La CNDP plaide pour une digitalisation réfléchie    Loi de Finances: Les doléances de la FMF    Conseil de la concurrence: 50% des décisions et avis portent sur les concentrations    Yamed Capital livre les premières villas du projet Terre Océane    Paris: Le défilé du 14 juillet tenu en format réduit    Covid19: Plus de 16.000 cas au Maroc    Covid-19: Ait Taleb prévient contre le relâchement    ENCG, ENSA, médecine... encore plus de places à prendre!    Maroc: report des festivités de la fête du Trône    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Ibrahim Aboubakr Harakat    Driss Lachguar se réunit avec les jeunesses de partis politiques    Netflix dévoile les coulisses du tournage de "The Old Guard" à Marrakech    Nouveau programme de diffusion de longs métrages marocains sur le site web du CCM    La famille Travolta en deuil    Retour sur six années de procédure    Les canoë-kayaks reprennent de plus belle au Bouregreg    Stage de l'EN de futsal au Complexe Mohammed VI de football    La demande intérieure devrait baisser de 4% cette année    La santé numérique, une solution pertinente aux défis du système de soins    Mohamed Benabdelkader : L'ouverture de la profession d'adoul à la gente féminine consacre le choix démocratique du Royaume    Le Maroc reconduit à la vice-présidence du comité exécutif du Centre Nord-Sud    Tenue de 362 procès à distance en moins d'une semaine    La Turquie et le monde arabe    Le WWF appelle les pays méditerranéens à lutter effectivement contre la pêche illégale des requins et des raies    Du sang neuf à SG Maroc    Le café maure de la Kasbah des Oudayas rasé    Serie A: l'Inter Milan se positionne derrière la Juventus    Premier League: Manchester United cale face à Southampton    Liga: le Real Madrid se rapproche du sacre    Ouverture partielle des frontières : la croix et la bannière pour les MRE    L'émergence du cinéma digital    US Round Up du mardi 14 juillet – Déficit budgétaire, Angelina Jolie, Tyler Goodspeed, Ecoles, US coronavirus    Amnesty. Première gifle de Tel Aviv    Le SG du PPS reçoit les dirigeants des Jeunesses des partis politiques représentés au parlement    Wachma chante « Tay Tay » avec Madara    Vague de chaleur à partir de mercredi au Maroc: les villes concernées (Alerte météo)    Présidentielles Polonaises: Réélection d'Andrzej Duda    Cyclisme : Les coureurs retrouveront bientôt le peloton    Nouvelle rencontre réussie du président de l'ANME avec le ministre Othmane El Ferdaous    Air Arabia Maroc lance son programme de vols spéciaux    Remaniement ministériel en Tunisie    Madame Erdogan et son sac à 50.000 dollars    Foot. Le Real se rapproche du titre    Tanger en état d'alerte    Impact Covid-19 – Tourisme : Le plan de relance en Conseil de gouvernement    Premières élections régionales en Espagne depuis la pandémie    Jim Ratcliffe, le milliardaire britannique qui veut s'offrir l'usine Daimler de Moselle    Un artiste charismatique s'en va    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Qu'en pensent les professionnels du secteur?
Publié dans Albayane le 27 - 05 - 2020


Réouverture des librairies
Mohamed Nait Youssef
Une décision tant attendue par les professionnels du livre. Le Ministère de la Culture, de la Jeunesse et des sports a autorisé aux librairies de reprendre leurs activités dès aujourd'hui sans attendre le 10 juin, date prévue pour de déconfinement. Ainsi, les conditions sont-elles réunies pour réussir ce pari?
Après cette fermeture de plus de deux mois à cause du Coronavirus, ces lieux vivants retrouvent enfin les mordus et les passionnés de la lecture et des livres de toutes les disciplines et écoles confondues.
«On a reçu une dizaine de personnes qui se sont déplacées pour acheter des livres. Ça fait chaud au cœur !», se réjouit Ahmed Essayegh, gérant de la librairie de Dar Elmane basée sur Rabat.
«Aujourd'hui, on a commencé avec un personnel de 6 personnes qui sera augmenté au fur et à mesure. Il faut le rappeler, la demande était forte même en période du confinement», a-t-il confié Al Albayane.
Un secteur fragile touché par la crise…
A l'image des autres secteurs, le livre a été touché par la crise sanitaire qui a ravagé les quatre coins du monde.
En outre, pour certains éditeurs et libraires, cette décision prise par le Ministère de la tutelle en coordination avec le ministère de l'Intérieur permettant aux Kiosques à journaux et aux librairies de reprendre leurs activités, est une décision sage.
«C'est une excellente décision. Les secteurs du livre et de l'édition sont complètement en crise. Pis encore, Ils sont dans le doute, dans le flou total !», a déclaré à lactu24, Abdelkader Retnani, éditeur, libraire et président de l'association marocaine des professionnels du livre (AMPL).
«Il y a 15 jours, on a appelé à donner un signe fort afin de remonter le moral aux gens en rouvrant les librairies», a-t-il rappelé. Et d'ajouter : «J'ai appelé 6 libraires qui m'ont dit qu'il faudrait au moins 15 jours pour que les gens s'habituent et qu'ils sachent que ces espaces sont ouverts au public».
De son côté, Ahmed Abou, propriétaire et gérant de la librairie «la Virgule» à Tanger, la fermeture des librairies pendant la période du confinement était une erreur. «On ne devait pas fermer les librairies, parce que les gens, comme ils nourrissent leurs corps, ils doivent nourrir leurs esprits», a-t-il fait savoir. Selon ses dires, la demande a été «incroyable» sur le livre pendant le confinement. «Malheureusement, on n'était pas préparé à ça à travers les libraires qui étaient un peu plus en avance en matière de vente numérique et sur le net qui ont fait un chiffre d'affaires important», a-t-il précisé.
D'après lui, la librairie est un lieu où on respecte toutes les règles de la distanciation. Et cette ouverture était une demande des libraires. «C'est une décision sage parce que les gens demandent des livres», a-t-il expliqué. Et d'ajouter : «On vient d'ouvrir, il y avait des visiteurs qui sont venus. Ce premier jour était spécial ! On a vendu des livres. Or, au-delà de cette activité commerciale, on doit se préparer à la rentrée scolaire. C'est un réaménagement de l'espace de la librairie, la mise en carton des livres afin de laisser la place au livre scolaire sachant que le bon nombre des libraires vivent de la rentrée scolaire».
Toujours selon lui, la librairie en tant que lieu d'échanges et de vente de livres est un endroit qui ne connaît pas une grande affluence. En journée, dit-il, les clients passent un par un, ça veut dire qu'il n'y a pas de masse.
Après la crise, le beau temps?
Dans cette optique, Abdelkader Retnani estime qu'il faut partir de cette crise pandémique afin de chercher de nouvelles pistes et bases pour relancer toute la chaîne de production voire tout le secteur. Pour ce faire, il a proposé de lancer un soutien pour l'édition marocaine afin de faire d'une pierre deux coups. C'est-à-dire, aider à la fois les éditeurs et les auteurs marocains à travers des titres que le libraire choisirait.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.