Coronavirus : le Maroc dépasse la barre des 100.000 contaminations    Le docteur et académicien Mohamed Talal tire sa révérence    Abu Wael al-Rifi : Le contraste saisissant entre les grands patriotes et les petits maitres des entourloupettes    Lanceur d'alerte : Révélations en série d'un officier des services secrets du Polisario    Liberté économique : le Maroc 78ème mondial    La BVC dans le rouge du 14 au 18 septembre    Algérie: Un milliard de dollars de pertes financières    Mamounia, Royal Mansour, Fours Seasons...ils vont rouvrir leurs portes à Marrakech    La nouvelle Clio et le nouveau Captur disponibles au Maroc    Mercato: Gareth Bale de retour à Tottenham!    Bundesliga: Le Bayern détruit Schalke!    Liverpool officialise l'arrivée de Thiago Alcantara    Le Maroc remarquablement élu au Comité des Droits de l'Homme de l'ONU    Coronavirus: en France, la Haute Autorité de santé tranche sur la fiabilité des tests salivaires    Tanger: la douane découvre une usine clandestine    Marrakech adoptera l'enseignement en alternance    Mohamed Rouicha : sauveur de mémoire    Un parcours culturel très riche et très séduisant    Des artistes marocains appellent à la réouverture des théâtres et des salles de cinéma!    Entretien avec Othman Ktiri, l'entrepreneur marocain qui a réussi en Espagne    Washington reconduit unilatéralement les sanctions de l'ONU contre l'Iran    En Grèce, 9 000 demandeurs d'asile ont déjà rejoint le nouveau camp de Lesbos    Mexico : création d'un groupe d'amitié avec le Maroc pour promouvoir la coopération bilatérale    "Africa Innovation Week 2020": l'EMSI rafle la mise    Contrats spéciaux de formation: des mesures annoncées en faveur des entreprises marocaines    Climat des investissements au Maroc : le Département d'Etat US distribue bons et mauvais points [document]    Formation: mesures exceptionnelles en faveur des entreprises marocaines    «Enquête exclusive» : les dérives du régime algérien mises en lumière    Une photo de Leila Hadioui avec Saad Lamjarred surprend ses fans    Arabie saoudite: cinq personnes blessées par un projectile tiré par les Houthis    Nadal tombe à Rome (VIDEO)    Le régime algérien veut empêcher le Hirak de reprendre ses manifestations    Tanger : après l'affaire Adnane, nouvelle arrestation pour « attentat à la pudeur »    Météo : le temps se rafraîchit ce dimanche au Maroc (températures)    Mika « Loves Beirut » et d'autres stars mondiales aussi    L'image de la semaine    «Zanka contact», un ovni dans le 7e art national    Culture en vrac    Botola Pro: l'OCK tombe à domicile face à Berkane (VIDEO)    Real Madrid: Gareth Bale prêté à Tottenham    Cellule terroriste démantelée le 10 septembre: Ce que révèle l'expertise de la police scientifique    La presse britannique évoque les « sculptures » de Mehdia    Le secrétariat général des Finances de nouveau vacant    El Fizazi n'exclut pas un retour de Benkirane à la politique    Turquie : Ankara condamne un journal grec qui avait invité Erdogan à « aller se faire foutre »    Rude épreuve doukkalie pour le Raja et le Wydad    Etat-Unis : Les applications chinoises TikTok et WeChat interdites    Le forum de la jeunesse du cinéma hassani démarre ce soir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le financement de l'entreprenariat
Publié dans Albayane le 05 - 02 - 2020

Parmi les freins à l'investissement, la question du financement vient en premier lieu notamment pour les petites entreprises et les jeunes qui se lancent pour la première fois dans l'aventure de l'entreprenariat. Il a fallu attendre le discours du Roi lors de l'ouverture de la dernière session parlementaire dans lequel le Souverain a exhorté le secteur bancaire à s'engager en faveur de l'entreprise pour assister à une nouvelle dynamique qui n'a pas tardé à donner ses fruits. Désormais, le verrou du financement est levé. Les mesures annoncées récemment d'une façon officielle et solennelle nous laissent penser qu'une nouvelle phase est ouverte pour l'avenir.
Ainsi, ce sont 8 milliards de DH qui viennent d'être éjectés dans le compte d'affectation spéciale créé dans le cadre de la loi de finances 2020 dénommé «Fonds d'appui au financement de l'entreprenariat». Le secteur bancaire et le budget y contribuent à hauteur de 3MM DH chacun, le Fonds Hassan II pour le Développement Economique et Social mobilise un complément de 2 MM DH. Ces crédits répartis sur une période de 3 ans, seront octroyés à des conditions extrêmement avantageuses avec des taux d'intérêt ne dépassant pas 2%, voire beaucoup moins pour le monde rural (1,75%). Y sont éligibles : les jeunes porteurs de projets, les PME, les entreprises exerçant dans l'informel qui souhaitent s'intégrer dans le secteur formel.
Outre ces incitations financières, d'autres mesures non moins importantes sont prévues : simplification des procédures, facilitation des garanties en éliminant les garanties personnelles, création de commissions régionales sous l'égide des CRI pour assurer le suivi des projets et procéder régulièrement à l'évaluation. En somme, toutes les précautions sont prises pour éviter les erreurs ayant conduit à l'échec du programme «Moukawalati» de triste mémoire ! Il est à rappeler, en effet, que d'après une étude d'évaluation de ce programme, effectuée par le Ministère de l'Emploi, la raison fondamentale de l'échec réside justement dans l'absence des mécanismes d'accompagnement et d'évaluation. Deux propositions phare ont été formulées par ladite étude : donner la priorité aux jeunes ayant déjà passé quelques années en tant que salariés dans une entreprise ; responsabiliser les grandes entreprises à accompagner les jeunes promoteurs notamment au niveau de l'accès au marché. La présence de la CGEM au sein des commissions régionales va certainement faciliter la tâche aux grandes entreprises pour jouer ce rôle pédagogique et d'encadrement.
Il est prévu également que ce programme intéresserait l'accompagnement de 13500 entreprises supplémentaires et contribuerait à la création annuelle de 25000 emplois. Mais au-delà de ces effets mesurables qui sont au demeurant d'une grande importance, il y a lieu de voir l'impact global de ce programme s'il est bien mené, comme prévu, à son terme.
Tout d'abord, il aura un impact sur le comportement des acteurs, en premier lieu sur le secteur bancaire qui sera sollicité à être présent sur le terrain au lieu de se contenter du rôle d'intermédiation.
Ensuite, il impactera la jeunesse marocaine en lui insufflant une dose d'espoir pour qu'elle puisse, enfin, croire qu'il sera possible de passer de l'idée (d'entreprendre) à la concrétisation. En effet, les études effectuées par le GEM (Global Entrepreneurship Monitor) dépendant de l'Université Hassan II de Casablanca ont montré que la jeunesse marocaine dispose d'un grand potentiel en matière d'entreprenariat mais elle rencontre des obstacles pour passer à l'action par peur d'échouer. D'ailleurs, à peine 6 à 7% des jeunes qui pensent se lancer dans l'entreprenariat concrétisent leur rêve. C'est dire que l'esprit d'entreprendre est présent, il faut simplement le concrétiser et lui créer des conditions favorables à son épanouissement.
Enfin, l'impact le plus important est celui qui traverse la société dans son ensemble et entraine des transformations de structure y compris sur notre système éducatif qui ne donne qu'une place marginale à l'enseignement de l'entreprenariat. Le changement souhaité ne peut se produire sans l'implication de notre système éducatif appelé à changer de fond en comble ses méthodes pédagogiques à tous les niveaux du préscolaire au supérieur. Il s'agit d'inciter l'apprenant à la créativité, de cultiver en lui l'amour du travail, l'esprit critique, la responsabilité, la confiance en soi, la volonté de transformer une difficulté en opportunité, le refus de la résignation…
Ces mesures prises en faveur de l'entreprenariat dont on ne décrira jamais assez tous les bienfaits appellent un assainissement du paysage économique en le débarrassant des positions de rente et des droits acquis. La transparence doit être de mise et les règles, une fois arrêtées, doivent s'appliquer à tous. «Quand on veut, on peut» : on vient d'en avoir la confirmation à travers ces mesures pertinences et ambitieuses.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.