Dans les faits, l'Union Européenne a tranché : le Sahara est marocain    Le président comorien a reçu un message du roi Mohammed VI    Les exportations auraient reculé de 25,1% au deuxième trimestre de 2020    Coronavirus : 114 nouveaux cas, 14.329 cas au total, lundi 6 juillet à 10h    WAFASALAF lance le « SALAF CLICK »    France : le nouveau gouvernement dévoilé ce lundi    Comment se déroule la réouverture des salles de sport au Maroc? (VIDEO)    Safi: les autorités ne badinent pas avec le confinement    La Bourse de Casablanca démarre en territoire positif    Coronavirus : 114 nouveaux cas confirmés au Maroc, 14.329 au total    Abdelmajid Tebboun. Tout le monde doit s'excuser à l'Algérie    Des femmes célibataires veulent légaliser le concubinage    Kanye West. Un rappeur à l'assaut de la Maison Blanche    Babioles à 5 milliards DH    Casablanca : Lydec reprend la distribution des factures d'eau et d'électricité    Vers un retour d'Ounajem au Wydad ?    Registre social unifié : Nouveau calendrier    Voici le temps qu'il fera ce lundi    Idiotorial : L'ovalie a son virus    Pour les joueurs, un été intense avant une année dense    Les autorités marocaines rejettent la réponse d'Amnesty International    "Jemâa El Fna en live" Quand les artistes de la place subjuguent le public par des spectacles virtuels à distance    L'Oriental fashion show, une édition digitale inédite    Les Instituts Cervantès au Maroc lancent la seconde partie du cycle du cinéma en ligne "Clásicos contigo"    L'ambassadeur de Chine à Rabat salue l'initiative Royale en faveur des pays africains    La responsabilité de l'Algérie dans les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf établie à l'ONU    Rapatriement de 290 Marocains bloqués au Canada    Le WAC et le Raja pas du tout tentés pas des matches au stade Père Jégo    L'Algérie veut que se tienne des élections en Libye    Le Maroc accueillera le premier Canopy by Hilton en Afrique du Nord    Le Parlement et le HCP renforcent leur coopération    Macron s'exprimera à l'occasion du 14 juillet, une première    Coronavirus dans le monde : zones reconfinées en Espagne, le Maroc enregistre son bilan le plus lourd depuis mars    Chelsea, Manchester United et Arsenal victorieux    Hong Kong: c entre Londres et Pékin    NordinAmrabat testé positif au Coronavirus !    Raja Jeddaoui, la star du 7e art arabe n'est plus    Phraséologie humaniste, Horreur impérialiste    Coronavirus : la région de Marrakech-Safi est la plus touchée ce dimanche    Nabil Benabdallah: «Se départir des velléités colonialistes»    Des ministres gaffeurs!    La Fédération appelle à des assises nationales sur la presse et les médias    Covid-19 : l'actrice égyptienne Raja Al Jadawi n'est plus    Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien dans les camps de Tindouf    Message du roi Mohammed VI au président de l'Algérie    Ragaa El-Guiddawi emportée par le Coronavirus    Le trauma colonial algérien encore vivace, le président Tebboune réclame des excuses françaises    Un organisme de l'ONU pointe la responsabilité du régime algérien dans les violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le temps est ainsi fait
Publié dans Albayane le 20 - 06 - 2019

, des changements à tout bout de champ et une exigence du changement pour répondre à des attentes multiples. La transformation de la société en patchwork dans un contexte néolibéral serait-elle ainsi désordonnée et incohérente.
Depuis l'ajustement structurel des années de plomb, le désengagement de l'Etat n'a cessé de se produire. Les conséquences sur la population sont en relation directe avec les lois de la pesanteur ; ceux du bas supportent la pression qui permet à ceux du haut de vivre dans la l'euphorie de la légèreté du top.
L'elegerocratie dans sa somnolence institutionnelle fait passer les textes juridiques sans comprendre véritablement leur portée. En cela, elle n'est que dans son rôle, celui de sauvegarder ses intérêts et sa notabilité au lieu de promouvoir la réforme dans l'intérêt réfléchi de la population.Dans le pire des cas; mal identitaire, facturation électronique, démocratie culturelle et autres épreuves «existentielles», elle se bloque et se renferme dans sa coquille. Laisser le temps au temps, avoir raison par l'usure faute de pouvoir l‘emporter par la force ou la conviction.
Au fait, rares les parties de la population qui sont convaincues de l'issue heureuse du parcours entamé. Même ceux qui mangent la soupe ne sont pas convaincus de ses bienfaits. La plupart se lance dans l'accumulation du capital après une ascension fulgurante dans l'échelle sociale, laissant à la providence le soin de gérer les affaires générées par leur fracas. Aux pompiers d'assumer le rôle de sauver les meubles et de limiter les dégâts, quitte à en pâtir!
Sauf que le hic vient de celles et de ceux pour qui la transformation de la société et la promotion de la réforme a été entamée. Les jeunes des années de plomb sont devenus grands-parents et les mômes d'alors sont eux-mêmes dans l'âge raisonnable des seniors. Autant les premiers comprennent et apprécient le chemin effectué pour sortir des ténèbres de l'autoritarisme vers les lueurs démocratiques, aussi faibles soient-elles ; autant la descendance réclame clarté, transparence, prééminence de la loi, responsabilité, cohérence … un vocabulaire appris dans la famille et entendu le plus souvent à travers les medias. La jeunesse ne veut pas être dupe et se faire voler son présent et son avenir par des reliques du Néolithique politique national.
Pour ne citer que l'essentiel; c'est le mal des étudiants en médecine, en pharmacie et en dentaire qui ne comprennent pas pourquoi leurs efforts soient débauchés par la marchandisation du savoir et l'appât du gain. C'est l'attente cruelle des soins de santé au moment où celle des humains se fragilise et celle du gouvernement se désolidarise.Ceux sont les sables mouvants dans lesquels se trouvent l'enseignement et la formation. A chaque mouvement elles s'enfoncent de plus et se trouvent dans le carcan de l'immobilisme… etc.
L'inanité du champ politique national n'arrive pas à répondre aux besoins de la population pour la faire convaincre. Le souffle démocratique tarde à se manifester et cette sensation d'étouffer devient une urgence. Le niveau d'inversion du processus démocratique inhibe sa consolidation. Il fut un moment où le député Ali YATA cita quelques strophes du Dou3ae Annassiri après son intervention dans la Chambre des Représentants : Fais-nous miséricorde, O Toi qui ne cesse d'être Savant de – Notre faiblesse et qui ne cesse d'être Miséricordieux.
Considère ce qui nous a atteint venant des hommes– Notre état étant parmi eux est celui que Tu vois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.