Coronavirus : 61 nouveaux cas, 8.132 au total, samedi 6 juin à 10h    La CNDP publie son bulletin sur la confiance numérique    Rabat prépare son plan de relance post Covid-19    Le Maroc au sommet mondial sur la vaccination    Distribution de kits sanitaires dans les centres de protection de l'enfance    Tribunaux numériques et cabinets d'avocats virtuels se pressent au portillon    Les entreprises ne jurent que par le marketing digital    Projet ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Le premier cabinet d'avocat virtuel voit le jour à Casablanca    Belhanda troquerait Istanbul contre Riyad    Hamada El Baihi : L'Algérie est coupable de la persistance de la souffrance des populations séquestrées à Tindouf    Le capitalisme américain est-il raciste depuis toujours ?    Distribution de kits sanitaires à 4.300 enfants en situation de précarité    Saad Dine El Otmani : Le dépistage massif des salariés permettra d'accélérer la reprise de l'activité économique    Volonté de Marrakech et d'El Kelâa des Sraghna de booster l'enseignement préscolaire    Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Le Maroc plaide pour une mobilisation accrue contre les actes de violence de Daech en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Raul Gonzalez futur entraîneur d'Amine Harit?    Benfica: Taarabt élu homme du match contre Tondela    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    TDN: le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres dans l'après Covid    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    La vérité derrière le mensonge    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Mon Dieu gardez moi de mes amis, Quant à mes ennemis je m'en charge»
Publié dans Albayane le 01 - 04 - 2020

Dans tout ce qui s'écrit et se dit, une idée fait l'unanimité de l'ensemble des intervenants. Cette idée veut que le monde au lendemain de la pandémie soit différent de celui qui est établi. Cette vision optimiste semble couler de source pour ceux qui l'affirment ; pour les autres, le silence marque leur scepticisme. Mais à préfigurer ce monde du futur et les conditions du changement, les approches ne sont plus unanimes et les expressions restent mitigées.
Cela rappelle, il y a de cela soixante six années environ, la chute de Diên Biên Phu qui a initié, entre autres facteurs, l'émancipation des peuples subissant alors l'emprise du colonialisme français.
La faillite du modèle occidental devant l'expansion de l'épidémie s'est traduite par l'incapacité des puissances occidentales d'affronter la pandémie sans crise sanitaire. L'égoïsme de certains Etats envers des alliés s'est exprimé par un repli suscitant la fragilité de la communauté européenne déjà secouée par le Brexit et autres refus d'intégration. Les scènes de panique et de pillage dans les cités de l'oncle Sam mettaient à mal l'image d'un système où l'organisation sociale, l'opulence, la discipline et la solidarité devraient dominer.
Et alors que la crise économique montre ses chiffres ; les discours se limitent à la conjoncture imposée par ce brin d'ARN invisible qui ne cesse de tuer. Hier encore ils ne cessaient de fustiger celles et ceux qui montraient du doigt les insuffisances des processus démocratiques en cours dans la gestion des affaires courantes.
Il faut le dire, les modalités de cette révolution annoncée se retrouvent un peu ici et un peu ailleurs malgré la morbidité ambiante.
La personne humaine ne veut plus être considérée comme un «élément statistique» dont le «X barre» permettait aux nomenklaturas, d'ici et d'ailleurs, de faire apparaitre la partie pleine du verre quand ils le jugeaient nécessaire pour renforcer leur domination et sa partie vide au moment où l'austérité en tout devrait être supportée par les masses.
La personne humaine ne veut pas devenir un code QR lui permettant de profiter des services pour satisfaire ses besoins et devenir un individu dont les données sont traitées pour l'asservir encore plus.
La personne humaine, ici et ailleurs, veut rester un être vivant ayant «la conscience et le contrôle de soi, le sens du futur et du passé, la capacité d'entrer en relation avec les autres, de se préoccuper des autres, la communication et la curiosité». Un être social responsable qui veut que «l'autre puisse vivre tel qu'il le voudrait pour soi ».
La personne humaine, de par le monde, voudrait que les développements des sciences et des technologies favorisent la justice sociale, l'élimination des disparités territoriales et la généralisation du bienêtre du vivre ensemble en symbiose avec la nature et l'environnement qui l'entoure.
La course effrénée à l'accumulation de l'or et de l'argent voulue par la finance, ici et ailleurs, s'est montrée incapable de résoudre et ses problèmes, et les problèmes du monde et de mettre un frein à son atavisme attaché au profit. C'est elle qui pose le problème démographique en priorité. C'est elle qui prend les changements climatiques comme un facteur secondaire alors qu'ils menacent la planète.
Dans notre beau pays qui restera une île géopolitique pour quelques temps encore, les atouts sont nombreux pour que l'après Covid-19 soit meilleur que son passé. La volonté politique quand elle s'exprime lève les obstacles qui empêchaient d'assurer une vie digne à l'ensemble de nos compatriotes. Certes les attitudes obscurantistes sont toujours présentes dans notre société et ne cessent de réclamer encore plus au lieu de prêter mains fortes à la santé publique, à l'éducation nationale; à l'effort mobilisateur de toute la nation pour s'en sortir avec le moindre mal.
Ce n'est pas la première fois que cela est enregistré à l'encontre de ces vautours. Lors de l'organisation de la Marche Verte populaire, certains avaient estimé que le pécule amassé aux dépens de la population et de ses biens communs ne pouvait servir à l'affermissement du destin national. C'est pour cela, et qu'ils soient d'ici ou d'ailleurs, on clamera:
«Mon Dieu gardez moi de mes amis, Quant à mes ennemis je m'en charge».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.