Météo : la saison des ouragans 2020 sera pire que prévu dans l'Atlantique    Liban Message plein d'émotion de Majda Roumi au milieu des décombres (Vidéo)    Laâyoune: les marins soumis aux tests de dépistage    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Marrakech: la DGSN met la main sur trois criminels    Marrakech dans le top 25 de « TripAdvisor »    Météo : temps chaud, averses et passages nuageux ce dimanche    C1- Classement des buteurs: Lewandowski conforte son avance    Ça chauffe au Liban, un policier tué et 238 personnes blessées    Juventus : Sarri passe à la trappe, Pirlo nommé entraineur    Le député M'jid El Guerrab: « Le nombre de décès au Maroc demeure presque 100 fois inférieur par rapport à la France »    Un matelas anti covid-19 pour Messi    Champions League: le Barça et le Bayern passent en quart (VIDEOS)    Vidéo : Manifestations explosives contre les pouvoirs en place    La Botola a désormais un nouveau leader    Covid-19 : 1.345 nouveaux cas, nouveau record et 19 décès    Coronavirus : 1.345 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 32.007 cas cumulés samedi 8 août à 18 heures    Selon un flash Covid-19 élaboré par l'ONMT Marrakech a une prépondérance des chambres d'hôtel de 74% tout comme Rome    Covid-19 : Fermeture du port de Laâyoune jusqu'à nouvel ordre    Fonds d'investissement stratégique : le décret arrive au parlement    Tanger : La Marine Royale saisit 1200 kg de chira    Fati Jamali confirme sa contamination par le nouveau coronavirus    Explosions au Liban: Moulay Hicham et Cheikh El Kettani blessent les Libanais    OCP fête son siècle d'existence    Marché des changes: le dirham quasi-stable face à l'euro    Arrivée à Beyrouth de l'aide marocaine médicale et humanitaire    Rabat constitue son parc à sculpture    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Le chômage poursuit son envolée au deuxième trimestre sous l'effet du Covid-19    Macron réclame une enquête internationale    Berkane s'offre le WAC    Aguerd vers Rennes et En-Neysiri en quart de l'Europa League    Rentrée scolaire 2020-2021 : Démarrage des cours le 7 septembre    Examen de passage pour Gattuso    La finance participative, un écosystème en perpétuelle évolution    Rachid Yazami : Je n'en reviens toujours pas qu'une telle quantité de nitrate d'ammonium ait été stockée pas loin du centre de Beyrouth    Des fresques murales égaient la kasbah de Bni Ammar    Casey Affleck, en père protecteur dans un monde sans femmes dans "Light of My Life"    "Même pas mort", nouveau roman de Youssef Amine El Alamy    La MAP lance la version arabe de son magazine mensuel «BAB»    Une mosquée incendiée dans le sud-ouest de la France (VIDEO)    Hit Radio : «Momo Morning Show» reprendra en septembre    Le président Ouattara a reçu un message du roi Mohammed VI    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen au sujet du détournement de l'aide humanitaire par le Polisario et l'Algérie    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une réaction curieusement ingrate!
Publié dans Albayane le 26 - 05 - 2019

On ne comprendra pas l'attitude de certaines sensibilités de la société qui s'en prennent au PPS sous prétexte qu'il se soit disconvenu de la cause amazighe, lors des palabres enclenchés autour de l'insertion de l'alphabet dans la monnaie du royaume.
En dépit du communiqué explicatif rendu public dans ce sens et des réactions de ses députés sous la voûte de l'hémicycle, la vague de lynchage continue à s'abattre sur une entité politique dont l'histoire est étoffée de positions en faveur de la langue et la culture amazighes. Sans avoir nullement l'idée de verser dans la polémique stérile, on a plutôt tendance à déplorer la mémoire courte de ces grincheux qui s'adonnent délibérément à ce jeu triste de dénigrement infondé. On rappellera en revanche, que cette formation politique sujette aujourd'hui à ces torpilles malencontreuses n'a jamais eu de cesse de défendre l'amazighité, avec ferveur et conviction, depuis des lustres.
Elle l'a fait aussi avec grande témérité, au moment où une simple évocation ou encore une quelconque plaidoirie en direction de la langue amazighe pouvait entraîner des foudres à son auteur. En témoignent les actions fermes et surtout son fameux «livre blanc» paru, il y a plus de trois décennies plaçant l'amazighité dans un contexte identitaire indivisible de l'essence de la patrie. Elle l'a fait également sans ambages et sans démagogie aucune, alors que ses pairs traditionnels n'osaient guère piper mot à cet effet. De même, les parachutés dans la scène politique dont la décision est souvent dictée par les hautes sphères, n'existaient pas encore ou ne pouvaient même pas «remuer la poule de ses œufs». Alors, de grâce, cessons de jouer à l'amnésique et insulter une histoire indélébile ! A présent, dès lors que l'amazighité a pu accéder à un registre assez avancé, grâce au militantisme du mouvement amazighe dont le PPS avait, sans conteste et en toute humilité, une marge marquante au côté des patriotes politiques et associative authentiques de la Nation, on se précipite, sans vergogne, pour s'adjuger une part du gâteau de cet acquis national.
La guerre pour la clôture définitif de ce chantier national n'est pas encore achevée, quoique l'amazighité ait déjà acquis son officialisation, depuis 2011. Certes, nombre de batailles étatiques sont remportées dans ce sens, mais le chemin de son intégration progressive est encore long, tant que la résistance farouche du «panarabisme» et de l'«islamisme» politique persiste toujours. Au lieu de se faire piéger dans des affronts anodins, il serait plus judicieux de se focaliser sur l'essentiel. A ce propos, il importe de mener une lutte dans merci pour la mise en œuvre des lois organiques de l'amazighité au sujet de laquelle les récalcitrants continuent à tourner le dos, durant bientôt deux mandats de suite. Il est bien clair que la volonté n'y est pas encore pour parachever ce processus de constitutionnalité de la langue et la culture amazighes, Il va alors falloir gagner d'abord cette bataille contre ces opposants rétrogrades et, après on pourrait écrire l'alphabet pas uniquement sur les billets de banques, mais partout dans la vie publique, sans problème. Tempêter pour une simple mesure insignifiante, mais sûrement piégeante, n'est, en fait, que perte de temps et d'énergie!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.