SM le Roi appelle à la vigilance, à la solidarité et au respect des mesures sanitaires    Avoirs à l'étranger: le délai des déclarations prorogé    France : Le Premier ministre brandit la menace du reconfinement généralisé    Tous les congés suspendus : Le personnel hospitalier en état d'alerte    Espagne. Les homosexuels marocains accueillis à bras ouverts    Irina Shayk ex Shaykholislamova enflamme les réseaux sociaux    Sept corps rejetés par la mer au large de Tarfaya    BAM: le nombre de billets de banque produit en 2019    Onde de choc dans le secteur de la distribution des produits informatiques et électroniques    Médecine : de nouveaux critères pour entrer en facultés    Covid-19: les cascades d'Akchour interdites aux visiteurs    Cross country : Les championnats du monde juniors de reportés jusqu'en août 2021    La fête du Trône célébrée en communion à Sainte Lucie    Liban: le ministre des Affaires étrangères jette l'éponge    «L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières», un beau-livre de l'agence de l'Oriental    Redwan El Asmar lance «Samhili»    Parution de la traduction arabe du livre «Les sept patrons de Marrakech»    Edito : Les vraies urgences    Mohamed Benabdelkader: «3000 personnes ont retrouvé la liberté, grâce au recours au procès à distance»    Change: les devises étrangères contre le Dirham marocain    USA : collision de deux petits avions, sept morts    Botola : le Wydad en tête du classement général    La trop grande emprise des arbitres sur les résultats de la Botola    Reconfiguration des chaînes de valeur mondiales, quelles opportunités pour le Maroc ?    Omar Hilale : Grâce à la vision clairvoyante de S.M le Roi, le Maroc poursuit son rayonnement à l'ONU    Diagnostic réaliste et solutions éclairées    Karima Benyaich : La crise du Covid-19 a renforcé le partenariat stratégique entre le Maroc et l'Espagne    Abdelaâli Benchekroun : Il est de l'intérêt du Royaume, Etat et société, que les choses changent vers un Maroc de la connaissance, du social et de la lutte contre les inégalités sociales    Cas confirmés, cas graves et décès en nette augmentation    Alzheimer : 21 façons de réduire les risques    Le labour du chameau ou l'effroyable légèreté du gouvernement El Othmani    Baisse des prix dans l'industrie chimique en juin    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    La FRMF remanie le staff de Vahid Halilhodzic    "Black Is King", le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    Le réalisateur de "Midnight Express", Alan Parker n'est plus    La fête du Trône célébrée en communion à Sainte Lucie    Covid-19: Kyrgios annonce son forfait pour l'US Open    183 migrants secourus par les gardes-côtes de la Marine Royale    Aïd Al-Adha: les « collecteurs » des peaux de moutons se plaignent aussi (VIDEO)    Vidéo: La Nasa rassure sur la Mission Mars 2020    La chanteuse yéménite Balqees Fathi chante la vie est belle en dialecte marocain    L'Espagne en récession, le PIB chute de 18,5%    Vidéo: Le Roi, Amir Al-Mouminine, procède au rituel du sacrifice dans le respect des mesures sanitaires préventives contre la Covid-19    Une nouvelle Consule générale de France nommée à Fès    Aïd Al Adha: Grâce Royale pour 752 personnes    Le secteur des fruits rouges a besoin de "reconnaissance et d'encouragement"    Fête du Trône : Grâce Royale au profit de 1.446 personnes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comment le terrorisme se résilie, se régénère, se diversifie et innove
Publié dans Albayane le 13 - 09 - 2019


18 ans après les attentats du World Trade Center
Le terrorisme, sous toutes ses formes, territorialisé ou non, est devenu, depuis le début du vingt-et-unième siècle, avec les attentats du 11 septembre 2001, au centre de la politique mondiale et des Etats, visant à éradiquer le mal à la racine.
Le concept revient dans les discours des politiques et des institutions internationales, l'érigeant par les Etats unis d'Amérique (USA) au rang d'axe du mal à combattre par tous les moyens. Depuis la nébuleuse «Al Qaïda» jusqu'à l'organisation terroriste «Daech», le thème fait le choux gras des médias, des interventions des «experts» en la matière, provoquant une guerre d'images sur les télévisions qui sont constamment lancées dans une course contre la montre en vue de montrer des images de la guerre.
Ainsi, le terrorisme est combattu dans une guerre générale par les canons de l'artillerie, les missiles (terre, mer et air), les bombardements aériens et par les canons de mots. Mais, le phénomène est toujours là. Il se manifeste sous différentes formes et se caractérise par sa capacité de résilience, de régénération, de diversification, d'innovation et d'adaptation. L'ampleur qu'a prise le phénomène a été accompagnée par une évolution du langage employé dans les médias et par les politiques. Ainsi, des termes ont complètement changé de signification, d'autres (Talibans par exemple) sont devenus synonymes ou du moins renvoient directement au terrorisme.
De même, des expressions ont investi le discours médiatique, telles que «cellules dormantes», «loups solitaires», «jihad sexuel», véhiculant à tout bout de champ comment la terreur plane sur le monde, secoue la planète et menace sa stabilité et sa paix. La guerre contre ce mal a coûté cher aux peuples et coûte encore dans les coupes budgétaires qui touchent généralement les volets sociaux dans les nouvelles formules de gouvernance.
Le ton de cette guerre et des lourds moyens qui lui sont réservés a été donné juste après le drame du 11 septembre 2001, sous forme de quatre attentats-suicides perpétrés le même jour aux Etats-Unis, en moins de deux heures, entre 8 h 14mn et 10 h 3mn, par des membres du réseau djihadiste Al-Qaïda, visant des bâtiments symboliques du nord-est du pays et faisant 2 977 morts. Dix-huit ans après, le nombre de victimes n'a pas encore été entièrement identifié, les répercussions du drame n'ont pas été complètement cicatrisées, la peur provoquée n'a pas encore été totalement dissipée, la guerre déclarée contre le fléau serait loin d'être gagnée et l'opinion publique mondiale demeure toujours sur sa faim quant aux informations relatives aux réseaux terroristes, leurs connexions, leurs armements, leurs financements et leurs stratégies terroristes.
Et lorsque cet état de fait se heurte aux théories de complot avancées par plusieurs parties à propos de ces attentats, le débat se relance une fois de plus occupant de nouveau l'opinion publique mondiale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.