Le coût du confinement en Afrique s'élève mensuellement à 09 milliards de dollars    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    ADM invite les usagers à vérifier leur solde Jawaz    La vérité derrière le mensonge    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Cyclisme: Prudence et sécurité, maîtres mots de la reprise    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Exclu-Al Bayane: Boutaib en discussion avancée avec un club de la Botola    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Coronavirus : 81 nouveaux cas, 8003 au total, jeudi 4 juin à 18h    Spoliation: un juriste harcelé en France!    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Parlement: Les conseillers préparent leur déconfinement    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Covid19: 81 nouveaux cas ce jeudi à 18H00    Article 1062894    Le virus prépare une révolution monétaire    Le tourisme et le transport seront essentiels à la reprise de l'économie nationale après la crise    Débat sur la place de la culture dans le Maroc d'après-pandémie    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Retour d'expérience et stratégies de déconfinement    Yassine Boujouama signe son premier contrat pro avec Bordeaux    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    La stratégie de développement durable remise sur le chantier    La ministre de la Solidarité détaille son action devant la commission parlementaire des secteurs sociaux    Opération exceptionnelle d'établissement des CNIE pour les MRE    Les éclaircissements de la Chabiba ittihadia    Covid-19 aidant, SAMIR met à disposition ses bacs de stockage    Covid-19: Débat sur la place de la culture dans «le Maroc d'après»    Venezuela: La pandémie comme vecteur de rapprochement…    Italie: le foot avec des spectateurs au stade, déjà?    Des journaux nord-macédoniens soulignent la reconnaissance internationale croissante de la marocanité du Sahara    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Enseignement français au Maroc: les parents d'élèves obtiennent des avancées    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Formatage néolibéral, débat et combat    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Accord historique de Doha: Une tempête dans un verre d'eau?
Publié dans Albayane le 08 - 03 - 2020

Quatre jours seulement après la signature à Doha, au Qatar, d'un «accord historique» entre les Etats-Unis et les Talibans aux termes duquel, d'une part, Washington s'était engagé à retirer progressivement les troupes étrangères d'Afghanistan sur une période de quatorze mois en échange d'une participation des Talibans, à compter du 10 mars 2020, à un dialogue inter-afghan portant sur l'avenir du pays et, d'autre part, les deux parties avaient convenu de cesser tout affrontement et d'échanger leurs prisonniers, l'aviation américaine a bombardé, ce mercredi, des positions talibans dans la province d'Helmand, dans le sud de l'Afghanistan.
Cette frappe, «défensive» aux dires de Sonny Leggett, le porte-parole des forces américaines, aurait eu pour objectif de stopper une attaque des Talibans contre un «barrage» des forces de sécurité afghanes.
Ainsi, si mardi après «une très bonne conversation» avec le Mollah Baradar, le principal négociateur du processus de Doha, le président américain Donald Trump avait reconnu que les Talibans «veulent mettre fin à la violence», force est de reconnaître que, sur le terrain, il en va autrement car, dès la signature de l'accord, les insurgés talibans mirent fin à la trêve qui, durant neuf jours, avait précédé sa signature et multiplièrent leurs attaques contre les forces afghanes.
Selon Safiullah Amiri, membre du conseil provincial de Kunduz (nord), «des combattants talibans ont attaqué au moins trois avant-postes de l'armée dans le district d'Imam Sahib à Kunduz, tuant au moins dix soldats et quatre policiers» alors que le porte-parole du gouverneur de la province d'Oruzgan (sud) signale, de son côté, que «six policiers ont été tués et que sept autres ont été blessés» à Tarinkot.
Ainsi, en l'espace de vingt-quatre heures, le ministère de l'Intérieur aurait dénombré 30 attaques dans 15 des 34 provinces du pays lesquelles se seraient soldées par la mort de 4 civils, 11 membres des forces de sécurité et 17 insurgés talibans.
Ce triste bilan ayant été confirmé par la police locale et par le ministère afghan de la Défense, le porte-parole des forces américaines rappellera, sur son compte Twitter, qu'après avoir « promis à la communauté internationale qu'ils réduiraient la violence » les insurgés Talibans l'ont «augmenté».
Cette détérioration de la situation rend donc très hypothétique le dialogue inter-afghan supposé réunir, autour d'une même table, le gouvernement de Kaboul, les insurgés afghans, l'opposition et la société civile du moment que, d'une part, les Talibans refusent toujours de reconnaître les autorités de Kaboul qu'elles qualifient de «marionnettes» entre les mains de Washington et que, d'autre part, le président afghan, Ashraf Ghani, rejette fermement un des principaux points de l'accord de Doha lequel porte sur l'échange de près de 5.000 prisonniers talibans contre 1.000 membres des forces afghanes détenus par les insurgés.
Or, cet échange constitue, pour les Talibans, un préalable au démarrage des discussions inter-afghanes que la communauté internationale appelle de tous ses vœux mais qui semblent être de plus en plus compromises. Au vu de tout cela, Atta Noori, analyste politique basé à Kaboul, affirme que les américains «ont échoué à convaincre les talibans – qui se considèrent comme étant les vainqueurs – à s'asseoir à la table des négociations avec le gouvernement afghan».
Est-ce à dire que le fameux accord historique de Doha n'a constitué, en somme, qu'une tempête dans un verre d'eau ? Attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.