Clasico: la victoire du Real face au Barça en vidéo    Nador: des candidats à l'immigration clandestine déposent une plainte pour escroquerie    Covid-19: la France bat un nouveau record de contaminations    Météo: le temps prévu ce dimanche au Maroc    Covid-19: Mohamed Melihi admis en soins intensifs    Israël-Soudan. Le troisième accord de paix est dans la boîte    L'ONMT s'engage à renforcer le déploiement de Ryanair au Maroc    Inscription exceptionnelle du 2 au 4 novembre aux CPGE    Turquie-France. Erdogan pète les plombs    Inauguration à Rabat de l'ambassade de la République de Zambie au Maroc    Sanction des camions marocains en Espagne : le Maroc contre-attaque    Evolution du Coronavirus au Maroc : 4045 nouveaux cas, 194.461 au total, samedi 24 octobre à 18 heures    Mobilité internationale des étudiants marocains (1/5) : la destination France reste la plus prisée    Le wali Ahmidouch invite les entreprises privées de Casablanca à mettre en place et généraliser le télétravail    Algérie: le président Tebboune entre en confinement volontaire    Beyrouth : Mission accomplie pour l'Hôpital de campagne marocain (vidéo)    Le Maroc rejoint la coalition internationale pour le renforcement de l'autonomisation économique des femmes    Le message du roi Mohammed VI au président zambien    Les figurants du film "L7asla" réclament «leur dû», Sonia Terrab répond    Ahmed Rhassane El Adib : " la crise du coronavirus a provoqué une prise de conscience de l'importance des services d'urgence"    Namibie : Des milliers de bébés otaries retrouvés morts (vidéo)    Sahara marocain : le Burundi réaffirme son soutien à la solution politique.    Tanger: deux jeunes frères reçus par la DGSN (PHOTO)    Destination Maroc: Le deal ONMT et Ryanair    Islamisme en France: les éclairages de Pascal Boniface, fondateur et directeur de l'IRIS [Vidéo]    Maroc : voici le calendrier des jours fériés 2020-2021    LDC: retour sur l'élimination du Wydad (VIDEO)    LDC: Brahim Nekkach s'exprime après l'élimination du WAC    Sous le signe du Covid 19, la 9ème édition du festival de l'Astronomie lancée    Khaoula El Filahi, ou le long voyage d' une jeune passionnée de lecture    Un autre pays arabe va normaliser ses relations avec Israël    Une édition numérique pour le Festival maghrébin du film d'Oujda    Le documentaire "Al Hasla " vivement dénoncé par le tissu associatif de Hay Mohammadi    Trump attaque Biden sur les affaires de son fils, sans ébranler son rival    La FNM enrichit son capital culturel    Affaire CNSS : peine confirmée pour Rafik Haddaoui, Abdelmoghit Slimani acquitté    Transport aérien : Ryanair reprend ses vols sur le Maroc cet hiver    Les grosses écuries au rendez-vous de la première journée    La Renaissance sportive de Berkane aux portes de l'histoire    Le Real Madrid de pire en pire avant le clasico    Jean-Michel Blanquer estime que "l'islamo-gauchisme fait des ravages"    Sahara marocain : les pays des Caraïbes soutiennent l'initiative d'autonomie et le processus politique    Un artiste hors du temps et des canons    Ligue des Champions : Le match Raja de Casablanca-Zamalek reporté au 1er novembre    Maroc-Espagne : pour la mise en œuvre effective du partenariat stratégique global    Un 7ème pays africain ouvre son consulat à Dakhla    Rabat: le roi Mohammed VI a présidé une séance de travail    Omnisports : Courrier du Nord-Est    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A Meknès, des professionnels du tourisme pointent du doigt sur les maux du secteur
Publié dans Albayane le 20 - 01 - 2020

Le secteur du tourisme à la cité impériale de Meknès, patrimoine mondial de l'UNESCO, vit entre vents et marées. En effet, la ville est connue certes par sa diversité culturelle, patrimoniale, naturelle et historique, mais la roue de l'activité à du mal à tourner.
Ainsi, pour faire rayonner le tourisme dans la ville et ses alentours, le conseil préfectoral du Tourisme de Meknès a organisé un week-end presse sous le thème «Media Impact Days» du 17 au 19 Janvier 2020 auquel ont pris part des représentants des médias nationaux d'ici et d'ailleurs. En outre, la Cité aux 100 minarets et aux 70 portes fait face aujourd'hui à des défis énormes entre autres l'absence d'une volonté politique pour faire booster le secteur ainsi que l'insuffisance des infrastructures et de l'offre touristique. A cela s'ajoute bien entendu la fermeture du Mausolée de Moulay Ismaïl et l'augmentation des tarifs de visite des sites et monuments historiques et patrimoniaux pour les touristes étrangers.
«On s'est réjouit quand le Mausolée de Moulay Ismaïl a été fermé pour la rénovation. On sait qu'il a été rénové d'une façon très scientifique et très honorable, mais on a attend toujours son ouverture qui ne dépend pas des autorités locales ou des professionnels du tourisme parce qu'il y a d'autres intervenants qui vont décider la date de son ouverture», nous confie le président du Conseil préfectoral du tourisme Meknès, Adil Terrab.
Pour ce qui est de la hausse des prix des tarifs de visite des monuments historique, a-t-il fait savoir, il faut rappeler que le secteur du tourisme est un secteur transversal parce que quand du jour au lendemain on adresse une note du Ministère de la Culture pour augmenter les prix des tarifs deux ou trois fois sans se concerter avec les professionnels du métier pourrait avoir un impact négatif sur le domaine, a-t-il expliqué. «On ne peut pas parler tourisme comme ça, on ne peut pas raisonner d'une telle manière et dire qu'on est un pays touristique», a-t-il ajouté.
Selon lui, la ville de Meknès a enregistré un million de visiteurs en 2018. Avec la hausse, c'est quand même 50 millions de DH d'augmentation de plus de recettes du ministère du la culture, a-t-il indiqué. Toujours dans le même ordre d'idées, dit-il, il faut qu'il y ait un service à coté de cette augmentation dans les sites.
«C'est inadmissible de tripler les prix avec cet état de santé du secteur des monuments. La ville de Meknès est dotée de 4 monuments à visiter : la prison des chrétiens, Médrassa Bou Inania, le site archéologique de volubilis et tant d'autres. Or, les tours opérateurs ne programment qu'un seul monument alors qu'ils programmaient 4 auparavant. C'est une perte !», déplore-t-il.
Ainsi, les statistiques et les indicateurs de l'offre touristique de la ville démontrent la faiblesse des infrastructures et d'établissements d'hébergements touristiques classés. Au total, ce sont seulement 78 unités, 4105 lits, 7 restaurants, 30 agences de voyages, 5 transports touristiques et 85 guides de tourismes à Meknès, selon les chiffres de la direction régionale du tourisme de Meknès.
«Les professionnels du métier se sont surpris par la hausse des tarifs des visites des monuments historiques, surtout pour les touristes étrangers (700%) de 10dh au 70 DH. Cette hausse avait un impacte négatif. Surtout pour tous les organismes ainsi que les tours opérateurs qui avaient vendu le produit en se basant sur la base de 10 DH: quand ils ont vendu leurs packages, c'est-à-dire, ils l'ont vendu pour une saison. En effet, les tours opérateurs, ce sont eux qui ont payé de leur peau, la différence de 10 DH à 70 DH», nous a déclaré Mostafa Toufahi, guide local à Meknès, en marge d'une visite guidée. Pis encore, le tour opérateur ne programme plus les visites des greniers et optent pour Volubilis parce que c'est un site archéologique, a-t-il expliqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.