Un voyage dans les tréfonds de la peinture marocaine!    Projet d'Akon en Afrique    SundanceTV lance son 1er concours de courts métrages    Najib Bensbia se glisse parfaitement dans une peau féminine    UE : Nouveau financement de 30 millions d'euros au Liban    Covid-19 à Tanger: les autorités ferment le marché de Hay Benkirane    Crédit immobilier : Bank Of Africa lance la 1ère plateforme en ligne de crédit immobilier    Casablanca: une voiture folle provoque d'importants dégâts sur l'autoroute (VIDEO)    Change: les devises étrangères contre le dirham marocain    Covid-19: les Philippines, premier pays à réimposer un large confinement    Elections sénatoriales-Egypte: un Marocain à la tête d'une mission d'observation    Conférence de soutien au Liban: 250 millions d'euros d'aides internationales    Botola Pro D1 : programme de la 21ème journée    Violation de l'état d'urgence sanitaire: 742 personnes poursuivies à Taroudant    21ème journée de la Botola Pro D1 : Des rencontres à couteaux tirés    Le Groupe OCP fête ses 100 ans d'existence    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    La rentrée scolaire, c'est dans trois semaines    Dépression : La vitamine D ne sert à rien    Frère Jean, ex-photographe de mode devenu moine orthodoxe dans les Cévennes    Les œuvres de l'artiste danoise Lene Wiklund illuminent l'espace Dar Souiri    Charlize Theron dénonce les conditions de tournage de "Braquage à l'italienne"    Recul des ventes de la quasi-totalité des secteurs au premier semestre    Classée 2ème destination dans le monde : La ville ocre dans le top 25 du TripAdvisor    Réouverture des salles de sport    Ligue des champions Messi au rendez-vous de Lisbonne    D'aucuns prônent un dépistage massif en faveur du personnel soignant    Signature d'une convention d'objectifs pour le développement du football féminin    Covid-19 / Maroc: Les guérisons augmentent nettement    Rentrée scolaire: le ministère réagit à des informations « erronées »    Coronavirus : 1.230 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 33.237 cas cumulés dimanche 9 août à 18 heures    Manchester City bourreau du Real de Zidane    Le Bayern et le Barça en quart !    Le gouvernement libanais exprime sa gratitude pour l'initiative royale    La FIDHOP s'oppose au 3e mandat de Ouattara    Au bord du naufrage!    «Les petits porteurs ont aussi soutenu le MASI»    Coronavirus: 23 joueurs et membres du staff de l'Ittihad de Tanger testés positifs    Colombie: Arrestation de l'ancien président Alvaro Uribe    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    Un dimanche chaud dans la majeure partie du Maroc    France: Une explosion fait 8 blessés à Antibes    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Fonds d'investissement stratégique : le décret arrive au parlement    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sortir des ornières!
Publié dans Albayane le 10 - 05 - 2020

«Il faut savoir mettre fin à la guerre», dit-on fréquemment, dans le jargon martial. L'humanité est bel et bien en guerre, sans arme ni feu, mais ce sont des milliers qui succombent, chaque jour.
Une guerre où l'ennemi est commun et invisible, tandis que, l'autre camp, est pluriel et indivisible. Enfin, une guerre homicide dont le triomphe de l'humanité tarde à venir, alors que celle-ci célèbre, sans éclat, en ces temps-ci, le 75ème anniversaire de sa victoire contre le nazisme.
En fait, c'est encore la science qui pourra vaincre l'ennemi, par le vaccin, comme ce fut le cas des grandes épidémies. En attendant, le monde fait usage des mesures préventives et restrictives pour cerner la propagation du virus et atténuer son désastre. Aujourd'hui, après plus de cinq longs mois de son apparition, la pandémie continue à causer des ravages, un peu partout sur la planète.
Certes, la nature ravive et se ressource, profitant de l'arrêt des émissions polluantes et respirant à pleins poumons, l'air pur et la rosée limpide de l'aube. L'écologie refait sa mue, au grand bonheur de l'homme qui se bat pour sa survie. Mais, le salut de l'humanité au sein de son refuge qu'est la terre, tâtonne encore sous l'épée de Damoclès.
A l'instar de ses homologues, le Maroc se débat, non sans peine, pour sauver sa population. Il y va par ses propres moyens qui, jusqu'ici, sont efficients, quoique l'endémie soit toujours dans les parages. Il y a mis du cœur et du métier, sans répit, tout en procédant par dextérité durant les phases de la lutte contre la crise virale.
A présent, il s'ingénie à y mettre un terme, car il n'est pas sans savoir qu'une farouche crise l'attend au tournant. Celle de la refonte de son économie, cruellement amoindrie ! La seconde étape de son combat qu'on appelle communément le déconfinement, s'avère à la fois ardue et stressante. Il est bien vrai que notre pays a su gérer, tant bien que mal, la première manche et s'en est sorti avec des rémissions de plus en plus, évidentes et des décès presque insignifiants.
Cependant, le taux de contamination a du mal à chuter et la profusion des foyers éclate, à tout moment. Faut-il prétendre que le mal est totalement maîtrisé, à la lumière de ses donnes au quotidien ? Nul n'ose affirmer qu'on est réellement certain de pouvoir lever l'état d'urgence!
La date prévue pour cette levée est imminente, mais il semble bien qu'on est loin d'être prêt à s'y soumettre. Il est bien clair que l'effort titanesque que notre pays a déployé, sans relâche pendant plus de deux mois, finira par s'user et tendra à s'émousser, à la longue.
Il n'en demeure pas moins clair que tous les citoyens, jusqu'ici, plus au moins, respectueux des directives des pouvoirs publics, ont l'impression d'avoir le tournis et finalement, de se montrer plus récalcitrants vis-à-vis des instructions jugées drastiques. Le Maroc devrait donc prendre une sage et franche décision, sans atermoyer, car tout attentisme ne serait que préjudiciable.
Un plan minutieusement étudié et élaboré en vue de fausser compagnie au confinement dans la progressivité, serait de nature à maintenir la confiance et la stabilité. Il ne s'agirait jamais de se précipiter ni de prendre des risques, mais de finir la guerre avec doigté et méthode.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.