Espagne. Les homosexuels marocains accueillis à bras ouverts    Irina Shayk ex Shaykholislamova enflamme les réseaux sociaux    Sept corps rejetés par la mer au large de Tarfaya    BAM: le nombre de billets de banque produit en 2019    Onde de choc dans le secteur de la distribution des produits informatiques et électroniques    Médecine : de nouveaux critères pour entrer en facultés    Covid-19: les cascades d'Akchour interdites aux visiteurs    Cross country : Les championnats du monde juniors de reportés jusqu'en août 2021    Avoirs et liquidités détenus à l'étranger : Le délai des déclarations prorogé au 31 décembre 2020    La fête du Trône célébrée en communion à Sainte Lucie    Liban: le ministre des Affaires étrangères jette l'éponge    «L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières», un beau-livre de l'agence de l'Oriental    Redwan El Asmar lance «Samhili»    Parution de la traduction arabe du livre «Les sept patrons de Marrakech»    Mohamed Benabdelkader: «3000 personnes ont retrouvé la liberté, grâce au recours au procès à distance»    Change: les devises étrangères contre le Dirham marocain    Edito : Les vraies urgences    USA : collision de deux petits avions, sept morts    Botola : le Wydad en tête du classement général    Une femme tente de s'immoler par le feu à l'aéroport de Marrakech    La FRMF remanie le staff de Vahid Halilhodzic    La trop grande emprise des arbitres sur les résultats de la Botola    Reconfiguration des chaînes de valeur mondiales, quelles opportunités pour le Maroc ?    Karima Benyaich : La crise du Covid-19 a renforcé le partenariat stratégique entre le Maroc et l'Espagne    Diagnostic réaliste et solutions éclairées    Ahmed Mohamed Al-Amine Andari : Le discours Royal a présenté des solutions concrètes pour surmonter les répercussions du Covid-19    Cas confirmés, cas graves et décès en nette augmentation    Alzheimer : 21 façons de réduire les risques    Le labour du chameau ou l'effroyable légèreté du gouvernement El Othmani    Abdelaâli Benchekroun : Il est de l'intérêt du Royaume, Etat et société, que les choses changent vers un Maroc de la connaissance, du social et de la lutte contre les inégalités sociales    Baisse des prix dans l'industrie chimique en juin    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    "Black Is King", le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    Le réalisateur de "Midnight Express", Alan Parker n'est plus    La fête du Trône célébrée en communion à Sainte Lucie    Alerte météo : Des averses attendues dans ces régions    Covid-19: Kyrgios annonce son forfait pour l'US Open    183 migrants secourus par les gardes-côtes de la Marine Royale    Aïd Al-Adha: les « collecteurs » des peaux de moutons se plaignent aussi (VIDEO)    Vidéo: La Nasa rassure sur la Mission Mars 2020    Le Discours Royal suscite l'intérêt des hommes politiques européens    La chanteuse yéménite Balqees Fathi chante la vie est belle en dialecte marocain    L'Espagne en récession, le PIB chute de 18,5%    Vidéo: Le Roi, Amir Al-Mouminine, procède au rituel du sacrifice dans le respect des mesures sanitaires préventives contre la Covid-19    Une nouvelle Consule générale de France nommée à Fès    Aïd Al Adha: Grâce Royale pour 752 personnes    Le secteur des fruits rouges a besoin de "reconnaissance et d'encouragement"    Fête du Trône : Grâce Royale au profit de 1.446 personnes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Raconte-moi ton Histoire-Handicap: le courage d'en parler»
Publié dans Albayane le 13 - 09 - 2019

Fatima Lemrini El Ouahabi et Mohamed Hamadi Bekouchi
M'barek Tafsi
Handicap : Oui il faut avoir suffisamment de courage pour en parler dans une société comme la nôtre sans en avoir honte, gêne, peur ou un quelconque sentiment de culpabilité.
Voici le témoignage de Hafid, 58 ans, qui vit avec des séquelles de poliomyélite : «Ma mère, qu'elle repose en paix, avait honte de moi ! Au-delà de son amour pour nous tous et de tout ce qu'elle a fait pour nous éduquer comme il se devait, elle ne pouvait humainement pas accepter mon aspect de jeune handicapé. Inconsciemment, elle m'a fait endurer l'exclusion et la marginalisation tout en me rappelant mon handicap à chaque fois que l'occasion se présentait. J'ai le sentiment qu'elle a toujours cherché à m'éloigner du regard des autres afin de ne pas culpabiliser d'avoir mis au monde un enfant handicapé. Elle m'enfermait à double tour à chaque fois qu'elle recevait du monde, par exemple».
Mais ce qui est encore douloureux c'est que sa propre fille comme sa mère n'admet pas son handicap. «J'ai une voiture adaptée que je conduis moi-même et parfois, j'aime aller la chercher après ses cours. Elle refuse farouchement tellement elle a honte que ses amis ne me voient !».
Présentant mercredi soir cet ouvrage en présence de ses auteurs à l' Institut Royal de la Culture Amazighe (IRCAM) où il est chercheur en sociologie, Mohamed Oubenal a indiqué qu'il s'agit d'un ouvrage dans lequel sont présentés les témoignages d'un ensemble de personnes handicapées ou de leurs parents interviewés. Quelque 25 témoignages y figurent.
Selon lui, c'est un ouvrage captivant. Il n'est ni alourdi par un langage académique parfois ennuyeux, ni encombré par les chiffres dont on ne voit pas toujours l'utilité. C'est le fruit d'un travail de collaboration qui a déjà donné lieu à un précédent ouvrage sur la situation du handicap au Maroc.
Selon les auteurs, le but de cette étude-témoignages est de sensibiliser les pouvoirs publics et la société civile aux spécificités des personnes handicapées, de faire connaitre leurs droits et d'amener les décideurs à revoir leurs stratégies politiques et socio-économiques pour leur garantir une même, pleine et entière citoyenneté que les autres.
Un débat passionnant a sanctionné cette rencontre, au terme de laquelle un cri de cœur a été lancé en direction des décideurs pour tenir compte de la situation spécifique des personnes handicapées et de leurs familles, qui en subissent souvent toutes seules les conséquences.
En attendant, la minorité des personnes handicapées n'ont pas d'autre choix que de rêver de jours meilleurs, sachant que les secteurs de la famille, de la solidarité, de la santé et de l'enseignement où elles peuvent être prises en charge sont malades et qu'ailleurs la situation n'est guère meilleure. Pas d'accessibilités, pas de terrains de jeu et de loisirs adaptés, pas de respect des engagements pris par les décideurs de les employer. Et la liste est très longue.
Dans tous les cas, ce travail remarquable de donner la parole à ceux qui subissent de plein fouet à toutes les secondes les affres de leur handicap, a été hautement apprécié par une assistance avisée, qui a rendu hommage aux coauteurs.
Dr Fatima Lemrini El Ouahabi est médecin ophtalmologiste, membre fondateur de l'Organisation marocaine des Droits de l'Homme (OMDH), membre fondateur et présidente de l'Association marocaine des déficients moteurs (AMDM) qui gère le Centre d'infirmité motrice cérébrale (CIMC) de Rabat. Elle-même présente une déficience motrice à la suite de la poliomyélite depuis l'âge de 8 mois.
Pr Mohamed Hamadi Bekouchi est sociologue et auteur de plusieurs ouvrages ayant résidé durant une quarantaine d'années au Canda, en Suède, au Brésil, en Belgique et en France.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.