Crédit à la consommation: La machine repart, mais...    Voisinage    Elections britanniques: Et c'est parti pour le show…    Le collectif 490 «Hors la loi» obtient le prix Simone de Beauvoir    For Women in Science: Remise des prix ce lundi    Riche bilan pour la FMPS    Expo: La symphonie en bleu de Saâd Hassani    Festival du film de Marrakech: Moins de glamour et plus de cinéma    Un colloque pour débattre du rôle de la darija    Les membres de la Commission Benmoussa nommés par le Roi Mohammed VI    A Bagdad, le campement autogéré de Tahrir est devenu un "mini-Etat"    Abiy Ahmed, Premier ministre pressé de changer l'Ethiopie    Les hooligans ont gâché le spectacle à Khouribga    Divers    Le Raja assure l'essentiel face au MAT    RAM rejoint l'Alliance Oneworld en mars prochain    Robert Redford: Je ressens une grande connexion avec le Maroc
    "Scandale" en tête des nominations pour les SAG Awards
    Prison de Nador: «Le détenu décédé n'a jamais subi de mauvais traitement»    Marrakech, parmi les villes les moins coûteuses au monde    HCP: La pauvreté est l'une des principales sources de la violence conjugale au Maroc    46ème session de l'académie du royaume du Maroc : focus sur la Chine, l'Inde et le Japon    Gestion des catastrophes naturelles: La BM accorde un prêt de 275 M$ au Maroc    Complexe Mohammed VI: Faouzi Lakjaa détaille l'ambition de la FRMF    La police administrative débarque au Bd d'Anfa    Bassin du Congo: Arlette Soudan-Nonault remercie le roi Mohammed VI    JO: Paris-2024 choisit Tahiti pour les épreuves de surf    Samedi à Rabat: 5e session de son Comité central du PPS    Accord de Paris: Bon point pour le Maroc    Ligue des champions : Liverpool au rendez-vous des 8èmes, l'Ajax de Ziyach à la trappe    Revitaliser un arbre emblématique    L'Observatoire Africain pour les migrations se fait attendre    Le roi appelle à l'amélioration de la qualité de vie dans les pays musulmans    Elizabeth II ne compte pas quand il s'agit des cadeaux de Noël    Le Lesotho ne reconnaît plus la pseudo-rasd    La Fédération de rugby minée par une crise sans précédent    Le rappeur 7liwa chante à la prison d'Oukacha    En Algérie, les bureaux de vote ouvrent leurs portes    Moscou va expulser deux diplomates allemands en mesure de représailles    Ses membres, son livrable, sa méthodologie, ses priorités, son mode de fonctionnement… La commission Benmoussa en 10 questions    L'UE octroie 101,7 millions d'euros au Maroc    Le Roi Mohammed VI préside un Conseil des ministres    Complexe Mohammed VI. Visite guidée    BMCE Bank Of Africa lance « Dynamic Currency Conversion »    L'amazighité sans hypocrisie    La Chambre des représentants adopte le PLF-2020 en deuxième lecture    Conférence internationale à El Jadida sur la famille et l'éducation dans le monde arabe    One Piece Stampede, le premier film de la Toei Animation à être diffusé au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise de la Samir: le Front national fournit ses armes
Publié dans Albayane le 03 - 11 - 2019

Nouvel épisode dans le dossier de la Samir. Le Front national pour la sauvegarde de la raffinerie marocaine du pétrole décide de traduire en justice les responsables de la faillite de l'entreprise. Cette décision a été annoncée lors de l'Assemblée générale annuelle qui s'est tenue dans la soirée du jeudi 31 octobre à Mohammedia. Lors de cette rencontre, les membres du secrétariat national ont dénoncé le «parti pris» du gouvernement qui élude toute responsabilité ou encore les déclarations du ministre de l'Energie, des mines et de l'environnement, qui ne font, selon eux, que dérouter les investisseurs et semer la confusion.
Houcine El Yamani, coordinateur du Front national, a ainsi mis en garde l'Exécutif contre les conséquences socio-économiques dramatiques dans l'éventuelle fermeture définitive de la raffinerie. Il faut dire, selon l'intervenant, que la Samir a encore sa place dans le tissu économique du pays et que ce joyau industriel est capable de satisfaire 65% des besoins nationaux en matière d'hydrocarbures. Cela étant, «l'Etat est appelé à clarifier sa position sur ce dossier et à mettre un terme à l'anarchie régissant le marché», a-t-il souligné.
De son côté, Mohamed Ben Moussa, économiste et également membre du Front national, a considéré que la responsabilité de l'Etat est engagée vu qu'il a manqué à ses obligations politiques, notamment en matière de régulation et de contrôle. Autrement dit, l'Etat doit faire preuve d'une volonté ferme afin de trouver une solution efficace et œuvrer à consacrer le principe de la corrélation entre responsabilité et reddition des comptes. A cela s'ajoute également sa responsabilité sociale, celle de préserver le pouvoir d'achat et de soutenir les petites et moyennes entreprises, a-t-il noté en substance.
Afin de faire aboutir leurs revendications, les responsables du Front national ont fait savoir que cette instance sera transformée en association et ce, conformément aux lois en vigueur afin de bénéficier du droit d'accès à la justice et porter plainte contre toutes les personnes ou institutions ayant conduit l'entreprise à la faillite.
Les responsables du Front national ont considéré, en outre, que la loi 104-12 relative à la liberté des prix et de la concurrence n'a fait que consacrer l'hégémonie des cinq grands distributeurs qui s'accaparent plus de 70% du marché et réalisent un profit «non-éthique». Dans ce sens, le Front national prévoit de soumettre un texte de loi au Parlement visant la régulation des prix d'hydrocarbures et les produits pétroliers afin de préserver le pouvoir d'achat dans le cas où il y aurait une flambée des cours du pétrole.
En sus de cela, ils ont déclaré qu'ils s'attèlent actuellement à l'élaboration d'une proposition de loi visant la nationalisation de la Samir et qui sera présentée prochainement aux députés de la nation.
Notons au final que le Front national propose plusieurs solutions pour sauver la raffinerie, à commencer par la mise en place d'un modèle de gestion mixte. C'est-à-dire, la conversion des créances en investissement, notamment celles de l'Etat ou l'option de la nationalisation comme ce fut le cas en Ethiopie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.