Un attaquant marocain débarque au Club Africain    Séance sans relief    Sécurité sanitaire: Des milliers d'opérations de contrôle… et après?    Accès à l'information: Le CNDH prépare l'échéance de mars 2020    Cigarette électronique: Une fiscalité incomplète    Coronavirus : Contrôle sanitaire aux frontières    Festival international des nomades : la 17ème édition aura lieu du 19 au 21 mars à M'hamid El Ghizlane    Manifestations à Gaza contre le plan de paix américain    Insolite : Facturer la question idiote    Les officiels sur place à Laâyoune pour la CAN de futsal    Qualifications africaines aux JO de Tokyo    Divers sportifs    Le Groupe Addoha veut lancer des projets immobiliers au Ghana    Le port d'Essaouira en pleine restructuration    Une étude controversée sur la viande suscite une dispute entre une université texane et Harvard    Divers    Lancement du dispositif territorial intégré de protection de l'enfance    Protection de l'enfance : Le DTIPE est là pour « renforcer » les programmes existants, dixit El Othmani    A Tokyo, la préparation des JO passe aussi par celle des séismes    Billie Eilish, l'icône pop branchée qui réécrit les règles de la célébrité    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Abdellah Ouzitane : Il faut favoriser les recherches portant sur l'universalisme des valeurs et le pluralisme des cultures    Casablanca : Arrestation d'un individu impliqué dans une agression à l'arme blanche    Pour la FIFA, «L'Afrique entre en piste pour rejoindre l'élite»    Une série de revalorisations pour les retraités de CDG Prévoyance    Hausse significative du trafic aérien à l'aéroport de Dakhla    Coronavirus : Le ministère de la santé appelle à la vigilance    Marathon international de Marrakech : Les athlètes marocains survolent la compétition    Dans sa galerie à Rabat : La Banque populaire expose les «Parcours croisés» de Moa et Kim Bennani    Le PPS au parlement    La Mauritanie à l'honneur    Liga: Le Real prend les rênes devant le Barça    Angola: Le scandale Isabel dos Santos…    Algérie : le crash d'un avion militaire fait deux morts    Le Mexique refoule 2.300 Honduriens entrés avec une caravane humaine    Brexit: Ce qui va changer au 1er février    Le RNI à l'écoute des Marocains de l'Afrique subsaharienne    Bruno Le Maire attendu au Maroc le 31 janvier    Le Roi Mohammed VI ordonne le rapatriement des Marocains dans la région de Wuhan    Benchamach recadre sévèrement Ouahbi pour son parallèle douteux entre le référentiel du PJD et la Commanderie des croyants    Relance du crédit aux entreprises : les nouvelles mesures de BAM    LDC Afrique-Coupe de la CAF: Le programme de la dernière journée    Bachir Dkhil : La marocanité du Sahara est irréversible    Les bergers afghans menacés par la sécheresse due au changement climatique    Larache à l'heure du soixantenaire de l'Union Socialiste des Forces Populaires    Présentation du livre "La Déclaration universelle des droits de l'Homme: lectures et éclairages"    Scène culturelle: la guerre des communiqués…    Edito : Triste déballage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Lalla Aïcha» de Mohamed El Badaoui, projeté en avant première au FIFM
Publié dans Albayane le 10 - 12 - 2019

Le public de la 18e édition du FIFM a eu droit à une projection du film Lalla Aïcha du jeune réalisateur, Mohamed El Badaoui.
En effet, le film qui a été projeté en avant première mondiale à la ville ocre est un vibrant hommage aux femmes. Un hommage poignant, surtout à l'endroit de la mère qui mène des luttes acharnées au quotidien dans des conditions dures et complexes. En outre, cette production cinématographique a été tournée dans une plage du Nord marocain, plus précisément à la ville d'Al Hoceïma. «Je voudrais à travers ce film rendre hommage à la femme de ma région, et surtout à toutes les mères du monde. C'est un hommage aussi à la mer et à la beauté de la ville d'Al Hoceïma et ses plages», nous confie le jeune réalisateur dans une interview.
Le film relate l'histoire du couple Aïcha et Aghilas qui gagnait leur vie grâce à la pêche, jusqu'à ce que des dauphins arrivent en nombre dans les eaux côtières, provoquant dans la foulée une grave pénurie de poissons. Ce phénomène bouleversera et renversera leur vie tranquille et paisible.
Par le bais du cinéma, le réalisateur a voulu transmettre la culture cinématographique dans une région assoiffée de l'art sous toutes ses formes et facettes. «La culture a cette capacité de contribuer au développement et au changement des mentalités», a-t-il affirmé. Dans le film, le réalisateur a laissé en revanche l'image et les visages des personnages parler.
Peu de dialogues. Mais, seuls l'écho de la mer, la beauté des plans et des paysages dominent dans le film de bout en bout. Le rythme du film très lourd certes, ce qui laisse sentir l'attente des personnages, la vacuité ontologique qu'ils vivaient. Face à l'homme, il y a toujours la mer où se reflète ses rêves, ses craintes, ses espérances, ses poisses et son avenir parfois incertain et ambigu.
Le film est presque silencieux, mais, autrement dit, la poésie de l'image absorbe la souffrance et les douleurs des personnages. Et puis, sans tomber dans un discours direct et fade, le réalisateur par le bais des scènes puissantes comme celle du suicide ou encore celle du personnage Aghilas face à la mer a abordé un tas de questions comme la migration clandestine, l'intégrisme, la pauvreté…
Au-delà des belles images des paysages et visages, Mohamed El Badaoui film un espace marin où l'amour et l'entraide des personnages donnent une leçon de vie : «la vie vaut la peine d'être vécue». «J'ai misé sur la beauté de l'image et sa poésie, mais aussi sur les personnages qui ont reflété leur réalité leur espérance. Je leur ai donné la parole. Ils ne m'ont pas déçu !», a-t-il fait savoir. Un beau film à voir!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.