Kénitra: des motards utilisent leurs armes de service pour arrêter un récidiviste    Création d'un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Installation des agents d'autorité nouvellement nommés    Tanger : Un centre d'accueil pour la diaspora marocaine    Remaniement: Divisions de la majorité et compétences rares    Le Japon affiche de nouvelles ambitions africaines    Fête de la Jeunesse: Fini les cérémonies officielles…    Un Conseil de gouvernement jeudi prochain    Insolite : Mystérieux bienfaiteur    La Bourse de Casablanca clôture juillet en bonne mine    Le taux moyen de remplissage des barrages avoisine les 57% au niveau de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Création d'entreprises : 50.135 nouvelles entités au premier semestre    Grève de 48 heures des médecins du secteur public    Equipements télécoms : Le processus d'agrément dématérialisé    Télédéclarations: la CNSS s'associe aux banques participatives    Exploration pétrolière: Jeu de chaises musicales sur le permis Anoual    En Libye, la peur de finir à la rue après avoir fui les combats    Réfugiés: Le ras-le-bol des pays voisins de la Syrie, après 8 ans de guerre    Le commerce mondial des marchandises pique du nez au troisième trimestre    Commerce: Trump vante la perspective d'un accord « fantastique » avec Londres après le Brexit    Gibraltar autorise le pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage    Hong Kong, passerelle entre Pékin et le monde, malgré l'essor économique chinois    Les utilisateurs d'Instagram pourront bientôt signaler les « Fake News »    Taux négatifs    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT décidé à franchir le tour préliminaire    Fouzi Lekjaa Objectif : Qualifier l'EN au Mondial et au dernier carré de la CAN    Coupe du Trône : Tirage au sort fatal pour au moins sept clubs de la D1    Championnat de Portugal : Adel Taarabt renoue avec Benfica jusqu'en 2022    Kitesurf : Dakhla à l'heure de la 5ème édition de «Dakhla Downwind Challenge»    Athlétisme : Des records du monde en danger    Neymar convoqué pour les prochains matches amicaux du Brésil    Vahid Halilhodzic prend officiellement les commandes de la sélection nationale    De nouveaux ambassadeurs du Qatar et de la Finlande à Rabat    Myrtilles : Cet aliment miracle réduit le risque d'Alzheimer et d'infarctus    Augmentation du nombre de bénéficiaires de l'Entraide nationale    Divers    Fès: L'UEMF s'allie à l'Ecole polytechnique    La Marine Royale saisit 4 tonnes de chira au large d'Assilah    Vol de médicaments de l'hôpital multidisciplinaire d'Azrou : Un récidiviste interpellé    Tanger : Deux arrestations dans une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort d'une personne    Réhabilitation du cimetière juif d'El Jadida    Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version    Depuis sa cellule, MHD rend un hommage déchirant à Dj Arafat    Une MasterClass pour former les musiciens en herbe    Casablanca: Où sont les autorités et la Cour des comptes?    «Le festival Bab Souss» du 23 au 25 août    Pour présenter ses vœux de l'Aïd Al Adha : Karima Skalli lance «Alhawa rachiki»    Fast and furious : Hobbs et Shaw assurent l'intérim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le temps est ainsi fait
Publié dans Albayane le 20 - 06 - 2019

, des changements à tout bout de champ et une exigence du changement pour répondre à des attentes multiples. La transformation de la société en patchwork dans un contexte néolibéral serait-elle ainsi désordonnée et incohérente.
Depuis l'ajustement structurel des années de plomb, le désengagement de l'Etat n'a cessé de se produire. Les conséquences sur la population sont en relation directe avec les lois de la pesanteur ; ceux du bas supportent la pression qui permet à ceux du haut de vivre dans la l'euphorie de la légèreté du top.
L'elegerocratie dans sa somnolence institutionnelle fait passer les textes juridiques sans comprendre véritablement leur portée. En cela, elle n'est que dans son rôle, celui de sauvegarder ses intérêts et sa notabilité au lieu de promouvoir la réforme dans l'intérêt réfléchi de la population.Dans le pire des cas; mal identitaire, facturation électronique, démocratie culturelle et autres épreuves «existentielles», elle se bloque et se renferme dans sa coquille. Laisser le temps au temps, avoir raison par l'usure faute de pouvoir l‘emporter par la force ou la conviction.
Au fait, rares les parties de la population qui sont convaincues de l'issue heureuse du parcours entamé. Même ceux qui mangent la soupe ne sont pas convaincus de ses bienfaits. La plupart se lance dans l'accumulation du capital après une ascension fulgurante dans l'échelle sociale, laissant à la providence le soin de gérer les affaires générées par leur fracas. Aux pompiers d'assumer le rôle de sauver les meubles et de limiter les dégâts, quitte à en pâtir!
Sauf que le hic vient de celles et de ceux pour qui la transformation de la société et la promotion de la réforme a été entamée. Les jeunes des années de plomb sont devenus grands-parents et les mômes d'alors sont eux-mêmes dans l'âge raisonnable des seniors. Autant les premiers comprennent et apprécient le chemin effectué pour sortir des ténèbres de l'autoritarisme vers les lueurs démocratiques, aussi faibles soient-elles ; autant la descendance réclame clarté, transparence, prééminence de la loi, responsabilité, cohérence … un vocabulaire appris dans la famille et entendu le plus souvent à travers les medias. La jeunesse ne veut pas être dupe et se faire voler son présent et son avenir par des reliques du Néolithique politique national.
Pour ne citer que l'essentiel; c'est le mal des étudiants en médecine, en pharmacie et en dentaire qui ne comprennent pas pourquoi leurs efforts soient débauchés par la marchandisation du savoir et l'appât du gain. C'est l'attente cruelle des soins de santé au moment où celle des humains se fragilise et celle du gouvernement se désolidarise.Ceux sont les sables mouvants dans lesquels se trouvent l'enseignement et la formation. A chaque mouvement elles s'enfoncent de plus et se trouvent dans le carcan de l'immobilisme… etc.
L'inanité du champ politique national n'arrive pas à répondre aux besoins de la population pour la faire convaincre. Le souffle démocratique tarde à se manifester et cette sensation d'étouffer devient une urgence. Le niveau d'inversion du processus démocratique inhibe sa consolidation. Il fut un moment où le député Ali YATA cita quelques strophes du Dou3ae Annassiri après son intervention dans la Chambre des Représentants : Fais-nous miséricorde, O Toi qui ne cesse d'être Savant de – Notre faiblesse et qui ne cesse d'être Miséricordieux.
Considère ce qui nous a atteint venant des hommes– Notre état étant parmi eux est celui que Tu vois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.