Destinées aux non-Ramédistes opérant dans le secteur informel : Les déclarations démarrent dès vendredi à 8h du matin    Lire, voir, écouter…méditer    45.000 points de vente contrôlés entre les 1er mars et 8 avril : 1057 infractions constatées sur les prix et la qualité des produits alimentaires    Mettre de côté les différends et faire prévaloir les intérêts suprêmes de la Nation    L'ambassadeur Hilale nommé facilitateur du processus de renforcement    L'Inter Milan sérieux prétendant pour recruter Messi?    Fureur de vaincre!    Un démenti catégorique de son ambassade à Rabat : L'Espagne n'a pas réquisitionné des médicaments exportés vers le Maroc    La CGEM et l'IFC s'allient en faveur des startups marocaines    Coronavirus : 1.346 cas de contaminations, l'inquiétude grandit    Confinement : La Radio en vedette    Frais de scolarité : le bras de fer écoles privées/parents d'élèves    Pétrole: conférence décisive des pays producteurs    «Guelsso f Dar»: nouveau single de Bouchra    Le bilan s'alourdit, le monde à la recherche de réponses concertées    L'ancien président Rafael Correa condamné pour corruption…    HCP: Décélération de la demande intérieure au premier trimestre 2020    Outre les dons de ses membres, la FMSAR contribue au Fonds Covid-19    Le groupe Avis Locafinance apporte son soutien aux professionnels de la santé    Mini-remaniement en plein état d'urgence sanitaire    Les universités diffusent des cours à la radio    Rentrée parlementaire: Les textes prioritaires    Lorie donne de surprenants conseils pour supporter le confinement en couple    Lancement à Al Hoceima du Festival de la créativité à distance    Rejouer ou pas, le foot italien se déchire    Le Crédit Agricole du Maroc accompagne les Ramedistes pour faire aboutir le dispositif de soutien aux populations vulnérables    Lévinas, le visage, l'humanité    La SERMP se réorganise pour la fabrication de respirateurs 100% marocains    S.M le Roi reçoit Saaid Amzazi et Othman El Firdaous    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    L'enseignement à distance à l'ère du coronavirus    Vibrant hommage aux professionnels de santé    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    L'engouement culturel à l'ère du confinement    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Football : Les clubs marocains dans le flou total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Animation, le maillon faible du tourisme à Agadir
Publié dans Albayane le 27 - 02 - 2020

Le créneau animation demeure une denrée rare, de nature à dynamiser et booster le secteur. Il est vrai que l'animation touristique relève, en premier lieu, des opérateurs et des acteurs du département, toutes catégories confondues : hôtellerie, restauration, artisanat, agence de voyage… Néanmoins, il faut dire que toutes les composantes de la région, notamment les institutionnels, les élus, la société civile…tout le monde est appelé à contribuer à l'animation de la ville.
Malheureusement, le bilan à ce propos, est en deca des aspirations, alors que les touristes viennent à Agadir, non pas seulement pour le soleil et la plage, mais également pour se divertir et se distraire. Pas de pôles d'attraction, pas de loisirs, pas de lieux de shopping, pas de sites patrimoniaux de taille… Qui libérera, alors, la première station balnéaire du royaume du spectre de la morosité ? On a beau pondre des complexes hôteliers haut de gamme, pieds dans l'eau, la «turbulence» touristique, fade et fanée, s'assoupit au moment où les visiteurs sont continuellement avides de vitalité.
Hormis la saison estivale qui s'anime avec convivialité, stimulée, certes, par la tiédeur du climat et la ferveur des citoyens, prenant d'assaut une corniche enivrante, le reste de l'année sombre dans une réelle nonchalance, telle l'indolence obséquieuse du corbillard. A peine les lueurs crépusculaires tombent-elles, que la vie suffoque et s'estompe «de-ci de là, pareil à la feuille morte», pour parapher Paul Verlaine, dans son fameux spleen «chanson d'automne».
Il est bien évident que le produit littoral, conçu et confectionné pour une destination attractive comme Agadir ne devra nullement se contenter des buildings laitiers pour «incarcérer» ses touristes, chaudement veloutés dans les carcans déplorables du «All Inclusive». La logique des choses voudrait bien qu'on agrémente cet effort infrastructurel par une véritable stratégie accompagnatrice où trône l'animation aux multiples facettes. Au-delà de l'identité visuelle qui semble renâcler devant les diverses déficiences, l'ambiance lumineuse laisse pareillement à désirer, au regard des éclairages publics blêmes et livides, aussi bien dans les artères du site balnéaire qu'ailleurs. La «tonitruance» sonore n'est pas non plus à la fête, dans une métropole à vocation touristique comme si on se recueillait pieusement devant un cortège funeste.
C'est là l'une des gifles les plus cuisantes qu'on puisse infliger à une destination effervescente, appelée à concurrencer les rivales d'outre-mer, notamment les Canaries où la vie ne s'arrête jamais.
Agadir n'est pas quand même une momie enroulée dans les bandelettes de la sacralité, d'autant plus qu'elle est classée parmi les baies les plus huppées du monde. On ne saura alors tamiser la dimension universelle d'une destination émoussée et fastidieuse. On finirait par lasser les touristes qui, à la longue, bouderaient une offre blafarde. Badigeonner la ville de tirades chatoyantes, à travers des esquisses sonores, visuelles et suaves prisées est incontestablement le manque à gagner dans une ville qui se prive, en dépit de son statut pimpant, de réalisations de loisirs et de divertissement, faute d'attractions patrimoniales, excepté la citadelle aux remparts et créneaux pittoresques, orpheline de réaménagements de fond pouvant combler les vides atroces.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.