Maroc/Conseil de gouvernement : Voici l'ordre du jour de la réunion du 15 avril    L'Europe doit être pragmatique et ouvrir son propre bureau de représentation dans les provinces du Sud du Maroc    AXA Crédit: résilience avérée dans un contexte de crise sanitaire    Meeting Fédéral d'Athlétisme: Deux nouveaux records nationaux battus par Siba et Koussi    Violence subie par les hommes: les constats de l'enquête du HCP    Fusillade devant un hôpital à Paris: un mort et un blessé grave    L'élevage avicole algérien affecté par la fragilité économique et les faiblesses technologiques    Football / Ligue du Gharb : L'équipe «Al Achbal » remporte le tournoi des U12    Contrôles pendant Ramadan: l'ONSSA se mobilise    FRMF : Zakaria Aboub, seul rescapé de la restructuration de la DTN    Ligue des Champions : l'Afrique du nord en force en quarts de finale    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Coronavirus : les déclarations chinoises sur une faible efficacité des vaccins sont un «malentendu»    Chtouka Ait Baha : Tout sur l'inscription les greniers collectifs au patrimoine mondial de l'UNESCO (Vidéo)    Un hommage au grand artiste Mohamed Melehi aura lieu en mai prochain à Marrakech    Football : mort d'un joueur après s'être effondré lors d'un match de championnat amateur    MM. Bourita et Le Drian réaffirment l'excellence des relations bilatérales    L'Arabie saoudite annonce le début du mois de Ramadan    La Chine approvisionnera le Maroc de 10 millions de doses de vaccins courant avril et mai    DMG : de fortes averses orageuses et rafales de vent attendues mercredi et jeudi    Les clés de la solidarité pour ouvrir les portes du Ramadan.    Le président de la commune de Louta visé par une enquête    Maroc: Cours de change des devises étrangères contre le dirham pour lundi 12 avril    Raja: ce qu'a dit El Bekkari après la victoire contre Pyramids (CAF)    La Fondation TGCC lance la première édition du Prix Mustaqbal    L'Ouganda et la Tanzanie se lient pour la construction d'un oléoduc    Tanger: localisation de deux mineurs objets d'un avis de recherche dans l'intérêt des familles    Ramadan 2021: voici les horaires de travail dans les administrations au Maroc    Le Sahara marocain plombe la diplomatie algérienne et envenime les relations entre Alger et Paris    Nadir Yata incarnait une formidable force militante    Pyramids-Raja: les buts du match (VIDEO)    Liga : Bounou, En-Nesyri et Munir attendus face au Celta Vigo    Droits des sociétés : Les principales nouveautés    Météo au Maroc: le temps qu'il fera ce lundi    France: stupeur et condamnation après des actes ciblant les musulmans à l'approche du Ramadan    Lois électorales : Feu vert de la Cour constitutionnelle    Selon le FMI, le Maroc sur une bonne trajectoire    Tijara 2020 : La formation du capital humain, un véritable levier de développement    Edito : Débat clos    Salé : Voici les lauréats du concours de sculpture métallique monumentale récompensés    Regain de tension dans le Donbass    Nora Iffa, une voyageuse engagée    Melehi et Chebaa à l'affiche    L'écriture poétique et l'esprit de l'amour… !    "L'Oiseau bleu " de Mouha Ouhdidou, Grand Prix du Festival national du court-métrage d'Oujda    Classement Forbes : deux Marocains parmi les milliardaires africains en 2021    Agence Bayt Mal Alqods : les lauréats du concours "Les couleurs d'Al Aqsa" primés    Le Maroc à l'OMC: La révolution contre les déchets plastiques aura-t-elle lieu ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les habitués partagés entre «préparatifs» et «temporisation»
Publié dans Albayane le 25 - 06 - 2020


Par Karima Hajji (MAP)
Les bains traditionnels ou communément appelés « hammams » restent un rituel hebdomadaire pour nombre de marocains pour multiples raisons notamment pour le bien-être et la relaxation qu'ils procurent. La réouverture de ces lieux dans le cadre des mesures annoncées pour la 2è phase du « plan d'allègement du confinement sanitaire » divise ses habitués entre ceux qui s'y rendront dès les premières heures du jeudi et ceux qui temporiseront en attendant que le « flou »se dissipe.
Certains habitués retrouveront le chemin du « hammam » dès le premier jour de réouverture avec assurance puisqu'ils sont certains de respecter les différentes mesures de prévention pour éviter la contagion par la Covid-19 et de la capacité des propriétaires des lieux à appliquer les mesures dictées par les autorités. D'autres usagers préfèrent temporiser en l'absence d'unanimité parmi les propriétaires des Hammams sur la réouverture ou non, en raison de l'adoption par chaque établissement de mesures qui lui sont propres, notamment la prise se rendez-vous par téléphone.
Les personnes travaillant (« Kessala » ou « Tayaba ») en contact étroit avec les habitués expriment, de leur côté, des craintes. Naima, employée dans un Hammam dans le quartier de l'Océan à Rabat, a confié à la MAP qu'elle reprendra son travail jeudi à 7h du matin puisqu'elle a été avisé par le propriétaire sans savoir quelles seront les conditions de travail surtout qu'elle est enceinte de 6 mois. Dans ce sens, le président de la Fédération nationale des associations des propriétaires et gérants des hammams traditionnels et douches au Maroc, Rabii Ouachi, a indiqué que les autorités ont dicté plusieurs conditions impossibles à appliquer, notamment le port du masques, ne pas dépasser les 50 pc de la capacité d'accueil et la distanciation sociale.
La Fédération préfère attendre la réouverture normale des « Hammams » même si cela va demander beaucoup plus de temps. L'objectif est de préserver la santé et la sécurité des clients parce qu'il s'avère difficile d'appliquer la distanciation sociale, a-t-il dit, ajoutant que la Fédération a laissé le libre choix aux propriétaires de reprendre ou non leurs activités. En revanche, ils doivent assumer leur décision.
Mettant l'accent sur l'absence de communication des autorités sur la manière d'appliquer ces mesures sur le terrain, M. Ouachi a souligné la nécessité d'ouvrir un dialogue sérieux et responsable.
Selon lui, la situation requiert une intervention urgente pour sauver ce secteur notamment le cumul des factures d'eau et d'électricité et le loyer.
Le président de la Fédération nationale des associations des propriétaires et gérants des hammams traditionnels et douches a également lancé un appel aux autorités compétentes pour prendre les mesures nécessaires et exceptionnelles en faveur des professionnels de ce secteur pour minimiser les conséquences de cette épidémie, évoquant, dans ce sens, l'amnistie fiscale ou encore des prêts sans intérêt pour favoriser la relance.
Le secteur des bains maures a son importance dans le tissu économique et social national et constitue une source de revenu pour plusieurs familles en plus de sa place dans la mémoire collective marocaine, a-t-il poursuivi, soulignant l'inexistence de statistiques précises du nombre d'emplois générés dans le secteur mais qu'il existe environ 12.000 hammams au Maroc, lesquels génèrent près de 120.000 opportunités d'emplois directs et indirects.
Le secteur vit une situation difficile qui s'est aggravée avec l'arrêt de l'activité pour plus de trois mois, a constaté le président de cette fédération, ajoutant que la pandémie de la Covid-19 accentuera la crise des professionnels et la précarité de l'emploi.
La réouverture va demander des dépenses supplémentaires pour les réparations des dégâts causés par cet arrêt d'activité, a-t-il tenu à préciser.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.