Maîtriser la question religieuse!    Al Moustatmir Al Qaraoui : Le Crédit Agricole sensibilise les collaborateurs de son réseau    Marché actions: Les OPCVM dominent    Protection sociale : La BAD accorde un prêt de 2 milliards DH au Maroc    Twitter suspend 70 comptes pro-Bloomberg pour non-respect des règles contre la manipulation    La justice britannique examine la demande d'extradition d'Assange vers les USA    Coronavirus en Italie : le sport lui aussi en quarantaine    Coronavirus : l'extension rapide confirme l'inquiétude de l'OMS    Paris : Une ambiance rétro-futuriste pour l'hiver 2020 à La Vallée Village    La Palestine réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    La finance participative, une piste prometteuse pour la réalisation des ODD    La taekwondiste Oumaima El Bouchti qualifiée aux JO    Débat sur l'urgence climatique pour le continent africain    Affaire Hamza mon bb : les sœurs Batma comparaîtront aujourd'hui devant le tribunal    Ouverture du SIAP avec la participation du Maroc    Parution: «Celui qui vient de l'avenir, Abdelkébir Khatibi»    "L'Autre Voix", un "road movie" émouvant sans argent et sans un mot    Zouhair Bahaoui au Top mondial YouTube    Le Maroc à l'honneur au Festival multiculturel de Canberra    Khalid Ait Taleb à la réunion d'urgence de l'UA sur le coronavirus : Le Maroc s'engage sur le plan africain en mettant à contribution son expérience et expertise    Edito : Au-delà de la commande    Beni Mellal : le Club équestre de L'ERC des FAR domine le classement du Concours national de Saut d'obstacles    Les devises étrangères contre le Dirham marocain (Cours de change)    Quand l'ambassadeur Hassan Naciri encense Fassi Fihri    Coronavirus : L'Italie annonce un troisième décès, 149 cas de contamination détectés    Carton plein pour Saad Lamjarred et Fnaire (VIDEO)    Saadeddine El Othmani : diligence et retards dans les affaires de l'Etat, selon les affinités partisanes    Championnat d'Egypte: le Zamalek se retire de la compétition    Notre confrère L'Opinion présente une nouvelle maquette    Météo: averses et risque d'orages ce lundi au Maroc    Saisie de 500 kilos de Chira dans la région de Marrakech    Alerte au COVID-19 en provenance d'Italie !    Mohamed Benabdelkader : Attribuer le blocage de l'adoption du Code pénal aux divergences sur un seul article est une tentative de diversion    Colloque sur la démocratie participative à la Chambre des représentants    Driss Lachguar préside une réunion consacrée aux préparatifs du 9ème Congrès national de la Chabiba    Marche de protestation contre les restrictions de déplacement dans les camps de Tindouf    Tableaux relevés à la 33ème édition du Med Avenir    La Kechoise Marrakech    L'année s'ouvre par un repli de l'indice des prix à la consommation    Un séisme meurtrier frappe la frontière irano-turque    Antarctique : fonte de glace record après l'arrivée de la canicule    Bulaid : « Mike Tyson m'a proposé de fumer un joint avec lui »    Le PPS invité au 18e Congrès des Palestiniens d'Europe    Le Maroc propose d'accueillir les finales de la Ligue des Champions et de la Coupe de la CAF    «Les arts plastiques connaissent une dynamique créative très importants»    Au-delà des chiffres !    En Algérie, des milliers de manifestants pour le premier anniversaire du Hirak    Les Algériens bouclent dans la rue un an de contestation populaire inédite    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise de Hong Kong: Craignant un Tian an men 2, Pékin tergiverse…
Publié dans Albayane le 22 - 08 - 2019

Cela fait plus de deux mois que la colère gronde à Hong Kong. En effet, l'ancienne colonie britannique qui, depuis sa rétrocession à la Chine en 1997 conformément au principe «un pays, deux systèmes», bénéficiait d'une semi-autonomie qui devait durer cinquante années soit jusqu'en 2047, fait face depuis juin dernier à un mouvement de révolte pro-démocratie sans précédent.
Pour cause, le gouvernement de Pékin, désireux de combler le «vide juridique» qui, à ses yeux, avait fait de Hong Kong un «asile pour certains criminels», avait élaboré un projet de loi devant permettre des extraditions vers toutes les juridictions même quand aucun accord bilatéral n'existe y compris vers la Chine continentale.
Mais si pour Pékin, ce projet ne concernait pas les opposants à sa politique, les hongkongais estiment, de leur côté, que compte-tenu de l'opacité de la justice chinoise, cette réforme va immanquablement nuire à l'image internationale et à l'attractivité du territoire.
Et si, par ailleurs, l'autonomie conférée à l'île de Hong Kong permettait à ce territoire d'offrir aussi bien aux entreprises étrangères qu'aux sociétés chinoises, la sécurité juridique qu'elles ne trouvaient pas en Chine continentale, il est certain que si ce mouvement de révolte perdure, les entreprises chinoises cotées à la Bourse de Hong Kong – qui est l'une des plus importantes places financières mondiales – vont être touchées de plein fouet car, comme l'a déclaré le professeur Ming Sing, de l'Université des sciences et technologies de Hong Kong, l'aptitude de l'île «à mobiliser les capitaux pour les entreprises chinoises sera érodée».
En outre, de l'avis de Carrie Lam, la cheffe de l'exécutif local, si la crise politique actuelle perdure, celle-ci pourrait avoir des conséquences pires que celles de 2008 car même si son PIB ne représente plus que 3% de celui de la Chine alors qu'il représentait 18,5% en 1997, l'ancienne colonie britannique conserve, tout de même, une place prépondérante dans l'économie de la Chine en tant que deuxième puissance économique mondiale ; une importance, certes, disproportionnée par rapport à sa taille d'à peine 1.100 km².
D'ailleurs, si l'on en croit Tianley Huang, analyste à l'Institut Peterson d'économie internationale basé à Washington, Pékin a développé dans ce territoire depuis son retour dans le giron chinois, «des intérêts économiques et commerciaux énormes (car) pour assurer sa propre prospérité, la Chine a toujours besoin d'un Hong Kong capitaliste».
Aussi, même si le gouvernement chinois a laissé planer ces derniers temps la menace d'une intervention militaire pour «rétablir l'ordre», rien n'indique qu'il serait prêt à rééditer la tristement célèbre répression de Tian an men du 4 juin 1989 et ce, d'autant plus que les nombreux dirigeants chinois formant ce que l'on appelle «l'aristocratie rouge», détenant d'importants fonds dans les banques hongkongaises et ayant effectué de très gros investissements dans l'immobilier, les entreprises ou le commerce se trouveront dans l'obligation de faire tout ce qu'il faut pour que l'économie de l'île ne s'effondre pas. Y parviendront-ils ? Attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.