'amazighité a pu accéder à un registre assez avancé, grâce au militantisme du mouvement amazighe dont le PPS avait, sans conteste et en toute humilité, une marge marquante au côté des patriotes politiques et associative authentiques de la Nation, on se précipite, sans vergogne, pour s'adjuger une part du gâteau de cet acquis national.
La guerre pour la clôture définitif de ce chantier national n'est pas encore achevée, quoique l'amazighité ait déjà acquis son officialisation, depuis 2011. Certes, nombre de batailles étatiques sont remportées dans ce sens, mais le chemin de son intégration progressive est encore long, tant que la résistance farouche du «panarabisme» et de l'«islamisme» politique persiste toujours. Au lieu de se faire piéger dans des affronts anodins, il serait plus judicieux de se focaliser sur l'essentiel. A ce propos, il importe de mener une lutte dans merci pour la mise en œuvre des lois organiques de l'amazighité au sujet de laquelle les récalcitrants continuent à tourner le dos, durant bientôt deux mandats de suite. Il est bien clair que la volonté n'y est pas encore pour parachever ce processus de constitutionnalité de la langue et la culture amazighes, Il va alors falloir gagner d'abord cette bataille contre ces opposants rétrogrades et, après on pourrait écrire l'alphabet pas uniquement sur les billets de banques, mais partout dans la vie publique, sans problème. Tempêter pour une simple mesure insignifiante, mais sûrement piégeante, n'est, en fait, que perte de temps et d'énergie!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.