Mohamed Bensaïd publie ses mémoires: Mes soixante-dix ans d'action politique    CRI. La réforme enfin actée    Aéroport Marrakech-Menara : Un trafic passagers record en 2018    Echanges extérieurs. Les mauvais chiffres du déficit commercial    HCP : Hausse de 1,9% de l'Indice des prix à la consommation en 2018    Nouveau Mercedes-Benz CLA: L'étoile filante    Parlement européen. Banco pour l'accord de pêche !    Démantèlement d'une cellule terroriste de 13 éléments actifs à Kelâa des Sraghna, Salé, Casablanca et Mohammedia    Personnalités de l'année de la MAP. Jettou, Akalay et les autres    Maroc-Inde. La mobilité des étudiants et professeurs bientôt facilitée    Certificat de virginité: Le mythe des femmes « pures » a la peau dure    La Botola Maroc Telecom D1 classée meilleur championnat arabe et africain en 2018    Tourisme : Plus de 12 millions de visiteurs et de grandes perspectives    Audio. Emouvants, les derniers mots prononcés par Emiliano Sala    Centres de contrôle technique : Examen pour la fonction d'agent visiteur le 24 mars    Ministère de la culture et de la communication : Mustapha Taimi nouveau secrétaire général du département de la communication    BMCE Bank of Africa lance officiellement sa nouvelle filiale OGS    L'école publique entre le dogme et la civilité    Migration : l'Espagne a demandé à la Commission européenne de débloquer de manière urgente l'aide promise au Maroc    Théâtre: Quand le couple se remet en question    Migration : L'Espagne demande à l'UE de débloquer les 140 millions d'euros promis au Maroc    Le Roi félicite Nordine Oubaali pour avoir remporter le championnat du monde WBC    La Chambre des représentants annule les dettes des collectivités locales contractées avant 2000    Liverpool : Klopp cherche des solutions en défense    Raja-ASFAR, un classique sous le signe de l'équilibre    Le Forum de Davos s'ouvre sous le signe du risque politique et économique    Theresa May compte retourner discuter du Brexit à Bruxelles    Benslimane enregistre un total de 93 mille ha emblavés en céréales d'automne    Insolite : Pires que des cochons    Facebook annonce investir 300 millions de dollars dans le journalisme    Divers    WhatsApp limite le partage de messages pour lutter contre « l'infox »    Kalou : La réattribution de la CAN 2023 à la Côte d'Ivoire n'est pas une si mauvaise nouvelle    Les péripéties d'une histoire sans issue    A Cuba, les tubes de Michael Jackson version salsa    "L'Afrique du rire" fait escale à Rabat et Casablanca    Oscars 2019 : les nominations dévoilées    RC Lens : Achraf Bencharki, l'homme du match face à Nancy (sondage)    Times Higher Education 2019 : 3 universités marocaines dans le TOP 1000    C.Ronaldo condamné à une peine de prison ferme    Art et musique inaugurent 2019 à l'Institut Cervantès de Casablanca    Le 2ème Festival «Afrique du Rire» fait escale à Rabat et Casablanca    Le chaud et le froid pour le foot national    Le Conseil de gouvernement discutera de la modalité d'application du service militaire    Le «Mono-dame» théâtral sur les planches de la ville ocre    Oxfam: Entre riches et pauvres, les inégalités s'emballent    Macron et Merkel tentent de braver l'euroscepticisme ambiant    Les défis du féminisme africain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Affronter les pollueurs récidivistes!
Publié dans Albayane le 21 - 10 - 2018

On reviendra encore une fois sur Anza, ancienne bourgade à moins d'une dizaine de kilomètres au nord d'Agadir. Depuis déjà des décennies, les citoyens de ce faubourg endurent le calvaire, à cause de la prolifération d'une multitude d'unités de fabrication de farine de poisson et de denrées alimentaires qui empestent le lieu, polluent l'air et intoxiquent la mer.
Des odeurs nauséabondes s'exhalent pendant la journée, alors que les résidus crasseux sont évacués dans le large, à travers des conduits découverts à l'œil nu. Aux côtés de ces fabriques polluantes, s'était érigée une cimenterie qui avait causé, durant des années, des préjudices aux populations, contaminées par de chroniques maladies pulmonaires. Toutefois, il y a tout juste quelques années, ces ogres cimentiers ont été transférés à la commune Imi M'korn relevant de la province de Chtouka Ait Baha, au sud de la capitale du Souss.
De même, dans le cadre du programme national «villes sans bidonvilles», pas moins d'une dizaine de regroupements bidonvillois a été quasiment anéanti. Mais, en dépit de graves sévices attentatoires à l'être humain et à l'écosystème marin dont elles faisaient preuve, les usines poissonnières qui longent l'océan poursuivent leurs méfaits nocifs dans l'impunité totale.
Face à ces agressions, les acteurs de la société civile n'ont eu de cesse de tirer la sonnette d'alarme, haut et fort, contre l'abandon et l'impassibilité auxquels les habitants du quartier sont constamment soumis. Leur colère véhémente gronde, à cor et cri, dans la rue en vue de faire pression sur les décideurs concernés et de les inciter à mettre fin à leurs souffrances. Mais, il semble que toutes ces transgressions qui se commettent au grand jour, continuent à faire subir aux résidents avoisinants et à la faune marine tous les malheurs du monde.
Cependant, il y a moins d'une semaine, l'Autorité d'Agadir, piquée au vif après les multiples coups d'indignation populaire, semble s'atteler à mettre un terme à ce fléau qui sème le malaise dans les foyers et ravage l'équilibre écologique. Récemment, on croit savoir qu'un contingent de services, conduit par le Wali en personne, aurait débarqué, à l'improviste, chez les contrevenants pour s'enquérir de cette situation désolante. Pas moins d'une dizaine de boîtes industrielles serait pontée du doigt et ferait l'objet de réhabilitation de leurs propriétés, sous peine de sanctions drastiques.
Il est bien clair que ces atteintes au bien-être des individus et aux conditions environnementales ne sauraient perdurer indéfiniment. D'autant plus que les citoyens, en constante gêne, montent au créneau et ne comptent plus lâcher prise. On ne peut alors que saluer vivement cette descente salutaire qui serait, sans doute, suivie par d'autres actions salvatrices, au service des populations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.