Devises vs Dirham: les cours de change de ce mercredi 2 décembre    L'international marocain Mohamed Abarhoun n'est plus    Officiel : L'Assemblée Générale du Raja est fixée au 21 décembre 2020    LDC: le Real Madrid s'incline face au Shakhtar Donetsk (VIDEO)    Coopération au Développement maroco-allemande: Le Maroc bénéficie d'une enveloppe de 1,387 milliard d'euros    Addoha : Forte baisse du CA à fin septembre    SM le Roi appuie le droit du peuple palestinien à établir un Etat indépendant    L'américain BayBridgeDigital à la recherche de 150 profils en CDI au Maroc    Régularisation fiscale : les promoteurs immobiliers arrachent un accord avec le Fisc    Dialogue inter-libyen à Tanger: Le Haut Conseil de l'Etat libyen satisfait des résultats    Covid-19 : soins à domicile, bonne alternative ou danger ?    Evolution du coronavirus au Maroc : 3508 nouveaux cas, 359.844 au total, mardi 1er décembre à 18 heures    Loi sur le blanchiment d'argent : les députés se penchent sur la réforme proposée par le gouvernement    Maroc-UE : Nasser Bourita invite les Européens à aller vers le « more for more »    Emploi. Le handicap n'est pas une fatalité    Jennifer Lopez complètement nue    La réalisatrice Sofia Alaoui sélectionnée aux César 2021    « Qendil ». Le nouveau single rock de Ayoub Hattab    Ikken: World Ptx Summit, un véritable carrefour pour la communauté des hydrogènes verts    Paris: la Tour Eiffel rouvrira à cette date    L'Opinion : Maquiller l'échec par l'intox    Une association appelle à la gratuité du vaccin anti-Covid    Phase II : Lancement de l'accompagnement psychiatrique pour les enfants bénéficiaires de la Grâce Royale    L'Observatoire marocain de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme dénonce l' agression perpétrée par les nervis du Polisario contre la manifestation pacifique des Marocains à Paris    Driss Lachguar : Pour les Marocains, la cause palestinienne compte tout autant que la cause nationale    Nouveau revers pour Donald Trump    Oujda : La culture et l'art, créneaux de développement    El Otmani met en évidence l'élan de développement    L'Union européenne verse 8,5 milliards d'euros pour en soutien aux programmes de chômage partiel    Algérie: trois ans de prison requis contre Karim Tabbou    Mission française au Maroc: le masque désormais obligatoire dès le CP    Les outils d'échanges et la passion de la lecture    2è festival Al-Mahsar pour la culture et le patrimoine hassanis    «Mohamed Choukri... Tanger et les écrivains étrangers»    Le FUS s'appuiera sur la jeunesse    Le Youssoufia Berrechid, les prémices d'une saison prometteuse    Ouaddar, Boukaa, Ahrach et Colman représenteront le Maroc    BAM: vers une nouvelle baisse du taux directeur ?    Les objectifs (très ambitieux) d'Ait Taleb pour 2021    Le chef du gouvernement espagnol attendu à Rabat    Message du roi Mohammed VI au président roumain    Qualifications CAN U20: Ce ne sera pas facile pour l'équipe nationale !    Supercoupe de la CAF : La RSB cherche à jouer au Qatar !    L'Espagne défend la centralité de l'ONU dans le règlement de la question du Sahara    Covid-19: l'OMS a fait une promesse    L'OCI réaffirme son attachement à l'accord de Skhirat comme base à toute solution définitive en Libye    Coup d' envoi du Salon du Maroc des arts plastiques à Fès    Outat Al Haj: décès du camarade Mohamed Idrisi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une année blanche!
Publié dans Albayane le 02 - 01 - 2020

A plusieurs titres, l'année 2019 qui s'achève aura été, sur le plan social, une année blanche ! Une année d'impasse ! Mais pas que, elle aura été aussi une année de recul!
Alors qu'on clôturait l'année 2018 sous de bons auspices, avec l'Adoption à Marrakech du Pacte mondial pour des migrations sûres et ordonnées, 2019 n'aura malheureusement pas été l'année de l'action qu'on avait souhaitée en matière de gouvernance et de gestion du fait migratoire. Après l'adoption de ce pacte, aucun dispositif n'a été mis en place pour concrétiser les 23 objectifs du Pacte. La preuve en est que, jusqu'à l'heure actuelle, l'Observatoire africain des migrations qui reste la plaque tournante pour une meilleure gouvernance de la migration sur le continent n'a pu encore voir le jour et aucune date pour son lancement n'a toujours été précisée. Bien plus, au niveau national, la gestion migratoire en 2019 a sombré dans l'impasse.
«Un an après l'adoption du pacte censé améliorer la gouvernance de la migration au niveau mondial, rien de concret n'a toujours été fait», estimait Boubkeur Largou, dans une déclaration à Al Bayane à l'occasion de la journée mondiale des migrants. Pour le président de l'Organisation marocaine des droits humains (OMDH), si le Maroc a abrité la conférence qui a vu la signature de ce texte «historique», il est encore à la case départ en matière d'application du pacte, puisque l'adoption de la loi sur l'asile et l'immigration, censé favoriser l'application de ce pacte au royaume, tarde depuis quatre ans.
Même son de cloche concernant les droits des femmes. L'année 2019 aura connu des reculs en la matière, expliquait pour sa part encore Aicha Lablaq, membre du Bureau Politique du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) et députée. La raison : le retard dans la mise en place de l'Autorité pour la parité et la lutte contre toutes les formes de discrimination (APALD), malgré l'existence de la loi n°79-14 adoptée en 2017. Une institution qui devrait consacrer et faire valoir les valeurs de l'équité, de la parité et de la non discrimination au Maroc et qui n'a toujours pas pu voir le jour en 2019.
En matière des droits de l'enfant, même constat ! Si le Maroc est l'un des premiers pays signataires de la Convention internationale des droits de l'enfant (CIDE), ce n'est pas pour autant que tous les droits des enfants marocains sont garantis. En trente ans d'application de cette convention, force est de constater encore que le phénomène du mariage des enfants a encore pignon sur rue au Maroc. Un rapport du Conseil économique, social et environnemental (CESE) publié en 2019, a ainsi révélé que 32 104 demandes de mariages d'enfants ont été enregistrées au Maroc en 2018 ! Une véritable atteinte aux droits de l'enfant, avec la complicité de la société!
Il en découle qu'en matière de promotion des droits des catégories vulnérables, des efforts sont à fournir pour cette nouvelle année. Mais c'est sans oublier le secteur de l'éducation nationale, qui ne cesse d'être épinglé d'année en année dans les rapports nationaux et internationaux. Et dont la réforme est aujourd'hui plus qu'urgente!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.