Nasser Bourita : l'ouverture de consulats dans les provinces du Sud souligne la marocanité du Sahara    IFC accorde un prêt de 100 millions de dollars à la Région Casablanca-Settat    La Tribune de Nas : Pas la guigne habituelle…    Affaire « Hamza mon bb » : les derniers éléments du procès    Trade Tensions With Europe Flare as Trump Flexes Economic Muscle    LDC Afrique: Ce qu'il faut savoir sur le choc Maghrébin EST- RAJA    Espagne : arrestation d'un réseau criminel organisant des mariages blancs    La tempête Gloria fait 10 morts et 4 disparus    Thomas Reilly : « le Maroc et le Royaume-Uni ont énormément à offrir au continent africain »    Nouveau virus : trois villes chinoises déclarées en quarantaine, les festivités du Nouvel An annulées à Pékin    La sélection nationale de handball approche de la qualification à la Coupe du monde    Le PPS au parlement    Arrestation d'un individu pour trafic de psychotropes à Fnideq    Botola Pro D1 : Le Hassania d'Agadir renoue avec la victoire    La 31ème édition du Marathon international de Marrakech ce dimanche : Plus de 13.000 athlètes de 75 pays au départ    Entretien avec Adil Terrab, président du Conseil Préfectoral du tourisme Meknès    Le défi national !    Destitution Trump: l'accusation en appelle au courage des sénateurs républicains    BCE: Pleins feux sur la future stratégie et les risques    Angola: Isabel dos Santos accusée formellement de fraude et blanchiment d'argent    Présidentielles boliviennes: Evo Morales désigne son candidat…    Qui est le binôme Alj-Tazi, le nouveau duo qui tient les rênes de la CGEM ?    La République centrafricaine ouvre sa représentation diplomatique à Laâyoune    Terres collectives : Ce que recommande le CESE    Un stand marocain aménagé par l'ONMT : La 40ème édition du FITUR de Madrid se poursuit jusqu'au 26 janvier    En Grèce, une femme élue pour la première fois à la présidence    Edito : Civisme    Province de Guelmim : 3 morts et 10 blessés dans un accident de la route    Une quinzaine de routes libre et une douzaine coupée    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    60ème anniversaire de l'USFP Grande manifestation à Larache    EuroMed Droits préoccupé par la restriction de la liberté d'expression    Dans son intervention lors de la séance mensuelle consacrée à la politique générale à la Chambre des conseillers    Les Américains ont moins dépensé en jeux vidéos en 2019    Le cacao bio commence à sortir des petits paysans brésiliens de la misère    Atelier de formation à Safi sur l'insertion des jeunes dans le tissu socioéconomique    Insolite : Perché dans un tonneau    Arrestation d'un président de commune pour corruption    Divers sportifs    Sébastien Desabre : L'atteinte des objectifs est une responsabilité collective qui exige du travail fondé sur la discipline, le respect et l'efficacité    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Présentation à El Jadida du livre "Mémoires d'un professeur"    Une nouvelle étoile cinématographique illumine Tiznit    Abdelkader Ababou: adieu l'artiste doux…    Au titre de l'année 2019 : 80 rencontres culturelles dans 35 cafés littéraires de par le Maroc    Improvisation sur «Des tranches de vie nées du néant»    Les avocats de Trump veulent un acquittement "immédiat" à son procès en destitution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une réaction curieusement ingrate!
Publié dans Albayane le 26 - 05 - 2019

On ne comprendra pas l'attitude de certaines sensibilités de la société qui s'en prennent au PPS sous prétexte qu'il se soit disconvenu de la cause amazighe, lors des palabres enclenchés autour de l'insertion de l'alphabet dans la monnaie du royaume.
En dépit du communiqué explicatif rendu public dans ce sens et des réactions de ses députés sous la voûte de l'hémicycle, la vague de lynchage continue à s'abattre sur une entité politique dont l'histoire est étoffée de positions en faveur de la langue et la culture amazighes. Sans avoir nullement l'idée de verser dans la polémique stérile, on a plutôt tendance à déplorer la mémoire courte de ces grincheux qui s'adonnent délibérément à ce jeu triste de dénigrement infondé. On rappellera en revanche, que cette formation politique sujette aujourd'hui à ces torpilles malencontreuses n'a jamais eu de cesse de défendre l'amazighité, avec ferveur et conviction, depuis des lustres.
Elle l'a fait aussi avec grande témérité, au moment où une simple évocation ou encore une quelconque plaidoirie en direction de la langue amazighe pouvait entraîner des foudres à son auteur. En témoignent les actions fermes et surtout son fameux «livre blanc» paru, il y a plus de trois décennies plaçant l'amazighité dans un contexte identitaire indivisible de l'essence de la patrie. Elle l'a fait également sans ambages et sans démagogie aucune, alors que ses pairs traditionnels n'osaient guère piper mot à cet effet. De même, les parachutés dans la scène politique dont la décision est souvent dictée par les hautes sphères, n'existaient pas encore ou ne pouvaient même pas «remuer la poule de ses œufs». Alors, de grâce, cessons de jouer à l'amnésique et insulter une histoire indélébile ! A présent, dès lors que l'amazighité a pu accéder à un registre assez avancé, grâce au militantisme du mouvement amazighe dont le PPS avait, sans conteste et en toute humilité, une marge marquante au côté des patriotes politiques et associative authentiques de la Nation, on se précipite, sans vergogne, pour s'adjuger une part du gâteau de cet acquis national.
La guerre pour la clôture définitif de ce chantier national n'est pas encore achevée, quoique l'amazighité ait déjà acquis son officialisation, depuis 2011. Certes, nombre de batailles étatiques sont remportées dans ce sens, mais le chemin de son intégration progressive est encore long, tant que la résistance farouche du «panarabisme» et de l'«islamisme» politique persiste toujours. Au lieu de se faire piéger dans des affronts anodins, il serait plus judicieux de se focaliser sur l'essentiel. A ce propos, il importe de mener une lutte dans merci pour la mise en œuvre des lois organiques de l'amazighité au sujet de laquelle les récalcitrants continuent à tourner le dos, durant bientôt deux mandats de suite. Il est bien clair que la volonté n'y est pas encore pour parachever ce processus de constitutionnalité de la langue et la culture amazighes, Il va alors falloir gagner d'abord cette bataille contre ces opposants rétrogrades et, après on pourrait écrire l'alphabet pas uniquement sur les billets de banques, mais partout dans la vie publique, sans problème. Tempêter pour une simple mesure insignifiante, mais sûrement piégeante, n'est, en fait, que perte de temps et d'énergie!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.