Retour au bercail des étudiants    Les incertitudes de la reprise    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, mercredi 3 juin    L'humoriste «Zerwal» n'est plus    Le roman de Saeida Rouass adapté à l'écran par un producteur hollywoodien    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Coronavirus : voici comment vous serez accueilli et traité dans les hôtels au Maroc    Espagne: Nouveau revers pour le polisario    Quand l'Algérie maquille ses velléités belliqueuses contre le Maroc    Eaux Minérales d'Oulmès: l'activité maintenue grâce à Bahia    Réflexions sur quel Maroc de l'après covid-19?    Trois millions de personnes affiliées à la CNSS    Poutine aura bien sa réforme constitutionnelle…    ONU: les ambassadeurs de Suisse et du Maroc à New York lancent le processus    Voici la date de reprise de la Serie A    Lions de l'Atlas: Feddal sur les traces de Naybet?    Madrid ne jouera plus à Bernabeu cette saison    Coronavirus : 44 nouveaux cas, 7.910 au total, mercredi 3 juin à 10h    Tourisme : les opérateurs se mobilisent pour la relance du secteur    Coronavirus : Le Roi ordonne une large campagne de dépistage auprès des employés du secteur privé    Les messages de condoléances affluent au siège de l'USFP    Un communiqué riche en enseignements    Le grand bazar    Repli de l'IPPIEM hors raffinage de pétrole en avril    Ils sont tous devenus des épidémiologistes et des économistes !    Le cérémonial sahraoui du thé bousculé par le coronavirus    Le satisfecit de l'Université Mohammed V    La CAF décidée à sauver la saison 2020 des compétitions interclubs    La Fifa en appelle au bon sens    Ebranlés par la crise, les professionnels du tourisme dans l'expectative    L'Université Hassan II tient son premier festival culturel à distance    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Violents affrontements entre manifestants et miliciens du Polisario devant le bagne d'Errachid    La CAF accélère le décaissement de l'aide financière destinée aux Associations membres    Christo, l'artiste «emballeur» n'est plus    Les Etats-Unis s'embrasent    France: C'est l'heure de la reprise économique    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Hyperpuissance    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Les syndicats interpellent El Othmani    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le sursaut sécuritaire!
Publié dans Albayane le 15 - 07 - 2019

Depuis déjà quelques temps, Agadir et sa périphérie subissent un réel afflux de la délinquance qui inonde à grande échelle, ces lieux, longtemps considérés comme des havres de quiétude.
Ces rushs, de plus en plus intempestifs en cette période de l'été, inquiètent aussi bien les résidents et leurs visiteurs que les décideurs de ces localités du Souss. On croit bien savoir que des quantités énormes de drogues empestent les bourgades dont pullulent les jeunes, des divers agresseurs pervers jalonnent la voie publique, les rues sont jonchées de vilains pickpockets, au grand jour… Les populations timorées émettent des cris de panique et de désarroi face à cet état préoccupant, d'autant plus qu'il touche à bout portant, leur existence.
Aussitôt, on apprend, non sans satisfecit, la riposte rigoureuse de nombre d'unités de services de l'ordre qui quadrillent et ratissent point par point, tous les lieux en proie d'assauts des malfaiteurs. En plus, on notera le déferlement salutaire des renforts, de véhicules et de logistiques sur la ville désemparée. Partout, des rondes de vigilance veillent au grain pour mettre hors d'état de nuire des scélérats à l'affût de leurs victimes. Des filières de banditisme sont vite démantelées, par centaines, au coin des rues embusquées. Une louable initiative qui viendra, en fait, dissiper l'émoi et apaiser le tourment des citoyens.
On ne peut alors que saluer, à juste titre, cette louable initiative qui traduit un haut degré de civisme de la part des agents tant au niveau du département sécuritaire que des autorités locales. Ce sursaut ardemment apprécié par toutes les souches sociales témoigne aussi d'un profond sens de la responsabilité dont ils font preuve afin de rendre à la ville son charme divertissant, en cette étendue estivale. Il est donc bien vrai que les moyens humains et matériels dont disposent les forces de sûreté semblent parfois limités, comparativement à la profusion ravageuse des délits qui noient la ville en détresse. Mais, la mobilisation de tous les staffs de sécurité, en parfaite synergie avec les décideurs locaux et régionaux, est de nature de combler ces carences.
De plus, la qualité de l'effort conjugué est à même également de désamorcer toute attitude de nuisance qui prolifère en ville. Toutefois, en dépit de l'abnégation et du dévouement dont ils font montre, la seule approche répressive des méfaits, ne pourrait, à notre sens, résorber ce dilemme complexe. Bien entendu, les descentes implacables des forces de l'ordre sont impératives pour dissuader en particulier les récidivistes. Cependant, d'autres remèdes palliatifs résident en la mise en avant, en amont, d'une stratégie de pédagogie contre la délinquance, de relèvement des conditions de vie contre le décrochage scolaire, le désœuvrement oisif, la précarité affligeante…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.