Projet de loi de finances /Droits de douane: Les mesures phares    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    Akhannouch juge nécessaire la « mise à niveau » de l'entreprise marocaine    Missing    L'ONMT veut développer le tourisme golfique au Maroc    Le Maroc, un marché émergent alternatif pour les entreprises espagnoles face au Brexit    Les facteurs de vulnérabilité financière pourraient aggraver le prochain ralentissement économique    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Le Onze national décroche haut la main sa qualification au CHAN 2020    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    Météo : De fortes pluies prévues dans certaines régions    Aéroport Marrakech Menara: Arrestation d'un Brésilien en flagrant délit de trafic de cocaïne    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    La justice fait renaître Samir de ses cendres    L'ANCP : « Le ministre de la Santé n'a pas pris cette mesure »    Manifestations au Liban: L'ambassade du Maroc met une ligne téléphonique à disposition des Marocains    Les subventions à la culture ont-elles tué la création?    «Le Sahara est marocain»: il invite l'Algérie et le Maroc à ouvrir leurs frontières    Flexibilité du dirham : la solution de Jouahri en cas de choc externe    «La subvention a pratiquement aidé le secteur»    «Les subventions aux arts plastiques pourraient connaitre un réexamen»    PPS: l'opposition pour l'édification d'une alternative démocratique    «N'assassinez pas le rêve» des étudiants de Boulemane    Faculté de droit d'Agadir: Un acte inadmissible!    Les Botolistes proches de la qualification    Compensation: le PLF 2020 prévoit une dotation de plus de 13 MMDH    CAN 2020 : Les joueurs locaux corrigent l'Algérie    Météo: le temps qu'il fera ce dimanche    Vidéo. Le Maroc lance son premier nanosatelite dans l'espace    Vidéo. Mine d'art de Khouribga: quand les artistes essayent de "passer le relais"    Couverture alimentaire : Le Maroc a atteint « un bon niveau », selon Sadiki    Le Maroc rejoint le Réseau des Autorités de prévention de la corruption    Brexit, politique étrangère… au sommet de Bruxelles    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    Bella Hadid se livre sur son état mental    La Twittoma, ou comment les réseaux sociaux servent la bonne cause    Amar Saâdani : Le Sahara est marocain    Jack Lang : «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar témoigne de l'histoire du Maroc»    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie à guichets fermés    Les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf mise à nu    ITF juniors au Maroc: Le RUC passe le relais au Riad    Syrie: Washington arrache une trêve à Erdogan, en vue de la création d'une « zone de sécurité »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comment le terrorisme se résilie, se régénère, se diversifie et innove
Publié dans Albayane le 13 - 09 - 2019


18 ans après les attentats du World Trade Center
Le terrorisme, sous toutes ses formes, territorialisé ou non, est devenu, depuis le début du vingt-et-unième siècle, avec les attentats du 11 septembre 2001, au centre de la politique mondiale et des Etats, visant à éradiquer le mal à la racine.
Le concept revient dans les discours des politiques et des institutions internationales, l'érigeant par les Etats unis d'Amérique (USA) au rang d'axe du mal à combattre par tous les moyens. Depuis la nébuleuse «Al Qaïda» jusqu'à l'organisation terroriste «Daech», le thème fait le choux gras des médias, des interventions des «experts» en la matière, provoquant une guerre d'images sur les télévisions qui sont constamment lancées dans une course contre la montre en vue de montrer des images de la guerre.
Ainsi, le terrorisme est combattu dans une guerre générale par les canons de l'artillerie, les missiles (terre, mer et air), les bombardements aériens et par les canons de mots. Mais, le phénomène est toujours là. Il se manifeste sous différentes formes et se caractérise par sa capacité de résilience, de régénération, de diversification, d'innovation et d'adaptation. L'ampleur qu'a prise le phénomène a été accompagnée par une évolution du langage employé dans les médias et par les politiques. Ainsi, des termes ont complètement changé de signification, d'autres (Talibans par exemple) sont devenus synonymes ou du moins renvoient directement au terrorisme.
De même, des expressions ont investi le discours médiatique, telles que «cellules dormantes», «loups solitaires», «jihad sexuel», véhiculant à tout bout de champ comment la terreur plane sur le monde, secoue la planète et menace sa stabilité et sa paix. La guerre contre ce mal a coûté cher aux peuples et coûte encore dans les coupes budgétaires qui touchent généralement les volets sociaux dans les nouvelles formules de gouvernance.
Le ton de cette guerre et des lourds moyens qui lui sont réservés a été donné juste après le drame du 11 septembre 2001, sous forme de quatre attentats-suicides perpétrés le même jour aux Etats-Unis, en moins de deux heures, entre 8 h 14mn et 10 h 3mn, par des membres du réseau djihadiste Al-Qaïda, visant des bâtiments symboliques du nord-est du pays et faisant 2 977 morts. Dix-huit ans après, le nombre de victimes n'a pas encore été entièrement identifié, les répercussions du drame n'ont pas été complètement cicatrisées, la peur provoquée n'a pas encore été totalement dissipée, la guerre déclarée contre le fléau serait loin d'être gagnée et l'opinion publique mondiale demeure toujours sur sa faim quant aux informations relatives aux réseaux terroristes, leurs connexions, leurs armements, leurs financements et leurs stratégies terroristes.
Et lorsque cet état de fait se heurte aux théories de complot avancées par plusieurs parties à propos de ces attentats, le débat se relance une fois de plus occupant de nouveau l'opinion publique mondiale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.