Abdelaziz Bouteflika enfin convoqué par la justice    Un collectif dénonce l'intensification de la répression par "un régime algérien dans l'impasse"    Le Groupe arabe à l'ONU loue le rôle du Comité Al Qods    Le Maroc réitère son soutien indéfectible aux droits du peuple palestinien    L'avenir du Real Madrid    Indépendance de la justice marocaine : La lettre virulente de Tamek au professeur J. Waterbury    Participation du Maroc à la Conférence mondiale de l'UNESCO sur l'EDD    Londres se défend d'avoir tardé à agir face au variant indien    Jack Lang: Puisse l'exemple Royal entraîner d'autres pays à faire preuve de vraie solidarité    Barça : Xavi pour remplacer Ronald Koeman ?    Mohamed Salah Tamek dénonce l'ingérence de John Waterbury dans des affaires portées devant la justice marocaine    Irlande du Nord : Edwin Poots à la tête du Parti Démocratique Unioniste    Hausse de l'IPC dans les principales villes de la région    Détails de la transformation de FinanceCom en O Capital Group    Le HUSA victorieux, la RSB en chute libre    L'Atlético se rapproche du sacre, le Real garde l'espoir    Le Raja arrache le nul face à Orlando Pirates    Des cérémonies célébrant un évènement majeur    Les souks hebdomadaires en milieu rural ont besoin d'être développés    Abdellatif Hammouchi inaugure le club équestre de la Sûreté Nationale à Kénitra    Jacek Oalczak nommé PDG    Une occasion de se remémorer leurs sacrifices et leur dévouement pour la défense de la sécurité du pays et des citoyens    Le café des Oudayas fait peau neuve !    La culture hispanique vue par la bande dessinée et de l'illustration    L'Art moderne & Contemporain marocain à Paris    Abdellatif Hammouchi inaugure de nouvelles infrastructures sécuritaires    Evolution du coronavirus au Maroc : 79 nouveaux cas, 515.023 au total, lundi 17 mai 2021 à 16 heures    Décès de l'acteur marocain Hammadi Ammor, 90 ans : Un immense artiste s'en va    Assurances: les primes émises en hausse de 3,3% à fin mars (ACAPS)    Célébration du 200ème anniversaire de la Légation américaine de Tanger    Aide humanitaire aux Palestiniens: Le Maroc fidèle à ses engagements    La loi N°56.20 offrira un nouveau cadre juridique à la création de musées, avec un label officiel (FNM)    Visas Schengen: les conditions imposées par l'Espagne    Evénements de Cheikh Jarrah: Le silence complice de la communauté internationale    Abdelfattah El Belamachi: "Le Maroc donne à l'Espagne, à l'Allemagne et à l'UE plus qu'il n'en reçoit"    ONMT : 3 partenariats conclus à Dubaï    RAM: Abdelhamid Addou élu au Conseil des Gouverneurs de l'IATA    Coronavirus : Sanofi lancera fin mai la production de son vaccin    65ème anniversaire de la DGSN : Fière chandelle aux agents de la Sûreté nationale dans ce contexte de la Covid    Zidane, entraineur du Real de Madrid, en colère : « Je ne dirai jamais cela à mes joueurs ! »    Abdou Diop: « Le marché de l'audit évolue pour répondre aux besoins et attentes des clients »    Echange de données bancaires : La loi bloquée au Parlement ?    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Défaite de Chelsea en finale de la FA Cup : Pour Tuchel, Ziyech responsable !    Fin du rêve européen pour Selim Amallah et Mehdi Carcela    Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Laftit: «Le décret-loi sur l'état d'urgence sanitaire renforce la sécurité de la santé publique»
Publié dans Albayane le 23 - 03 - 2020

Le projet de décret-loi no 2.20.292 sur les dispositions relatives à l'état d'urgence sanitaire ainsi que les mesures prises pour lutter contre la propagation de la pandémie du Covid-19, devront contribuer à la réalisation de la sécurité de la santé publique, a affirmé lundi le ministre de l'Intérieur Abdelouafi Laftit.
Présentant le projet devant les membres de la Commission de l'Intérieur, des collectivités territoriales, de l'habitat et de la politique de la ville à la Chambre des représentants, le ministre a souligné que ce texte "permettra de réaliser la sécurité sanitaire publique à travers le territoire national, avec ce qui en découle en termes de veille, de fermeté et d'abnégation au service de l'intérêt supérieur du pays".
Le ministre a relevé que le projet fait partie des mesures de prévention prises d'urgence et qui engagent les autorités publiques, conformément à l'article 21 de la Constitution, à œuvrer en vue de garantir la sécurité de la population à travers le territoire national, dans le cadre du respect des droits de l'Homme et des libertés pour tous.
Le législateur, a-t-il précisé, se fixe pour objectif d'établir un cadre légal approprié pour l'adoption des mesures découlant de l'état d'urgence sanitaire dans n'importe quelle région, préfecture, province ou commune, ou bien dans l'ensemble du territoire le cas échant, lorsque la vie des personnes est menacée par la propagation de maladies contagieuses ou épidémiques.
M. Laftit a relevé que le législateur prévoit la possibilité d'adoption des mesures qui s'imposent dans le contexte de l'état d'urgence, pour une période bien déterminée, par le biais de décrets et de règlements d'ordre organisationnel et administratif, ou par des publications et communiqués, l'objectif étant d'intervenir immédiatement et rapidement pour prévenir l'aggravation de la situation épidémiologique et mobiliser tous les moyens nécessaires à la protection des personnes et de leur sécurité.
Dans un tel contexte, a-t-il poursuivi, le projet prévoit des sanctions répressives à l'encontre de toute personne se trouvant dans l'une des zones concernées par l'état d'urgence en cas de manquement aux décisions et injonctions des autorités.
Tout contrevenant est ainsi passible d'une peine d'un mois à trois mois de prison assortie d'une amende de 300 à 1300 DH ou l'une des deux peines, sans préjudice de la sanction la plus lourde. Les mêmes sanctions sont prévues contre tous ceux qui enfreignent les décisions des autorités publiques en ayant recours à la violence, à la menace, à la fraude ou à la contrainte.
Le législateur prévoit en outre la même peine pour toute personne qui incite autrui à entraver ou à contrevenir les décisions des autorités au moyen de discours, de cris ou de menaces dans l'espace et les réunions publiques ou des écrits, pancartes, photos ou des enregistrements mis en vente, distribués ou exposés au public via les différents médias audio-visuels ou électroniques, ou encore tout moyen utilisant un support électronique à cet effet, a-t-il noté.
L'article 81 de la Constitution habilite le gouvernement de prendre "dans l'intervalle des sessions, avec l'accord des commissions concernées des deux Chambres, des décrets-lois qui doivent être, au cours de la session ordinaire suivante du Parlement, soumis à la ratification de celui-ci".
Une fois déposé sur le bureau de la Chambre des Représentants, le texte est examiné successivement par les commissions concernées des deux Chambres en vue de parvenir à une décision commune dans un délai de six jours. A défaut, la décision est prise par la commission concernée de la Chambre des Représentants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.