Lutte contre la corruption dans le secteur financier : 2021, une année de renforcement des capacités    Commerce et industrie : Renault Maroc consolide son leadership    ONDA : Le trafic aérien en baisse de plus de 71% en 2020    Interdiction de fumer : Le niet gouvernemental !    BMCE Capital Research analyse les pistes de reprise : La relance économique tributaire de l'éradication de la Covid-19    Economie du web : l'effet Covid se fait ressentir    Le Maroc classé 53ème en 2021 dans le rapport sur les effectifs militaires    Liga : Mardi face à Alaves, En-Nesyri et Bounou étaient décisifs    CHAN : La Zambie et la Guinée vainqueurs de la Tanzanie et de la Namibie    Campagne de vaccination : Plus de 25.000 cadres de santé mobilisés    Covid-19 : Le taux de reproduction du virus se stabilise à 0,88    Vaccination : le gouvernement envisage aussi d'autres mesures pour éviter les rechutes    Evolution du coronavirus au Maroc : 1246 nouveaux cas, 461.390 au total, mardi 19 janvier 2021 à 18 heures    Edito: Le maire doit partir    Pedro Sanchez : Le Maroc revêt une «importance capitale» pour les intérêts de l'Espagne    Retard de vaccination : El Othmani pointe du doigt les fournisseurs des vaccins    Badr Hari refait surface sur Instagram    David Fisher: Nous soutenons fortement le plan d'autonomie    Secousse tellurique de magnitude 3,4 dans la province d'Azilal    L'épouse d'El Ghomari se confie sur 2M    La promotion des provinces du Sud dans l'agenda du Réseau Maroco-Américain    Le Maroc réussit son entrée vers la défense de son titre    Ammouta : Victoire d'une importance capitale    Le Maroc éliminé après 3 défaites successives    Maroc-USA:Fischer rassure quant à la position de l'administration Biden sur le Sahara    Un Casque bleu marocain parmi les victimes en République centrafricaine    Visas: Le plaidoyer du député franco-marocain M'jid El Guerrab pour l'Afrique    Pays-Bas: Démission du gouvernement de Mark Rutte    Nexans : nouvelle usine à Nouaceur    Couvre-feu et semi-confinement : prolongation jusqu'au 3 février    Un MoU pour renforcer les relations économiques et commerciales    Président à part, sera-t-il aussi un ex-président à part ?    Paru chez l'édition La Croisée des Chemins : «Le Secret de la Lettre» : Mohamed Ennaji porte un regard sur l'école coranique d'hier    Stud'IFO : Concert virtuel entre Cheikh Brahmi et Snitra    Ben Abdelkader pose les conditions de modernisation du système judiciaire    Coronavirus : voici les variants les plus compliqués à maîtriser par le système immunitaire [Etude]    Les USA n'ont fait que dire tout haut ce que pensent les autres Etats et le Conseil de sécurité    L'envoyé US pour la lutte contre l'antisémitisme salue la «vision de paix» de SM le Roi    Profitant du nul entre la Libye et le Niger : La RDC prend seule la tête du groupe B    Le sélectionneur du Zimbabwe accuse le Cameroun de sorcellerie !    Meknès retrouve la culture à l'air libre    Une nouvelle émission rendant hommage à la diversité culturelle    «Le discours de la folie dans le patrimoine arabe et occidental»    Virus Covid mutant: Le Maroc se ferme à l'Australie, le Brésil, l'Irlande et la Nouvelle Zelande    La BAD compte sur le Maroc pour développer son indice    Euromed : Quel avenir ?    Le Maroc et les Etats-Unis s'engagent contre le trafic illicite    Communication: rapprochement stratégique entre le marocain Brand & Image et l'israélien Kam Global Strategies    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Benabdallah: la gestion actuelle de la crise sanitaire ne correspond pas à celle du début
Publié dans Albayane le 11 - 06 - 2020

La gestion actuelle de la crise sanitaire se déroule d'une manière différente de celle poursuivie lors de son lancement au Maroc, selon le Secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme, invité à commenter la décision du gouvernement de prolonger jusqu'au 10 juillet prochain l'état d'urgence sanitaire en vigueur dans le pays depuis le 20 mars dernier.
Le Secrétaire général du PPS, qui était l'invité spécial, mercredi soir, du «le Site info » (média arabophone en ligne), juste après l'intervention du Chef du gouvernement devant la Chambre des représentants, a reproché à l'Exécutif son absence sur la scène médiatique au moment où il fallait préparer sur tous les plans l'opinion publique, afin que les citoyens adhèrent avec le même enthousiasme du début aux décisions prises.
Pour Benabdallah, ce ne sont pas les décisions en elles-mêmes qui posent problème pour savoir si elles sont opportunes ou non, mais la manière de gérer la communication avec l'opinion publique, qui a été, en quelque sorte, négligée jusqu'à la dernière minute, au même titre d'ailleurs que les représentants de la nation.
Surpris par les décisions de dernière minute du gouvernement, les rumeurs qui l'ont accompagnées, la version parlant du 8 août et la version corrigée qui l'a suivie qui précise qu'il s'agit du 10 juillet, ainsi que par la diffusion à minuit des mesures d'assouplissement du confinement devant être mises en œuvre dans les zones I et II, nombreux sont les citoyens qui refusent d'adhérer aujourd'hui à ce qui est annoncé, parce qu'on n'a pas fait le nécessaire pour les y préparer à temps tant sur le plan matériel que sur les plans psychique ou psychologique avec la contribution de tous les départements ministériels et des spécialistes.
Il s'est interrogé aussi sur l'utilité d'un tel passage du Chef du gouvernement devant la Chambre des représentants, surtout que les députés n'avaient la possibilité d'intervenir pour émettre leurs opinions sur le déroulement de ces décisions.
C'est pourquoi, l'approche poursuivie à ce niveau s'inscrit en faux contre tout ce qui a été fait jusqu'à présent, a-t-il dit, rappelant que durant la première période, les autorités publiques avaient pris, sur hautes orientations royales, des mesures proactives, fortes, décisives et fermes qui ont été sanctionnées par l'instauration de l'état d'urgence sanitaire et du confinement sanitaire pour endiguer la propagation de la pandémie. En effet, au début, tout était clair et compréhensible pour les citoyennes et citoyens de différentes couches sociales qui avaient adhéré massivement à toutes les mesures préventives prises et ont répondu à l'appel de contribution au fonds de gestion de covid-19. Ils avaient aussi salué les mesures économiques de soutien aux entreprises et aux couches démunies, créant ainsi une ambiance de solidarité, d'enthousiasme et de confiance entre les citoyens et les institutions.
D'aucuns chantaient l'hymne nationale, d'autres saluaient à leur manière les hommes et les femmes de la santé, de l'enseignement, de la sécurité et d'assainissement, contribuant ainsi à la création d'un climat hautement positif qui s'est heurté malheureusement aux défaillances ayant marqué le la prestation du gouvernement, dont les composantes n'ont pas réussi à s'affranchir de leurs désaccords partisans. Comme par exemple le fait qu'aucune partie n'avait osé assumer la responsabilité du projet de loi 22.20 liberticide, pourtant adopté en Conseil de gouvernement.
Conscient de la gravité de cette lacune, le PPS n'a cessé de demander au gouvernement d'encadrer l'opinion publique à travers les médias en tenant les citoyens informés de l'évolution de la situation pour qu'ils soient disposés à en assumer les conséquences.
En fait, ce n'est pas le prolongement de l'état d'urgence sanitaire qui pose problème. Plusieurs autres pays à travers le monde en ont décidé ainsi. C'est ainsi qu'en Espagne, il a été décidé de le prolonger jusqu'en septembre. Idem pour la France qui a mis en place trois zones de déconfinement progressif (rouges, oranges et vertes).
Ce qui importe le plus, a-t-il dit, c'est de s'arrêter devant certains choix que cette pandémie a remis en cause et qui doivent nous inciter à agir pour combattre la précarité qui touche quelque 28 millions de Marocains, qui ne bénéficient pas des progrès réalisés par le pays au cours des dernières décennies et à œuvrer pour renforcer davantage le processus démocratique et mettre en œuvre la Constitution de 2011.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.