Crowdfunding: Le mode opératoire    arrestation d'un individu impliqué dans une grande opération d'escroquerie à Casablanca    CGEM : Le futur patron fait le point sur son programme    S.M le Roi lance la réalisation d'une Cité des arts et de la culture et inaugure un complexe intégré de l'artisanat    Les réformes politiques et la résilience du tourisme devraient stimuler la reprise de la croissance du Maroc    Un consortium maroco-français va construire une centrale solaire de 120 MWp à Gafsa en Tunisie    Des milliers de binationaux en plus    Le Maroc exprime son profond étonnement quant à son exclusion de la conférence sur la Libye    Liga : Le Real prend provisoirement les commandes    Premier League : City cale déjà, Chelsea surpris par Newcastle    Le Sept national se qualifie au deuxième tour de la CAN de handball    La prestation de Hakim Ziyech avant qu'il se blesse    Adda M'Rabbih, rescapé des bagnes du Polisario et fondateur du Mouvement du 5 Mars à Rabouni    Amir Al-Mouminine remet le Prix Mohammed VI aux majors du Programme de lutte contre l'analphabétisme organisé dans les mosquées    L'œuf n'est pas mauvais pour la santé    Masterclass sur "la VATS lobectomy" au profit de 12 spécialistes de la chirurgie thoracique    Un nouveau centre de la Fondation Ali Zaoua voit le jour à Fès    Signature à Pékin de deux accords de coopération entre la FNMM et le Musée national de Chine    Mohamed Marouazi : Mes ambitions vont plus loin que d'être un acteurc    Forum stratégique maroco-égyptien : les participants saluent l'ouverture de consulats dans les provinces du sud    Entretien téléphonique entre le roi et le président français    Marrakech : 3 individus sous les verrous pour vente illégale de contraceptifs prohibés    L'ambassadeur Omar Hilale reçu par le président du Togo    Mise en échec d'une tentative d'assaut collectif de clandestins subsahariens contre le préside occupé de Sebta    La Vision Royale d'un développement durable et intégré du monde rural    Le grand rendez-vous!    Fonction publique : Plus de 240 000 postes créés en 10 ans    Le président du Togo reçoit l'ambassadeur Omar Hilale    Moscou à la veille de réformes constitutionnelles…    Abyaba promet la réhabilitation des sites historiques de Safi    Au Liban, les heurts entre manifestants et forces de l'ordre font près de 400 blessés    Le rallye "Africa Eco Race" arrive au Sénégal    Secousse tellurique de magnitude 3,0 dans la province de Nador    Bachikh, des rituels pour implorer la fertilité lors du début de la campagne agricole    Mon berbère à moi    Latifa Serghini livre le récit de vie Jilali Gharbaoui    Le Roi reçoit un appel téléphonique d'Emmanuel Macron    Yémen : au moins 70 soldats de l'armée tués dans une attaque attribuée aux houthistes    Le temps qu'il fera ce dimanche    Hamza mon bb : Soukaina Glamour comparaîtra devant le tribunal le 23 janvier    Voici les points du communiqué du ministère des Affaires étrangères au sujet de la conférence de Berlin sur la Libye    Le président du RAJA Jawad Ziyat: La Coupe Arabe est un grand objectif pour nous    Programme des principaux matchs du dimanche 19 janvier    Sabah Zidani fait son retour dans les bacs et dévoile sa nouvelle chanson    Soirée captivante du musicien Abdelouahab Doukkali au festival d'hiver de Tantora    La ministre espagnole des AE attendue le 24 janvier au Maroc    Sud du Maroc : Le Gabon et la Guinée ouvrent à leur tour un consulat    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec le ministre grec des Affaires étrangères    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





PLF2020: L'article de la discorde
Publié dans Albayane le 13 - 12 - 2019

Le débat constitutionnel, juridique et politique, suscité par l'article 9 de la Loi de finances 2020, se poursuit et continue de faire couler beaucoup d'encore, de provoquer des réactions, de susciter des polémiques et de mettre à rude épreuve la coalition gouvernementale.
Celle-ci, qui devait en principe défendre son projet, s'est divisée autour de l'article en question dans le circuit législatif. A ce propos, l'abstention des conseillers du parti de justice et de développement (PJD), lors du vote de la loi au niveau de la deuxième chambre, est politiquement très significative quant à la nature de la majorité, à son fonctionnement et à sa gouvernance.
C'est ainsi que le pouvoir législatif et le pouvoir exécutif se sont retrouvés sous les feux de la critique. Comment une coalition gouvernementale propose une loi, la valide au niveau de son Exécutif et ne parvient pas à convaincre ses parlementaires pour la voter au sein de l'Hémicycle? Comment parviendra-t-elle alors à convaincre l'opinion publique de la justesse de cette disposition ? Surtout que «le troisième pouvoir», directement concerné par cette loi, la justice, est entré sur la ligne des débats. Une première. D'ailleurs, les avocats, dont des anciens bâtonniers, ont vivement réagi, pointant du doigt cette disposition qui ne cadre pas avec l'esprit de la Constitution.
Les magistrats, à travers leur association, «le Club des magistrats du Maroc», sont également montés au créneau pour dénoncer le contenu de cet article. Les deux catégories professionnelles y voient une atteinte à l'image de la justice et à son indépendance par rapport aux pouvoirs législatif et exécutif. De plus, l'inconstitutionnalité de la disposition en question est soulevée puisqu'elle va à l'encontre de l'article 126 de la Loi fondamentale qui stipule que «les jugements définitifs s'imposent à tous. Les autorités publiques doivent apporter l'assistance nécessaire lorsque celle-ci est requise pendant le procès. Elles sont également tenues de prêter leur assistance à l'exécution des jugements».
De même, l'article 9 de la Loi de finances 2020 n'est plus dans l'esprit de la constitution puisqu'il ne cadre pas avec l'article 6 qui stipule que «La loi est l'expression suprême de la volonté de la Nation. Tous, personnes physiques ou morales, y compris les pouvoirs publics, sont égaux devant elle et tenus de s'y soumettre. Les pouvoirs publics œuvrent à la création des conditions permettant de généraliser l'effectivité de la liberté et de l'égalité des citoyennes et des citoyens, ainsi que de leur participation à la vie politique, économique, culturelle et sociale.
Sont affirmés les principes de constitutionnalité, de hiérarchie et d'obligation de publication des normes juridiques.
La loi ne peut avoir d'effet rétroactif». Dans ce sillage, l'argument mis en avant par le gouvernement en vue de faire passer l'article 9, à savoir le principe de la continuité du service public et la nécessité de la préservation des équilibres budgétaires, est également remis en cause. Sur ce point l'article 154 de la Constitution est on ne peut plus clair :. «Les services publics sont organisés sur la base de l'égal accès des citoyennes et des citoyens, de la couverture équitable du territoire national et de la continuité des prestations rendues. Ils sont soumis aux normes de qualité, de transparence, de reddition des comptes et de responsabilité, et sont régis par les principes et valeurs démocratiques consacrés par la Constitution».
Cet article 9 de la Loi de finances 2020 est également critiqué au niveau de la forme puisqu'il ne cadre pas avec la loi organique des finances. Celle-ci stipule dans son article premier que «la Loi de finances détermine, pour chaque année budgétaire, la nature, le montant et l'affectation de l'ensemble des ressources et des charges de l'Etat, ainsi que l'équilibre budgétaire et financier qui en résulte.
Elle tient compte de la conjoncture économique et sociale qui prévaut au moment de sa préparation, ainsi que des objectifs et des résultats des programmes qu'elle détermine». En fait, les juristes ne cessent d'invoquer l'inconstitutionnalité de la disposition en question. Après le circuit législatif au niveau de l'Hémicycle, la balle sera renvoyée dans le camp de la cour constitutionnelle. En 2017, une disposition similaire était contenue dans le PLF 2017. Il s'agissait de l'article 8bis qui concernait les collectivités locales.
A cette époque, l'article en question, proposé par le PJD, a fini pas être rejeté au niveau de la deuxième chambre. Pour s'en sortir, l'Exécutif avait mis en place une commission pour résoudre le problème sans recourir à la loi de finances. Mais, les propositions de ladite commission n'ont pas trouvé le chemin de la concrétisation. En attendant une formule de réforme, le gouvernement a amendé l'article 9. L'amendement stipule que «les créanciers porteurs de titres ou de jugements exécutoires à l'encontre de l'Etat ne peuvent se pourvoir en paiement que devant les services ordonnateurs de l'administration publique concernée.
Lorsqu'une décision de justice définitive passée en force de chose jugée condamne l'Etat au paiement d'une somme déterminée, cette somme doit être ordonnancée dans un délai de soixante (60) jours à compter de la date de notification de ladite décision judiciaire dans la limite des crédits ouverts au budget.
Les ordonnateurs sont tenus d'inscrire les crédits nécessaires pour l'exécution des jugements dans la limite des possibilités de leurs budgets. Si la dépense est imputée sur des crédits qui se révèlent insuffisants, l'exécution des jugements est faite dès lors par voie d'ordonnancement de la somme concernée, à hauteur des crédits budgétaires disponibles, à charge pour l'ordonnateur de prendre toutes les dispositions pour mettre en place les crédits nécessaires au paiement de la somme restant due sur les budgets des années suivantes.
Les biens et les fonds de l'Etat ne peuvent, toutefois, faire l'objet de saisie à cette fin». Et cette dernière phrase clôt le dossier et continue de susciter des débats et des polémiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.