Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Zakaria Fahim: " Le nouveau modèle de développement doit encourager entrepreneuriat"    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Divers    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Loi cadre de l'enseignement. Une commission gouvernementale pour fixer les priorités    100 ans de l'aéropostale : Une exposition met en avant le rôle du Maroc dans l'histoire de l'aviation    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    Championnats du monde de boxe : Mohamed Hamoute éliminé en 8èmes de finale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise de Hong Kong: Craignant un Tian an men 2, Pékin tergiverse…
Publié dans Albayane le 22 - 08 - 2019

Cela fait plus de deux mois que la colère gronde à Hong Kong. En effet, l'ancienne colonie britannique qui, depuis sa rétrocession à la Chine en 1997 conformément au principe «un pays, deux systèmes», bénéficiait d'une semi-autonomie qui devait durer cinquante années soit jusqu'en 2047, fait face depuis juin dernier à un mouvement de révolte pro-démocratie sans précédent.
Pour cause, le gouvernement de Pékin, désireux de combler le «vide juridique» qui, à ses yeux, avait fait de Hong Kong un «asile pour certains criminels», avait élaboré un projet de loi devant permettre des extraditions vers toutes les juridictions même quand aucun accord bilatéral n'existe y compris vers la Chine continentale.
Mais si pour Pékin, ce projet ne concernait pas les opposants à sa politique, les hongkongais estiment, de leur côté, que compte-tenu de l'opacité de la justice chinoise, cette réforme va immanquablement nuire à l'image internationale et à l'attractivité du territoire.
Et si, par ailleurs, l'autonomie conférée à l'île de Hong Kong permettait à ce territoire d'offrir aussi bien aux entreprises étrangères qu'aux sociétés chinoises, la sécurité juridique qu'elles ne trouvaient pas en Chine continentale, il est certain que si ce mouvement de révolte perdure, les entreprises chinoises cotées à la Bourse de Hong Kong – qui est l'une des plus importantes places financières mondiales – vont être touchées de plein fouet car, comme l'a déclaré le professeur Ming Sing, de l'Université des sciences et technologies de Hong Kong, l'aptitude de l'île «à mobiliser les capitaux pour les entreprises chinoises sera érodée».
En outre, de l'avis de Carrie Lam, la cheffe de l'exécutif local, si la crise politique actuelle perdure, celle-ci pourrait avoir des conséquences pires que celles de 2008 car même si son PIB ne représente plus que 3% de celui de la Chine alors qu'il représentait 18,5% en 1997, l'ancienne colonie britannique conserve, tout de même, une place prépondérante dans l'économie de la Chine en tant que deuxième puissance économique mondiale ; une importance, certes, disproportionnée par rapport à sa taille d'à peine 1.100 km².
D'ailleurs, si l'on en croit Tianley Huang, analyste à l'Institut Peterson d'économie internationale basé à Washington, Pékin a développé dans ce territoire depuis son retour dans le giron chinois, «des intérêts économiques et commerciaux énormes (car) pour assurer sa propre prospérité, la Chine a toujours besoin d'un Hong Kong capitaliste».
Aussi, même si le gouvernement chinois a laissé planer ces derniers temps la menace d'une intervention militaire pour «rétablir l'ordre», rien n'indique qu'il serait prêt à rééditer la tristement célèbre répression de Tian an men du 4 juin 1989 et ce, d'autant plus que les nombreux dirigeants chinois formant ce que l'on appelle «l'aristocratie rouge», détenant d'importants fonds dans les banques hongkongaises et ayant effectué de très gros investissements dans l'immobilier, les entreprises ou le commerce se trouveront dans l'obligation de faire tout ce qu'il faut pour que l'économie de l'île ne s'effondre pas. Y parviendront-ils ? Attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.