Décès de Hosni Moubarak: ce qu'a décidé la présidence égyptienne    Saad Lamjarred et Fnaire ont-ils plagié une chanson de Hamid Zaher ? (VIDEO)    Habib El Malki recadre certains politiciens d'Europe    SUEZ remporte deux contrats dans le secteur automobile au Maroc    La coopération entre les services de renseignements arabes au centre d'un forum au Caire    Officiel: le Wydad présente son nouvel entraîneur (PHOTO)    Italie : le virus en Toscane et Sicile, des ministres européens à Rome    Casablanca: un “khettaf” percute volontairement un fourgon de police    Autre revers cinglant pour la fantomatique «RASD»    La RSB rate le leadership à Oued Zem    Hamidou Zemmouri n'est plus    Les souvenirs du séisme d'Agadir!    L'escalade continue    3e édition de l'Afrique du Rire    Primaires démocrates : Sanders en pole position, Biden sous pression    Huawei sort la nouvelle version de son mobile pliable, à un prix très haut de gamme    Varroc Lighting Systems Maroc obtient un nouveau prêt auprès de la BERD    Tour des championnats européens de football    6 jeunes auteurs en résidence d'écriture pour le film d'animation    Attijariwafa bank : un nouvel organigramme    Eliminatoires africaines de taekwondo : Trois Marocains sur quatre qualifiés aux JO de Tokyo    Tennis : le Med Avenir du COC a rendez-vous avec son 33e tournoi incontournable    Allemagne: Une voiture fonce dans un défilé de carnaval, 30 blessés    Coronavirus : à Wall Street, pire séance en deux ans pour le Dow Jones    Thaïlande: La Cour Constitutionnelle dissout un parti d'opposition…    Le Maroc prend part à Genève à une rencontre sur la Convention contre la torture    Onze villages italiens vivent désormais comme coupés du monde    Alliances Développement Immobilier : Alami Lazraq franchit à la hausse le seuil de participation    Pétitions, le Parlement fait le point    4ème édition de Oulad Mogador Music Action : Deux groupes sélectionnés    Prévisions météorologiques pour ce mardi 25 février    63ème Championnat marocain de cross-country    Insolite : Anniversaire présidentiel    Les cygnes blancs de 2020    Le DG de l'ONEE présente à Kampala le bilan positif de la présidence marocaine de l'Association africaine de l'eau    Marrakech abrite une journée nationale sur les NTI et le développement informatique    Les éditeurs marocains exposent au Salon international du livre à Mascate    Participation du Maroc à la 43ème session du CDH    Divers    Pompeo appelle le Premier ministre irakien désigné à protéger les troupes américaines    200ème but de Cavani sous les couleurs du PSG    Le Zamalek se retire du championnat égyptien    Mubawab annonce le lancement de sa nouvelle Business Unit "Mubawab Transaction"    Dounia : Un monodrame poignant sur le parcours d'une jeune femme en quête d'identité existentielle    Avec "Pinocchio", Matteo Garrone signe un conte noir pour enfants    Lancement du programme de prévention des jeunes à l'addiction au tabac et aux drogues    Parution: «Celui qui vient de l'avenir, Abdelkébir Khatibi»    Carton plein pour Saad Lamjarred et Fnaire (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le parcours militant de l'amazighité!
Publié dans Albayane le 12 - 05 - 2019

Le projet de lois organiques de la langue Amazigh continue toujours à moisir dans les tiroirs de la primature. Il est parmi les plus rares à connaître le même sort de l'actuel mandat et son précédent. Depuis son officialisation dans le texte suprême, en 1911, l'Amazighité traîne un boulet de fer dont le «panarabisme» hostile à son épanouissement, lui avait cadenassé les forceps.
On déplorera alors ce blocage chronique qui avorte tout un entrain autour de la langue et la culture Amazighe dont les premières flammes avaient pris naissance au coeur du mouvement Amazigh national, depuis déjà des décennies.
A cet égard, on se souviendra, comme si cela datait d'hier, de la lutte acharnée que menaient sans relâche, des militantes et des militants de la cause Amazighe, dans nombre de régions du pays. Soutenus par une position claire dont faisaient preuve des voix politiques, à l'époque, notamment le PPS, en toute conviction non sans humilité, les activistes Amazighes multipliaient les formes et les formules de combat, avec témérité et transcendance. Ce n'était pas souvent évident, puisque les poches de résistance de «l'arabisme» sectaire opposaient à ce droit légitime d'acerbes affronts et de blocages.
A cet égard, on se souviendra, entre autres, du parcours de l'association de l'université d'été d'Agadir, au début des années 80. Une série de rencontres des fervents partisans de cette composante indissociable de l'identité nationale se donnait rendez-vous dans la capitale du Souss et débattait de la problématique qui secouait, dans le temps, les ardents défenseurs de l'amazighité, toutes tendances confondues.
Des moments de haute intensité culturelle et politique qui drainaient une pléiade d'intellectuels, de juristes, d'érudits en matière des sciences humaines, d'artistes…Cette activité notoire qui exprimait de vive voix une profonde volonté de s'affirmer et qui se soldait par de pertinentes requêtes pour la reconnaissance légale, dans la sérénité, la concorde et la conscience collective, tissait une réelle plate-forme du passage du désir à la concrétisation.
C'était des moments historiques qui marquaient sensiblement l'itinéraire laborieux d'un droit auquel aspire toute une communauté intégrée et indivisible. Le slogan central de l'action payante de l'université d'été qu'est «l'union dans la diversité», avait cette capacité singulière de drainer les divers démocrates imbus d'acception et de tolérance, parmi toutes les franges de la société aussi bien amazighophone qu'arabophone.
Aujourd'hui, certes, cette belle mobilisation à laquelle s'attelaient les forces authentiques, a finalement abouti à l'officialisation de la langue Amazighe. La bataille est remportée sur les mentalités réductrices, mais pas la guerre, dit-on dans le langage martial. Beaucoup reste à faire pour gagner cette seconde manche. Il est vrai que l'université d'été et bien d'autres structures existent toujours, mais le ton a beaucoup baissé.
Il va donc falloir s'inspirer de la belle époque d'antan et se ressaisir, peut-être sous d'autres fronts, pour faire pression sur les décideurs et les acculer à se pencher sérieusement sur la mise en œuvre des lois organiques et des moyens politiques, techniques et logistiques à leur vulgarisation au concret.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.