Le coût du confinement en Afrique s'élève mensuellement à 09 milliards de dollars    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    ADM invite les usagers à vérifier leur solde Jawaz    La vérité derrière le mensonge    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Cyclisme: Prudence et sécurité, maîtres mots de la reprise    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Exclu-Al Bayane: Boutaib en discussion avancée avec un club de la Botola    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Coronavirus : 81 nouveaux cas, 8003 au total, jeudi 4 juin à 18h    Spoliation: un juriste harcelé en France!    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Parlement: Les conseillers préparent leur déconfinement    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Covid19: 81 nouveaux cas ce jeudi à 18H00    Article 1062894    Le virus prépare une révolution monétaire    Le tourisme et le transport seront essentiels à la reprise de l'économie nationale après la crise    Débat sur la place de la culture dans le Maroc d'après-pandémie    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Retour d'expérience et stratégies de déconfinement    Yassine Boujouama signe son premier contrat pro avec Bordeaux    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    La stratégie de développement durable remise sur le chantier    La ministre de la Solidarité détaille son action devant la commission parlementaire des secteurs sociaux    Opération exceptionnelle d'établissement des CNIE pour les MRE    Les éclaircissements de la Chabiba ittihadia    Covid-19 aidant, SAMIR met à disposition ses bacs de stockage    Covid-19: Débat sur la place de la culture dans «le Maroc d'après»    Venezuela: La pandémie comme vecteur de rapprochement…    Italie: le foot avec des spectateurs au stade, déjà?    Des journaux nord-macédoniens soulignent la reconnaissance internationale croissante de la marocanité du Sahara    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Enseignement français au Maroc: les parents d'élèves obtiennent des avancées    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Formatage néolibéral, débat et combat    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Conseil de Sécurité s'empare de l'accord de Doha…
Publié dans Albayane le 15 - 03 - 2020

Le Conseil de Sécurité de l'Organisation des Nations-Unies a approuvé, ce mardi et à l'unanimité, une résolution américaine entérinant l'accord conclu le 29 Février à Doha, au Qatar, entre les Etats-Unis et les Talibans afghans et prévoyant un retrait militaire américain d'Afghanistan en échange de la promesse faite par les Talibans de «bannir» tout acte de terrorisme et d'engager des négociations avec leur ennemi juré qu'est le gouvernement de Kaboul.
La décision prise par le Conseil de Sécurité de l'ONU est une première dès lors que c'est la première fois que l'instance onusienne valide une entente entre un pays étranger et une guérilla. Elle est, également, surprenante dans la mesure où l'accord entériné comporterait deux annexes secrètes liées à la lutte antiterroriste auxquelles les membres du Conseil n'ont pas pu avoir accès; ce qui pourrait constituer un fâcheux précédent et entacher la crédibilité du Conseil de Sécurité si les Talibans venaient à ne pas respecter, en tout ou en partie, les dispositions arrêtées par l'accord en question. Enfin, dans le cadre du soutien au processus de paix inter-afghan, l'instance onusienne s'engage à réexaminer les sanctions «imposées par l'ONU à des individus ou à des groupes depuis 2011».
Négociée pendant toute la semaine, la résolution américaine stipule expressément que «le Conseil de sécurité exhorte le gouvernement afghan à faire avancer le processus de paix via notamment une participation à des négociations inter-afghanes, avec une équipe de négociateurs diverse et inclusive composée de dirigeants politiques et de la société civile incluant des femmes» à l'effet de parvenir à «un cessez-le-feu permanent et complet» et demande «à tous les Etats d'apporter leur plein soutien à la négociation d'un accord de paix complet et durable qui mettrait fin à la guerre au bénéfice de tous les Afghans».
Si, par ailleurs, la première version du texte américain n'avait pas mentionné «les femmes», la résolution adoptée souligne «l'importance (dans les négociations) d'une participation effective et significative des femmes, des jeunes et des minorités» et rappelle la nécessité de protéger les droits de tous les Afghans.
Mais alors que l'accord du 29 février prévoyait que les négociations inter-afghanes débuteraient ce mardi 10 mars, cette échéance n'a pas été respectée pour diverses raisons dont la première tiendrait essentiellement à la grave crise institutionnelle que traverserait l'Afghanistan du fait de la double prestation de serment comme nouveau président faite aussi bien par le chef d'Etat sortant Ashraf Ghani que par son principal adversaire et chef de son exécutif Abdullah Abdullah, tous deux revendiquant la victoire aux élections présidentielles du 28 Septembre 2019.
Les Talibans ayant fait de l'échange des prisonniers un prérequis à l'ouverture du dialogue avec le gouvernement de Kaboul, Sediq Seddiqqui, le porte-parole du président Ashraf Ghani a annoncé, ce mercredi, que «la grâce et la libération de 1.500 prisonniers talibans (…) commenceront (samedi) et (que) chaque jour une centaine de prisonniers seront libérés » avant d'ajouter qu'une fois que les discussions seront entamées entre Kaboul et les insurgés, les 3.500 prisonniers talibans seront libérés au rythme de 500 toutes les deux semaines «à condition que la violence diminue de manière significative». Cette violence va-t-elle, enfin, laisser place à la paix dans un pays ravagé par une guerre sans merci qui perdure depuis les attentats du 11 septembre 2001 ? Attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.