Un attaquant marocain débarque au Club Africain    Séance sans relief    Sécurité sanitaire: Des milliers d'opérations de contrôle… et après?    Accès à l'information: Le CNDH prépare l'échéance de mars 2020    Cigarette électronique: Une fiscalité incomplète    Coronavirus : Contrôle sanitaire aux frontières    Festival international des nomades : la 17ème édition aura lieu du 19 au 21 mars à M'hamid El Ghizlane    Manifestations à Gaza contre le plan de paix américain    Insolite : Facturer la question idiote    Les officiels sur place à Laâyoune pour la CAN de futsal    Qualifications africaines aux JO de Tokyo    Divers sportifs    Le Groupe Addoha veut lancer des projets immobiliers au Ghana    Le port d'Essaouira en pleine restructuration    Une étude controversée sur la viande suscite une dispute entre une université texane et Harvard    Divers    Lancement du dispositif territorial intégré de protection de l'enfance    Protection de l'enfance : Le DTIPE est là pour « renforcer » les programmes existants, dixit El Othmani    A Tokyo, la préparation des JO passe aussi par celle des séismes    Billie Eilish, l'icône pop branchée qui réécrit les règles de la célébrité    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Abdellah Ouzitane : Il faut favoriser les recherches portant sur l'universalisme des valeurs et le pluralisme des cultures    Casablanca : Arrestation d'un individu impliqué dans une agression à l'arme blanche    Pour la FIFA, «L'Afrique entre en piste pour rejoindre l'élite»    Une série de revalorisations pour les retraités de CDG Prévoyance    Hausse significative du trafic aérien à l'aéroport de Dakhla    Coronavirus : Le ministère de la santé appelle à la vigilance    Marathon international de Marrakech : Les athlètes marocains survolent la compétition    Dans sa galerie à Rabat : La Banque populaire expose les «Parcours croisés» de Moa et Kim Bennani    Le PPS au parlement    La Mauritanie à l'honneur    Liga: Le Real prend les rênes devant le Barça    Angola: Le scandale Isabel dos Santos…    Algérie : le crash d'un avion militaire fait deux morts    Le Mexique refoule 2.300 Honduriens entrés avec une caravane humaine    Brexit: Ce qui va changer au 1er février    Le RNI à l'écoute des Marocains de l'Afrique subsaharienne    Bruno Le Maire attendu au Maroc le 31 janvier    Le Roi Mohammed VI ordonne le rapatriement des Marocains dans la région de Wuhan    Benchamach recadre sévèrement Ouahbi pour son parallèle douteux entre le référentiel du PJD et la Commanderie des croyants    Relance du crédit aux entreprises : les nouvelles mesures de BAM    LDC Afrique-Coupe de la CAF: Le programme de la dernière journée    Bachir Dkhil : La marocanité du Sahara est irréversible    Les bergers afghans menacés par la sécheresse due au changement climatique    Larache à l'heure du soixantenaire de l'Union Socialiste des Forces Populaires    Présentation du livre "La Déclaration universelle des droits de l'Homme: lectures et éclairages"    Scène culturelle: la guerre des communiqués…    Edito : Triste déballage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La coordination «Akal» dénonce le laxisme des autorités
Publié dans Albayane le 10 - 12 - 2019

Ils sont venus par centaines, dimanche 8 décembre à Casablanca, pour dénoncer l'expropriation de leurs terres et le laxisme des autorités face à ce qu'il qualifie de «mafias du pâturage».
La marche à laquelle ont pris part les représentants des associations de la société civile et des droits de l'Homme de la région de Souss, du Grand Atlas ou encore des militants du mouvement amazigh, entre autre, a été Initiée par la coordination Akal (terre) pour la défense du droit de la population à la terre et à la richesse.
Avec une forte présence des forces de l'ordre, les manifestants se sont ainsi donné rendez-vous à la place des nations-unies d'où la marche a démarré à destination de la place Ennasr en déployant une grande banderole où peut-on lire en substance «L'expropriation des terres et la mafia du pâturage constituent une consécration des politiques de marginalisation…».
Les manifestants ont également brandi des pancartes appelant l'Etat à intervenir pour garantir leur défense et leur sécurité. En fait, pour eux, les autorités ont failli à leur véritable mission, celle d'assurer la sécurité des citoyens et de leurs biens, « condition sine qua non de l'Etat de Droit », ont-ils scandé.
D'autres, ont tiré à boulets rouges sur les médias publics, tout en s'interrogeant sur leur les raisons de désintérêt et leur manque de professionnalisme. Ces médias n'ont pas trouver mieux que de faire un trait sur ce mouvement et les problèmes qu'il soulève.
Les protestataires se considérant victimes d'exploitations du «pâturage injuste», et d'actes de sabotages menés par des nomades, notamment dans les provinces de Tiznit, Chtouka-Aït Baha, Taroudant, Tata, ont ainsi appelé l'Etat à traduire les coupables en justice et à faire régner l'ordre au lieu de faire prévaloir «une situation de non-droit».
Selon le porte-parole de la coordination, Hamou Hasnaoui, les actes de sabotages perpétrés à l'égard de la population locale ne sont pas effectués seulement par les nomades, dont certains parmi eux font preuve de respect des règles de pâturages, mais ils sont l'œuvre des milices armés et agressives qui fait parfois des blessés, voire même des morts parmi les populations locales, a-t-il déclaré aux médias.
Sur un autre registre, les protestataires ont scandé haut et fort des slogans revendiquant l'abrogation de la loi 113.13 portant sur la transhumance pastorale, la gestion et l'aménagement des espaces pastoraux tout en dénonçant la politique de l'Etat en matière de l'expropriation des propriétés privées sous prétexte d'utilité publique ou de la délimitation de l'espace forestier au détriment des intérêts vitaux des citoyens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.