Partenariat Maroc-UE : un bilan remarquable sous le signe de la solidarité et le renouveau    Internet : Maroc Telecom s'explique sur les raisons de la baisse du débit    Des responsables palestiniens saluent le soutien constant de SM le Roi aux établissements éducatifs en Palestine    Selon une nouvelle note secrète de la CIA, une guerre des clans mine le régime algérien et conduira à son effondrement    Les États-Unis briguent un siège au Conseil des droits de l'homme de l'ONU    CAN U20 Mauritanie : Un derby maroco-tunisien en quart de finale    Nouvelle publication : Tibu Maroc documente son programme «Intilaqa»    Le ministre égyptien des Sports s'entretient avec Bouchra Hajij, présidente de la Confédération africaine de volleyball    Alerte météo : de fortes averses orageuses et des chutes de neige du jeudi au samedi    «Madrasstna Fdarna» une campagne de solidarité signée L'Heure Joyeuse    Maintien du groupe parlementaire pour le patronat    Le fiduciarisme face au sécularisme    Amnesty International dénonce une «stratégie délibérée» pour «écraser la dissidence»    L'économie nationale renoue avec la croissance en 2021    La classe politique évoque « un non-événement »    Algérie : Le Hirak exprime l'exaspération d'une population qui étouffe, selon le Monde    RCI Finance Maroc: baisse de 23,6% de la production en 2020    2 MMDH pour le renforcement de l'alimentation électrique    Hausse des prix de l'huile : Lesieur Cristal réagit    Le football féminin et africain au menu de la visite de Gianni Infantino au Maroc    Mission réussie pour le Wydad, Al Ahly tombe    Invaincu 527 minutes, Bounou rentre dans la légende du FC Séville    Le Bayern pille La Lazio, Giroud torpille l'Atlético, Ziyech sur le banc    La Fondation Attijariwafa bank dresse son bilan 2020    Fidèles à leur vision progressiste : Aston Martin et Girard Perregaux élaborent des garde-temps inédits    Les taux de guérison sont très importants    Les amoureux de la langue de Cervantès persistent et signent    Un pari réussi en temps de pandémie !    L'Institut français de Tanger-Tétouan reprend ses activités    L'Europe doit se défaire de la logique du professeur et de l'élève dans sa relation avec le voisinage sud, déclare Nasser Bourita    Centrale Danone : une vingtaine de nouveaux produits "fortifiés"    Retrait de la liste grise de l'UE : quelles conséquences pour le Maroc ?    La BVC démarre en baisse    Linda Thomas-Greenfield confirmée comme ambassadrice des États-Unis à l'ONU    Campagne de vaccination : le Maroc reçoit 1 million de doses de vaccins supplémentaire cet après-midi    La centrale solaire de Noor Ouarzazate permet d'éviter l'émission de près d'un million de tonnes par an de gaz à effet de serre    Tanger : avortement d'une tentative de trafic international de drogue, 680 kg de chira saisis    Nasser Bourita s'entretient avec Arancha Gonzalez Laya    Les Etats-Unis persistent et signent    Coupe de la CAF: Des adversaires jouables pour le Raja et la RSB    Brahim El Guabli: Nous devons prendre compte de toutes les expressions des réalités linguistiques de nos étudiants et de nos sociétés    Lancement de l'action citoyenne "Une Bibliothèque/Une Famille"    Woody Allen: "Allen v. Farrow" est une entreprise de démolition, truffée de contre-vérités    Le Maroc green listed de plein droit    Australie : l'ex-ambassadeur au Maroc décorée du Wissam Alaouite    Parution d'un guide des peintures et gravures rupestres    Béni Mellal-Khénifra : Naissance d'un nouveau club du dialogue et de la coexistence    Azoulay s'exprime sur la nouvelle marche marocaine de l'école de la diversité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une année blanche!
Publié dans Albayane le 02 - 01 - 2020

A plusieurs titres, l'année 2019 qui s'achève aura été, sur le plan social, une année blanche ! Une année d'impasse ! Mais pas que, elle aura été aussi une année de recul!
Alors qu'on clôturait l'année 2018 sous de bons auspices, avec l'Adoption à Marrakech du Pacte mondial pour des migrations sûres et ordonnées, 2019 n'aura malheureusement pas été l'année de l'action qu'on avait souhaitée en matière de gouvernance et de gestion du fait migratoire. Après l'adoption de ce pacte, aucun dispositif n'a été mis en place pour concrétiser les 23 objectifs du Pacte. La preuve en est que, jusqu'à l'heure actuelle, l'Observatoire africain des migrations qui reste la plaque tournante pour une meilleure gouvernance de la migration sur le continent n'a pu encore voir le jour et aucune date pour son lancement n'a toujours été précisée. Bien plus, au niveau national, la gestion migratoire en 2019 a sombré dans l'impasse.
«Un an après l'adoption du pacte censé améliorer la gouvernance de la migration au niveau mondial, rien de concret n'a toujours été fait», estimait Boubkeur Largou, dans une déclaration à Al Bayane à l'occasion de la journée mondiale des migrants. Pour le président de l'Organisation marocaine des droits humains (OMDH), si le Maroc a abrité la conférence qui a vu la signature de ce texte «historique», il est encore à la case départ en matière d'application du pacte, puisque l'adoption de la loi sur l'asile et l'immigration, censé favoriser l'application de ce pacte au royaume, tarde depuis quatre ans.
Même son de cloche concernant les droits des femmes. L'année 2019 aura connu des reculs en la matière, expliquait pour sa part encore Aicha Lablaq, membre du Bureau Politique du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) et députée. La raison : le retard dans la mise en place de l'Autorité pour la parité et la lutte contre toutes les formes de discrimination (APALD), malgré l'existence de la loi n°79-14 adoptée en 2017. Une institution qui devrait consacrer et faire valoir les valeurs de l'équité, de la parité et de la non discrimination au Maroc et qui n'a toujours pas pu voir le jour en 2019.
En matière des droits de l'enfant, même constat ! Si le Maroc est l'un des premiers pays signataires de la Convention internationale des droits de l'enfant (CIDE), ce n'est pas pour autant que tous les droits des enfants marocains sont garantis. En trente ans d'application de cette convention, force est de constater encore que le phénomène du mariage des enfants a encore pignon sur rue au Maroc. Un rapport du Conseil économique, social et environnemental (CESE) publié en 2019, a ainsi révélé que 32 104 demandes de mariages d'enfants ont été enregistrées au Maroc en 2018 ! Une véritable atteinte aux droits de l'enfant, avec la complicité de la société!
Il en découle qu'en matière de promotion des droits des catégories vulnérables, des efforts sont à fournir pour cette nouvelle année. Mais c'est sans oublier le secteur de l'éducation nationale, qui ne cesse d'être épinglé d'année en année dans les rapports nationaux et internationaux. Et dont la réforme est aujourd'hui plus qu'urgente!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.